1930
#76
J'ai lu la version en ligne, et n'ai pourtant pas été gêné. Salvatore est peu loquace, on obtient quelques renseignements de lui au fur et à mesure, qui permettent de mieux le cerner. Mon avis, c'est que le rouleau compresseur Hollywoodien a formaté nos esprits pour ne reconnaître que les archétypes.
Pour que quelqu'un tourne mal, il faut forcément qu'il ait subi un choc, un événements traumatisant, bref, il faut forcément une explication personnalisée.

En réalité, les chemins les plus courts sont souvent les plus crédibles : il a mal tourné parce qu'il y avait moyen de se faire du fric. Affaire réglée...
Je suis certain qu'avec les modifications que tu as apportées ton personnage s'est enrichi, mais sache que dans la première version déjà, à mon goût, tout allait très bien à ce niveau. Wink

Amitiés
Répondre
#77
Tu m'allège d'un doute là.
Je croyais que j'avais trop fait l'ombre sur le passé du personnage ; du coup les critiques sur son passage -ou non- justifié de l'autre côté "de la force" m'avaient convaincues.
En fait la solution est peut être celle que tu énonces et qui m'a fait tomber moi aussi dans le panneau :
Mon perso tombe dans l'engrenage de la mafia, y voit une opportunité de gagner du pognon, du galon, du respect et de l'action, pour moi c'était le deal du départ aussi simple que cela.
Les critiques m'ont fait penser : Ouais c'est vrai que pour aller buter quelqu'un de sang-froid faut autre chose qu'un passé de voleur de fruits derrière soi.
Et en fait moi aussi je me suis fait happé par le formatage inconscient "du cinoche" de gangster.
Le pire c'est qu'en voulant faire un hommage à ce genre de ciné, j'ai voulu trouver des "circonstances atténuantes" à Salvatore, rendre le ganster déjà pas "clair" au départ ; il est finalement possible de concevoir un mec qui tourne mal parce que son époque est pourrie, qu'il gagne pas assez de blé et qu'il veut changer tout ça !
Tiens triste rapprochement entre 1930 et les années 2000, du coup... Eek !
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#78
Après quelques messages éparpillés, voici mon feedback :

Bravo pour 1930 ! Déjà, le sujet est original, le scénario prenant. Les dialogues sont biens : ni trop littéraires, ni risibles ; au contraire, ils participent à l'immersion. Certaines séquences achèvent de placer l'ambiance gangster, comme lorsque le type qui manque de respect à Salvatore se fait refroidir par Nicky, ou que le policier se fait graisser la patte après avoir entendu des coups de feu. Côté histoire, c'est impeccable.

Mais, plus encore, la technique est remarquable. J'ai adoré le large choix des missions ou l'ordre dans lequel en faire certaines, ou encore de pouvoir participer à des missions annexes.
Les choix en fin de paragraphes sont généralement bien pensés, laissent un sentiment de liberté dans la manière d'agir, le tout dans la cohérence.

Mais surtout, j'ai été très emballé par certaines idées, qui démontrent une réelle ingéniosité dans la conception. Je pense en particulier à l'influence de l'habillement (costume noir ou blanc) ou encore le numéro du quai qui correspond au chapitre à lire pour s'y rendre. Des petites choses, mais comme on dit, une oeuvre réussie se soigne jusque dans les détails.

