Chrysalide
#16
Si j'ai posé la question pour Raynaud c'est parce que l'action se passe à Toulouse, qui est connue pour son rugby. Certes Marc Raynaud n'a pas joué pour Toulouse, mais je me suis dis qu'il y avait peut-être un lien? On aurait eu Nantes au lieu de Toulouse je n'aurai même pas songé à établir un lien.

Pour le cadre je pense qu'il serait sympa d'avoir une AVH dans le passé. J'avais même songé à une saga évolutive sur le thème de l'infiltration. On démarre comme jeune voleur qui tente de dérober un tableau dans une villa, puis au fil des années on devient une figure du "milieu", on participe à des casses dans les musées et/ou les banques (pas de braquage, mais plutôt des intrusions la nuit). Ensuite on incarnerait la nouvelle génération (fils ou fille, voire petit-fils ou petite-fille), qui serait elle plus technologique/électronique face aux avancées des moyens de protection modernes.
Mais bon je n'imagine pas m'investir plus qu'à ce stade de l'idée de départ. N'est pas Sunkmanitu qui veut Wink

En tout cas j'ai trouvé dans ton AVH cette atmosphère-là, qu'on peut effectivement trouver dans un Hitman (la mission de l'ambassade dans la neige) même si la planification en amont de l'opération n'est pas présente. Qui sait, peut-être que les deux protagonistes de cette AVH (ou d'autres) seront amenés à participer à d'autres missions? J'en serai ravi en tout cas!
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#17
Je viens de terminer l'aventure. Je l'ai réussie à ma 3ème tentative, ce que j'estimais être un assez bon résultat compte tenu de la difficulté habituelle des AVH d'Outremer... Bon, après avoir lu vos feedback, il semblerait qu'en réalité je n'aie pas fait de merveilles.

Sans surprise, cette aventure dispose des nombreuses qualités habituelles des AVH d'Outremer: justesse de l'écriture, immersion dans l'histoire, originalité du scénario... bref, rien de neuf. C'est marrant de voir comme on s'habitue vite au grand luxe...

Ce concept qui propose au lecteur d'incarner en alternance deux personnages m'est apparu très novateur, et son application très réussie. En dépit des changements de rôles, les paragraphes s'enchainent bien. La première partie (où l'on doit récuperer la clé et le code) est tout à fait passionnante, on a vraiment le sentiment d'être dans la peau d'espions, avec la crainte perpétuelle d'être démasqué. Peut-être est-elle un chouia trop facile, car j'ai l'impression que l'on peut récupérer plusieurs fois la clé et le code sans prendre trop de risques. Je suppose qu'il faut vraiment être excessivement prudent pour manquer de réunir les deux éléments nécéssaires à l'ouverture du coffre. La suite est très bien aussi, mais beaucoup plus dure (j'ai perdu deux fois, une fois avec Reuel et l'autre avec Dioné, à quelques paragraphes d'intervalle, juste après avoir ouvert le coffre, pour n'avoir pas su réagir correctement face à une situation de crise). J'avoue que je n'ai pas recommencé au début mais au paragraphe 15, car je ne pensais pas pouvoir trouver de meilleur parcours que celui que j'avais réalisé (j'avais les codes CL-1A, F-Z, Z-CH et F-E), et j'étais pressé de connaître la fin (j'ai beaucoup aimé celle de Dioné, le dernier paragraphe est superbe). A ce propos j'ai préféré le personnage de la courtisane à celui de l'espion, car j'ai trouvé la personnalité de ce dernier un peu trop convenue, et son background moins fouillé. (De toutes tes AVH, mon personnage préféré reste quand même Mananuiva, mais je suppose qu'elle est indétrônable...) Je trouve aussi que le titre ne correspond pas trop au contenu de l'aventure... et oui, il faut quand-même bien que je lui trouve quelques défauts à cette AVH!

