1930
#46
Je l'ai enfin jouée! Je remettais cette AVH à plus tard depuis quelques temps dans l'objectif de "garder le meilleur pour la fin". Je raffole de cette période de la prohibition aux États-Unis et des histoires de gangsters (au point même que j'en écrive un JDRA), je m'y suis donc attaqué avec beaucoup d'attentes.
J'ai commencé cette aventure en voulant jouer un pauvre bougre embarqué dans des histoires de gangsters parce qu’il n'a pas d'autres choix mais en fait... Ce n'est pas possible on doit devenir une machine à tuer!
Une fois que la chose est acceptée on peut un peu plus profiter de cette AVH, effectivement certains dialogues sonnent étrangement et beaucoup de choses font jeux vidéos comme les soins, les armes, la linéarité,etc...(l'influence de Mafia se sent énormément). Mais le plaisir viens surtout d’emmagasiner de l'argent (pour acheter des armes avec) et de collectionner des points de respects pour au final monter dans la famille donc c'est une manière de faire proche du jeu vidéo ce qui justifie, à mon avis, les "défauts" cités précédemment.
En ce qui me concerne, j'ai choisi la voie de l’extrême fidélité à la famille, ce qui m'a plutôt servi.
Ensuite j'ai noté deux petites choses dérangeantes au niveau du réalisme historique au début de l'histoire:
-Quelqu'un qui gagne 300$ en 1930 au États-Unis n'est pas vraiment à plaindre et je ne suis pas sûr que ça justifie à pousser quelqu'un à devenir hors-la-loi et à risquer sa vie.
-Le personnage au début, en travaillent comme livreur, livre de l'alcool !?

Bref, la partie était fun, j'ai aimé sans avoir exactement ce que je venais y chercher.

Rien d'impossible à ce que je m'essaye au genre d'ailleurs pour remédier à ce manque...
Répondre
#47
Merci à toi pour ta critique ! Cela fait du bien à lire après quelques jours d'absence du à un putain de crash de mon disque dur (ouf, je n'ai rien perdu, j'avais tout sauvé !!). Enfin je vais donc répondre aux quelques problèmes que tu soulèves (à juste titre d'ailleurs) :
Je sais que le perso tombe dans le système "truand-méchant-machine à tuer" trop facilement, la présentation de Salvatore n'est pas assez exploitée et fouillée (et tu n'es pas le seul à me l'avoir dit), j'ai donc modifié cette intro et envoyé la version 1.2 à Oiseau (elle conteint aussi quelques modifs d'une dizaine de paragraphes).
L'aspect jeu vidéo que tu as reamrqué est tout à fait normal, je me suis insipré de Mafia, du Parrain (jeu et film) et de GTA. Les items à acheter, les soins, tout cela fait partie du folklore d'un jeu alors pourquoi ne pas le transposer dans un livre-jeu ?!
Tu as été fidèle à la famiglia et le Don t'en remercie ! tu as donc pu avoir une fin digne de ton engagement envers les SCalabrese, peut être es-tu passé à côté d'autres trucs secondaires que tu reliras puet être un jour ?!... Wink
Enfin pour les anachronismes, je peux te jurer que c'est vraiment indépendant de ma volonté : Je cherche toujours avant d'écrire une avh de quoi me documenter pour éviter le piège de la connerie anachronique ou irréelle, mais pour le SMIC de 1930, j'ai eu beau chercher je suis tombé sur un truc du style 20 ou 30 dollars ; pour mettre en place un système de soins et d'armes avec des 1 ou 2 $ ou pire des cents c'eut été trop "faux" à mon goût. J'ai opté sciemment pour une "réhausse" des salaires (!) afin de remédier à ce problème...
Pour la livraison d'alcool, je crois citer le cidre et la bière, il me semble que la prohibition interdisait les alcools et spiritueux forts qui rendaient, selon le gouvernement, la population fainéante et dangereuse. Peut être que la bière en faisait partie, je te crois, mais j'ai voulu insister sur rhum, whisky et champagne, des alcools qui me semble étaient au coeur des trafics (importations caraïbes pour le rhum, France pour le champagne (et le vin) et Usa ou Grande Bretagne pour les whiskys).
MErci encore une fois pour avoir consacré du temps à la lecture et la critique de l'aventure.
Pourrais-tu, pour finir, m'expliquer le sens de tes deux dernière phrases ?
Bref, la partie était fun, j'ai aimé sans avoir exactement ce que je venais y chercher.

