Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Nous avons réussi à faire trois parties ce dimanche après-midi.
1 partie de Cyclades avec l'extension Titans, suivie de 2 parties de Mystère à l'abbaye.
J'ai gagné la partie de Cyclades (malgré ma fièvre grippale), ainsi que la première partie de Mystère à l'abbaye, puis Romain a emporté la deuxième.



Nous, les myrmidons de l'Aube Rouge, nés sous l'augure de Chronos, nous voulions seulement construire une métropole maritime en paix. C'est tout...

Sur notre partie de notre continent, nous étions cernés par deux autres empires, la civilisation Bleue d'Aragorn, fort éduquée, et le peuple des Amazones jaunes d'Outremer.
L'autre continent était disputé par deux autres peuples, les marins Verts de Jehan, et les incendiaires Noirs de Skarn.

Nos voisins occidentaux ne semblaient pas très menaçants. Ils étaient nés sous l'augure d'Athéna et avaient déjà une université dans laquelle enseignait le premier philosophe des Cyclades. Les voisines orientales, nées sous l'égide de Poséidon, semblaient elles plus agressives...

La première année, nous nous sommes contentés de venir en aide à l'île centrale, et la plus riche, des Cyclades, en leur offrant l'insigne honneur de faire partie de notre civilisation. En effet, bien que très riche, cette île n'avait aucune protection, nous avons donc débarqué l'une de nos phalanges, soutenue par le Titan envoyé par Chronos depuis notre fondation. L'île était dorénavant défendue contre tout empire envahisseur, moyennant quoi, nous nous assurions quelques revenus supplémentaires.

Mais dès cette première année, les vindicatives amazones dressèrent une flotte de navires de guerre trois fois plus grande que la nôtre et menèrent une campagne maritime pour envoyer par le fond tous les navires qui assuraient les transports entre le continent et la nouvelle île qui nous avait rejoints. Une fois leur forfait commis, les infâmes femmes-pirates s'étaient enfuies.

Notre capitale possédait déjà une forteresse militaire quand notre civilisation vint au monde, aussi, les deux années suivantes, nous construisîmes un temple de Zeus et une université, préférant ne pas répondre immédiatement à l'hostilité évidente de notre voisin par des représailles armées.

Dès la quatrième année, notre voisin Bleu d'Aragorn reçut les faveurs d'Athéna pour la troisième fois en quatre ans. Deux nouveaux philosophes vinrent s'ajouter à celui présent à leur fondation et celui qu'ils avaient recruté l'une des années précédentes.
À eux quatre, ces philosophes eurent une telle influence culturelle que les immigrants vinrent par milliers s'installer à la capitale pour profiter de leurs lumières, créant ainsi une métropole culturelle quasi ex-nihilo.

Nous étions un peu inquiets que quelqu'un construise la première métropole des Cyclades avant nous. Heureusement, personne n'avait réussi à créer le plus grand port des Cyclades avant nous, ce qui était toujours notre objectif.

Lors d'une discussion au sein de notre conseil, quelqu'un évoqua l'idée que, Poséidon aidant, nous aurions pu bâtir une métropole maritime, puis envahir la métropole universitaire de notre voisin, nous assurant ainsi la domination sur les Cyclades pour les siècles des siècles. Cette proposition fut rejetée. Pour la raison que nous ne voulions pas être l'agresseur dans un conflit avec cette civilisation si cultivée, bien que son hégémonie commençait à rendre nerveux les citoyens les plus méfiants...
Des mauvaises langues diraient que c'est uniquement parce que nous n'avions qu'une seule phalange disponible pour attaquer, ce qui nous aurait fait combattre à un contre un, soit un combat trop hasardeux pour nous en remettre entièrement à son succès... Mais il ne s'agit que de quelques cyniques...

Les Amazones ne cessèrent pas leur agressions. Une armée de trois phalanges débarqua sur notre capitale défendue uniquement d'une troupe à l'abri de notre forteresse. Nous n'aurions pas dû laisser nos frontières si peu gardées... C'était une grave erreur qui aurait pu nous coûter très cher...
Mais les dieux étaient avec nous ce jour là.
Pour des raisons inexplicables, leur entière armée, plutôt que de nous faire ployer sous son nombre, fut entièrement terrassée, et ce au prix de pertes négligeables de notre côté.
Les Amazones restèrent alors en leur royaume "pour bouder".

Nous nous intéressions peu aux deux peuples de l'autre côté de la mer. Nous savions juste que ces scélérats conspiraient à ce que nous ne recevions pas les faveurs de Poséidon, dont nous avions besoin pour construire notre métropole maritime.
Les Incendiaires noirs de Skarn avaient une très forte économie. Ils découvrirent bientôt sur l'une de leur terre un artéfact divin, peut-être la véritable corne d'abondance, qui doubla les revenus de ce territoire.
Mais ils avaient fait l'erreur, comme nous, de peu défendre leurs frontières...
Jaloux de tant de richesse, les Pirates verts de Jehan envahirent la terre de la corne d'abondance et prirent possession des deux.
Mais la richesse des Noirs de Skarn était telle que, malgré cela, leur revenu annuel était de 800 tétradrachmes, quand le nôtre ou celui de nos voisins Bleu d'Aragorn était de moitié moins chacun. (Les Verts de Jehan et les Jaunes d'Outremer avaient, il me semble, chacun un revenu de 600 tétradrachmes, mais je ne suis absolument plus certains sur ce point.)

