1930
#91
Mon feedback (à jeun donc et avec mes lunettes sur le nez)

Encore une AVH ambitieuse. 400 paragraphes, c'est pas rien ! Ce n'est pas mon époque préférée et j'ai beaucoup de mal à m'identifier ou plonger dans l'univers glauque du banditisme de cette période, de la mafia, des règlements de compte sordides, des pots-de-vin et de la corruption généralisée.

Mais bon sang, quel boulot ! La minutie des descriptions, le réalisme de la ville, de ce décor d'entre deux guerres, de l'armement etc... Tout y est, c'est impressionnant. Les personnages secondaires flirtent parfois avec la caricature, mais ils restent savoureux, au langage fleuri et collent bien au décor.

D'ailleurs, je ne vois pas pourquoi des criminels des années 30 sous couvert de leurs costumes trois pièces devraient obligatoirement se montrer moins vulgaires que ceux de nos jours. Au contraire, j'aime ce réalisme. Le ton cru de certains dialogues ne m'a pas du tout dérangé.

Je me suis intéressé à ton style et j'ai eu du mal à le cerner. Au terme de ma lecture, je dirais, généreux. Généreux en tout, jusqu'à parfois presque submerger le récit. Je disais à Jin la passion que l'on ressent lorsqu'on lit ces AVH militaires à la prédator ou alien, la tienne est une passion italienne, dévorante, débordante et sans concession.

S'en ressent parfois presque un côté un peu "too much" dans quelques scènes, dialogues à la limite du cliché dignes de James Bond plus que des incorruptibles. C'est tellement passionné qu'à certains moments les situations deviennent presque artificielles par leur coté cliché appuyé. Mais cela fait partie du décorum.

A mon sens, il ne manque pas grand chose pour que le style soit vraiment très bon. Quelques répétitions maladroites sont à souligner (idem, faudrait pouvoir bénéficier d'un ou deux relecteurs assidus). Mais bon j'ai le droit de faire la fine bouche avec quelqu'un qui s'est déjà illustré aux Yaz et publie dans Héros. C'est très agréable à lire, en tout cas. Après l'énorme pavé de Jin, je ne me sentais pas capable d'enchainer tout de suite avec une nouvelle aventure, mais là je dois avouer que tu sais embarquer ton monde avec cette AVH de haute volée. Je ne me suis pas ennuyé une seconde.

En plus, en restant fidèle à la famille Scalabrese, j'ai terminé (comme Fitz je crois), responsable du trafic d'alcool, rôle taillé sur mesures après la soirée d'hier. J'ai deux ou trois caisses d'absinthe à refourguer d'ailleurs...^^

Quant aux états d'âmes d'Eric.. heu de Salvatore (bon, ok je range mes blagues carambar et mon 45T de Luna Parker), là aussi, j'ai pas cherché à comprendre si son basculement dans la violence paraissait plausible ou pas. L'aventure est écrite comme ça et c'est très bien.

Merci Sunk pour ce bon moment inattendu.A priori la route des Yaz n'aura pas besoin d'être ouverte à coups de rafales de Thompson vu la qualité globale de cette AVH !



Répondre
#92
Jin a écrit :Ce qui est bien avec les feedbacks hypers bien construits de Gwalchmei, c'est qu'en les lisant, nous avons toujours l'impression d'avoir pondu un chef d'oeuvre, ce qui donne beaucoup de baume au coeur et nous donne envie de continuer sur cette lancée.

Une fois n'est pas coutume, je vais commencer ma réponse non par par une phrase extraite du feedback mais par une phrase extraite de la réponse à un autre feedback ! La citation parle d'elle même...

Tout d'abord merci beaucoup pour ta superbe critique qui effectivement donne un sacré coup de fouet pour la motivation et la fierté. Ton analyse fait plaisir à lire et il est vrai que si tes critiques ornaient les pages d'accueils de nos avh's, elles seraient vantées avec classe et efficacité !
Je pense d'après ton élogieux feedback que tu as apprécié l'aventure et que tu as su entrer dans le "costume". Tant mieux. Lorsque j'écris une avh, c'est pour inviter le lecteur dans un monde altéré par ma perception des choses. Quelques fois cela tourne au message écologique ou pacifiste (maladroit ?), quelques fois il s'agit simplement de faire remonter des images et des sensations du passé, du présent ou d'un futur souhaité (ou craint...).
Si je dis cela c'est qu'il y a un lien avec tes impressions :

