Partie de jeu de rôle Diesel Punk
À la question de Primerose, le professeur répond :

« Je ne doute pas, en effet, que les suites sont à la hauteur de la beauté du reste du manoir. J’avais prévu de rentrer chez moi après le souper mais si la soirée s’allonge, je demanderai probablement s’il est possible de préparer des chambres pour moi et Ferdinand. »

Lorsqu’elle fait sa remarque au sujet du personnel, il enchaîne sur le même ton :

« Peut-être, en effet. Quelque chose me dit que cette agitation est aussi due au fait qu’ils ne doivent pas souvent voir le maître des lieux dans un tel état. Je dois dire que cette entrée en scène digne d’un vaudeville a aiguisé ma curiosité. Je pense qu’il doit avoir quelque chose de particulièrement important à nous exposer. »
Répondre
(22/05/2014, 10:49)Jehan a écrit :

« Peut-être, en effet. Quelque chose me dit que cette agitation est aussi due au fait qu’ils ne doivent pas souvent voir le maître des lieux dans un tel état. Je dois dire que cette entrée en scène digne d’un vaudeville a aiguisé ma curiosité. Je pense qu’il doit avoir quelque chose de particulièrement important à nous exposer. »
— Vous me mettez l'eau a la bouche. Vous êtes déjà venu ici ?
сыграем !
Répondre
« Par le passé, et j’ai eu plusieurs fois l’occasion d’admirer son esprit brillant — même si je me flatte de lui être supérieur au jeu d’échecs. »
Répondre
Tout en lorgnant en direction des carafes pour tenter d´en deviner plus sur la nature de leur contenu, Martin indique:
-Je ne suis pas psychiatre, mais au vu de cette étonnante scène je puis affirmer qu´il s´agit bien plus que de troubles de l´attention. M.Sochette a manifestement des accès de déraison. J´ai l´imression que l´évolution n´est pas favorable. Il est de mon devoir de medecin de faire quelque chose. Je puis recommander son cas à quelque spécialiste que je connais de renom.
Se tournant vers le majordome (ou le faisant demander): Monsieur, notre hôte est-il déjà le patient de quelque éminent docteur? Si tel n´est pas le cas, je vous conjure de convaincre Monsieur d´accepter la visite courtoise d´une ou deux personnes de ma recommandation. S´il n´est pas déjà suivi, il me semble qu´il doive l´être. Au moins doit-il bénéficier de l´avis d´un professionnel.
La charade de Griltig:

Mon premier est ce que dit quelqu'un qui n'a pas le temps de dire "le temps"
Mon deuxième marque le temps
Mon troisième est une unité de temps

Mon tout est une arme qui appartient à Skarlos.
Répondre
@Caïthness
Show Content


@tholdur
Show Content
Je pense que cette réflexion est un peu trop "out of character". Nous sommes dans les années 30, il y a une stigmatisation énorme sur les troubles mentaux. Et nous sommes dans la grande bourgeoisie, le prestige et la réputation de la famille ont énormément d'importance. Que Monsieur le maître de maison puisse avoir besoin d'un psychiatre c'est un tabou absolu. En bonne société on ne parle pas de ces choses.

Je ne voudrais pas qu'on refasse la dispute sur l'hospitalité qu'on a eu à propos de Joris et ses gardes, mais je pense que ton personnage, compte tenu de son éducation et de l'époque où il vit, ne lancerait pas des accusations comme celles-ci (" il a des accès de déraison ") en public. Ce serait l'embarrasser et l'insulter devant ses gens et ses invités (même si clairement il s'embarrasse tout seul, et que son retard vous a insultés vous).
Admettons qu'il pense que c'est son devoir de faire quelque chose, il doit s'entretenir en privé avec le patient ou sa famille (ou le majordome).
Secret médical, confidentialité patient-médecin, pudeur sur un sujet tabou, tout ça.
Imagine qu'il est déjà suivi par quelqu'un : tu ne peux rien faire de plus et tu as fait preuve d'indiscretion pour rien.
S'il ne l'est pas : tu viens d'assurer qu'il n'en verra jamais, pour être sûr que personne ne donne foi à tes accusations.

D'autant que rien n'indique pour l'instant qu'il peut être un danger pour lui-même ou pour les autres. Ses troubles gênent seulement son fonctionnement en société.
(Tholdur toujours)
Show Content


Tu as entendu ce qu'a dit pudiquement de Rivière : on dit des "absences", pas des " accès de déraison".
Des GROSSES absences, visiblement Tongue

@tous
Enfin, sur un plan méta jeu, j'ajouterai pour tous qu'il ne faut pas trop prendre au sérieux ce personnage. C'est juste le stéréotype du professeur tête en l'air, à la professeur Tournesol.

Même si là il a effectivement des symptômes qui rappellent un peu alzheimer.

En tout cas j'étais mort de rire en écrivant mes bêtises.
J'espère que la scène vous aura quand même plu.

