Labyrinthe (Outremer)
#16
Ha ! J'aime beaucoup ta comparaison. Elle n'est pas fausse, je le reconnais ! J'aurais peut-être du diminuer un peu les choix "prise de tête" vers la fin, lorsque le joueur n'a vraiment plus envie de recommencer toute l'aventure simplement parce qu'il a fait confiance à son intellect et décidé de répondre à l'énigme d'un sphinx.

Pour répondre à la dernière question d'Oiseau (que j'avais oublié), il y a plusieurs façons d'interpréter les PFA qui n'indiquent pas qu'on peut recommencer l'aventure : l'héroïne a sombré dans une folie si profonde qu'elle n'en ressortira plus, elle a eu une crise cardiaque ou peut-être que le choc mental a simplement été si violent qu'il lui faudra un certain temps pour réussir à recréer son labyrinthe intérieur (c'est plutôt cette interprétation-là que j'avais en tête, parce que j'aimais assez l'idée que l'héroïne ne puisse jamais vraiment perdre). Dans certains cas, j'ai voulu suggérer que des calmants étaient injectés à l'héroïne dans le monde réel.
Il y a un seul vrai PFA, face au loup, et encore ne s'accompagne-t-il pas de la mort de l'héroïne.


En ce qui concerne le système "si jamais vous rencontrez un mammifère à poil long dans un lieu aseptisé à une heure indue, ajoutez 44 au n° du paragraphe et rendez-vous au résultat", l'idée m'est venue des "Mercenaires du Levant" et d'un débat que nous avions eu sur le forum il y a un mois ou deux. Cela me semblait un bon système pour éviter de donner des indices injustifiés au joueur, le forcer à rester attentif et... lui compliquer la tâche, je le reconnais. Le fait que j'offre parfois au joueur n'ayant pas l'information appropriée le choix entre la peste, le choléra et le typhus n'est qu'une preuve de mon sadisme occasionnel.
Répondre
#17
En fait, je dirais qu'à partir du moment où l'on a compris la situation véritable dans laquelle est plongée l'héroïne (et on comprend assez vite quand même, même si les détails précis n'apparaissent qu'à la fin), le goût de recommencer de manière honnête à chaque PFA diminue ou disparaît. Puisque la séquence finale est la plus difficile et arbitraire, tous les lecteurs tricheront à ce point-là, sauf les vrais fanatiques du "je-recommence-pour-la-vingtième-fois". Et cela ne sera toujours pas suffisant, étant donné les cinq choix (cinq PFA) de la confrontation finale, qui nécessitent un code quasi-introuvable trouvé au préalable.

J'en conclus pour cette aventure qu'elle est excellente en style et en ambiance, mais sévèrement handicapée par sa difficulté gratuite. Passé un certain point, tout se résume à "Bon, où est-ce que j'ai oublié de faire le choix X qui me donnera le code Y dont j'ai besoin pour passer le point Z ?" (sans plus d'intérêt à lire les paragraphes eux-mêmes).
Répondre
#18
Ah, c'est comme dans Identity le film ? faut que je regarde de plusprès cette AVH
Répondre
#19
Ai commencé l'AVH ce soir. Après 4 essais infructueux, j'ai du mal à dégager une impression globale. Je n'ai rien compris au pourquoi du comment (à part qu'on incarne un enfant) mais j'ai bien aimé l'ambiance générale. Après avoir échoué trois fois dans la pièce de départ, j'ai finalement réussi à atteindre le couloir. Là, j'ai tourné la feuille sur le mur, ce qui m'a donné accès à un passage secret. J'ai ensuite abouti à un autre couloir, où je me suis fait aspirer par un dessin que j'avais touché. Entraîné dans un étrange décor, j'ai commis l'erreur de voiloir entrer dans une maison. (je savais pourtant, j'ai vu des films d'horreur, faut jamais entrer dans la maison sombre^^).
Bref difficile de donner une opinion pour le moment. Je repars en piste. Tongue
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#20
Aragorn a écrit :Ai commencé l'AVH ce soir. Après 4 essais infructueux, j'ai du mal à dégager une impression globale. Je n'ai rien compris au pourquoi du comment (à part qu'on incarne un enfant) mais j'ai bien aimé l'ambiance générale.

Ha ha ha, un incroyable spoiler du paragraphe 1, ça Gogorn ! LOL

Bon, j'ai terminé l'aventure également. Il est un peu tard pour feedbacker maintenant mais je le ferai demain, bien que n'ayant pas grand chose à rajouter à ce qui a été dit.


Répondre
#21
Voilà donc mon feedback.

J'ai globalement apprécié cette aventure. Ses qualités : le style impeccable et fluide, l'ambiance et le scenario très originaux.
Ses défauts : comme d'autres l'ont dit avant moi, une difficulté assez abusive.
Par contre, je n'ai pas trop galéré pour le mot de passe "introuvable" car j'ai dû explorer le collimaçon à 100% du fait que je n'avais pas vu qu'il y avait un objet "à mécanisme" dans la pièce qui le termine... J'ai toujours cru que cet objet était le réveil arrêté et qu'il y avait un petit bug de renvoi..

Pour être plus précis, je n'ai pas beaucoup aimé l'aventure jusqu'aux pièces nommées. Le collimaçon me semblait répétitif, avec peu de rencontres (et en plus, jeme suis mangé tous les PFA possibles, celui d'Alice étant tout à fait abusif, bien que très bien écrit). Ensuite, je trouve que ça se "débloque" et on commence à avoir une idée assez précise de l'intrigue. A noter que tu as dû revoir La Folie des Grandeurs, durant cette période de fêtes... Wink

Evidemment, sur la fin, j'ai triché comme tout le monde. Le dernier couloir m'a bien plu, sauf en ce qui concerne le vernis mythologique qui semble un peu "plaqué" (je pense en particulier au Sphinx, dont on se demande ce qu'il fait là, en plus d'amener un PFA si on veut répondre à sa question).
Il y a également l'épilogue que j'ai trouvé assez court et décevant. On sent un peu que tu étais pressé d'en finir et c'est dommage, parce que la dernière impression est importante, et parce qu'on en a bavé pour arriver là.