- Pourquoi cette minutie dans les décors, les odeurs et les couleurs de cette époque ? et bien comme à chacune de mes avh's la partie que j'aime le plus est celle de la documentation en amont de la rédaction. C'est ici que je m'intéresse "profondément" à un thème dicté par mon avh et que j'apprends des trucs que je n'aurais peut être jamais cherché à savoir en d'autres circonstances. C'est de l'ouverture à la connaissance que je m'impose car :
1/ j'aime savoir beaucoup de choses (soif insatiable depuis mon enfance)
2/ j'aime les époques ou les thèmes que je choisi pour mes avh's (ça tombe sous le sens) donc c'est l'occas' me documenter sur cela.
Les années de début du siècle (20è) me semblent des années où tout était beau en matière de goût artistique : les gens étaient bien habillés (oui à part les gens sans trop d'argent, me direz-vous), les costars avaient la classe, les robes des femmes étaient soignées. Les bagnoles étaient chromées, dorées, elles avaient des formes semblables aux courbes d'une femme. Cette époque sentait la fin de la première guerre, on retrouve d'ailleurs cet esprit de "beau" dans les années 50-60.
Le swing et le jazz enivraient les rues des villes et donnaient cet air de fête permanent (malgré une misère et une pauvreté pourtant réelles).
C'est pour ces raisons évoquées que l'univers te semble minutieux et réaliste : je veux mes univers (même imaginaires) minitieux et réalistes. Première mission accomplie donc !

- tu parles des persos souvent caricaturaux et des gangsters au langage fleuri : c'est vrai je le reconnais. Les persos semblent sortis des films de Scorcese ou de Tarantino, ils parlent mal, parlent trop, parlent trop peu. C'est ainsi que j'aime les films de gangsters, c'est ainsi que j'aime cette époque, débordante, généreuse et parlante. De plus bon nombre de mes personnages sont issus de certains membres de ma propre famille (pas des mafiosi quand même, mais des ritals pure souche !).
À cet exemple la Nonna Scalabrese est directement le portrait de ma défunte grand-mère, de même que les parents de Salvatore sont aussi dans certaines descriptions, l’évocation de scènes de mon enfance où je voyais mes grands-parents pétrir du pain ou écosser des haricots dans un rituel muet et hypnotique.
D’ailleurs Salvatore est le prénom de mon grand-père qui vient de Reggio di Calabria…

Pour les autres points évoqués dans ta critique, j’ai noté cela :

- «S'en ressent parfois presque un côté un peu "too much" dans quelques scènes, dialogues à la limite du cliché dignes de James Bond plus que des incorruptibles »
J’aimerais bien savoir à quelles scènes tu fais allusion, juste par curiosité !...

- « Mais bon j'ai le droit de faire la fine bouche avec quelqu'un qui s'est déjà illustré aux Yaz et publie dans Héros ». Pour moi ceci est normal. Et en soi, gagner un yaz ou être publié dans héros ne doit pas être un achèvement de son « travail », plutôt un tremplin, une motivation supplémentaire à affiner son style, ses tournures. donc si je reçois des obus négatifs, je suis heureux de savoir où j’ai merdé et comment faire pour éviter à nouveau l’écueil. C’est ce qu’il s’est passé avec le background de Salvatore dans les premières impressions, et c’est pour cela que j’ai modifié son histoire. La critique négative est utile dans l’art, quel que soit l’art visé.

- Félicitations pour ton accession à un haut rang de la famiglia !

- « Quant aux états d'âmes d'Eric.. heu de Salvatore celle là tu me l’expliqueras ! sinon elle va me torturer les méninges comme la fameuse blague incomprise sur le fils avocat qui se noie, dans la Vérité si je mens… Jamais comprise non plus celle-là !

Gwalchmeï a écrit :Merci Sunk pour ce bon moment inattendu.A priori la route des Yaz n'aura pas besoin d'être ouverte à coups de rafales de Thompson vu la qualité globale de cette AVH !
Mais c’est moi qui te remercie pour ton élogieuse critique, et pour le yaz, nous verrons dans quelques mois. Honnêtement, mon réel plaisir est de savoir que j’ai fait voyager des gens dans l’un de mes univers, qu’ils y ont pris du plaisir et que la lecture les ait « happé » comme un film. Le yaz est la consécration ultime, la fierté d’après Noël, le petit bonbon à l’égo…

Merci, Gwalchmeï. A plus tard, sur les docks…
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#93
Référence à ceci:

http://www.youtube.com/watch?v=mBmF-L3hJiA
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#94
Devancé par Tholdur ! Wink Out
Répondre
#95
L'aventure lisible en ligne correspondant à la version 1.2 de "1930" devrait être disponible ce soir (demain pour vous)…
Répondre
#96
Est-ce normal Oiseau que la version 1.0 soit toujours celle lisible en ligne ?
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#97
C'est réglé.
Répondre
#98
Parfait Oiseau ! Je te remercie. Yep
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#99
Citation :Quant aux états d'âmes d'Eric.. heu de Salvatore celle là tu me l’expliqueras ! sinon elle va me torturer les méninges comme la fameuse blague incomprise sur le fils avocat qui se noie, dans la Vérité si je mens… Jamais comprise non plus celle-là !

