Labyrinthe (Outremer)
#46
Excellente liste d'excuses en effet Smile

Bien... a mon tour.
Premièrement je reconnais que la lecture de cette AVH ne m'emballait pas du tout... J'avais en effet lu les critiques avant, et je savais donc que J'allais etre confronté à :
- Une AVH (très) difficile
- sans regles
- dans un monde onirique ou tout peut arriver
- ou il ne semble pas y avoir de logiques dans les plupart des "bon" ou "mauvais" choix.

Bref, tout ce que je n'aime pas.

J'ai tout de suite entamé l'aventure comme jamais aucune AVH auparavant, en essayant systématiquement tous les choix, les uns après les autres. Le jeu est devenu totalement different...
Une experience nouvelle en fait. On essaye de deviner le bon choix, et 9 fois sur 10, on se trompe, on revient en arriere et on recommence. Et comme ca jusqu'a la fin, ou il m'a tout de meme manqué les deux fameux codes ! Et bien curieusement, j'y ai pris beaucoup de plaisir. J'irai meme jusqu'a dire que cette AVH m'a marqué, et que je l'oublierai probablement beaucoup moins vite que pas mal d'autre. J'en suis le premier surpris... Mais c'est bien ecrit, on a envi de savoir ou tout cela va nous mener... Et surtout on veux savoir a quel point l'auteur peut etre tordu Wink L'originalité de l'ensemble aussi (dans les situations et les evenements) doit apporter beaucoup à l'interet global.

Par contre pour le Yaz, je ne sais pas encore du tout comment la situer.. C'est tellement différent... J'ai envi de comparer ca avec des jeux videos. Imaginons qu'on essaye des jeux videos, et que pour l'un d'eux, il soit absolument impossible de reussir à le finir sans tricher, et que l'intérêt principal du jeu en fin de compte ne soit plus de "bien jouer", mais de trouver comment bricoler les fichiers de sauvegarde pour avoir une chance de le finir...

Voila, c'est l'impression que cette AVH me fait. Elle m'a procuré beaucoup de plaisir, mais... autrement. Je ne sais pas du tout comment j'aurai réagit par contre et ce que j'aurai pu ressentir si j'avais essayé de jouer honnêtement, ou si je n'avais pas eu les autres commentaires pour m'aider à trouver le chemin vers l'épilogue.

En parlant de l'épilogue justement :

Je pensai vraiment que l'on allait se réveiller dans un lit (ou une chambre) d'hopital. Je trouve donc cette fin très curieuse et beaucoup trop courte. Après tous les effots que l'on a fait, il me semble qu'on merritait quand meme de vrais explications, des retrouvailles theatrales avec des personnes bien vivantes etc. Bref, la fin est frustrante.

J'ai été un peu géné aussi par les "trous" dans les numéros de paragraphes... je sais que c'est pénible à faire (vraiment, je sais...) mais il faudrait quand meme ré-organiser tout ca parce que la ca fait un peu inachevé.

Bravo pour ce véritable ovni dans le monde des AVH. Je comprend vraiment que cette oeuvre ne plaise pas à tout le monde... Moi j'ai aimé Smile
Répondre
#47
Je fais partie du clan de ceux qui ont bien aimé l'épilogue moi. On devine suffisamment la situation pour se faire une bonne idée de ce qui se passe, et on évite justement une séquence "émotions" avec des larmes, ou autres discussions oiseuses de spécialistes de "notre cas". Inversement, comme je l'ai déjà dit, je trouve la ligne droite finale trop détaillée justement.
Répondre
#48
Skarn a écrit :Je fais partie du clan de ceux qui ont bien aimé l'épilogue moi. On devine suffisamment la situation pour se faire une bonne idée de ce qui se passe, et on évite justement une séquence "émotions" avec des larmes, ou autres discussions oiseuses de spécialistes de "notre cas".