Mais ces défauts ne sauraient masquer la belle qualité de l'AVH (bien qu'un chouilla inspirée de La Créature, comme Le Pensionnat faisait un peu penser au Manoir), qui est assurément l'une des plus surprenantes de cette année.


EDIT : Ah, et pour ta question, comme pour les autres c'est le dessin qui m'a apporté le prénom de l'héroïne, confirmé ensuite lors de la rencontre avec Christophe, David et Jamilah.


Répondre
#22
Shy 
Anté-scriptum : J'ai écrit cette bafouille en lisant l'AVH (après avoir décidé d'aller au bout et parce que elle m'interpelle énormément). Sachez que j'ai aussi pris le parti de ne pas lire les commentaires déjà écrits pour avoir MON point de vue. Je lirais les autres commentaires après. Désolée pour les potentielles redites.


*Éteint le micro*


Moi, quand je lis "pas de règles", ça m'interpelle, vous voyez. J'ai donc décidé de tester ma 2° AVH depuis mon inscription ici (la 1° était l'ultime PVSMO:CHO, MA référence lol). J'avoue cependant avoir tenté Flower Power et Faery : l'Interlude Sylvain, mais sans réussir à aller vraiment au bout (immersion, règles, motivation perso, etc… bref ce n'est pas dû auxdites AVH ! Que les auteurs se rassurent ^^). Donc je ne me fais pas d'illusion, et pense décrocher de Labyrinthe avant la fin des vacances (tiens, finalement, je l'ai fini avant la fin des vacances, comme quoi) …


A quoi on joue ici ?


Dès le 1° paragraphe (y'a pas d'intro lol), l'ambiance me plait. La candide fillette cherche une sortie… Ou plusieurs ? Le coup du puzzle était trop gros, je l'ai vu arriver rien qu'en lisant la possibilité (^.^)v. Mais je n'en ai profité qu'à mon 2° essai (avec la déception de ne constater qu'il n'y avait qu'une seule destination hors de cette chambre, j'attendais mieux). Dès le premier essai, je réussis donc à sortir sans me tromper (youpi !). Les codes (§+ ou noms) sont très bien utilisés, et permettent de bien cacher certaines scènes / infos positives ou négatives. Le même code pouvant servir à vous aider ou vous pourrir la vie en + ! (Je me suis en effet tapé une dépression après avoir mis un masque alors que le même code lié à l'action me permettra plus tard de me souvenir de mon amour…) Bravo !! Encore plus délirant, c'est la première fois que je vois un code qui permet d'accéder à… un autre code ! Sans raison vraiment valable, du moins "activement", car à la rigueur, on pourrait penser que les codes grandissent avec la fillette ? Naaann, ben si (ce sera plus flagrant dans le chapitre suivant).


Est-ce Cargo ?


On attaque alors la 2° partie de la découverte. On y va gaiement avec le répertoire onirique, imaginaire et irréel. L'ombre de Lewis Carroll et des contes pour enfants est un régal. Ce loup caché un peu partout, de plus en plus oppressant (surtout vers la fin du couloir), et quelques autres incursions étranges sont mêlées avec une inventivité et une truculence extrêmement plaisante. Sincèrement, j'aurais aimé avoir écrit ces 2 premières parties. Les délires comme marcher au plafond, les passages secrets, ces décors qui vous parlent, vous fascinent, vous absorbent (le passage dans les dessins est somptueux).

Ce genre de délire m'a fait pensé à Philémon, une BD de Fred. Pour ceux qui ne connaissent pas, j'ai joins à ce message 3 planches représentatives. Il est question d'un monde parallèle dont chaque continent est une lettre de l'OCEAN ATLANTIQUE. C'est un univers onirique avec les mêmes délires, si vous pouvez vous en procurer, essayer vous verrez.

On est dans un monde similaire, où les objets peuvent interagir avec le personnage en gardant leur spécificité ou avec des choses complètement loufoques (comme la fermeture éclair de la BD et les effets de la flèche que l'on peut épingler au mur de différentes façons). Au-delà de ces idées géniales (t'as fumé quelque chose avant d'écrire Outremer ?), une ambiance savamment distillée entre la féerie et la peur, l'amusement inconscient et une certaine "autre réalité" planante, plus angoissante, qui nous attire comme un papillon (t'as vu Outremer, moi aussi je fais des clins d'œil sur ce qui va venir via un écran de PC) vers la lumière… A un moment, j'ai aussi pensé à Cube. Des lieux qui se suivent avec un mystère à découvrir à chaque fois. C'est dans ce couloir que je vais empiler le plus de retour en arrière. Je profite de cette remarque pour te donner mon sentiment pour améliorer l'ambiance de "cycle qui ne finit pas la partie". Je pense que tu devrais changer un poil les fins de ces § où tu propose un "retour au départ", car en fait cela augmente la durée de vie d'une aventure. Je prends la liberté de te soumettre ce que je penserais être plus adapté :
Lorsque vous reprenez connaissance, vous êtes dans une grande salle. Tout autour de vous se trouvent des jouets, toute sorte de jouets. Cela vous remplit de joie, car vous adorez les jouets, depuis toujours. Cet endroit est un vrai paradis, vous allez bien vous amuser. Oh oui, qu'est-ce que vous allez bien vous amuser, pensez-vous en saisissant la dînette rose près de vous, bien décidée à tous les essayer. C'est tellement bon d'être là… Rendez-vous au 1.
Ça me semble pas mal et ça colle mieux avec le début du 1. On part sur le trip du film "un jour sans fin" (tiens, ça ferait un OTP d'enfer ça Big Grin) et c'est plus abouti (à mon goût). Dis-moi ce que tu en penses.