états d'âme Eric -> états d'Amérique

La blague juive :
déjà, c'est un mère juive, donc forcément que son fils est avocat (ou médecin ou banquier). Ça s'appelle un cliché Smile
Ensuite, elle ne dit pas "au secours mon fils se noie" mais "au secours mon fils l'avocat se noie".
Autrement dit, l'important, c'est pas que ce soit son fils, ni même, simplement, que ce soit un être humain, qui se noie, mais que ce soit un avocat.
Sous-entendu malheureux : si c'était son fils l'ouvrier ou son fils chomeur, elle s'en foutrait, mais là, c'est son fils l'avocat, donc c'est grave, il faut intervenir Tongue
Plus sérieusement : c'est la fierté de la famille. Une mère juive va toujours essayer de caser dans toutes les conversations qu'elle a un fils avocat (ou médecin, ou...) auprès de ses copines et connaissances. Même quand ce serait inapproprié à la situation... comme dans une situation de vie ou de mort...

Dans le même genre il y a :
la preuve que Jésus était juif, c'est qu'il a repris le travail de son père, que sa mère le prend pour Dieu, et qu'il croit que sa mère est toujours vierge.
J'aime bien aussi ^^

Bref ce sont des gags sur le stéréotype de la mère juive.
Qui d'ailleurs ressemble pas mal au stéréotype de la mère pied-noir ou de la mama italienne, etc...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Après trois tentatives j'ai abandonné la lecture de cette AVH pour une raison simple : le sujet qui ne m'intéresse vraiment pas. Si mon père est fan des films genre le Parrain ou Scarface ça n’a en revanche jamais été ma tasse de thé. (À part peut-être les Incorruptibles) Et la lecture de cette AVH m'a conforté dans mon ressentiment. Attention Sunkmanitu, ne le prends surtout pas pour toi. Ton AVH est très bien écrite, le style est vraiment bon, les règles sont excellentes, j'ai testé trois combats et ça m'a semblé réaliste et vivant. La reconstitution de l'Amérique des années 30 est remarquable aussi rien à dire. Cette AVH est sans aucun doute un très bon cru pour les amateurs du genre mais comme je suis loin d’en être un rien à faire, j'ai les poils qui se hérissent et je m'ennuie rapidement. Essentiellement à cause des dialogues en fait : si certaines répliques bien envoyées m'ont fait rire, j'ai vraiment eu du mal à m'identifier à mon personnage et le langage fleuri des mafiosos m'a lassé très vite. Mais là encore c'est mon avis personnel, ça plaira sans aucun doute aux amateurs de films de Gangsters. C'est vraiment rare qu'une AVH me fasse cet effet-là, mais celle-ci est tellement spécifique que ça peut expliquer mon ressentiment.

Deux petites remarques précises :
- Au 111 une petite faute d'orthographe : 'une douce lumière tamisée."
- Au 230 on aurait pu avoir le choix de refuser non ? Quitte à prendre un PFA dans la gueule mais ça aurait été sympa.

Cependant, et assez paradoxalement, c'est une AVH à laquelle je donnerai sans doute des points au Yaz car de manière objective il n'y a pas grand chose à redire, à part peut-être que le récit est trop tassé, il aurait mieux valu étaler les évènements sur un intervalle plus long. Bref certainement une excellente AVH tant dans le fond que dans la forme mais à laquelle je n'accroche vraiment pas au vu de son sujet.
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
C'est vrai que j'ai également eu de la peine à me plonger dans le récit car tout comme toi, les films de gangsters ne sont clairement pas ma tasse de thé, du coup, je pense n'avoir pas apprécié cette avh à sa juste valeur, ce qui ne m'a pas empêché d'en faire une critique plutôt élogieuse.
Répondre
@ Aragorn : Et bien merci quand même Aragorn d'avoir essayé l'avh et 3 fois en plus !
Je savais en écrivant sur un thème aussi spécifique que certains pourraient ne pas aimer ! donc je suis le premier désolé pour toi que tu n'aies pas trouvé ton compte dans cette aventure. Fais-là lire à ton père ! Qui sait tant il se met à aimer les LDVELH ?!
Plus sérieusement merci pour tes compliments et tes critiques ; j'aurais pu en effet étaler la progression de Salvatore sur plus d'une semaine mais là aussi je voulais faire un condensé de manière à ce que l'histoire tienne dans une avh et surtout qu'il n'y ait pas de temps morts ou d'ellipses genre "un mois plus tard..."
Pour le 230 que tu mentionnes, j'aurais pu proposer un réponse négative avec un PFA, mais je n'en voyais pas l'intérêt SPOIL surtout que d'entrée de jeu, dans la ruelle, tu peux te faire dessouder vite fait selon ta réponse... FIN SPOIL
D'ailleurs c'est un peu LE paragraphe qui déclenche tout le reste puisque c'est à ce moment que tu penches vers le côté obscur de ville...
Heureux de savoir que tu as essayé quelques combats et qu'ils t'ont parus réalistes et vivants, au moins une mission accomplie Wink