Pour le reste, c'est un sujet de philo qui pourrait être proposé au BAC : l'objectif et le subjectif. De toute évidence, subjectivement, certains pourront avancer qu'ils n'ont pas accroché sur ceci ou cela ; c'est compréhensible. Comme je le disais, si des auteurs a succès participaient à des forums, il y aurait forcément des lecteurs pour leur reprocher telle ou telle chose. Le fait est qu'objectivement 1930 est une oeuvre soignée, prenante.
Félicitations !
Répondre
#79
Et bien merci Art !
Content que l'aventure t'aie plue ! Effectivement pour led dialogues j'ai essayé de rester dans la lignée du jargon "argotique" gangster, mais je de vais trouver le juste milieu entre les gangster de nos jours et ceux du début du siècle, il a donc fallu que je trouve un côté "raffiné" dans les mots et les insultes des protagonistes, inutile de te dire que les jeux d'acteurs de De Niro et les films de Scorcese m'ont grandement aidé. J'ai aussi puisé dans quelques textes et ou souvenirs des façons de parler de Paris au début du siècle (un peu genre argot du chanteur Renaud, c'est con, mais tout était bon à prendre !).
Les séquences dont tu parles qui "affirment" l'ambiance gangster ou encore les détails comme le costume ou le numéro du quai me paraissaient un peu superflus ou exagérés au départ, puis après plusieurs lectures, je m'y suis fait et j'en suis plutôt fier.
Pour le choix des missions, certains m'ont reproché d'en donner trop à réaliser en trop de peu de temps ; trop peu de temps réel et trop peu de temps que Salvatore est un Scalabrese que déjà des missions importantes lui sont confiées...
Je ne sais pas quoi penser... Pour moi cela semblait logique qu'un nouveau venu soit testé et "baptisé" dans ce milieu, maintenant j'ai peut être trop voulu la jouer "film". Apparement cela ne t'a pas gêné. Wink
Pour la liberté relative en fin de paragraphe, j'essaie au fur et à mesure de mes avh d'augmenter la non-linéarité de l'histoire, je n'y arrive pas toujours ; pour 1930, j'ai joué avec les nombres de contrats et les voies pour les exécuter. Certains ont trouvé cela "GTA" et c'est bien, d'autres on trouvé cela trop ouvert "aux quatres vents" et c'est moins bien : l'essentiel est que 1930 plaise dans sa globalité... Wink
Enfin merci pour souligner le fait que l'avh est soignée, ça fait plaisir d'autant que de nombreux détails sont soit authentiques, soit humoristiques tirées de films, donc dans les deux cas, un oeil averti pourra retrouver des hommages... (la photo sur les poutrelles, les dates sont exactes, les noms des commerces etc...)
Merci et à plus tard. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#80
Peter Falks, je ris Mrgreen

Déjà, très fort la photo qui ouvre l’AVH, on se sent vraiment dans l’ambiance - c’est cela le destin d’un mafioso…
Excellente idée les plans aussi… époque oblige, je me suis cru dans un scénar' pour Chtulhu.
Et j’admire que tu aies trouvé le “Regarde ce ciel, il n’est pas beau, grand, puissant, insaisissable ? Eh bien, bosse pour nous et tu seras comme le ciel…” Ça donne une profondeur étonnante au personnage, rien que ça ça justifierait de lire cette AVH. Mais il n’y a pas que ça. Aussi le §22 quand il a tué et se sent aussi grand que les gratte-ciels…

C'est énergique et bien mené, on ne s'ennuie pas. On pourrait objecter que tout ce qui se passe la première journée, c'est un peu beaucoup et que ça supporterait de s'étaler sur une semaine ou deux…

Ce qui nous amène à ce qui est pour moi LE point noir de cette AVH: j'entends, le système de combat. Ennuyeux dans une AVH où on flingue beaucoup.
Ainsi et pour prendre un exemple, dans la bagarre contre Elefanti, je l’ai poignardé 6 fois et lui quatre, à la longue ça devenait monotone: après ça je suis parti sans battre de l’œil dans mes autres missions ( ah, je n’avais qu’à ne pas acheter un flingue aussi cher aussi ) et j’ai encaissé trois balles dans la peau. Mais ça n’est rien, la bonne préparation du Dr Cena m’a fait récupérer 14 des 17 PdV perdus… heureusement que j’ai pu récupérer l’argent de ces deux canailles pour le payer.
Désolé, mais j'ai le réalisme qui souffre, là.
C'est d’autant plus dommage que les règles de choix du type de combat sont très bien pensées.
C'est moi qui ai zappé ou il n'y a aucun moyen de récupérer des PdV avec le temps qui passe ?

quelques trucs à certains § qui me paraissent mériter d'être revus
- Au §345 si on n’avait toujours pas d’armes, je nous aurais bien enlevé 1 point de Respect parce que quand même
- Au §294, tu ne précise pas le 45 donne un bonus de 1 en PR
- Au §105, je ne comprends pas pourquoi on gagne 1 point de Respect
- Au §305, je me tape les deux Lucianos et Nicki s’instale avec un paquet de popcorn pour me regarder ?
- Au §237, dans nos speakeasies
- Au §364, “Vous ouvrez le feu au hasard (retirez 2PR de votre total de respect).” Quésaco ?
- Au §367, les machettes coloniales font 4 de dommages alors que dans la liste du §30 c’est 3. Dans le doute j’ai repris les données du §30
- Je sauve le Don à moi tout seul et pas un seul point de Respect ??? ( en même temps, je ne remplissais pas une seule des conditions du 400 il me semble… )


" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#81
Bonsoir Ashimbabbar et merci pour ta critique !