Il y a plus tard de VRAI PFA où on y reste vraiment. A ce propos, je trouve le §99 un peu rapide et j'ai rien compris (la référence si, mais la justification d'un PFA avec cette action…).


Alice au pays des merdouilles...


La dernière partie du couloir devient plus violente et plus sombre, annonçant une suite en crescendo (je le sentais bien comme ça et je n'ai pas eu tort). On devine aussi une certaine construction et des sens cachés au fur et à mesure des diverses "épreuves". Je n'en prendrais la dimension que bien plus tard. Les relectures de cette zone avec le savoir du chapitre suivant donne un autre ton, plus insidieux et profond. Je ne sais pas si cet effet de double lecture était voulu ou si c'est un résultat "hasardeux". En tout cas, je ne regrette pas d'avoir eu 2-3 allers-retours au 1 pour explorer plusieurs chemins dans ce couloir, car un accès trop rapide à la 3° partie gâcherait le plaisir initial, car on y perd clairement une certaine innocence. Ce qui me laisse penser que les retours au 1 devraient être prohibés à partir de cette 3° partie (§126 par exemple). Le passage à cette 3° partie est plus dur (j'ai mis 3 essais avant trouver où se trouvait la solution que je ne voyais pas là en plus).

Avant cela, une petite remarque à Outremer, qui visiblement, n'a pas été une jeune fille de 8 ans Mrgreen. Au §199, la fillette voit des images d'hommes nus, ce qui la ferait rougir… Sur le moment, j'ai franchement souris à "l'anachronisme". A cet âge là, je peux te garantir que seul un sentiment de curiosité / découverte (non malsaine) lui vient à l'idée. Suivi du sentiment d'avoir un indice de plus sur la différence entre les filles et les garçons. Cependant, avec la suite, je pense qu'il est possible que ce rougissement soit dû à une réaction inconsciente (refoulée ? lol). Mais je voudrais savoir si c'est bien ça ou si tu pensais vraiment qu'une fillette puisse rougir à cette vue (sachant qu'il n'y a personne pour dire que c'est bien ou mal).


Auto-Psy ?


Bon, une pierre de croissance (lool), et on va commencer à compter les points (tiens, des règles ! Quoi ? On m'aurait menntiiii ? Quoique, elle à l'âge maintenant ! mdrr). Un peu agacée devant le fait de DEVOIR faire des comptes grrrr. Bon, je me plie à la règle. Car il faut dire que ça doit en valoir le coup, vu la qualité du scénario et de la rédaction. Je pense à ce moment que j'irais sûrement à la fin de cette AVH. Et un autre compteur, ben voyons !! En plus c'est unquekchoze. Je sens que celui là va être coton (c'est le méchant, c'est sûr), et on en reçoit de double, merci Outremer !
Déjà, c'est moins fantasmagorique comme endroit, les codes eux-mêmes sont plus matures, limite spoiler lol. Comme c'est ma 1° exploration, je vais faire une fouille complète, et en règle, s'il vous plait. C'est là qu'on saisi l'idée du scénario. Une sorte de révélation à coup de papillons aux ailes tranchantes comme des rasoirs (réprésentation du suicide ?). Un voyage dans les tréfonds de l'âme où les personnes les plus chères vous remontent des bribes de souvenirs. On remarque alors que la fillette ne c'est pas beaucoup marrée. Un passé lourd, parfaite anti-thèse de la salle de jeu. Bienvenue de l'autre coté du miroir…. On est clairement confronté à la réalité, fini les tours de magie et les jouets (Welcome to classe A lool).

Je voudrais cependant exprimer mon mécontentement sur les souhaits de la sirène, parce que là, j'ai rien compris. Je me demande… Lors de mon premier passage, j'ai pris la santé, qui était le choix le plus cohérent vu la situation… Ben non ! Frustration et incompréhension, je prends la liberté de prendre un non-choix pour continuer (du moins je l'espère).
Ma fascination pour cette partie ayant enterré ma patience à recommencer du début pour dévorer la suite. D'ailleurs, telle la boîte de Pandore, je vais avouer que la fonction recherche de Adobe Reader™ va commencer à servir. Toutes mes excuses à l'Auteur, mais j'ai préféré tricher que de "perdre du temps" à recommencer ou même arrêter tout bonnement ma lecture. D'un autre coté, mais surtout avec le recul et après avoir tout lu, certains choix semblent effectivement logiques, d'autres hasardeux voire injustifiés sur le moment. Mais le retour pour la santé me reste en travers de la gorge. Que ce soit la séance de coiffure "tu es belle ma fille" ou donne-moi un prozac, lequel est le mieux pour se réconforter ? Repli intérieur ou Aide extérieure ? J'ai pensé à un moment que Outremer avait fait ou faisait des études de Psycho. Si c'est le cas, faudra m'éclaircir sur ce sujet. A moins que ce ne soit une simple erreur ? Donne-moi tes raisons, car j'ai trouvé la punition très sévère.

Autre question perso : Que faisais-tu le mardi 25 décembre 2007 entre 20h50 et 23h15 ?