Quelques années plus tard, les Noirs d'Aragorn se sont emparés d'un artefact d'Hermès qui leur permit de fabriquer des chausses ailées pour chacun de leur soldat... Leurs phalanges prirent la voie des airs, et frappèrent partout à travers le monde.
Ils envahirent les terres des pirates verts de Jehan, et reprirent leur corne.
Ils envahirent les terres des amazones jaunes d'Outremer, et leur volèrent le caducée d'Eusclepios.
Ils envahirent la capitale de la civilisation bleue d'Aragorn, et s'emparèrent manu militari de leur métropole universitaire.
Puis retournèrent envahir les terres vertes des pirates verts de Jehan. En leur capturant un port, ils purent immédiatement construire la deuxième métropole des Cyclades... Une métropole maritime ! Ils nous avaient devancé !

De plus, quelqu'un avait maudit notre riche île du centre des Cyclades, de sorte que notre phalange et notre Titan ne pouvaient la quitter. L'heure semblait grave pour nous...

Mais cette année, enfin, nous pûmes obtenir les faveurs de Poséidon. Grâce au concours de deux prêtres de Zeus, ainsi qu'une fortune accumulée grâce aux faveurs d'Apollon l'année précédente (grâce auquel nous avions enfin pu planter des choux autour de notre capitale), personne n'avait pu nous en empêcher !
Nous rebâtîmes donc tout d'abord la flotte coulée par les Amazones et restaurâmes nos liens avec notre île.
Ensuite, nous construisîmes un port dédié à Poséïdon. Avec notre forteresse d'origine, ainsi que notre temple de Zeus et université d'Athéna construits les années précédentes, c'était tout ce qui nous manquait pour que notre capitale puisse être reconnue comme la troisième métropole des Cyclades - même si elle ne serait pas une métropole maritime.
Puis, grâce à la construction d'une seconde flotte, nous nous sécurisâmes un couloir de mer qui nous permettrait de débarquer des troupes dans l'ancienne capitale de nos voisins bleus d'Aragorn - maintenant sous le contrôle des infâmes Noirs de Skarn.
Il restait le problème de Méduse, la gorgone qui retenait nos troupes sur l'île centrale.

Nous avons invoqué une chimère. Cette chimère prit alors l'apparence d'une autre gorgone, et nous la lâchâmes sur Méduse. Les deux gorgones s'entretuèrent, libérant ainsi nos troupes !

Grâce au vent de Poséidon, notre phalange soutenue du Titan débarqua en capitale d'Aragorn. L'envahisseur noir avait été trop gourmand dans ses conquêtes, et avait laissé le gros de ses  forces sur sa dernière conquête, la terre du port des pirates verts de Jehan. Nos soldats arrivèrent donc à libérer la capitale de ses oppresseurs incendiaires.
Ils furent reçu en héros. Mais la bataille contre quelques officiers laissés en arrière pour occuper le terrain avait été facile. C'était tenir le terrain contre la contre-attaque qui allait être difficile...

Tout se joua donc dans une dernière bataille.
Une dernière armée vint tenter de nous contester le contrôle de la capitale d'Aragorn. Aurions-nous la même chance au combat que quand les Amazones avaient tenté d'envahir notre propre capitale ?
Cette fois, nous avions l'appui du nombre, cependant... Notre victoire ne s'en remettrait pas autant à la déesse fortune...

Retranchés dans les murs de la métropole universitaire, notre phalange et notre Titan tinrent les murs. L'armée adverse fut vaincue (je ne sais plus laquelle c'était... ce n'était pas celle de Skarn, qui avait déjà joué à ce tour-là, ça ne devait pas être Outremer vu qu'il n'avait plus d'armée après s'être cassé les dents sur ma capitale... Donc c'était soit Jehan qui tentait un dernier baroud d'honneur, soit Aragorn qui a tenté de regagner sa capitale).

Fondateurs de la troisième métropole du monde - notre capitale -, et libérateurs de la première métropole, capitale d'Aragorn et haut lieu universitaire, notre civilisation avait enfin scellé à jamais sa domination sur les Cyclades.
Pour le plus grand bien de tous...