Bref, encore une fois un grand moment d'aventure et de plaisir pour le lecteur que je suis, bravo à toi!
Répondre
#18
@ Tholdur : Lool

Citation :En tout cas j'ai trouvé dans ton AVH cette atmosphère-là, qu'on peut effectivement trouver dans un Hitman (la mission de l'ambassade dans la neige) même si la planification en amont de l'opération n'est pas présente. Qui sait, peut-être que les deux protagonistes de cette AVH (ou d'autres) seront amenés à participer à d'autres missions? J'en serai ravi en tout cas!

J'avais un projet, aujourd'hui enterré, de trois ou quatre mini avh basées sur l'univers d'Hitman. Mais j'avais plus axé sur la suppression de cibles que sur l'intrusion. Avec la recette d'Outremer, on pourrait se laisser aller à rêver à des avh's mettant en scène Sam Fisher ou Solid Snake... J'en bave déjà Smile
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#19
Je viens d’achever l’AVH. Il m’aura fallu deux tentatives pour triompher et j’en ai fait ensuite fait des relectures plus libres pour tester les différentes voies.

Cette année, j’ai décidé que je devais gagner un Yaz donc je suis catégorique : cette AVH est d’une nullité sans nom. Outremer s’est copieusement planté et ce n’est pas un Yaz qu’il mérite mais un Zagor. Je n’ai jamais vu une aventure aussi mal construite, au scénario si basique à l’ambiance si pauvre et à la difficulté si abusive. Place aux jeunes que diable ! (surtout ceux de 22 ans) Aussi ne lisez pas cette aventure, mettez-là directement en dernier dans votre classement et n’en parlons plus.

En étant plus objectif, c’est une AVH remarquablement construite, au scénario original et captivant, à l’ambiance remarquable et à la difficulté bien calibrée.

Commençons par la structure, qui est novatrice avec une très bonne interaction entre les deux personnages et le fait que les actions de l’un influence les possibilités de l’autre est jouissif. L’AVH n’est en réalité vraiment non-linéaire mais on sent pourtant qu’il existe plusieurs possibilités d’arriver au bout au vu du grand nombre de codes et c’est toujours plaisant. La construction est de plus finement pensée et réalisée avec une précision d’orfèvre, chaque action a des conséquences à plus ou moins long terme, et surtout tout est logique. Mention spéciale au paragraphe où on peut fouiller les vêtements d’une personne et selon ce que notre compagnon a déjà pris, on découvre le reste. C’est simple mais ça fonctionne très bien.

Le scénario est également bien pensé. J’apprécie toujours les univers futuristes proches du notre dans leur globalité mais avec juste quelques innovations (ici la néomorphose). Après tout il est logique de penser que le monde dans un siècle et quelques ne sera pas fondamentalement différent de celui d’aujourd’hui. Dans ce sens, l’introduction nous présente bien ce XXIIème siècle, à la fois différent et très semblable de notre époque. J’ai aussi énormément aimé le côté « retour en arrière » avec l’abandon de l’informatique et du numérique, ce côté « évolution en retournant dans le passé ».
Les deux personnages sont également complémentaires, avec d’un côté l’espion qui œuvre le plus souvent discrètement et de l’autre la call-girl, qui use de ses charmes pour parvenir à ses fins. Le concept global m’a beaucoup fait penser à Hitman (en particulier une mission de Hitman Contracts avec une fête dans une boucherie), jeu que j’aime beaucoup, et j’avais d’ailleurs imaginé faire une AVH de ce genre à une époque. Mais ce sera honnêtement difficile de dépasser celle-là.

L’ambiance générale de l’AVH frôle quant à elle la perfection. Ton style est toujours aussi fluide et subtil, le vocabulaire est raffiné et varié, et tu parviens une nouvelle fois à installer une ambiance originale. Rien que la description des deux personnages (caméléon bipède, poupée grandeur nature) en jette, en quelques mots ru parviens vraiment à faire passer des choses. C’est loin d’être évident de produire une AVH chaque année et de toujours étonner en innovant, mais c’est ce que tu fais avec brio. Chapeau bas, tu es pour moi notre meilleur auteur !