Alors pour répondre dans l'ordre à tes propos :

1/ merci pour les compliments du début de ta critique, l'enthousiasme dont tu fais preuve fait plaisir à lire ! Wink

2/ effectivement la première journée est "bien" remplie, je me suis un peu enflammé pour ce "baptême du feu" au sein de la famille, mea culpa...

3/ Le système de combat est ennuyeux, c'est pas faux, mais s'il avait été plus réaliste encore, beaucoup d'entre vous auraient goûté à l'amertume des pavés de Bloomfield bien trop rapidement... J'ai essayé d'emmener du piment avec les choix du "style" de combat pour mains nues et arme à feu... Faudra que je revoie mon réalisme pour les prochaines avh...Big Grin

4/- Au §345 si on n’avait toujours pas d’armes, je nous aurais bien enlevé 1 point de Respect parce que quand même
Oui mais tu pouvais très bien te la jouer gros dur au gros bras plein de muscles ! J'ai pensé que certains utiliseraient leur force brute avant de flinguer !

- Au §294, tu ne précise pas le 45 donne un bonus de 1 en PR, erreur de ma part, il faut donc s'en référer aux listes de Nando et Point de Précision c'est PPR l'abréviation...(§30)
- Au §105, je ne comprends pas pourquoi on gagne 1 point de Respect car tu mets à jour un truc pas clair (je sais c'est un paragraphe obligatoire, mais il fallait que j'augmente le total de respect de temps à autre de manière forcée...
- Au §305, je me tape les deux Lucianos et Nicki s’instale avec un paquet de popcorn pour me regarder ? ben oui, il aime beuaocup les pop corns, tonton Nicki ! Deuxième erreur de ma part, j'étais à fond dans le combat lorsque j'ai écrit ce paragraphe... Confus
- Au §237, dans nos speakeasies erreur de relecture, il me semble avoir mis le bon pluriel "in english" ailleurs... Je vérifierais
- Au §364, “Vous ouvrez le feu au hasard (retirez 2PR de votre total de respect).” Quésaco ? ben 2 PR= 2 Point de Respect. Rolleyes
- Au §367, les machettes coloniales font 4 de dommages alors que dans la liste du §30 c’est 3. Dans le doute j’ai repris les données du §30 tu as bien fait je me suis planté dans la liste du 367.
Pour le Don tu n'as fait que ton devoir ! Non mais !
Je déconne mais il me semblait qu'en calculant les points de respect d'un parcours "honorable" et en ayant obtenu quelques conditions au 400, tu obtenais la fin ultime, en revanche parvenir au 38 ou au 127 est déjà la preuve que tu es un sacré mafioso Ashimbabbar !
Félicitations et merci encore pour ta lecture. Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#82
Juste pour t'informer que je vais commencer ton avh dans quelques minutes Big Grin
J'ai imprimé toutes les feuilles de ton avh, je les ai mises dans des fourres plastiques puis je les ai classées dans un classeur rapide Wink
Pour le temps de quelques intants, je vais ressortir complètement ma part italienne qui est en moi Cool
Répondre
#83
Le personnage de Salvatore fait toujours jaser, à ce que je vois... Histoire de préciser un peu mon avis, le problème que je ressens ne se situe pas sur le plan de l'identification, mais sur celui de la crédibilité (qui est sans doute indispensable pour s'identifier au héros, mais ça n'est pas ce que je cherche dans une AVH, perso). Je maintiens qu'on ne se fait pas gangster simplement parce que l'occasion s'en présente : il faut une raison. Cette raison, ça peut très bien être « le traumatisme hollywoodien », ça peut aussi être, pourquoi pas, l'appât du gain, la soif d'aventure ou n'importe quoi d'autre, mais dans tous les cas, il faut que ce soit explicite dans le texte. Sinon, on (je) n'y croit pas.
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#84
J'ai terminé cette avh, c'est donc à mon tour de la feedbacker. Avant toute chose, je tiens quand même à signaler que je ne suis pas du tout fan des films et des jeux vidéos se passant dans l'univers des gangsters et des mafieux (pour info, je n'ai ni vu la trilogie des Parrains, ni les incorruptibles. Pour ce qui est de Scarface, je ne l'ai vu qu'une seule fois mais je n'ai plus accroché que ça. Concernant les jeux vidéos, je n'aime pas les GTA et je n'ai pas vu la moindre scène de Mafia).
Comme vous l'avez si bien compris, ce n'est donc pas avec le plus grand enthousiasme que je me suis lancé dans cette histoire, mais au vu des critiques, je me suis dit qu'elle devait être vraiment pas mal. Alors, ai-je finalement aimé? La réponse ci-dessous.