Je finis la première fois avec un score honorable 6/69 mdrr. Bon va falloir optimiser les bon cotés si je ne veux plus me suicider (c'est ainsi que j'avais interprété l'attaque des couteaux, je n'ai eu l'info du flashback qu'au 2° tour et j'ai compris de quoi il en retournait exactement + capté le sens caché des lettres AAMMN desdits couteaux en passant Redface). Tiens, les lettres… Non, ça c'est le sujet qui fâche, j'en parlerais après. Ah autre chose, j'ai un copyright sur le PFA du §146 (voir le §359 du Marais II v.2).

Bref, après être passé au salon de coiffure, fait un peu d'origami avec la famille, fait chanté ma mère (un juste retour hihihi), retrouvé mon David à une terrasse et assumé ma sexualité naissante (Outremer, faut qu'on cause lol), et joué un petit air de flûte (hum…), ouf, ça va mieux ! Je me retrouve donc avec des conditions acceptables pour changer d'étage (tiens ça me fait penser à l'école de la Rose Noire dans Utena). Petit couteau deviendra grand (emblème phallique ?), Outremer on DOIT causer re-lol.
Cette 3° partie installe définitivement l'idée originale d'Outremer. J'avoue que c'est une excellente trouvaille. La progression de l'inconscient aux limites de la conscience est finement jouée, les ambiances et informations subtilement décrites, et de plus en plus précise au fur et à mesure que l'on émerge et assume les événements. Je dois avouer que tu l'as quand même gratinée, la pauvre fille. Mais c'est très bien rendu et cette 3° partie est la plus convaincante pour asseoir la révélation. Je t'assure que je ne regarderais plus les papillons de la même façon maintenant lol.



Pale Fan service !?


Et là, c'est le drame. Noooooonnn !!! OhNooo (C'est moi qui crie, pas l'héroïne). C'est quoi ça ? Saint-Seiya ? Et en avant le striptease !! C'est quoi ce délire ? Oui, je sais on va me dire que c'est une allégorie sur la psychanalyse, qu'elle le fait pas vraiment, patati et patalère…

Bon, Outremer, là, on va causer re-re-lool !
<à prendre au 4° degré hein> C'est une AVH faite par un homme pour les hommes ! Je trouvais déjà bizarre qu'un jeune homme passe sa soirée de réveillon seul à écrire les aventures d'une fillette au lieu de faire une bonne vieille fiesta IRL à l'ancienne, mais si en plus ledit jeune homme déshabille cette même jeune fille (on disait qu'elle avait grandi) pour lui faire franchir des portes imaginaires bourrées de PFA… Je reste… indubitablement dubitative ptdrrrr ! Bon pour les portes, si je connaissais pas la référence, ça aurait peut-être pu passer, mais bon, vu ton score à mon quizz de Saint-Seiya… Mais pour la séance du strip, je serais intransigeante : C'est louche lol. Bon j'ai fini. </à prendre au 4° degré hein>

J'ai dû quand même attendre le lendemain pour m'y remettre, car ma déception fut vraiment grande. D'autant plus que mon admiration était grande depuis le départ. Après l'ascenseur, je pensais qu'on allait se retrouver dan la réalité pour les dernières révélations (quoique à ce stade, on se demande vraiment ce qu'on pourrait apprendre de plus).

Bon, ton sphinx est aussi pénible que le mien, tiens. Rien compris non plus, je passe. HdV réussira, lui, il a l'habitude lol.

Les grands classiques suivent (c'est assez téléphoné aussi) : maman, l'amoureux (très beau passage au demeurant), personne (?), la folle (original !), puis le Loup. A ce moment là, j'ai cru à une autre pirouette de background : une fille qui en est à sa première fois et qui quitte le monde des enfants pour celui des adultes avec toutes les frayeurs possibles. Mais ça ne collait pas avec certains passages d'avant. Mais pour cette dernière partie ça aurait pu être une explication cohérente (elle à vu le loup Mrgreen !). Bref, 6 choix PFA plus tard je cale. J'ai encore raté un code. Je suis sûre que c'est la porte où il n'y a personne. J'y retourne (recherche, désolée). J'essaye §+10 et §-10 (j'ai honte, désolée), mais non. N'ayant pas fait tous les choix du couloir, j'essaye de relire quelques autres options et me régale de nouveau à la lecture de ces autres passages Love. Mais pas de nouveau code… Complètement impuissante, je vais voir la fin. Le dernier § n'est pas le dernier, mais un épilogue. Je le lis… Ça ne me parle pas plus que ça. Il en manque encore. J'arrête là. Marre ! NoGreen
Le lendemain je reprend le passage des portes en regardant les codes demandés (des fois que…). Effectivement, on m'en demande 2 quand je suis avec la folle. Inconnus ceux-là ! Bon, aux grands maux, les grands remèdes : Recherche (toujours désolée cher Outremer) !!


La fin des haricots.