Parlons enfin de la difficulté. Il ne me reste que ça pour descendre en flammes Outremer, c’est le seul point de ses AVH où l’on peut déchaîner notre fiel, frustré par tant de perfection. Alors je tiens à le dire, cette AVH est totalement… jouable. Snif, même la difficulté est bien dosée, c’est pas juste ! Je n’ai eu besoin que de deux tentatives et encore j’aurais dû réussir en une, j’ai juste commis la même erreur que Sunkmanitu (voir mon parcours plus bas). Contrairement à Labyrinthe et Au cœur d’un cercle de Sable et d’Eau, les choix sont vraiment logiques et en raisonnant, on peut tout à fait triompher du premier coup. Il existe cependant différentes manières pour l’emporter, plus ou moins élaborées (à l’image encore de Hitman) et les PFA sont parfaitement justifiés vu qu’ils ne sont que le reflet de nos erreurs éventuelles.


Concernant mon parcours victorieux :

Show ContentSpoiler:


En un mot comme en mille, cette AVH est tout bonnement excellente. Originale, d’une durée de vie idéale à mes yeux, avec un vrai univers, deux personnages bien travaillés et une jouabilité pour une fois finement dosée. Bref, fait de la place sur la cheminée.

PS : j’ai souvent remarqué qu’il manquait des paragraphes à tes AVH (Faery, celle-ci) tu n’écris pas avec ADVELH ?

PS 2 : je me suis fait la même réflexion que Tholdur concernant Marc Raynaud, d'autant plus qu'il jouait à Narbonne.^^
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#20
(02/01/2013, 20:46)Aragorn a écrit : Place aux jeunes que diable ! (surtout ceux de 22 ans)

Les vieux de 30 ans passés ne sont pas encore prêt à se coucher dans la tombe, saligauds ! *fait tournoyer sa canne*

Citation :Les deux personnages sont également complémentaires, avec d’un côté l’espion qui œuvre le plus souvent discrètement et de l’autre la call-girl, qui use de ses charmes pour parvenir à ses fins.

Le fait de mettre en scène deux héros me semblait nettement plus intéressant s'ils avaient des manières d'aborder les problèmes franchement différentes. L'idée d'avoir un héros spécialisé dans la dissimulation et un autre dans la persuasion me paraissait un bon choix pour une AVH de ce genre. D'autres types d'aventures offriraient certainement des possibilités de combinaison diverses.

Citation :Contrairement à Labyrinthe et Au cœur d’un cercle de Sable et d’Eau, les choix sont vraiment logiques et en raisonnant, on peut tout à fait triompher du premier coup.

Les choix de "Labyrinthe" n'avaient pas vocation à être vraiment logiques, mais ceux du "Cercle" si. Comme tous les commentaires m'ont dit qu'ils ne voyaient pas la différence, ça m'a poussé à remettre vraiment en question ce que je qualifiais de "logique".

Citation :Il existe cependant différentes manières pour l’emporter, plus ou moins élaborées

Dans l'ensemble, j'ai tout de même limité la multiplication des itinéraires possibles, notamment en fixant à la mission un but unique, matériel, précis et à l'emplacement connu.

A l'époque où je songeais à situer cette AVH au Japon médiéval, mon idée était que le but serait de découvrir des informations sur les plans d'un chef de guerre. Mais ces informations auraient été multiples, on ne les aurait pas toutes découvertes d'un seul coup ni dans un ordre précis, il y aurait eu divers moyens d'obtenir chacune d'elles, le fait d'en posséder certaines aurait parfois autorisé certaines possibilités d'actions, etc. Tout cela m'est vite apparu très compliqué à bien gérer.

