Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
De passage au Meisia, nous n'avons en fin de compte fait que deux parties.

La première était d'un nouveau jeu dont j'ai oublié le nom ("Splendeur" ou quelque chose comme ça), qui nous fait incarner des joailliers de la Renaissance. Les règles sont simples et rapides à comprendre, le hasard est relativement limité et c'est raisonnablement tactique. D'un autre côté, ce n'est pas un jeu follement excitant.

Nous avons ensuite rejoué à Battlestar Galactica. Pendant la première moitié de la partie, il n'y avait pas de traître. Les assauts des Cylons ont malgré tout presque réussi à nous faire perdre ! Notre premier bond nous en a heureusement débarrassé... et ils ne sont pour ainsi dire jamais réapparus ensuite.
Les crises ont beaucoup usé certaines de nos ressources, mais nos bonds nous ont néanmoins permis de progresser assez rapidement. Lorsque Salla a découvert qu'il était en réalité un traître Cylon, ses possibilités de nous arrêter étaient déjà fort limitées (j'étais quant à moi un Cylon traître, c'est-à-dire que je trahissais les Cylons).
Il s'en est néanmoins fallu de peu : notre carburant était tombé à 1, le moral à 2 et notre ultime bond a fait tomber notre population à 1.
Cette partie a illustré le dilemme qui se pose aux joueurs non-Cylons en première moitié de jeu : s'ils jouent aussi bien que possible et qu'ils tirent ensuite une carte Cylon, ils se tirent une balle dans le pied.
Je dois avouer que je n'y ai pas du tout réfléchi sur le coup (même lorsqu'il est devenu clair en début de partie qu'il n'y avait actuellement pas de Cylon). Etant donné ma position de président et mon pouvoir spécial (tirer deux cartes Crise et choisir celle qui s'applique), j'aurais cependant eu une chance raisonnable si j'étais devenu Cylon, en dépit de ce manque de prévoyance.
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Boire un bon verre dans un café parisien enfumé... - par Outremer - 21/03/2014, 00:10



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 4 visiteur(s)