Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Outremer sous-estime l'aide précieuse qu'a apporté son Khorne à mon Nurgle lors de la seconde partie.

S'il ne s'était pas acharné sur le Slaanesh de Jehan au début, je n'aurais pas pas pu tranquillement planter les graines de ma pestilence dans deux régions densément peuplées.
S'il n'avait pas arraché la seconde place pour la dévastation dans la dernière région au Tzeentch de Salla, celui-ci aurait gagné.
Et enfin, si ses démons, pourtant si efficaces jusque là, n'avaient pas pris leur pause syndicale face à ma nuée finale de lépreux, mes fidèles n'auraient pas pu contribuer à la fête et m'offrir la victoire.


La médaille de joueur le plus malchanceux de la soirée est quant à elle attribuée à Jehan. Après des débuts prometteurs pour moi-même, où j'ai réussi à me faire tuer mon démon majeur de Khorne en duel singulier par son confrère de Tzeentch (à peu près l'équivalent d'un combat entre Mike Tyson jeune et Stephen Hawking vieux), Jehan a souffert d'un manque de chance constant lors de la seconde partie.

Au premier tour, un Khorne en pleine forme décide de le prendre pour cible, avant qu'il ne pose son amélioration rendant ses fidèles plus résistants. Il y réussit un peu trop bien, ne lui laissant que deux cultistes isolés en vie, l'empêchant ainsi d'avancer sa roue.

Au second, Khorne reporte ses attentions sur Nurgle, mais ce dernier déclenche une épidémie en réaction, qui emporte les guerriers du dieu violent... et les cultistes de Slaanesh qui traînaient dans le coin !

Au troisième, Khorne, encore lui, réussit l'exploit de nettoyer intégralement deux des régions où se massaient les fidèles pestilentielles et pervers, le hasard de la distribution ayant rendu certaines lieux particulièrement intéressants pour eux deux. Sauf que si un combo magique retors permet au malade de dominer, et même de corrompre, en l'absence de troupes, Slaanesh « main pourrie » n'a pas cette chance.

Pris entre deux feux, il décide d'aller voir ailleurs. Mais hélas les barrières magiques de Tzeentch, destinées à empêcher la progression de Khorne (après deux victoires d'Outremer en deux parties, nous étions peut-être un peu trop paranoïaques à son encontre), le bloquent également. Accessoirement, ce dernier, plein d'humour, s'amusait à envoyer par téléportation les rares troupes de Khorne qui avait réussi à se faufiler jusqu'à lui dans les demeures des autres ennemis.

Et lorsqu'enfin, Slaanesh commence à se refaire, Khorne, qui jusque là frôlait les 100% de réussite, se révèle soudain incapable de faire du mal à une mouche. Sans allié pour freiner la progression de ses rivaux, il ne peut plus espérer combler l'écart qui le sépare du peloton de tête, dont les membres s'inviteront d'ailleurs tous chez lui pour prendre une part de son butin (il y avait quelque chose comme deux à trois cultistes de chaque couleur dans cette dernière région).
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Boire un bon verre dans un café parisien enfumé... - par Skarn - 07/11/2013, 15:55



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 3 visiteur(s)