Citation :PS : j’ai souvent remarqué qu’il manquait des paragraphes à tes AVH (Faery, celle-ci) tu n’écris pas avec ADVELH ?

Je devrais, mais j'ai gardé l'habitude d'écrire directement dans un fichier Word. Ca me donne l'impression de pouvoir plus aisément embrasser l'ensemble de ce que j'ai déjà écrit.

Dans Faery, il ne manquait à vrai dire qu'un seul paragraphe, que j'avais oublié par distraction. Cette fois-ci, c'est parce que j'anticipais que l'AVH ferait au moins 120 paragraphes et que je ne me suis rendu compte que trop tard du fait que ce ne serait pas le cas.


Un grand merci pour tes commentaires détaillés !
Répondre
#21
Bon, je l'ai finie au bout de 4 tentatives. Je confirme mon statut de bourrin de service…Mrgreen
Et c'est seulement en lisant les feedbacks que je viens d'apprendre qu'il y a une scène lesbienne DribbleDribble. Bourrin, décidément… Crybaby Va falloir que j'y retourne.
( incidemment, sauf la première où j'avais été infichu de découvrir les codes Redface j'ai perdu en gérant mal Dioné. Ça n'a rien à voir avec le fait d'incarner un personnage féminin, c'est qu'interagir avec les gens et a fortiori les manipuler ce n'est vraiment pas dans mes aptitudes… si Dioné avait été une ninjate Hamada je suis sûr que je n'aurais pas eu de problèmes Mrgreen )

Tout d’abord, un conseil au lecteur: agrandissez à 150%, vos yeux vous en remercieront.

Cette AVH nous plonge dans un monde futuriste sans âme où l'argent est la seule valeur et qui transforme les individus en objets. C’est d’une ironie supérieure qu’une vague d’indignation ait balayé la cybernétique et autres joyeusetés quand les manipulations de la chair vivante distordent l’être humain autant et plus. [ parenthèse politique ] Le mal est dans la logique capitaliste, pas dans tel ou tel instrument… [ fin de la parenthèse politique ]

Nous incarnons un team, ce qui implique que les actions des deux personnages peuvent nous sauver ou nous condamner… il y en a de l'ambiance, quand par la logique des codes biscornus on se demande si on n'est pas dans un "tu ne le sais pas mais tu es déjà mort…"
Le fait de sauter d'un personnage à l'autre n'affaiblit pas l'identification comme on aurait pu le craindre grâce au background fouillé donné sur eux au début, on se coule dans le point de vue du personnage privilégié à ce moment.
Une aventure très prenante, donc.

Jouer plusieurs personnages qui se séparent entraîne que nous en savons plus long que chacun, mais contrairement à ce que je craignais ça n'influe pas démentiellement sur le jeu
Show ContentSpoiler:
et on peut considérer qu'ils ont répété leur stratégie.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#22
Très bonne aventure que cette Chrysalide, qui m'a rappelé dans sa forme et son rythme le Château du Sorcier. Format court mais intense avec un pas à pas minuté de façon très réaliste. Aucun répit même si la tension est plus présente que l'action, une mission en temps réel qui s'étend sur une courte soirée et où on a le sentiment que chaque action est déterminante pour le succès. J'aime ces AVH où il n'existe aucun raccourci temporel, où toutes les pensées et sensations du héros sont décrites comme si on les vivait minute après minute.

La première chose qui m'a frappé est l'originalité du cadre. L'introduction et la présentation des deux personnages centraux sont sincèrement excellentes.
L'univers de science-fiction proposé est passionnant de par sa vraisemblance, son originalité et la qualité d'écriture. Ton style est toujours aussi efficace pour immerger rapidement le lecteur dans un nouveau récit, sans fausse note susceptible de le faire décrocher, ne serait-ce que quelques instants.
Ce début m'a donc beaucoup plu, c'est aussi séduisant qu'un bon roman d'anticipation.