Première partie de Mystère à l'Abbaye : j'ai réussi à garder secrète l'innocence d'un des deux pères franciscains (Père Michel, il me semble), le plus longtemps possible. J'ai passé mon temps à demander à presque tout le monde s'ils avaient innocenté des pères franciscains, et personne n'en avait innocenté aucun. Avec le parloir, j'ai demandé à Outremer de m'en montrer un, il n'a pas pu.
Clairement le coupable était donc l'autre père franciscain (Père Galbert). Et ce même, si j'avais encore pas mal de novices à innocenter. Si personne ne l'avait vu, au bout de plusieurs tours après que toutes les cartes suspects avaient été prises, ça ne pouvait être que lui.
Jehan avait vu où je voulais en venir. Il avait compris à mes questions (et au fait que j'avoue avoir innocenté l'un des deux), que je soupçonnais un père franciscain.
Vu que j'avais répondu avoir innocenté des franciscains maigres, même s'il ne pouvait pas être sûr, il avait de bonnes raisons de soupçonner que j'avais le père maigre, donc Michel et pas le gros Galbert.
Il aurait pu gagner en jouant sa carte Crypte, se ruant à la maison du chapitre, et accuser le père de Galbert devant l'abbé.
Mais il a oublié de le faire.
Outremer a joué après lui, ne se doutant de rien, puis Aragorn.
Enfin mon tour, crevant d'impatience.

Je tente le coup, j'accuse Père Galbert, et personne ne me contredit. Jehan confirme qu'il allait accusé le même.
Nous vérifions l'assassin : c'est gagné.



Pour cette partie, retour du parchemin porno, du livre aux enluminures "osées". Skarn l'a trouvé, passé à JB, qui l'a passé à Romain, qui me l'a passé. Mais je ne l'ai pas eu le temps de l'utiliser.
Skarn a craqué à cette partie, tellement perdu dans ses indices, qu'il a commencé à accuser des suspects au hasard.

J'avais bien commencé, arrivant à bloquer dans ma main deux novices bénédictains pendant très longtemps. J'ai utilisé la tactique d'Outremer lors de la première partie que nous ayons jamais faite : garder une grosse main (quitte à piquer chez les autres au confessionnal ou dans leur cellule) pour pouvoir contrôler les cartes que je donne pendant la messe.
J'ai fini par découvrir l'innocence du troisième novice bénédictains, ce qui me donnait un trio d'avance sur tout le monde. Plutôt pas mal !

En fait, pas longtemps après ça, Jehan a échangé ma main avec la sienne. Je me suis retrouvé avec plus qu'une carte (et j'ai galéré pour en retrouver un maximum de 4 en fin de partie). Il y a eu aussi beaucoup d'échanges et de cartes montrées (une messe aussitôt après une autre, deux événements "suspicion" nous forçant tous à montrer une carte, Skarn qui pioche une carte chez chacun de nous et les mélange avant de les rendre, chacun montrant une carte au hasard de son voisin de gauche... Ah et bien sûr l'enluminure porno). Bref plus vraiment possible pour moi de cacher la moindre information.

Ça m'a pas empêché de soupçonner très fortement André, un novice franciscain. D'autant qu'Outremer avait posé des questions sur des franciscains maigres, sans obtenir de réponse.
C'était normal. C'était un piège d'Outremer. Malgré tous les mouvements de cartes, il était parvenu à cacher la carte d'André pendant toute la partie, et ses questions sur les maigres étaient juste pour nous embrouiller. Skarn l'avait compris, mais pas moi.

Je soupçonnais donc le novice André, même si, honnêtement, la plupart d'entre nous n'a pratiquement pas vu un Père de toute la partie. On savait depuis les premiers tours qu'Aragorn en avaient deux non-bénédictains, et j'en avais eu un ou deux dans ma main, mais c'est tout. Les 6 Pères étaient donc loin d'être tous innocentés. Mais j'étais persuadé que c'était André.

Skarn a accusé le frère Malachie, partant du principe que c'est TOUJOURS Malachie. Ce n'était pas lui (je ne sais plus qui l'a contredit). 2 points en moins.
Il a ensuite accusé le Père Guillaume des hospitaliers. Faux encore, c'est moi qui avait la carte.
Skarn était donc à -4. Techniquement, s'il trouvait le coupable à sa troisième tentative, il gagnait 4 points, nous serions donc tous à égalité à 0 point, mais ayant désigné le coupable, il tranchait l'égalité en sa faveur.

Alors que j'allais accuser André, Outremer m'a pris de vitesse, et s'est rendu au chapitre pour dénoncer le coupable.
J'étais un peu vert que ça se joue à l'ordre du tour.
Au final, à ma grande surprise, il accuse... le Père Michel, des franciscains, qui a perdu son chat !
Et PERSONNE ne le contredit !

C'était bien l'assassin, et j'étais tombé dans son piège de soupçonner André.
Du coup, je suis moins vert qu'il ait joué avant moi, vu que de toute façon, je n'aurais pas accusé le bon coupable et n'aurais pas gagné...

Au final :
4 points pour Outremer, 0 point pour Jehan, Aragorn et moi, et -4 points pour Skarn, bon dernier.
Outremer l'emporte avec classe !



Bon, résumés manquant presque totalement d'intérêt je pense. Moins littéraire et plus factuels que d'habitude.
J'accuse la fièvre grippale qui revient...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Compte-rendu des soirées jeux de plateaux - par Lyzi Shadow - 14/02/2016, 20:55



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 5 visiteur(s)