Histoire:
L'histoire se vaut d'être originale puisque c'est la première dans le genre dans les avh's. Celle-ci commence donc de la meilleure des manières. De plus, on y fait mention de la famille et on y parle italien, ce que mon côté ritalien apprécie Tongue Que demander de plus?

Règles:
Première chose que j'ai constatée en lisant les règles c'est qu'on y retrouve la précision ainsi que la maitrise de combat qui me rappelle une autre avh Wink un clin d'oeil sympa à AMC dont je remercie beaucoup Sunk. Pour en revenir aux règles, celles-ci sont détaillées et bien foutues, cependant, même si j'ai mené une bonne partie des combats, j'ai un peu lâché l'affaire lorsque j'ai commencé à me battre contre plusieurs adversaires. J'ai trouvé assez fastidieux le fait de faire le décompte des munitions pour chacun des ennemis. Les feuilles de combat, ainsi que ma feuille d'aventure, ne ressemblaient à plus grand chose (bon, il faut dire que le crayon que j'utilisais laissait de grosses trainées noire quand j'effaçais). Certes, on va me dire que pour Aliens et les OS c'est la même chose, sauf que là, il ne faut comptabiliser que les munitions du perso qu'on incarne, ce qui est moi rébarbatif. Au final, je me suis contenté de lire le dernier quart de l'histoire.

Jouabilité:
Cette avh est assez linéaire, surtout au début mais un peu moins sur la fin. 8 fins sont possibles mais je doute que quelqu'un veuille les découvrir les 8 car la plupart du temps il devra parcourir les mêmes paragraphes, ce qui n'est pas franchement intéressant. Je pense qu'en y jouant deux fois ont peut lire la totalité des passages de 1930. Par contre, ce que j'ai bien apprécié et le fait de pouvoir choisir l'ordre des missions qui nous ont été assignées, ça fait jeux vidéo, et j'aime ça.

Difficulté:
Personnellement, et malgré les règles de combat qui nous avantagent, j'ai trouvé cette avh plutôt difficile car le perso a, certes, beaucoup de points de vie par rapport à ses ennemis, mais à coup de 4 ou 5 points de vie perdus par arme, nous arrivons vite à 0. Bien sûr, vous allez me dire qu'on peut acheter des soins, mais je les trouve beaucoup beaucoup trop chers. Payer 50 dollars pour regagner 2 points de vie, moi je dis non. Je ne suis pas près de mes sous, mais quand même! Je ne parle même pas des armes, mais ça, c'est plus plausible. Ce détail m'a assez gêné et du coup, ça m'a fait un peu décrocher de l'histoire.

Ambiance:
Nous arrivons enfin aux points forts de cette avh. À l'instar de moi-même avec Alien, on voit que tu t'es beaucoup documenté et que tu t'es vraiment donné de la peine pour donner un background solide à ton récit (notamment la description des habits et des voitures, le nom des musiques, quelques mots en italien etc). Grâce à tes descriptions et à tes plans, on se plonge facilement dans l'ambiance noir des polars ou des films de mafieux. Je m'incline bien bas et je te félicite pour ton travail. Je suis sincèrement admiratif du boulot fourni.

