Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Caïthness a écrit :Pour les Japonais, le shintô et le boudhisme (qui lui n'est pas une religion d'ailleurs, car on ne prie pas Bouddha)
Haha c'est marrant, parce que les Japonais diraient plutôt que c'est l'inverse.
Le shintô n'est pas une religion mais une ancienne "croyance".
En revanche le bouddhisme est une religion, car c'est un système de valeurs morales (on ne doit pas tuer, voler, mentir ou manger de la viande rouge), qui tente de donner un sens à l'existence. Ce que le shintô ne fait pas, vu que c'est plutôt une relation de clientélisme avec la nature pour l'apaiser.

Le mot "religion" ou son équivalent en japonais n'apparaît qu'à partir du moment où les Jésuites débarquent et commencent à implanter le christianisme. C'est un concept très occidental (où il y a plusieurs religions en tension : israélisme, islam, christianisme catholique romain, orthodoxe, protestant, anglican, gallican...). Et la première religion qu'ils désignent par le mot "religion" c'est le bouddhisme, parce que pour eux c'est LA religion.

De plus sur "ce n'est pas une religion parce qu'on ne prie pas Bouddha"
1) je ne pense pas que ce soit vraiment un critère. Je ne crois pas qu'on définisse une religion par le fait qu'on prie ou ne prie pas une divinité. (Mais il n'y a pas vraiment de définition universelle de "religion" qui mette tout le monde d'accord, de toute façon).
Pour les Romains ou en tout cas Cicéron, une religion c'est s'occuper d'une divinité et lui rendre un culte. Mais pour les Japonais qui interprètent le mot occidental "religion" quand il débarque chez eux, ça veut plutôt dire, comme mis plus haut, "système de valeurs morales qui donne un sens à la vie"
Comme disait l'autre "quand on dit <<le bouddhisme n'est pas une religion, c'est une philosophie>>, on mélange des concepts indiens, latins et grecs". Tu parles d'un bazar.
2)ça dépend des courants du bouddhisme.
Le bouddhisme élitiste qui arrive pendant l'antiquité japonaise et n'est d'abord réservé qu'aux nobles est effectivement plus une manière de vivre qui permet d'atteindre l'Éveil par soi-même, et de s'extraire à l'éternel cycle des réincarnations en allant au Nirvana après la mort.
Mais les bouddhismes plus populaires qui sont répandus par les différentes sectes Zen successives ont un côté beaucoup plus "s'en remettre complètement à un être supérieur".
Notamment l'amidisme, où on prie le Bouddha Amida. On vénère et récite son nom ("Namu Amida Butsu, Namu Amida Butsu", comme le sniper dans Larme Ultime), dans l'espoir qu'il nous amène à l'Éveil.
Et je ne parle même pas du bouddhisme tibétain où on va t'expliquer que Bouddha a créé l'Univers. (Ah bon, je croyais que Siddhârta était un simple prince indien qui avait atteint l'Éveil par ses propres moyens, moi ? Et justement PAS un dieu ?)


Caïthness a écrit :Ils se tourneront vers l'un ou vers l'autre selon leur désir ou l'utilité qu'il en auront (genre pour cela, vaut mieux du Bouddha, mais pour ceci prenez un peu de Shintô).
Oui, pour faire court et sauf exception, les rites shintô ont souvent à voir avec tout ce qui concerne la vie (les étudiants qui vont acheter des tablettes de divination pour se donner de la chance aux examens), et les rites bouddhistes concernent ce qui a trait à la mort et la vie après la mort (tous les Japonais deviennent moines bouddhistes après la mort, et sont enterrés sous leur nom de moine bouddhiste dans une cimetière bouddhiste).
J'ai étudié tout ça en cours de Pensée japonaise et c'est super intéressant, mais bon, par contre, on est vraiment complètement hors-sujet donc je vais m'arrêter là.

Caïthness a écrit : On imagine pas un européen passer du catholicisme à l'islam ou inversement selon qu'une religion serait plus efficace pour une prière ou un souhait quelconque.
Non, mais dans le catholicisme, on passe allégrement à des trucs qui sont vraiment fondamentaux à la foi chrétienne (le Salut, le pardon, la Pâques qui fête la résurrection du Christ) ou typiques du catholicisme (la confession, la dernière onction), à des reliquats des religions païennes quand on en a besoin (prière à un saint catholique pour obtenir une faveur comme on l'aurait fait aux divinités païennes, fête de Noël qui est plus le solstice d'hiver que vraiment la naissance du Christ, etc...)
En plus aujourd'hui, il y a probablement beaucoup de gens se considérant comme des Catholiques croyants, qui n'ont rien à foutre de ce que peut bien dire le pape, qui ont une relation très personnelle avec Dieu plutôt que de gober sans réflexion ce que peuvent leur dire les curés, et qui ont leur propre opinion sur ce qu'est la Grâce, si l'Immaculée Conception est vraie ou non, si l'Homme est encore touché par le Péché originel ou non, etc... plutôt que ce qu'en dit le Dogme.
À une époque (médiévale ou de la Renaissance), ça aurait techniquement fait d'eux des protestants ou des hérétiques...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Compte-rendu des soirées jeux de plateaux - par Lyzi Shadow - 27/02/2016, 10:07



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)