Ouaaahhhhhh !! C'est quoi ce délire ? Ces codes sont difficilement accessibles (impossible ?). Bon, pour celui où on voit la fille dans les coulisses derrière le rideau rouge, je n'y avais été qu'une fois et je pensais que c'était encore la mère. Ben non c'était moi-même, viens, viens, bon j'y vais "ping" ! C'est réalisable. Mais le 2° code, merci le carnage. Il sort d'où ce prénom ? Je me souviens du "O" sur le couteau après le combat contre MAMAN… Le scrabble ? Recherche… Ah ben oui. Couteau + scrabble = prénom. Résurgence de ces "3" sur le dessin… Recherche… Ben voyoonns !! Et je m'emballe dans mes souvenirs (comme l'héroïne finalement lol), les cubes de la salle de jeu, la sirène, les amis qui m'appelle O.C., mon mignon petit surnom " Mon océan adoré"… Finalement, il est partout ce prénom lol. Trop vicieux pour un jeu sans règles, non ? Allons-y gaiement finir cette AVH. §+50 et un bout de phrase comme déclencheur (pourquoi pas, on est plus à ça près)… Heeeyyyy !! Il est où bout de phrase !!?? Après 3 choix sans trouver, je pète un câble et recherche de nouveau. 1 seule des 6 possibilités contient ces mots !!?? Pénible ça. Tu es sûr que tu veux qu'elle s'en sorte cette pauvre gosse ? Elle n'a pas assez souffert comme ça ? Elle doit (et nous aussi) recommencer combien de fois ? Tu dois avoir des actions chez les psys c'est pas possible :p. Bon d'un autre coté, ce choix est assez logique si on se la pète "tu ne le sais pas encore mais t'es déjà mort !". Ça sent encore le re-cliché d'animé ça ! Toute nue devant le boss de fin ('peut même pas mettre les mains dans les poches -_-; ), même pas peur je t'explose en avançant (je reconnais c'est jouissif). Je n'ai pas compris cette espèce de révélation apocalyptique devant le loup. Elle me semblait acquise depuis la porte précédente. En fait, je ne vois pas l'interaction, car celui-ci est passif et subit des événements qui ne sont pas de son fait, puisque déjà au §201 l'héroïne avance déjà sans peur (que l'on ait ou pas les codes magiques) !! Ça reste quand même divertissant. Et puis finalement cet épilogue en 5 épisodes…

Je pense que tu aurais pu la jouer plus fine : par exemple, le loup se jette sur l'héroïne, mais c'est elle qui l'absorbe (ou le bouffe si tu veux la faire gore avec une référence à Evangelion mdr, voir l'image n°4 ci-dessous lol), tu vois. Comme ça, l'intégration de la peur représentée par le loup telle qu'elle est décrite (§216) me semblerait plus cohérente et philosophiquement plus appréciable. Assimiler et assumer ses souffrances et ses sentiments de culpabilité est plus noble que de les détruire sous prétexte d'avoir trouvé une sorte de paix intérieure avec soi-même SANS y ajouter cette part négative et destructrice qui est extérieure à l'héroïne "renaissante".

Atteindre la fin ? Une utopie, je pense. En tout cas, il faut déjà tomber sur la salle qui nous demande notre prénom pour avoir l'idée de le rechercher. Mais de là à comprendre que c'est VITAL, il n'y a pas d'indice permettant de comprendre cela. Et puis le cumul de 2 codes, c'est trop cher payé. Pour une aventure qui ne paye pas de mine et aux règles minimalistes (et non non-existantes lol), cette combinaison presque impossible à trouver (c'est mon avis, mais je ne suis pas très joueuse et plutôt lectrice, donc ce n'est pas une vérité absolue, p'têt j'me gourre…). Autant, le multi-choix à PFA intégrés qu'est la salle au bout du couloir est justifiée, car effectivement la partie suivante (visite de la maison / souvenir réalité) est la frontière du réel, autant ce dernier multi-PFA à 1§ de la fin de surcroît est moins défendable. Je me doute que concevoir ce truc doit satisfaire au plus haut point l'ego de l'écrivain, mais à part ta satisfaction assouvie, tu en oublies celle des lecteurs. Je reconnais que cette partie de mon commentaire n'est pas très gentille, mais d'un autre coté, je tiens à te transmettre que, moi aussi, je me suis sentie trahie par ce(tte) fin camouflet.
Je pense que ça m'a gâché le plaisir de comprendre et découvrir sereinement cette fin tant attendue et si finement mise en scène. Ne t'inquiète pas, la dernière partie de défigure pas complètement ton AVH, mais elle ternit l'idéal qu'elle avait installé en moi lors des premières lectures. Le système de code est parfait (que ce soit les noms, les §+, les lieux, serrure, flèches, et mots à trouver), mais son utilisation ne doit pas être une barrière à l'avancée mais un pont, un passage secret, ou un moyen transparent et efficace de trier certaines possibilités. Bref, enrichir les autres dimensions du récit. De mon coté, j'assume mon échec concernant la recherche du prénom, car plus attirée par l'ambiance, le background, et les codes faciles (ceux que tu nous donnes), je n'ai jamais approfondi ces tonnes de lettres redondantes que l'on croise dans l'aventure. Et lorsqu'on me demande mon prénom, je m'attends juste à tomber dans un § où on m'appelle par mon prénom (on peut toujours rêver lol). Peut-être que les autres aurons trouvé plus facilement. De plus, il est vrai qu'après un passage par la porte de la folle, on a les codes, donc on peut optimiser les aventures suivantes pour les trouver. Mais je crains que cela n'altère la qualité de lecture, à moins d'en être à la 10° lecture et de connaître 90% des §. Je ne sais pas pourquoi, tu as rendu la fin aussi mécaniquement inaccessible. Il y avait peut-être d'autres moyens de simuler la difficulté de la chose, si c'est ce que tu as voulu transcrire. Si il n'y a vraiment que le seul chemin que tu as prévu pour sortir de la folie, à mon avis, la femme sera morte avant d'y arriver (surtout qu'elle n'a pas la fonction recherche lool) ! A moins que tu n'aies souhaité que l'on relise ton AVH plusieurs fois ? Dans ce dernier cas, je pense que tant que l'on reste dans les 2 premières phases de l'aventure, le recommencer plusieurs fois est un plaisir. Après l'accès de la 3° partie, quelques relectures sont aussi enrichissantes, car le point de vue est différent. Cela enrichit et rentabilise considérablement le travail effectué. En cela tu as extrêmement bien réussi, et j'en redemande derechef. La dernière partie est la moins réussie, de par sa constitution peut-être trop bateau, et des événements qui n'en sont pas vraiment.