Le système des deux héros est novateur. Seul Meneldur je crois en avait posé les prémisses dans sa première AVH mais seulement sur une très courte séquence. L'alternance tous les trois paragraphes en moyenne fonctionne bien. Le passage en italique et surtout le prénom en début de transfert sont de bons procédés qui empêchent de s'imprégner d'un personnage plus que de son alter ego sans toutefois frustrer de ne pas le faire évoluer plus longtemps. C'était un délicat équilibre et il est correctement dosé.

Concernant la mission en elle-même, elle est haletante à souhait car on sent que la PDG est ultra-dangereuse et surtout, que la moindre maladresse est susceptible de nous faire échouer. La plupart des PFA ne débouchent d'ailleurs pas sur une fin brutale de notre existence mais sur une fuite la mort dans l'âme. Là aussi, ça change agréablement de l'ordinaire.

Je suis malgré tout resté avec le sentiment que tu pouvais encore faire mieux avec toutes ces idées géniales. J'avoue être très légèrement resté sur ma faim.

Déjà, j'ai réussi l'aventure du premier coup. J'imagine que tu avais enregistré les divers messages sur la difficulté de Labyrinthe ou Dans un Cercle de Sable et d'Eau ou le côté non-intuitif des bons choix... La vie est injuste décidément si c'est trop facile pour le coup!
Je plaisante car ce n'est pas un grave écueil dans le cadre d'une mission aussi brève et intense. J'avoue avoir ressenti en quelque sorte un sentiment de fierté à la fin d'avoir parfaitement accompli mon objectif, comme ont dû le ressentir Dioné et Reuel.

Autre aspect qui m'a frustré : l'aventure est trop courte. Je pense que le fait de passer d'un personnage à un autre a tendance à accentuer ce sentiment car il s'agit finalement de deux aventures presque distinctes en 120 paragraphes. Le fait d'avoir pas mal de possibilités d'action, leurs incidences ultérieures avec les nombreux codes débouchant sur diverses conséquences participent aussi à réduire la durée globale. Je l'ai donc relue une autre fois en empruntant une autre voie, ce qui m'a permis de découvrir plusieurs passages érotiques dont tu nous avais averti et à côté desquels passe finalement le meilleur chemin vers la victoire.

Enfin et c'est mon plus grand regret, le cadre initial science-fiction terriblement alléchant avec son XXIIème siècle et sa néomorphose devient finalement très secondaire par la suite. Je n'ai plus beaucoup eu le sentiment de vivre une aventure se déroulant 150 ans dans le futur et les applications concrètes des nouvelles technologies bioniques demeurent très mystérieuses pour le lecteur. Hormis le passage (brillamment décrit d'ailleurs) où Reuel modifie totalement son apparence, toute l'AVH pourrait être transposée dans un autre contexte puisqu'elle s'attache surtout aux agissements, aux caractères et à l'aspect des deux héros et des trois gérants de l'entreprise espionnée.
Quant aux pièces traversées, au mobilier et au matériel, ils n'ont rien de très novateurs. Même si c'est justifié en préambule (avec l'extrait de l'essai historique qui souligne bien que le mode de vie et le niveau technologique sont quelque peu équivalents à celui des années 50), j'aurais aimé encore plus de détails forts tels que la décoration aquarium ou les vêtements excentriques.

Mais d'un point de vue plus général, je n'ai pas boudé mon plaisir à vivre cette AVH, très bien écrite de surcroît.
Répondre
#23
(06/01/2013, 18:31)ashimbabbar a écrit : j'ai perdu en gérant mal Dioné. Ça n'a rien à voir avec le fait d'incarner un personnage féminin, c'est qu'interagir avec les gens et a fortiori les manipuler ce n'est vraiment pas dans mes aptitudes

Ce n'est pas non plus ma spécialité, mais ça m'a fait trouvé d'autant plus intéressant de mettre en scène un personnage dont la force est de persuader/tromper/manipuler les autres.

