Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Effectivement, nouvelle partie de Mare Nostrum hier soir. Je jouais les Grecs, Skarn les Egyptiens, Jehan les Babyloniens, Alendir les Romains et Lyzi les Carthaginois.

Nous avons joué avec le module Troie, qui offre des cartes à effet militaire si on accomplit un des 3 objectifs proposés au début du jeu. Au choix contrôler 5 territoires contigus, emporter 3 batailles , et un autre que j'ai oublié.
Une de ces fameuses cartes m'aura d'ailleurs bien compliqué la vie, comme nous le verrons plus bas.

La partie a commencé de façon assez traditionnelle : L'Egypte qui s'empare de la Judée au nez et à la barbe du Babylonien, le Romain qui s'étend vers la Grèce et par conséquent le Carthaginois qui occupe Syracuse. Pour ma part, j'avais réussi à optimiser ma phase de commerce, et le maître politique m'a généreusement laissé jouer avant le Babylonien. J'ai donc pu m'emparer d'entrée de Troie, première étape de mon plan fort simple. Je produisais de base 5 impôts, et je pouvais passer à 6 en construisant un temple sur une de mes provinces de départ. En m'emparant de Troie et de la Crète, puis en construisant un temple sur chacune de ces provinces, je passais à 10. 10 + 2 impôts économisables en un tour, je tenais les pyramides. Cet objectif était finalement un peu trop ambitieux, voir la suite.
En tout cas Jehan a clairement été le perdant de ce premier tour, étant pris en étau entre l'Egyptien et le Grec, et forcé de jouer militaire d'entrée. 

La suite de mon plan s'est plutôt bien déroulé : j'ai pu construire ma cité légendaire à Troie, puis mon temple, en y massant un maximum de troupe pour la défendre, tout en envoyant une légion en Crète pour préparer ma future colonisation. Pendant ce temps, le Romain et le Carthaginois se disputaient âprement Syracuse, tout en développant parallèlement leur économie. L'Egyptien avait construit une magnifique statue de Zeus qui lui permettait de se déclarer en paix à chaque tour avec un adversaire différent. Il l'utilisa successivement contre le Babylonien, puis le Carthaginois, ce qui n'empêcha pas ces derniers de l'attaquer quand ils le pouvaient. Jehan finissait par reconquérir la Judée, et commençait à avoir une armée imposante. Quant à Lyzi, il fut le premier à contrôler 5 territoires, ce qui lui permet de gagner une carte bonus, et d'en donner une autre à Jehan. 

A ce stade de la partie, j'étais franchement confiant sur mes capacités à l'emporter. Mais le Babylonien, fort du renfort du héros Enée qui lui donnait un sacré avantage en combat, décidait d'en découdre. Ses  4 légions étaient alors massées en Judée, et Skarn venait de se déclarer en paix avec lui, le forcant à quitter ce territoire... mais m'interdisant de l'y combattre sur place ! Du coup, ses 2 bateaux lui permettaient d'envahir quasiment n'importe laquelle de mes provinces. En tant que leader militaire, je choisis de le laisser jouer avant moi, et il put ainsi occuper ma province capitale, ainsi que la Dalmatie. Je pus le chasser aussitôt d'Athènes, mais j'échouais à reconquérir la Dalmatie au tour suivant, en raison de la carte que lui avait donné Lyzi et qui augmentait encore sa force en combat !  Ma production d'impôt en avait donc pris un coup, et me développer en Crète devenait assez illusoire. Heureusement, Romain et Carthaginois s'entretuaient en mer et à Syracuse, et l'Egyptien se reconstruisait petit à petit. Et j'avais réussi à envoyer une légion dans une des provinces de Jehan, occupant sa ville et gagnant donc un impôt.

Finalement Jehan abandonna la Dalmatie pour aller piller en Egypte, et me chassa de sa province, ce qui me ramenait à tenir mes provinces de départ, plus Troie. Je produisais donc à ce stade 8 impôts, et j'avais une force militaire assez conséquente. Mais mes légions étaient concentrées à Troie et en Thrace, ce qui laissait à la considérable armée du romain la possibilité de m'envahir, et donc me faire perdre mon tour à contre-attaquer. Mais Alendir continua de développer son économie et de tenir Syracuse. Jehan choisit lui aussi de booster sa production d'impôt, tout comme Lyzi le faisait avec les marchandises. Quant à Skarn, il s'emparait de la Crète, que j'avais abandonné auparavant. 

Le calcul était donc simple : 8 d'impôt en production, plus 2 que je pouvais garder, il l'en manquait donc 2 pour pouvoir construire les pyramides. J'envoyais 4 légions reconquérir la province du Babylonien déjà prise auparavant, ce qui m'emmena à 11 en impôt. Je n'avais malheureusement plus suffisamment de troupe pour m'emparer d'une autre province de Jehan, encore une fois à cause d'Enée. Mais la phase de commerce suivante offrit 2 impôts à l'échange, et le maître du commerce romain choisit de venir se servir chez moi... Personne d'autre ne pouvant construire les pyramides, je l'emportais. Troisième victoire pour ma part (sans compter la partie non terminée) et trois fois aux pyramides, il faudra que j'essaie les autres possibilités...

Clairement, la fait de pouvoir m'emparer de Troie d'entrée de jeu, et le fait que le romain ne m'ait jamais attaqué dans mon dos ont été les deux facteurs clés de ma partie. Et aussi le fait de pouvoir financer 3 constructions à mes deux premiers tours : c'est ce qui m'avait coulé ma précédente partie avec les Grecs.

Pour le reste, je laisse mes compagnons corriger ou préciser leurs propres stratégies.
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Compte-rendu des soirées jeux de plateaux - par Aragorn - 09/09/2017, 10:15



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)