Qu'est-ce qui motive le fait de franchir les portes ? Trouver la vérité ou se déshabiller ? Moi cet aspect me tracasse, plus au niveau du rédacteur qui a pondu ça que pour la justification pseudo psychologique, mais bon, je suis une femme (et j'ai pas fait psycho). Je n'ai peut-être pas la même conception de la vie (lol). Même si la fin avait été facile d'accès (moins d'essais), j'aurais quand même eu du plaisir à relire pour voir les possibilités non explorées, sans que l'on me force à le faire.

Dernière petite chose dommageable, c'est la sensation que l'on DOIVENT se farcir des échecs (il y en a 3 obligatoires : passage au 3° chapitre, le 3° chapitre lui-même avec ses compteurs dispropotionnés, et l'épreuve final du Loup) pour réussir au suivant, c'est une structure très claire qui n'est pas très fair-play, comme si tu ne voudrais pas que l'on finisse ton AVH en une fois. Et malheureusement, plus ils sont éloignés du début, plus ils sont durs, et moins le lecteur/trice s'amuse.


One More Final


Je vais finir sur la vue globale de ton AVH. Je retrouve encore ce coté "Cube". Pas de vraie justification sur les tenants et aboutissants. Juste une expérience, une aventure intérieure, une renaissance. J'adore ! La transition du rêve/enfant à la réalité/adulte est très bien décrite. Franchement, tu n'es pas passé loin du chef d'œuvre. Et tu as un style d'écriture merveilleux, une imagination foisonnante. Merci pour ce joli voyage.



Post-Scriptum : Meuuhh nooon t'es pas une quiche, il est très bien ton titre !
Par contre...
§112 (non loin de l’endroit dont vous êtes partie)
§100 (Vos cheveux noir
s)
... j'adore chipoter Mrgreen



Image 1 à 3 : Philémon (de Fred).
Image 4 : Autre fin possible pour le loup !
Image 5 : Quand la réalité rejoint la fiction (2° planche de Philémon).


Pièces jointes Miniature(s)
Il y a moins de 1 minute" />    Il y a moins de 1 minute" />    Il y a moins de 1 minute" />    Il y a moins de 1 minute" />    Il y a moins de 1 minute" />   
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#23
Wink 
J'en remets une couche vu ce que j'ai lu et qui m'interpelle aussi Big Grin

Outremer a écrit :
Skarn a écrit :PPS : dans ce sujet, tu te plaignais d'un certain paragraphe de SRY. La défense souhaite cependant y opposer un certain paragraphe de Labyrinthe, un paragraphe où on peut gagner 9 points de Seelie pour être précis. M. Outremer, qu'avez-vous à répondre à cela ?

Facile : je réponds que ça n'a rien à voir ! Le paragraphe de SRY qui m'avait un peu heurté était celui où le héros retrouve sa copine dans le camp des pirates et découvre qu'elle a été violée. Pas franchement la même chose !
Skarn, tu es écoeurant Berk

Outremer a écrit :http://www.kaikinissyoku.com/cut/060228shinku.jpg
oO C'est quoi ce site d'excité oO ! Finalement, va falloir relire un des mes commentaires au 1° degré Lool.


Enorme le § de Skarn avec les ponts. C'est exactement ça. Comme quoi la structure fait partie de l'ambiance avec l'idée du scénar. voilà un autre point de vue à développer.

Tiens, oui, j'avais pas fait le rapprochement avec la créature du Chaos. Effectivement, le concept de départ est très proche !

Concernant le prénom, il est assez à la mode en ce moment (9° en 2005 et 11° en 2006). J'en ai 3 dans mon entourage !
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#24
Pas de dispute ! Je pense que Skarn ne se souvenait tout simplement plus du paragraphe auquel je faisais référence (je ne le détaillais pas dans le message auquel il faisait référence).

Je remercie tout le monde pour ces commentaires détaillés, et notamment Caïthness pour son épaisse tartine que j'ai beaucoup appréciée. Dans les semaines qui viennent, je vais m'efforcer de pondre des opinions tout aussi nourries sur les AVH qu'il me reste à lire.

La remarque concernant la difficulté est à peu près universelle. J'avais bien conscience qu'il faudrait certainement de multiples tentatives à tous les joueurs pour venir à bout de l'aventure. Mais il m'avait semblé que ce n'était pas une mauvaise chose, d'abord parce que ça colle assez bien à l'histoire où l'héroïne essaie encore et encore de sortir de la prison mentale qu'elle s'est créé, ce qui est très difficile à cause de tout ce qu'elle veut murer hors d'elle-même. Au fil des tentatives, elle retient des bribes de ce qui lui est arrivé (le joueur, bien sûr, ne souffre pas d'amnésie à chaque fois qu'il recommence l'histoire) et saisit comment triompher des obstacles. De plus, ces multiples tentatives permettent d'explorer des possibilités ignorées auparavant et de mettre la main sur certains codes comme "Shinku" ou "Mnémé", qu'il est facile de rater la première fois. Mais j'aurais dû réaliser que, au fur et à mesure que l'histoire progresse, l'idée de recommencer tout depuis le début se fait de plus en plus rébarbative et devient presque insupportable dans la quatrième et dernière partie. Si j'avais joué à l'AVH sans la connaître et que j'avais été confronté à certains des derniers PFA, je n'aurais sans doute pas résisté à l'envie de revenir d'un paragraphe en arrière pour essayer autre chose. C'est l'un des problèmes qu'il est difficile d'éviter dans les AVH sans dés où le succès ou l'échec dépendent beaucoup des décisions du joueur.
J'ai été un peu surpris de voir que tant de personnes semblaient avoir eu du mal à trouver le code Mnémé, qui est indispensable à l'approche de la fin. Il est certes peu probable de le trouver du premier coup, mais je m'attendais à ce que les joueurs tombent dessus après avoir refait plusieurs fois cette partie de l'aventure.