C'est exactement comme ça que j'ai raisonné. Parvenu à la fin de l'aventure, tout le monde se doute bien que l'héroïne est dans un asile psychiatrique et c'est au fond tout ce que le lecteur a besoin de savoir. Il m'a semblé inutile de remplir l'épilogue de détails et d'explications que le lecteur pouvait facilement imaginer par lui-même et qui aurait donné une conclusion un peu banale et trop prévisible. J'ai préféré un épilogue purement descriptif du retour de l'héroïne au monde extérieur. Par contre, j'ai probablement un peu forcé sur la brièveté. J'essaierai de l'étoffer un peu dans la version 1.1...

Citation :Inversement, comme je l'ai déjà dit, je trouve la ligne droite finale trop détaillée justement.

Là aussi, je suis d'accord... (mais cette fois a posteriori, évidemment). J'aurais dû maintenir davantage de flou et m'abstenir d'éclaircir certains points trop directement. Je vais retoucher un peu ce passage dans la version 1.1 pour atténuer ce problème.


Alana : Je te remercie beaucoup pour tes commentaires. Je suis heureux de savoir que tu as pris du plaisir à explorer l'AVH. Lorsque je l'écrivais, je me disais que ce serait la meilleure de l'année (pas par absence totale de modestie mais parce que j'ai besoin de ça pour me motiver). Maintenant que je l'ai terminée et que j'ai reçu des commentaires, je réalise que je n'ai pas du tout su gérer la jouabilité. J'avais bien conscience qu'il faudrait plusieurs tentatives aux lecteurs pour réussir l'aventure - et cela me paraissait d'ailleurs cohérent avec son principe de base - mais je n'ai pas réalisé que personne n'aurait la patience de réussir l'aventure à la loyale... ce qui est un sacré défaut pour un livre-jeu. Je comprends donc très bien qu'elle soit difficile à juger. La prochaine fois, j'essaierai de mieux organiser toutes mes bonnes idées !
Répondre
#49
Citation :et c'est au fond tout ce que le lecteur a besoin de savoir.
Heu... c'est juste que si elle était bien enfermée "physiquement", on se demande quand meme vraiment comment elle a faire pour quitter le bâtiment... Parce que meme si tout d'un coup les médecins détectent de net progrès, j'imagine qu'elle va pas sortir du jour au lendemain...
Dans tous les cas Je lirai avec intérêt l'épilogue en version 1.1
Répondre
#50
C'est parfaitement exact, ils ne vont pas la laisser sortir comme ça. Et c'est précisément pour cette raison que je ne tenais pas à m'engager dans une description précise et fastidieuse de ce qui se passe immédiatement après le dernier paragraphe. Smile J'ai donc fait un bond jusqu'au moment qui symbolise le mieux le fait que l'héroïne a accompli son but.
Je pense sincèrement que trop de précision aurait nui à l'intérêt de l'épilogue.
Répondre
#51
Alana a écrit :J'ai été un peu géné aussi par les "trous" dans les numéros de paragraphes... je sais que c'est pénible à faire (vraiment, je sais...) mais il faudrait quand meme ré-organiser tout ca parce que la ca fait un peu inachevé.
Pour ça, ça s'arrange assez facilement. Un copié-collé de chaque paragraphe dans Advelh, suivi d'un passage à la fonction Pack Holes, va supprimer tous les intervalles vides, à condition de bien repérer et "fixer" au préalable les nombreux paragraphes qui demandent d'ajouter 4 ou de retrancher 8 au numéro en cours. Évidemment, s'il y en en tout 230 § au lieu de 268 § et s'il reste des numéros fixes au-delà de 230, il faudra manuellement les déplacer (et changer en conséquence les instructions d'ajouter/soustraire X au numéro du paragraphe).

Je peux le faire sur la version finale de Labyrinthe si Outremer le veut (et m'en envoie une).
Répondre
#52
Pour ma part, j'ai vraiment adoré ton livre. je me demandais moi aussi si tu avais fait psycho. il me semble que tu n'as pas répondu à cette question, qui t'as déjà té psée.
l'ambiance est vraiment très bien rendue. on s'immerge tout de suite dans l'esprit de la pette fille au début. l'ensemble est teinté d'onirismeet de fantasmagorie. on a vraiment l'impresion d'évoluer dans un monde irréel ou tout est possible. un univers "lewiscarrolesque" mais avec un côté sombre, inquiétant.