En attendant que je me plonge dans les avh's qu'il me reste à lire – dont celle dans la peau d'Edward Carnby – je te souhaite de passer d'excellentes fêtes de Noël, à plus tard. Smile

@ Jin : mais t'inquiètes pas Jin Wink, je ne prends pas mal la critique d'Aragorn, je conçois tout à fait que ce "style" d'univers puisse déplaire, mais c'est aussi la "Sunk's Touch" essayer de proposer des avh's originales par le fond ou la forme qui vont diviser les troupes ! (on a d'ailleurs tous notre griffe si tu réfléchis bien, certains sur les avh's action, d'autres sont bons dans les univers immersifs, d'autres dans l'horreur et la terreur distillée...)
Attention je ne dis pas que je réinvente la poudre, loin de là, n'allez croire que j'ai la pastèque enflée, juste que j'aime bien essayer des trucs, et ensuite ça passe (le Voyage initiatique) ou ça casse (Traque dans les Montagnes). J'aime aussi ne pas rester cantonné à un univers, c'est la raison pour laquelle j'intercale des avh's de thèmes et univers différents (samouraï, puis Valareau, puis shamaan etc.) Enfin tout ça pour dire que même si l'avh ne lui a pas plu ce n'est pas grave, je ne me formalise pas et ne le prend pas mal. Ce serait prétentieux (très) de se vexer car son aventure n'a pas plue. Oui, on change avec le temps... Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
Je me suis relancé dans "1930", cette fois-ci avec accompagnement musical (je suis allé chercher sur Youtube les chansons mentionnées dans le texte et quelques autres du même genre). C'était agréable, mais ça ne m'a pas spécialement porté chance, puisque je me suis fait éclater la tête encore plus vite que la première fois. Bloomfield est apparemment une ville où il y a encore plus d'insécurité qu'à Gotham City !

La difficulté me semble assez hardue. Il est vrai qu'on a nettement plus de PV que nos adversaires, mais ils peuvent fondre à une vitesse impressionnante. (Ce n'est pas pour ça que je suis mort cette fois, cela dit : je me suis reçu une balle dans la tête au cours de la fusillade de l'hôtel, alors que j'essayais d'empêcher deux infâmes malfrats de dérober l'argent que j'étais moi-même venu extorquer.)

J'apprécie beaucoup les aventures qui essaient de faire quelque chose de différent. L'Amérique de la Grande Dépression n'est pas un cadre qui m'intéressait à priori beaucoup, mais le simple fait qu'il se distingue de ce dont on a l'habitude donne de l'intérêt à l'aventure. L'originalité ne fait pas tout, bien sûr, mais "1930" exploite en plus très bien son cadre, avec un luxe de détails que j'ai trouvé très agréable.

Je ferai des commentaires un peu plus poussés une fois que j'aurai réussi à progresser un peu !
Répondre
Merci des tes premiers ressentis ! Je vais attendre la fin du yaz et je sortirais peut être une version plus facile, si vraiment l'avh est dure par déséquilibre (ce qui est tout à fait possible, j'ai beaucoup de mal à équilibrer sur la longueur).
Riche idée d'avoir essayé de jouer en immersion musicale, c'est en tout cas ce que j'ai fait lors de l'écriture ! Alors bonne chance et n'hésites pas à flinguer si on te manque de respect, capisce ?!
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
(03/01/2012, 07:04)sunkmanitu a écrit : je sortirais peut être une version plus facile, si vraiment l'avh est dure par déséquilibre

Je me suis lancé dans une troisième tentative qui a beaucoup mieux démarré - j'ai frappé un type et j'en ai liquidé trois autres en ne perdant qu'un malheureux PV - mais ça n'a rien changé puisque je suis mort peu après, en ratant un test d'Agilité mortel. C'est quand même un monde qu'un honnête citoyen puisse se faire braquer comme ça à la sortie d'une banque ! Que fait la police ?! Tongue

Je ne sais pas ce qu'en pensent les autres joueurs (je n'ai pas trop lu les autres commentaires sur l'aventure pour éviter les spoilers), mais la difficulté me paraît en effet un peu forte. Outre le nombre important de combats qui peut user nos PVs, il est souvent possible de mourir sur un jet de dés malchanceux (au cours des combats, notamment, avec la possibilité d'une blessure instantanément mortelle).

Je vais faire une quatrième tentative à la loyale, mais si le petit Salvatore ne réussit toujours pas à conserver son nouveau job plus de 24 heures, je vais ensuite commencer à le doper en rajoutant quelques points à ses caractéristiques.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)