Style écrit:
Il est très bon. Je n'ai trouvé que quelques petites fautes mineures mais devant une avh d'une telle envergure, on ne peut pas les éviter. Tu as vraiment le soucis du détail et dès que tu peux décrire le moindre objet ou le moindre bâtiment, tu le fais, ce qui est fort appréciable. ça a été un réel plaisir de lire ton avh en tout cas. Par contre, je suis d'accord avec Meneldur (oui oui, vous avez bien lu. Il va se mettre à neiger, tiens), attention à ne pas faire des dialogues trop long, ce qui ne les rend pas très crédibles, surtout dans ce contexte-là. Je me vois mal Tony "Scarface" Montana faire des monologues de trois lignes.

Personnages:
L'autre gros atout de 1930. Je ne me souviens pas d'avoir lu une avh proposant une telle panel de persos! Chacun des PNJ's a une personnalité qui lui est propre, ce qui renforce davantage l'ambiance. Le personnage de Nicki est sympa (son: "faut quand même que j'aille contenter ma femme" m'a bien fait rire, je l'ai d'ailleurs sortie pour déconner quand j'étais avec mes potes, lol). Par contre, je trouve que le ton employé est parfois bizarre, pas très naturel. Du genre, les membres de la famille n'arrêtent pas d'être grossiers, d'être insultants, etc... Si ç'avait été des cailles-ras, ok, mais j'ai toujours pensé que les mafieux avaient un ton plus classe. Là, j'ai eu plus l'impression qu'ils parlaient comme des petites frappes au lieu de se comporter comme des membres d'une famille estimée. Bon, comme je l'ai précisé en début de feedback, je m'y connais très peu dans ce milieu (en même temps, je hais toutes les personnes qui se droguent. Pour moi, faudrait tous les éradiquer, enfin bref, là n'est pas le sujet).
Concernant le personnage de Salvatore, soyons franc: j'ai adoré! Pour une fois qu'on peut incarner un personnage pas tout rose dont ôter la vie d'autrui ne dérange pas. J'ai pris un pied d'enfer à massacrer toutes les personnes que je pouvais. ça change vraiment des personnages sans peur et sans repproche des autres avh's auxquelles j'ai jouées. D'ailleurs, le seul personnage qui est un tant soit peu détestable est le flic d'OS-2 que j'ai écris, c'est pour dire.

Faits marquants/meilleurs passages:
Pour sûr, il y en a quelques-uns. Attention, spoil possible. La fusillade dans la maison du Don est vraiment un bon moment, c'est tout juste si je pouvais entendre moi-même le bruit des balles sifflant à mes oreilles. J'ai également adoré mettre à sac la poissonnerie du chinetoque, je me suis bien marrant en lisant ce passage. J'image trop bien le petit asiatique grassouillet avec son tablier et sa petite toque en train de crier LOL
J'ai également apprécié le fait de devoir supprimer deux cibles avec un fusil sniper, tel un tireur d'élite, c'était une bonne trouvaille. "BOOM HEADSHOT!!!", me suis-je dit à chaque fois que la balle atteignait sa cible.
Une dernière petite scenette que j'ai bien appréciée et celle où Salvatore est chez lui et qu'il s'allume une clope tout en regardant par la fenêtre, plongé dans ses pensées. Je ne sais pas, j'ai trouvé ce moment assez nostalgique, je me suis même surpris à regarder par la fenêtre à mon tour et y rester quelques instants silencieux. Il faut dire aussi que je suis assez nostalgique en ce moment. Comme le dit Meneldur, c'est cliché, mais ça fonctionne toujours à chaque fois.

Divers:
J'ai trouvé que ça faisait très jeu vidéo de pouvoir aller acheter des armes et des soins à tout moment de l'aventure, même si je n'y allais jamais puisque je n'avais jamais assez d'argent (du coup, je ramassais l'arme de mes victimes).