Tel un enfant découvrant le monde (cela dit en pasant, 5 ans me semble beaucoup trop "vieux" par rapport à l'enfant que tu décris. je dirais plutot environ 2 ans ou meme moins. c'est l'âge des toutes premières découvertes, ou ni le temps ni l'espace ne sont structurés. ou le sujet évlue dans une réalité teintée de fantasmagorie, tout comme ton héroine ), on est plongé dans l'imaginaire. le moindre objet du monde environnement se pare d'atours fantastiques, chimériques. c'est un monde un peu animiste ou les choses ont une âme et sont potentiellement bienveillantes / menaçantes... on a vraiment l'impression d'évoluer dans un rêve et ça, c'est très dépaysant. ton ldvelh a un bon pouvoir d'évasion.
le loup aussi, j'aime beaucoup. cette menace diffuse et insidieuse, fruit des projections de la petite fille aux prises avec ses ténèbes intérieurs, bien sur, mais qui est latente et peut emprunter différents visage. on l'attend toujours au détour d'un couloir, ce qui rend l'aventure très prenante, très étrange et mystérieuse.



Comme tu veux écrire la version 1.1, cela pourrait te servir: j'ai relevé qulques fautes en passant:

106 - 116: problème de cohérence: la tour de cubes s'écroule deux fois
89, l.8: cous au lieu de vous
219, l.5: vos yeux s'arrête
108, l3: une eau glacé
97: Ni la télévision ni le magnétoscope n'ont apparemment pas de télécommande.
18, l6: la spendeur
8, l.2: une chaise est posé
136, l.5: voyez -> voyiez? (je chipote)
212 fin: vous choisissez vers une nouvelle destination
160, l.3: pierres cyclopéenne

A oui, en passant, la toile qui se trouve dans le couloir, est-ce le baiser de Klimt?
Répondre
#53
Shakka a écrit :Pour ma part, j'ai vraiment adoré ton livre. je me demandais moi aussi si tu avais fait psycho. il me semble que tu n'as pas répondu à cette question, qui t'as déjà té psée.

Non, je n'ai jamais fait de psychologie (même si ça m'aurait sans doute intéressé d'étudier au moins les bases). J'aime bien les aventures intérieures/oniriques, c'est tout.

Je me suis beaucoup attaché à l'atmosphère et je suis donc très content de savoir qu'elle t'a plu !

Citation :cela dit en pasant, 5 ans me semble beaucoup trop "vieux" par rapport à l'enfant que tu décris. je dirais plutot environ 2 ans ou meme moins. c'est l'âge des toutes premières découvertes, ou ni le temps ni l'espace ne sont structurés. ou le sujet évlue dans une réalité teintée de fantasmagorie, tout comme ton héroine

C'est possible. Il est toujours un peu difficile de savoir précisément quel serait le comportement et le point de vue d'un jeune enfant. Le seul point de comparaison dont je disposais vraiment, c'était ma nièce, qui a quatre ans et demi.
D'un autre côté, il ne faut pas oublier que l'héroïne n'est pas vraiment une enfant, elle a simplement connu une sorte de régression psychologique.

Citation :Comme tu veux écrire la version 1.1, cela pourrait te servir: j'ai relevé qulques fautes en passant:

Merci, c'est très gentil !

Citation :106 - 116: problème de cohérence: la tour de cubes s'écroule deux fois

Ce n'est pas exactement une erreur : lorsqu'on trouve les objets dont on a besoin, on est censé aller aussitôt au nouveau paragraphe sans lire la fin de celui où on se trouve.

Citation :136, l.5: voyez -> voyiez? (je chipote)

L'héroïne s'imagine être revenue à une époque passée, c'est pour ça que j'ai utilisé le présent.

Encore merci pour tes corrections. J'ai horreur de faire ce genre de fautes mais, au milieu d'une énorme masse de texte, elles sont difficiles à relever.

Citation :A oui, en passant, la toile qui se trouve dans le couloir, est-ce le baiser de Klimt?