Pour ceux qui ont Esprit Intuitif et/ou Sens de l'Observation Exceptionnel, cette scène vous a donné tous les éléments pour comprendre la nervosité et la gêne des domestiques.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
(22/05/2014, 14:57)Lyzi Shadow a écrit : En tout cas j'étais mort de rire en écrivant mes bêtises.
J'espère que la scène vous aura quand même plu.
heuh... Copyright ? Mrgreen C'te déjà vu que j'me suis pris, t'es clairement justiciable là Lool

PS : t'as pas merdé sur le spoiler de Tholdur ? J'ai lu des trucs qui me semblent pas être d'ordre public :crybaby:
сыграем !
Répondre
Ah bon ? Sur quelle oeuvre ?
Je me suis inspiré de personne en particulier pour Sochette.
Et non les spoilers pour tholdur sont volontaires. À part deux remarques en aparté je joue carte sur table.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
(22/05/2014, 15:07)Lyzi Shadow a écrit : Ah bon ? Sur quelle oeuvre ?
Je me suis inspiré de personne en particulier pour Sochette.
Toi aussi t'as Alzheimer lol. C'est pratiquement la même scène que j'ai fait avec l'arrivée de Primerose Twisted
сыграем !
Répondre
Alors à part qu'ils parlent fort et vite je vois absolument pas le rapport.
Que je sache Primerose a pas subitement oublié qu'elle était célibataire, a pas manqué de reconnaître les gens avant qu'on lui dise qui c'était, et n'avait pas un costume farfelu.

De plus, si le détail de chaque vanne a été écrit aujourd'hui (à part le coup des chaussettes, d'où son nom) l'apparition fracassante du Professeur était prévue depuis la création des persos.
Tu n'as pas le monopole de l'invention des entrées spectaculaires, tu sais, c'est un grand classique.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
(22/05/2014, 15:16)Lyzi Shadow a écrit : Alors à part qu'ils parlent fort et vite je vois absolument pas le rapport.
La mise en scène, quoi. Je parle pas des détaux (oubli et toussa)...
C'est pas une histoire de monopole, mais comme juste après la mienne, j'ai l'impression de m'être fait floué (<- à prendre au 120.000° dégré merci Wink )

Sinon à part ça, elle était bien ta scène Copin
сыграем !
Répondre
Bah je la prépare depuis un moment.
Déjà quand VIC est arrivé et que Franklin a envoyé la gouvernante, je préparais le "j'ai fait prévenir Monsieur. Trois fois."
Le duo entre Franklin et Sochette me fait mourir de rire. Même en y repensant pour taper ce post je me bidonne...

Enfin j'ai peut-être fait rire que moi.

Je vais attendre les réactions de Dupré et Alex avant de continuer.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Il y a un incontestable "vis comica".
Mon perso par contre ça ne le fait pas du tout rire. Il a assez vu de soldats perdre la raison pour faire comme si de rien n´était. J´ai employé déraison pour ne pas mettre folie qui serait trop fort. Il appelle un chat un chat en y mettant quand même les formes. Pour la partie majordome je change: il ne s´adresse qu´a lui à voix basse et en préambule indique qu´il doit parler d´un sujet gênant, mais que son "honneur de médecin" (même s´il n´a jamais exercé en dehors de l´armée et n´a pas fait le serment d´hyppocrate) lui oblige d´évoquer. Et là il demande si "Monsieur consulte quelqu´un".
Pour le passage précedent je change aussi. En réaction à la remarque de Rivière, il indique seulement que "souvent les esprits les plus brillants sont les plus excentriques, et frôlent les royaumes de la déraison. Nous venons d´en avoir l´exemple avec l´entrée fracassante de notre hôte.
La charade de Griltig:

Mon premier est ce que dit quelqu'un qui n'a pas le temps de dire "le temps"
Mon deuxième marque le temps
Mon troisième est une unité de temps

Mon tout est une arme qui appartient à Skarlos.
Répondre
Effectivement ça me parait plus cohérent comme ça.
Bon par contre il est minuit donc je vais dodoter...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Je résume à la fête, il y'a un bipolaire, un ludopathe, une épileptique, un alcoolique mondain et un gars avec la mémoire d'un poisson rouge. On est dans un asile psychiatrique en réalité? Je suppose que Ferdinand c'est l'ami imaginaire de Rivière.

Plus sérieusement Augustin confie le cadeau d'Alex aux domestiques en attendant la fin du repas.

Après la remarque de Riviére.
"Je crois aussi que le personnel était perturbé à l'idée que le professeur Sochette fasse une telle entrée en scène"
Répondre
(22/05/2014, 16:00)tholdur a écrit : Pour le passage précedent je change aussi. En réaction à la remarque de Rivière, il indique seulement que "souvent les esprits les plus brillants sont les plus excentriques, et frôlent les royaumes de la déraison. Nous venons d´en avoir l´exemple avec l´entrée fracassante de notre hôte.

Primerose se rapproche du docteur, pose délicatement sa main (à elle) sur son bras (à lui) et dit à voix basse :
— Martin, un peu de tenue s'il vous plait. L'état souffrant de notre hôte n'est pas un sujet de conversation que l'on galvaude devant l'assistance. Vous allez nous faire honte. Ne revenez plus sur ce sujet, je vous prie.

Sans lui laisser le temps de répondre, elle file vers un domestique pour lui demander de vive voix :
— Y'a-t-il un plan de table ?

EDIT : oops Redface
сыграем !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 4 visiteur(s)