Et je te rappelle que tu m'as dit regretter que je laisse tomber mon idée d'AVH mettant en scène une geisha. Interagir avec des gens, ça aurait constitué le coeur de son boulot. Tongue

Citation :Cette AVH nous plonge dans un monde futuriste sans âme où l'argent est la seule valeur et qui transforme les individus en objets. C’est d’une ironie supérieure qu’une vague d’indignation ait balayé la cybernétique et autres joyeusetés quand les manipulations de la chair vivante distordent l’être humain autant et plus. [ parenthèse politique ] Le mal est dans la logique capitaliste, pas dans tel ou tel instrument… [ fin de la parenthèse politique ]

Je suis content que tu aies trouvé ça intéressant. Mon idée était de conserver certains des thèmes centraux du genre cyberpunk (modification de l'être humain, capitalisme encore plus dénué de scrupules qu'aujourd'hui...) tout en virant la cybernétique elle-même.

Citation :Jouer plusieurs personnages qui se séparent entraîne que nous en savons plus long que chacun, mais contrairement à ce que je craignais ça n'influe pas démentiellement sur le jeu

J'ai essayé de faire en sorte que le point de vue du joueur (qui suit les deux héros lorsqu'ils sont séparés) ne nuise pas trop à la logique des choses.

Show ContentSpoiler:


(06/01/2013, 22:01)Fitz a écrit : La plupart des PFA ne débouchent d'ailleurs pas sur une fin brutale de notre existence mais sur une fuite la mort dans l'âme.

En fait, il n'y a aucun PFA où l'un des deux héros perde la vie. Ca me paraissait approprié pour ce genre d'AVH.

Citation :Je suis malgré tout resté avec le sentiment que tu pouvais encore faire mieux avec toutes ces idées géniales. J'avoue être très légèrement resté sur ma faim.

Moi aussi et tu mets le doigt avec précision sur les diverses raisons pour lesquelles c'est le cas.

Au niveau de la difficulté, j'aurais préféré que le nombre moyen de tentatives soit légèrement plus élevé qu'il ne semble l'être pour l'instant. Enfin bon, j'imagine qu'il faut tâtonner un moment pour atteindre le juste milieu.

Citation :Autre aspect qui m'a frustré : l'aventure est trop courte.

Oui. J'avais matière à faire une AVH de 250 paragraphes et, en fin de compte, elle n'a même pas atteint les 120 paragraphes que j'avais anticipés être un minimum absolu.
La précipitation dans laquelle je l'ai écrite est bien sûr une raison, mais j'ai de toute façon de plus en plus de mal à envisager de me lancer dans des AVH qui dépasseraient nettement les 100 paragraphes. La peur d'être dépassé par un scénario trop complexe a également joué.

Citation :Enfin et c'est mon plus grand regret, le cadre initial science-fiction terriblement alléchant avec son XXIIème siècle et sa néomorphose devient finalement très secondaire par la suite.

C'est également vrai. Lorsque je me suis trouvé plongé dans l'écriture de l'aventure, je n'ai pas su suffisamment mettre en valeur le caractère futuriste du cadre. J'aurais dû davantage faire d'efforts sur ce point.


Merci à tous les deux pour vos commentaires !
Répondre
#24
(08/01/2013, 12:32)Outremer a écrit :
(06/01/2013, 18:31)ashimbabbar a écrit : j'ai perdu en gérant mal Dioné. Ça n'a rien à voir avec le fait d'incarner un personnage féminin, c'est qu'interagir avec les gens et a fortiori les manipuler ce n'est vraiment pas dans mes aptitudes

Ce n'est pas non plus ma spécialité, mais ça m'a fait trouvé d'autant plus intéressant de mettre en scène un personnage dont la force est de persuader/tromper/manipuler les autres.