Tout à fait. C'est un tableau que j'aime énormément et je ne voyais pas mieux pour représenter le couple amoureux. Le code "Jungfrau", que l'on peut obtenir en le touchant, est en fait le titre d'une autre oeuvre de l'artiste.
Répondre
#54
Cette AVH m'a beaucoup marqué. Je pense que me souviendrai d'elle pendant très longtemps.
Le scénario est vraiment bluffant, impressionnant d'originalité et d'intelligence. Je ne m'étends pas dessus pour ne pas spoiler.
L'ambiance est très forte également. Le début m'a fait penser à un univers que j'adore : celui de la BD Philémon et les lettres de l'Atlantique. Les papiers collés au mur qui transportent celui qui y touche, les dessins dans lesquels on peut "tomber", la chouette qui parle, tous ces passages sont imprégnés d'un onirisme hypnotisant, entremêlant l'absurde et le merveilleux. Ensuite, le rêve devient inquiétant, par une accumulation de petits détails dérangeants qui font comme des tâches au milieu du paysage amusant et à priori inoffensif dans lequel évolue la jeune fille (le loup, les tableaux...). Cette angoisse est petit à petit distillée, transformant habilement le rêve en cauchemar. Ce sentiment de malaise se changeant peu à peu en effroi m'a fait cette fois-ci penser à une formidable scène du jeu Max Payne, celle où il cherche dans son cauchemar sa femme et son fils.
Le passage le plus fort est celle où l'héroïne doit fuir les papillons noirs tout en trouvant les colorés. Les dialogues avec la famille, les étudiants, révèlent peu à peu les ficelles de l'histoire, tout comme les fouilles dans les diverses pièces de cet endroit. Les choix qui sont alors proposés font alors vraiment appel à la perspicacité du lecteur qui peut éviter les écueils en fonction de ce qu'il a compris. C'est sans doute pour ça que c'est le passage qui suit, la dernière séquence de l'AVH, qui m'a le moins plu ; à partir du moment où l'on rencontre Outr.... le "passeur" en robe blanche.
A ce stade de l'histoire, on a compris pratiquement tous les tenants et aboutissants du récit. J'ai donc trouvé un peu dommage qu'on ait alors droit à une explication franche et détaillée alors qu'on avait jusqu'alors reçu subtilement les informations au compte-goutte. Les épreuves spirituelles qui suivent sont également moins originales que tout ce qui précéde. Mais l'histoire dans sa globalité demeure vraiment fascinante, avec de surcroît un style plaisant et irréprochable.
Concernant la suprême difficulté du jeu, elle ne m'a pas dégoûté car j'ai tracé au fur et à mesure de mes essais la "carte" de l'AVH. C'est un procédé de triche en quelque sorte, mais qui semble nécessaire pour un OTP déclaré. J'ai pris mon temps, mis deux semaines à la terminer en faisant chaque soir une ou deux tentatives, revenant en arrière lors de PFA visités seulement par curiosité, et n'ai du coup pas été découragé. Il n'y a pas vraiment de challenge dans Labyrinthe vu la difficulté extrême (ou alors s'appeler JFM Smile ), hormis ceux assez intéressants proposés par les diverses énigmes (j'ai bien aimé la découverte du prénom).
Pour moi qui apprécie plutôt les AVH "classiques" donc med-fan, avec des règles, un héros masculin, du hasard, des lancers de dés, des combats, de la gestion d'équipement, et qui ne raffole pas du tout des OTP ni des mots de passe, c'est donc vraiment très fort que je me sois autant immergé dans celle-ci.

Juste un détail pour finir : à la fin, j'ai honteusement zappé le mot "memnès" que je n'ai pas trouvé alors que je pensais avoir vraiment fouillé toute l'AVH (d'après mon plan). Peux-tu me dire où il se trouve, Outremer?
Répondre
#55
Fitz a écrit :à partir du moment où l'on rencontre Outr.... le "passeur" en robe blanche.

Ah ah ! Je commençais à me demander s'il était tellement difficile de réaliser que je m'étais offert une brève apparition dans ma propre AVH. Smile

Citation :A ce stade de l'histoire, on a compris pratiquement tous les tenants et aboutissants du récit. J'ai donc trouvé un peu dommage qu'on ait alors droit à une explication franche et détaillée alors qu'on avait jusqu'alors reçu subtilement les informations au compte-goutte. Les épreuves spirituelles qui suivent sont également moins originales que tout ce qui précéde.

