Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Hier, reprise de Pathfinder après deux mois d'inactivité.

Au menu :

De l'esprit avec Ezren le magicien, descendant du marquis :
« Hé la barbare à mains nues, va te faire le monstre que j'ai repéré dans la montagne... Oh, aurais-je oublier qu'il n'était vulnérable qu'à la magie ? Je suis vraiment désolé ! »
« Hé les bourrins, j'ai trouvé un Épieu +3 magique tueur de géants, éventreur de dragons, pourfendeur de nécromants et qui a la classe en plus. Regardez bien alors que je le fais délicatement tomber dans le puits sans fond des objets que vous ne reverrez jamais. »

De l'efficacité avec Amiri la barbare :
« Bon, les filles (et Ezren), je vais me faire le boss toute seule je le sens bien. *Insulte barbare* Il est protégé derrière une harpie contre lesquelles mes armes ne marchent pas. Vous pourriez m'aider ? Merci. On est reparti. *Nouvelle insulte barbare* Il a mis un piège ! Je peux pas battre un piège en lui tapant dessus avec ma hache ! Un coup de main ? Merci. On est reparti. Ah, voilà enfin le boss. Euh... Il s'avère qu'après la harpie et le piège, je ne suis plus aussi fringante qu'avant. Les gens, les gens, vous êtes encore là ? »

Du dévouement pour la cause avec Merisiel la voleuse :
« Piller la planque des rôdeurs, OK. Dévaliser la cache des méchants, OK. Ramasser la babiole brillante derrière le piège à idiots, OK. Affronter les méchants ? On verra plus tard. »

Un autre façon de régler les problèmes avec Seelah :
« Alors, une armure pour encaisser le souffle des runes explosives, une armure pour les sbires qui s'autodétruisent sur moi, une armure de réserve des fois que je tomberais dans un trou... »

Des plans simples avec Lini la druidesse :
« Bon alors, je défausse le pendentif pour me changer en gorille, ce qui transforme mon d4 en d10. Ensuite, grâce au soutien moral de mon crapaud, je rajoute 1d4+3. Puis j'active ma bénédiction, pour 1d10 de plus. J'ai un soutien d'archerie donc 1d4+1 encore. L'ennemi me blesse automatiquement, ce que mon sort de soin va corriger vite fait... Je crois que c'est bon, je vais pouvoir éclater cette goule sans problème. Une seconde, d'où il sort ce dragon ? »

Et surtout, de l'héroïsme, avec le sacrifice de Bob, ce PNJ bien connu. Nestor, nous n'oublierons jamais comment tu t'es jeté tout à fait volontairement sous la souffle ardent d'un dragon pour protéger Lini. Marcel, encore merci.

Et bien sûr de l'humilité avec tout le monde :
« Bon, je lance les dés. C'est bon, c'est tranquille, je ne peux échouer que si je fais une tripotée de 1... Oh, tabernacle. »
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Boire un bon verre dans un café parisien enfumé... - par Skarn - 18/09/2014, 09:08



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 5 visiteur(s)