Et je te rappelle que tu m'as dit regretter que je laisse tomber mon idée d'AVH mettant en scène une geisha. Interagir avec des gens, ça aurait constitué le coeur de son boulot. Tongue

Tout à fait, tout à fait ! Je faisais juste la remarque parce que ça m'avait amener à réaliser que dans les AVH comme dans la vie j'étais plus à l'aise en me gérant les choses, les obstacles… que les gens… je présume que c'est pareil pour tout le monde, qu'on se sent bien plus en confiance en jouant soit le genre de perso qu'on a l'habitude de jouer soit comme on le ferait à sa place ( je n'ai pas eu de problème à m'identifier à Reuel ou à agir en gardant profil bas avec lui ). Donc ça a été une expérience intéressante, rétrospectivement.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#25
Je vais pas répéter tout ce qui à déjà été dit, c'est une très bonne AVH Smile
Jouer deux persos c'est très original, et la c'est en plus bien fait, avec la possibilité de "prévoir" ce que l'autre pourrait faire etc.

Je regrette le fait que cette AVH soit tout de même globalement un peu courte, et qu'il n'y ai pas vraiment de "jeu" ou de règles, juste des choix. (ce qui est le principal pour un ldvelh évidement Wink

Éventuellement, je la trouve aussi peut être un tout petit peu trop facile (réussit du premier coup, et tout m'a semblé assez logique, j'aurai d'ailleurs tout aussi bien réussi en faisant parfois des choix différents)

J'ai mis les notes suivantes (c'est plus pour moi pour essayer de situer les œuvres les unes par rapport aux autres) :

Ecriture et Style : 5 / 5
Longueur de l'aventure : 3 / 5
Liberté d'action et logique des choix : 4 / 5
Gameplay (Interet des règles etc) : 1 / 5
Scenario (Interet de l'histoire) : 5 / 5
Total : 18 / 25

Merci pour le bon moment passé à la lire Smile
Répondre
#26
(08/01/2013, 16:22)Alana a écrit : qu'il n'y ai pas vraiment de "jeu" ou de règles, juste des choix.

J'ai un faible pour les AVH sans dés, voire carrément sans règles. Mais il est difficile de donner une difficulté bien calibrée à une aventure complètement sans règles : soit les bons choix sont d'une logique obscure, voire arbitraire, et cela frustre le joueur, soit ils sont trop clairs et le sentiment de challenge est trop faible. Visiblement, je n'ai pas encore réussi à résoudre ce problème.


Merci pour tes commentaires !
Répondre
#27
Pour résumer, c'est une AVH très sympathique. Comme il y a eu une vingtaine de retours, je vais surtout dire ce que j'ai retenu, et qui a peut-être été pointé une dizaine de fois.

Un style très bon, fluide. Jamais je n'ai ressenti à quel point mes choix avaient une conséquence sur la suite de l'aventure. Dans un livre-jeu quelconque, si j'ai le choix entre attaquer le gobelin ou fuir, je me dis que je le tue pour cette fois, et à ma prochaine tentative, je tenterai la fuite. Sur le coup, j'avais envie de finir l'aventure dès le premier coup, de montrer mes talents de voleur (je n'ai pas bougé de mon fauteuil). Et c'est effet est réussi.
L'univers ne semble pas de tiré de science-fiction. Pour moi, la science-fiction, ce sont : les aliens, les guerres dans l'espace... Et pour un futur proche : les robots intelligents... Si la néomorphose existait vraiment, le monde serait comme tu le décris dans Chrysalide. Un très bon point.
A 12 ans, les allusions légères ne m'ont pas choquées, heureusement, d'ailleurs.
Le système de code est bien utilisé, cela permet de mesurer chaque conséquence de nos actes, mais je finis par m'emmêler les pinceaux. Surtout pour la fin.