Verdict:
Ouf, je crois avoir fait le tour, faut dire qu'il y a tellement de chose à dire. J'espère que je n'ai pas été trop long et que ça t'a apporté quelques chose, mon ami. Pour répondre à la question que j'ai posée en début de post, alors oui, j'ai bien aimé malgré quelques détails qui m'ont plutôt gêné et qui m'ont fait décrocher de l'histoire de temps en temps. Mais bon, aucune avh n'est parfaite, n'est-ce pas?
Ce qui n'empêche pas d'être sûr à 100% que 1930 terminera dans les 3 premiers au Yaz de cette année. J'en mettrai ma main à couper. Encore bravo pour le travail fourni. Pour terminer, je ne dirai qu'une chose: vivement Samurai 1 ~ Les Trois Villages dont le synopsis m'intéresse énormément.

EDIT: J'ai essayé de poster une critique de ton bouquin sur lulu mais quand je clique sur le bouton Rédiger une critique mais il n'y a rien qui se passe -_- (j'a quand même pu mettre les 4 étoiles).
Répondre
#85
Et bien quelle longue critique mon cher Jin !
Je vais essayer de répondre brièvement (mais j'y arriverais pas!) à tes rubriques :

Histoire : J'ai essayé d'apporter une nouveauté au genre, pas celui de la mafia car je me suis auto-bourré de clichés et de déjà-vus, mais au genre avh, puisque à part quelques avh urbaines contemporaines et les deux enquêtes de JFM il ne me semblait pas que le style policier soit très représenté sur RDV1. Et puis je voulais tellement faire "mon film de gangster" que je me suis dit : allez go on se lance et tant pis si ça casse !

Règles :effectivement les règles sont un peu bordéliques et sur le long terme j'avoue que ça devient même chiant et lourd. Mais je voulais comme pour "le voyage" donner des règles "réalistes" ; un peu trop au final !
Pour les appellations j'ai effectivement emprunté cela à AMC ainsi que le décompte des munitions, je pense d'ailleurs que pour d'autres avh "contemporaines avec arme à feu" j'utiliserais ton système qui est très fluide.

Jouabilité : Pour la linéarité du début c'est voulu : tu intègres la famille, tu te tais et tu fais ce qu'on te dit ! Après au fil de l'avh tu peux choisir de plus en plus de missions et tu as de plus en plus de possibilités pour les mener à bien.
Pour les 8 fins c'est un peu un hommage aux jeux vidéos ou selon ton parcours, tes choix etc, tu accèdes à telle ou telle fin (genre Silent hill, resident evil etc...). La fin avec Alison est une branche à part de l'histoire, la fin ou tu quitte la famille et que tu es riche et aussi une branche à part de l'avh, donc je dirais que tu peux relire l'avh trois fois avec trois "gros " chemins vraiment distincts.

Difficulté : Rien à dire, barre beaucoup trop haute mais si je rabaisse la vie des ennemis ou augmente celle de Salvatore, si je réduis le prix des soins ou des armes, mon réalisme en prend un coup et je ne veux pas. ^^ Désolé faut s'accrocher pour survivre en 1930 !

Ambiance : Je suis heureux que beaucoup d'entre vous aient apprécié ce côté de l'avh, c'est un de mes objectifs principaux lorsque j'écris : livrer une aventure jouable, intéressante au niveau histoire mais surtout prenante au niveau ambiance, je veux donner "à voir" au lecteur grâce à de simples mots. Pour info je me suis beaucoup documenté avant d'écrire. Je le disais sur un autre post mais même les jours d'octobre 1930 sont les vrais... et beaucoup de détails comme le café serré, les parents de Salvatore qui trient les haricots ou la description de "la nonna Scalabrese" sont des trucs vraiment persos qui viennent directement de mon enfance. La nonna est d'ailleurs le portrait de ma défunte grand-mère à qui le bouquin est dédié...

