Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Les habitants hérétiques de la surface nous ont chassés dans les profondeurs, nous les serviteurs des dieux ancestraux. Leur impiété sera la source de leur inéluctable anéantissement. Aujourd'hui commence une nouvelle ère. Cthulhu lui-même est descendu parmi ses humbles esclaves pour rétablir l'équilibre. Nous accomplirons les rituels secrets dans les ténèbres et reviendront dans la lumière épaulés par des puissances innommables !

Par la grâce de notre protecteur, nous avons trouvé un lieu sacré, idéal pour débuter notre conquête. Nous nous déployons rapidment, longeant le gouffre sans fin des âmes en peine.

*****

Nous avons rapidement compris que nous n'étions pas seul dans ses souterrains. Loin au sud, sur l'autre rive de la rivière, nous entendons le bruit continu des forges naines. Tout à l'est, une étrange race polymorphe se développe le long des montagnes noires, sous le contrôle de leur redoutable reine. Mais ils nous laissent tranquille pour l'instant. Ce qui n'est pas le cas de ses sous-êtres fongiques, qui ont osé franchir l'étendue d'eau pour poser pied sur nos terres. Nous avons heureusement promptement repoussé ses êtres impurs grâce à la bénédiction tentaculaire de notre Seigneur.

*****

En apparence, les choses se présentent mal.

Le roi des nains a réveillé des puissances qu'il n'était pas digne de contrôler. Avec l'aide de son Balrog, il s'est emparé de la Sainte Grenade d'Antioche, d'une mystérieuse orbe qui passe ceux qui la regardent sous le contrôle de son propriétaire et d'un sceptre d'abondance qui rend ses territoires plus fertiles que jamais. Armé de tout cela, il est à notre porte sud-est.

Au sud-ouest, les revanchards champignons ont de nouveau franchi la rivière, et cette fois, nous n'aurons pas la force de les repousser.

À l'est, les sans-formes nous dominent depuis leur forteresse sacrée au milieu des montagnes noirs. Nous ne pourrons les en déloger.

Notre propre divinité nous a abandonné, probablement partie aider d'autres de ses fidèles.

Mais tout cela est sans importance. Nous avons réussi à former un cercle parfait autour de la fosse sans fond. Des centaines de cultistes incantent ensemble les plus terrifiants rituels d'invocation. Des profondeurs infinies jaillissent des légions de créatures vertes, prêtes à nous défendre corps et âme. Même dans la défaite nous triomphons.

*****

À force de jouer avec le feu et la sorcellerie, les nains en ont subi les conséquences. Leur race s'est effondrée. Les forges ne tournent plus, les plus chanceux se sont enfermés dans les montagnes où ils radotent, les autres ont été transformés en de grotesques masques gélatineuses, misérable parodie du grand Cthulhu. Ils hantent dorénavant les eaux. Nos propres créatures les ignorent superbement, bondissant par-dessus eux comme s'ils n'étaient pas là.

Dans le même temps, notre base historique a succombé sous l'assaut surprise de petites flammèches volantes. J'avoue que nous ne nous attendions pas à ce genre d'ennemis. Mais pour chaque territoire perdu, nos nouveaux alliés nous en ramènent deux.

*****

Fou que nous avons été ! Le vrai danger est à l'est. La reine noire a révélé sa vraie nature. Ce monstre terrifiant et immortel alimente constamment sa puissance par le sacrifice de ses propres rejetons. Sa force est telle que le Balrog lui-même s'est arrêté à sa frontière. Pire, elle a façonné dans la boue de redoutables géants qui se sont déversés sur le monde. Rien ne semble pouvoir les arrêter. Ni les bastions renforcés des champignons, ni les derniers nains, ni même les nouvelles habitants des hommes n'ont pu s'opposer à leur assaut. Pour l'instant, ils nous ignorent. Mais pour combien de temps ?

*****

La reine noire a commis une erreur. En s'attaquant à nous, elle a rendu nos créatures folles de rage. La bataille fut violente, longue, terrible pour les deux camps. Cependant, nous disposions d'un atout par rapport à nos ennemis : dans les ruines naines reposaient un artefact à la puissance inimaginable. Et cet artefact, nous l'avons retrouvé. Alléluia

*****

Je suis l'un des derniers cultistes survivants. Les ultimes nains ont franchi encore une étape dans leur déchéance, et se sont sacrifiés pour ramener à la vie des souverains des temps passés, qui nous ont violemment attaqués. Cette ultime tentative s'est cependant soldée par un échec, car dans leur frénésie, ils ont également attaqué les créatures des flammes. Ô, les bandages de ces momies ont fort bien brûlé.

Je succomberai sans doute bientôt. Cependant, je sais que nous avons réussi. Nos créatures sont plus puissantes que jamais, et contrôlent désormais le Balrog. La victoire ne peut plus nous échapper !

======

Ce récit est bien sûr tout à fait impartial.

Sinon, point de règle qui m'a titillé : on a supposé que l'effet de l'autel sacrificiel de Salla s'activait avant qu'il ne reçoive ses points pour les régions contrôlées, mais on n'a jamais vérifié que c'était vrai.
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Boire un bon verre dans un café parisien enfumé... - par Skarn - 15/03/2013, 20:29



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 5 visiteur(s)