Je pense aussi que c'est la partie faible de l'aventure. J'ai cédé au désir de détailler davantage ce qui était arrivé à l'héroïne... et c'était vraiment une très mauvaise idée. La prochaine fois, je saurai rester dans l'implicite jusqu'au bout !

Citation :(j'ai bien aimé la découverte du prénom)

J'ai beaucoup aimé disséminer les indices qui la rendent possible ! Smile
A quel moment et à partir de quels éléments l'as-tu deviné, au juste ?

Citation :Juste un détail pour finir : à la fin, j'ai honteusement zappé le mot "memnès" que je n'ai pas trouvé alors que je pensais avoir vraiment fouillé toute l'AVH (d'après mon plan). Peux-tu me dire où il se trouve, Outremer?

A part Caïthness, j'ai l'impression que personne n'a trouvé ce code-là à la régulière... On le trouve dans la deuxième partie de l'aventure, derrière le rideau rouge ; il faut demander à l'inconnue de nous accompagner... mais pas trop !

Un grand merci pour ta critique, je suis très heureux de savoir que l'aventure t'a plu !
Répondre
#56
Outremer a écrit :J'ai beaucoup aimé disséminer les indices qui la rendent possible ! Smile
A quel moment et à partir de quels éléments l'as-tu deviné, au juste ?


J'ai trouvé plusieurs indices, je connaissais les 2 premières lettres, mais c'est le coup des lettres dans le miroir (très sympa comme petit jeu dans le jeu) qui m'a donné la réponse.
Répondre
#57
Toungue 
Meneldur a écrit :fini, après moult échecs et une approche plus méthodique de la chose. Je suis franchement soufflé. Pour un feedback plus approfondi, il va falloir que je laisse décanter un peu tout ça, cette AVH étant très inhabituelle.
Ca va bientôt faire 3 mois que ça décante... Gne T'es aussi agité du bocal que ça ?Lool

JeSors
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#58
Suite à ton MP que j'ai découvert cette nuit, Outremer, je me suis lancé dans cette version html cliquable de ton Labyrinthe, qui sera donc la 1ère AVH que je feedbackerai.

Elle m'a énormément plu, c'est exactement le type d'aventure dont on est le héros que j'aime, c'est-à-dire alliant un scénario solide à une conception du jeu adaptée. Je trouve dommage le début et la fin : trop lapidaires, la part d'interprétation laissée au lecteur est un peu trop abusée à mon goût, même si je comprends ton choix. Tout le reste de l'aventure est extra.

Tu me parlais d'une certaine difficulté, j'avoue que je ne vois pas trop où. J'ai finis l'aventure cette nuit même, à la 1ère tentative. En trichant 2 fois cependant : la 1ère de façon légitime car pour moi 1-1 = 0 et non -1 (à moins que je n'aie pas capté un truc...) et la 2ème quand je suis rentré dans le dessin, j'ai testé un peu les différentes possibilités car je ne voyais pas d'éléments logiques me permettant de choisir une destination plutôt qu'une autre. Pour le reste, tous les choix m'ont semblé logiques. Peut-être qu'il y avait une part de hasard (le débat actuel) que je n'ai pas vue car j'ai eu de la chance, pourtant tout m'a paru limpide. Mais bon, j'ai l'impression d'avoir parcouru un très grand nombre de § avant d'arriver à la fin, alors que l'AVH n'en compte que 236, donc je ne pense pas qu'il y ait tant de fausses pistes que ça.

Je pense comprendre pourquoi tu aimes autant mon Nils Jacket, car on a une manière un peu similaire de construire. L'agencement de ton couloir en colimaçon m'a immédiatement fait penser à une histoire dont on est le héros que j'avais écrite jadis, un labyrithe qui n'était constitué que d'un couloir (sauf que là il s'agissait d'un vrai laby physique d'heroic fantasy avec un méchant à la fin). Pour lire, j'ai donc appliqué la technique que j'avais employée pour l'écrire, et ça m'a réussi.
Ton histoire me fait penser aussi à La Forteresse Invisible de Thorgal. Tu es un peu plus explicite dans ton texte, heureusement, car dans Thorgal on peut se laisser guider par l'auteur, pas dans Labyrinthe. J'ai une réflexion de ce style dans la rubrique SOS Déblocage que j'ai envoyée à Oiseau.