En conclusion : relire le premier paragraphe.
Répondre
#28
(08/01/2013, 18:14)Maléfisse a écrit : L'univers ne semble pas de tiré de science-fiction. Pour moi, la science-fiction, ce sont : les aliens, les guerres dans l'espace... Et pour un futur proche : les robots intelligents...

La science-fiction est un genre très fourre-tout, dans lequel on peut ranger des choses bien diverses. Le cadre de cette AVH relève plus particulièrement du sous-genre qu'est l'anticipation.

Citation :A 12 ans, les allusions légères ne m'ont pas choquées, heureusement, d'ailleurs.

Oui, je n'aurais pas voulu être accusé de corruption de mineur ! Smile

Citation :Le système de code est bien utilisé, cela permet de mesurer chaque conséquence de nos actes, mais je finis par m'emmêler les pinceaux. Surtout pour la fin.

J'aurais peut-être dû choisir des codes qui se distinguent plus les uns des autres (au lieu de choses du genre : CL-1, CL-1A, CL-2, CL-2A...).

Citation :En conclusion : relire le premier paragraphe.

Je ne suis pas sûr de comprendre. Il y a des fautes ou des maladresses dans ce paragraphe ? Je n'ai rien remarqué en le relisant.


Merci pour tes commentaires !
Répondre
#29
Une AVH intéressante, originale et très bien maîtrisée.

J'ai suivi globalement le même parcours que Tholdur à ma première lecture, mais j'ai essuyé 3 échecs (voilà qui devrait rassurer un peu Outremer) :
Gros spoiler :
Show ContentSpoiler:



*les Bémols :

- je suis resté quand même un peu sur ma faim,
- le côté futuriste/anticipation un peu perdu en cours de route après le RDC
- j'adhère moyennement au concept de plusieurs héros, en partie parce qu'on devient omniscient par rapport aux deux protagonistes séparés. J'ai donc trouvé l'immersion plus difficile.

- point de détail : les codes étaient un peu trop semblables avec leur côté plaque d'immatriculation, me forçant à les noter. J'aurais préféré des codes plus mémorisables, (genre code couleur : Bleu, Bleu Indigo, Rouge, Rouge Pivoine, etc ...)
- point de détail : texte non justifié

*les Plus :

- originalité du thème (anticipation),
- ambiance réussie
- originalité des héros (il fallait essayer ce système),
- maestria de la construction et de l'alternance des 2 héros,
- bonne longueur de l'AVH : je ne trouve pas qu'elle soit trop courte, car sinon la mission aurait "impossible". Bonne longueur car elle procure autant de plaisir lors des relectures quand on découvre ce qu'on a raté avant, et la manière dont les pièces du puzzle s'emboîtent.

Globalement : malgré le risque encouru (thème futuriste, deux héros à gérer), Outremer nous offre une avh originale, de qualité, très solide et bien divertissante. Merci !
Répondre
#30
Citation :Mais il est difficile de donner une difficulté bien calibrée à une aventure complètement sans règles : soit les bons choix sont d'une logique obscure, voire arbitraire, et cela frustre le joueur, soit ils sont trop clairs et le sentiment de challenge est trop faible. Visiblement, je n'ai pas encore réussi à résoudre ce problème.
Tu as très bien résumé la chose ! Logique arbitraire et choix obscures sont clairement à proscrire absolument. (En ce qui me concerne en tout cas, je préféré et de très loin une avh "trop simple" avec des choix logiques). La question est donc de savoir comment essayer de corser un tout petit peu les choses. Je pense que l'idée est de faire ce que tu as fait à plusieurs endroits, essayer d'offrir plusieurs choix qui semblent tous aussi logiques les un que les autres, mais avec certains d'entre eux qui conduiront plus tard à une mort certaine (ou à un risque de mort en fonction des autres choix).

C'est l’intérêt des règles, pouvoir "sanctionner" un choix sans nécessairement aboutir à un PFA (perte de pv etc)
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)