Style écrit et personnages :

Tant mieux si je fais de moins en moins de "fôttes", c'est que vos conseils et les nombreuses relectures portent leurs fruits !
Pour le style, j'essaie de de rester fidèle à mon feeling : je ne copie pas le style de tel auteur (d'ici ou d'ailleurs), parfois cela donne du bon, d'autres fois cela reste commun ou très pauvre. J'essaie de m'améliorer grâce aux feed que je reçois ici, et c'est vrais que l'on a beaucoup vanté mes descriptions (et j'en suis pas peu fier !), a contrario mes fautes d'ortho et mes règles lourdes ou mal équilibrées ont souvent été dans la ligne de mire. Je m'efforce d'améliorer le tout, à la fois... ^_^

Faits marquants/meilleurs passages : Fusillade à la villa, tir de sniper et détente avec la clope à l'appart ce sont de bonnes séquences en effet ! Il y a aussi l'exploration de la "Milk" qui pourrait te plaire, le rendez-vous sur les quais (chemin secret), et l'aventure de l'hosto (chemin secret également). Au fait en guise de passage marquant as-tu choisis le chemin "gore" vers la fin de la villa ?

Verdict : Heureux que cette aventure t'aie plu, j'espère plus ravir les lecteurs que décrocher une place au yaz (même si notre ego prend un coup de "smile" !). Merci pour ta belle analyse et je vais me replonger doublement dans Samuraï histoire de le finir assez rapidement (qui parle de SLBR ?!).
Merci en tout cas, jin. A plus! Wink

lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#86
Le chemin gore? Je sais pas, je suis passé devant le bureau du Don où le comptable était en train de lui piquer son argent, ensuite, je me suis battu sur la terrasse contre le tireur d'élite avant que le roux ne fasse le ménage Cool
Répondre
#87
Le chemin "gore", je pense qu'il doit parler du moment où je me suis retrouvé avec une tronçonneuse... Tongue
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#88
Oui Lizi, ta chaîne a frappé dans le mille !...
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#89
Oiseau je t'ai envoyé un Mp concernant les versions de 1930. J'ai remarqué que seule la version téléchargeable est la 1.2 ; la version lisible en ligne est la 1.0, pourrais-tu faire la mise à jour s'il te plaît ? Wink Si il te manque le fichier .avh je te le renvoie.
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#90
Bon !
J'ai relu un peu mes feedback et il est vrai que je sombre pathétiquement dans le monde des "bisounours". Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, c'est terminé !

Désormais c'est dans un flacon d'acide que je tremperais mes pixels pour déverser ma bile, ma jalousie crasse et mes frustrations refoulées (post œdipe) avec une perversité rarement atteinte.

Or donc (j'aime bien cette conjonction, ça fait cultivé. Là on se dit déjà, lui, il maitrise la sémantique, grave), quel rapport avec 1930 me direz-vous ?

Il se trouve que j'ai commencé cette AVH ce soir car je ne suis pas un grand fan des histoires de mafieux et de gangsters en général (vous noterez la contradiction qui laisse à penser à un esprit malade). Je me suis dis qu'avec cet apriori plutôt négatif, la curée n'en serait que plus facile....

J'ai pas encore fini là. Mais bon....C'est pas trop mal...c'est même pas mal...En fait c'est plutôt bien. Allez... carrément bien mais je n'irais pas au dessus (relatif aux résolutions citées plus haut).

Je ferais mon feedback demain (et à jeun cette fois), mais d'ores et déjà bravo pour cette AVH. Je pensais m'écrouler de fatigue après avoir asmaté des aliens à tout va (cf. Jin), et ben non...Je me suis laissé embarqué dans les traces de Salvatore sans lassitude. Ça se lit, ou plutôt ça se boit comme un bon verre de chianti à une terrasse d'un café à Florence.



Fait chier. La prochaine AVH je la démonte. Juré.
Dernier truc avant de sombrer, j'ai sous la main le "Nightmare Agency", un supplément pour "l'appel de Cthulhu" qui se déroule pile dans la période années 30. A la fin y'a un glossaire pour mettre à jour les mots d'argot avec l'époque (vu que tu en parlais plus haut). Juste quelques exemples pour rester dans l'ambiance
Broker : courtier, agant de change
Cloche : bohème, mendicité (faire la cloche. Ça je crois que tu l'utilises non ?)
Depredatore : dépravé/prédateur
Fleur de nave : imbécile, idiot
gang overlord : chef de gang
Jazzy-Belle : entraineuse
parc à os : cimetière
Pousse-bouchon : entraineuse (aussi ^^)

La plupart des autres, tu les as utilisé (bootlegger, speakeasy, band, etc...). En fait ce glossaire est plutôt sommaire, mais bon !

Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)