Ton style d'écriture est absolument excellent. Quand j'ai débuté l'aventure, j'ai trouvé ça rébarbatif. ça ne donnait pas envie de continuer. J'ai tenu à m'accrocher, et j'ai connu alors le sentiment que j'eus naguère pour Le Sépulcre des Ombres : je m'émerveillais devant toutes les trouvailles que tu avais pu inclure sur mon parcours. Le tout, de façon très logique et très fine, à l'image de la petite vieille femme qui nous permet d'entendre (le mécanisme étant celui de l'oreille, je suppose). L'énigme du nom est très bien pensée. Là aussi la façon dont sont disposés les indices me rappelle Nils Jacket : devant les yeux, encore faut-il le deviner. Twisted

Je vais te faire un aveu. Je n'avais pas trop voulu lire les feedbacks de ce topic mais ce que j'en avais parcouru + le début que j'avais tenté de lire en pdf, cela ne m'avait pas emballé plus que ça. Donc à mon plaisir de lecture s'est ajoutée une excellente surprise.

J'ai peur qu'en 236§, il n'y ait pas tellement plus de chemins différents pour gagner que celui que j'ai pris, aussi la perspective de relire ton AVH m'effraie-t-elle (à la minute où j'écris ce feedback). Mais c'est peut-être le seul défaut que je trouverais. Pour le reste, j'ai eu tout ce que j'adore : une histoire passionnante pleine de trouvailles, un challenge solide sans être trop difficile à en rager, une qualité d'écriture excellente qui plonge bien dans l'ambiance.
Même si tu as l'air d'y tenir, je te conseillerais quand même d'écrire une intro et de réécrire l'épilogue, qui m'ont vraiment déçu. Mes suggestions : tu peux raconter dans un prologue l'événement qui, si on ne le sait pas encore, a déclenché toute l'aventure, un peu à la manière du film Identity. La curiosité engendrée par le contraste entre une intro pareille et ton §1 m'aurait tout de suite poussé à en savoir davantage, et m'aurait rendu ce début beaucoup moins rébarbatif. Quant à l'épilogue, sans tomber dans quelque chose de trop explicite, y avait moyen de décrire une scène plus longue en extérieur, moins frustrante.

Au final : un Yaz amplement mérité.

PS : je vais tâcher de lire bientôt tous les feedbacks de ce topic, en détail, pour confronter certaines interprétations)
PPS : j'ai repéré certaines fautes d'orthographes (très rares), veux-tu que je te les signale ?
Répondre
#59
JFM a écrit :Tu me parlais d'une certaine difficulté, j'avoue que je ne vois pas trop où. J'ai finis l'aventure cette nuit même, à la 1ère tentative. ... Pour le reste, tous les choix m'ont semblé logiques. Peut-être qu'il y avait une part de hasard (le débat actuel) que je n'ai pas vue car j'ai eu de la chance, pourtant tout m'a paru limpide. Mais bon, j'ai l'impression d'avoir parcouru un très grand nombre de § avant d'arriver à la fin, alors que l'AVH n'en compte que 236, donc je ne pense pas qu'il y ait tant de fausses pistes que ça.
Tu te moques de nous ? Au nombre de PFA impossibles à deviner que contient cette aventure (et sachant comment est dissimulé l'un des mots de passe essentiels à la victoire), tu ne feras avaler à PERSONNE que tu as réussi du premier coup en appliquant simplement un peu d'ingéniosité et de perspicacité. Ou alors tu es aussi fou que l'héroïne. Il y a des gens qui ont dû recommencer trois ou quatre fois juste pour trouver l'issue de la première salle.
Répondre
#60
Ou alors, JFM a recommencé sagement au paragraphe 1 chaque fois que c'était précisé dans le texte (90% des PFA) et n'a donc pas considéré ces nouveaux essais comme des échecs.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)