En ce qui concerne mes sources d'inspiration, on trouve :

- Les aventures d'Alice par Lewis Carroll, bien sûr, auxquelles j'ai rendu hommage dans l'un des PFA les plus injustes de l'aventure, mais aussi l'un de ceux que j'ai pris le plus plaisir à écrire. Mon raisonnement semi-logique était qu'une héroïne cherchant à quitter un monde imaginaire pour rejoindre le monde réel ne devrait pas lire les aventures d'une héroïne qui fait exactement le contraire, mais je ne vous en voudrai pas si vous trouvez ça bidon. A noter que l'idée de départ de l'histoire m'a été très fortement inspirée par une adaptation en jeu vidéo par American McGee, dans laquelle Alice a perdu la raison après la mort de ses parents et retourne au Pays des Merveilles pour y faire face aux monstres qui habitent désormais son esprit. Je n'ai pas joué au jeu lui-même, qui n'est apparemment que de l'action, mais l'idée a fortement frappé mon imagination.

- Diverses oeuvres d'animation japonaise m'ont également inspiré et tout particulièrement Shoujo Kakumei Utena, qui est depuis longtemps ma série favorite. C'est notamment le cas dans la scène de l'ascenseur, qui est directement tirée du cycle de la Rose Noire comme l'a souligné Caïthness, et aussi dans la scène avec les cercueils. De façon plus générale, le thème du repli sur soi et du rejet du monde extérieur qu'on trouve dans Utena m'a nettement influencé.

- Comme l'observe Skarn, j'ai emprunté à Rozen Maiden son héroïne principale, Shinku, qui remet une clef indispensable à l'héroïne dans la salle de jeu. J'aurais très bien pu faire autrement, mais j'avais envie de faire un clin d'oeil à cette série que j'aime beaucoup.

- Le film d'animation Paprika m'a fortement inspiré la fin de l'AVH, lorsque l'héroïne se retrouve enfin en harmonie avec elle-même et réduit ses peurs à néant.

- "Melodie" de Noir (la musique de la montre et sa suite frénétique, qu'on entend notamment lors de la rencontre Mireille-Kirika du premier épisode) est ce que j'avais dans la tête pour la mélodie de la boîte à musique.

- Saint Seiya ne m'a rien inspiré, même si je comprends pourquoi Caïthness a pensé le contraire. J'ai été un grand fan de StS, mais ce n'est plus du tout le cas désormais, même si j'en conserve des souvenirs nourris et plutôt agréables.

- J'ai tiré quelques babioles de mon épisode favori de Buffy, "Restless" (le dernier de la saison 4), notamment le passage du grand rideau rouge.

- Je connais un peu la BD de Philémon, dont j'apprécie beaucoup le côté absurde. Mais l'atmosphère qu'on y trouve est de nature très visuelle et elle ne m'a pas inspiré pour cette AVH purement textuelle.

- "La Créature venue du Chaos" est un de mes DF préférés, mais il ne m'a pas inspiré et je ne vois pas des masses de similarités avec l'AVH si on excepte le fait que le personnage principal est amnésique.

- J'ai vu Cube 1 et 2, mais ils ne m'ont pas inspiré (du moins consciemment).

- Je n'ai non plus trouvé l'inspiration en fumant de la moquette, ah mais !

- Enfin, c'est vraiment la mythologie babylonienne qui m'a inspiré la quatrième partie de l'aventure. La descente d'Ishtar aux Enfers est un mythe que j'avais trouvé extrêmement captivant et que j'avais envie de replacer quelque part. La puissante déesse Ishtar descend aux Enfers pour en usurper le trône, mais elle doit franchir successivement sept portes et, à chaque fois, elle est forcée de retirer l'un de ses vêtements. Dans le mythe, c'est négatif : les vêtements représentent son pouvoir, ce qui fait qu'Ishtar dénudée se fait trucider par la reine des Enfers. Comme c'est la déesse de l'amour/la fertilité/la guerre et ainsi de suite, le monde est au bord de la ruine jusqu'à ce que les autres dieux persuadent la reine des Enfers de lui rendre la vie et de la renvoyer. Ishtar refranchit les sept portes dans l'autre sens et, à chacune d'elles, elle récupère un vêtement et retrouve ainsi son pouvoir avant de regagner le monde extérieur.
Alors pourquoi est-ce que je fais se déshabiller progressivement l'héroïne lors de cette quatrième partie ? Un peu à cause du mythe, un peu pour des raisons symboliques (l'héroïne rejette tout ce qui pèse sur sa conscience jusqu'à n'être plus qu'elle-même), un peu à cause de la fin de Paprika et un peu bien sûr parce que je ne trouve pas l'idée d'une femme nue particulièrement désagréable. Mon dernier point ne signifie pas que je voulais flatter la libido de mes lecteurs majoritairement masculins ou même la mienne (d'ailleurs, j'ai vraiment limité la description du déshabillage au minimum). Il ne faut pas y lire l'assouvissement d'un fantasme d'adolescent (je suis en train de te regarder, Caïth' !) : j'aurais tout autant désapé un héros masculin si cela m'avait paru approprié.


Bon, cette réponse aux commentaires est déjà bien longue, la suite au prochain numéro !
Répondre
#25
Pour le code impossible à trouver, il faut se rendre en un lieu particulier, choisir le choix apparemment le plus inutile et dangereux (surtout que comme beaucoup de monde, je m'étais trompé sur la nature de la chose) et ensuite continuer à prendre des risques, mais pas trop sinon PFA.

Métaphoriquement, c'est choisir de monter sur l'escalier en flammes plutôt sur celui intact en pierre de taille ou de prendre l'échelle en acier, puis avancer de deux marches (mais pas trois sinon on est carbonisé) et enfin reculer, pour découvrir la clé en or qui était cachée sous le bois. J'estime que quatre ou cinq passages sont nécessaires au minimum pour trouver la bonne combinaison de choix (déjà, il faut être dans la bonne pièce).
Répondre
#26
Big Grin 
Merci pour ton catalogue de référence aussi fourni et siversifié que le mien LOL

Effectivement, je ne connaissais absolument pas cette légende sumérienne (d'ailleurs, le nom de Ereshkigal me dit quelque chose... C'est pas l'adresse mail de quelqu'un d'ici Rolleyes ?)

@skarn : Je ne pense pas que ce code soit le plus dur. Moi j'ai été jusqu'au bout la 1° fois (couic), donc je n'y suis plus retourné par la suite. J'ai relu, et effectivement il faut savoir ne pas aller trop loin. Mais de là à ce que l'abandon à la 2° insistance soit la seule solution pour obtenir le code, ça peut tenir de la chance ou du bon sens. Mais si on arrête avant ou après, il est clair qu'il y a peu de chance que le lecteur pense trouver un code dans cette discussion...

Pour "La Créature venue du Chaos", laisse tomber. Ce LDVELH a tellement marqué vu son originalité que chaque fois que quelqu'un écrira une AVH avec un amnésique qui doit retrouver la mémoire, il y aura toujours quelqu'un pour brandir de titre comme référence Lool
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#27
C'était en rapport avec le niveau de difficulté (assez tordu) que je citais la Créature, non à cause que l'héroïne était amnésique.
Répondre
#28
A l'amnésie et la difficulté tordue on peut rajouter les culs-de sac à PFA et l'utilisation fréquente des "paragraphes + code".


Répondre
#29
Pour répondre à quelques questions restées en suspens :

HdV :
- Le laconisme de l'épilogue peut déplaire, mais - contrairement à ce qu'on pourrait penser - il a toujours été dans mon intention d'en faire quelque chose de ce genre et de ce format. Je ne nie pas que la précipitation m'a amené à me montrer parfois moins disert qu'à l'ordinaire, mais ce n'est pas le cas ici. J'ai longuement réfléchi à la façon de conclure l'aventure et il m'a semblé qu'il valait mieux faire quelque chose de bref et d'implicite, qui laisserait l'imagination du joueur compléter les blancs. J'y ferais peut-être des modifications pour la version corrigée et définitive, mais ça ne rallongera guère cet épilogue.

- En ce qui concerne le sphinx, il n'a effectivement rien à faire là, comme tu le remarques très justement. Ce n'est qu'un obstacle fantaisiste issu de l'imagination de l'héroïne, qui n'a rien à voir avec les problèmes psychologiques qui pèsent sur elle. C'est pour ça que le bon choix est de *refuser* de répondre à son énigme. Oui, je sais, c'est encore un exemple de logique fort peu évidente.

Caïthness :
- Non, c'est vrai, je n'ai jamais été une fillette de 8 ans (ou plutôt de 9 ans ; dans mon esprit, la progression en âge de l'héroïne était 5 ans, 9 ans, 13 ans et 17 ans, avant d'atteindre finalement son âge réel lorsqu'elle réussit l'aventure). Je me suis dit que la curiosité d'une fille de cet âge serait piquée par des dessins de nus, mais qu'elle serait tout juste assez âgée pour ressentir une légère gêne devant ce spectacle. Je me suis peut-être trompé là-dessus.

- En ce qui concerne la sirène, c'est une créature issue de l'imagination de l'héroïne. Et l'héroïne, pour se protéger de la douleur que lui causait la réalité, a choisi de se replier à l'intérieur de son esprit, dans un monde imaginaire sécurisant. La sirène exauce donc le souhait de la santé en la renvoyant là où rien ne peut lui faire de mal. En tant que créature imaginaire, elle ne peut bien entendu pas comprendre que se couper du monde réel n'est pas une bonne chose pour l'héroïne.
...Mais j'admets que c'est l'une des nombreuses situations où j'ai fait en sorte que ma logique particulière ne coïncide pas avec le choix que le joueur était le plus susceptible de faire.


- Le 25/12 à ce moment-là, j'étais dans une maison de campagne en Auvergne avec ma soeur, mon cousin et des amis. J'ai occupé ma soirée à entretenir un feu de cheminée, manger, discuter, glander et, si je me souviens bien, jouer au scrabble. Pourquoi cette question ?

- La troisième partie de l'aventure doit être énormément plus facile lors de la deuxième tentative, comme me le confirme ton score.

- "Jouer un air de flûte" ? Hein ?

- Je me demande si ce n'est pas toi qui a fait Psycho... Il ne m'était pas venu à l'esprit une seule seconde que le couteau se changeant en lance pouvait être interprété comme un symbole phallique !
Répondre
#30
L'esprit tordu d'Outremer ne fait plus de doute. Combien d'entre vous ont trouvé la seconde façon de sortir de la salle initiale du Labyrinthe ? ^_^ !!

Je dois avouer que c'est un paragraphe lu par hasard qui m'a mis la puce à l'oreille. Heureusement qu'il n'est pas obligatoire de trouver ça, car sinon ... Inyëlh !

Caïthness a écrit :... d'ailleurs, le nom de Ereshkigal me dit quelque chose... C'est pas l'adresse mail de quelqu'un d'ici ?
Naram-Ereshkigal est l'adresse email de P14.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)