Rien d'impossible à ce que je m'essaye au genre d'ailleurs pour remédier à ce manque...
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#48
La bière était prohibée mais produite sur place dans des distilleries qui avec la Prohibition étaient de fait passées sous le contrôle des gangs; elle représentait un volume important et les gangs essayaient de forcer les bars à prendre leur bière et pas une autre…

En fait de films, je ne sais pas si tu as vu Public Enemy avec James Cagney ? Il y a quelques moments où c'est presque visible, et ça rend assez bien l'ambiance de l'époque ( ces histoires de bière en particulier )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#49
La bière "sans alcool" (à moins de 0,5%) était autorisée, sinon. C'est ptêtre ça qu'il livrait ?
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#50
Beh ouais une bonne vieille Tourtel ! N'oublions pas que sans alcool la fête est plus folle ! (tu parles ouais, rien ne vaut une bonne cuite au pastaga LOL )
Dribble
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#51
(10/05/2011, 22:06)sunkmanitu a écrit : Pourrais-tu, pour finir, m'expliquer le sens de tes deux dernière phrases ?
Bref, la partie était fun, j'ai aimé sans avoir exactement ce que je venais y chercher.

Rien d'impossible à ce que je m'essaye au genre d'ailleurs pour remédier à ce manque...

Excuse moi, je voulais dire que je m'attendais à une AVH de gangsters dans une ambiance de films comme il était une fois en Amérique et que j'ai plutôt eu quelque chose à la Mafia finalement (ce n'est pas une mauvaise chose j'ai beaucoup aimé Mafia même si je ne suis pas allé loin, foutu course de bagnoles...).

Ensuite la deuxième phrase veut simplement dire que vu le stock de scénarii de jdr dans l'univers de chicago, prohibition years que j'ai, j'écrirais peut-être une AVH plus proche de ce qui me plait dans cette époque (au risque de faire "copieur").

Pour la bière c'est effectivement ça: maximum 0.5%, pour le cidre par contre c'est totalement impossible à mois de baigner dans le milieu (ce qui est le cas de plus ou moins tout le monde donc ce ne serait pas étonnant encore faut-il l'expliquer).

Au passage: comment faire de la bière alcoolisée durant la prohibition pour pas chère: prenez un litre de bière sans alcool, ajoutez 10cl d'alcool de bois (hummm!) mélangez, c'est près!

Répondre
#52
okay Mistermisa, j'y vois plus clair ! Mais ne t'excuses pas, y'a pas de souci !
D'ailleurs si tu écris une avh traitant du sujet de la prohibition, copieur on s'en fout !, je serais un des premiers à la lire !
J'aime cette époque, les personnages qui y sont associés et les codes d'honneur (plus ou moins respecté) des familles de gangsters.
Faudra d'ailleurs que j'aille faire un tour sur ton site...

Curieux de goûter ta bière prohibée !... Une défonce en perspective ?!
Allez j'arrête mes conneries Oiseau va avoir des problèmes avec la police pour "site hébergeant des alcoolos illégaux !..." Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#53
(11/05/2011, 09:05)Mistermisa a écrit : Au passage: comment faire de la bière alcoolisée durant la prohibition pour pas chère: prenez un litre de bière sans alcool, ajoutez 10cl d'alcool de bois (hummm!) mélangez, c'est près!

J'imagine que c'est à peu près aussi bon pour la santé que la cocaïne coupée à la craie... Smile

Répondre
#54
C'est pas un de ces fameux breuvages de la Prohibition qui ont rendu des gens aveugles ? Tongue
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#55
Si jamais ça intéresse quelqu'un d'y jeter un oeil, j'ai aussi écrit un petit jdr appelé "Maffia 1928", en piquant quelques idées par ci par là à d'autres (depuis que je suis sur forum j'ai l'impression d'être le KING OF THE PLAGIAT). Les règles sont le plus simple possible, l'univers est celui de la ville "New Heavens" en Nouvelle Cornouailles, et le ton est plutôt gentillet... On pousse les PJ à être des gangsters plutôt "sympathiques" qui affrontent plutôt des flics armés et des gangsters beaucoup plus méchants qu'eux, que des innocents. L'ambiance est assez cliché, voire parfois cartoonesque.

Je filerai un lien DL_free en Message Privé à ceux qui le souhaitent.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#56
EDIT: quelqu'un peut me dire pourquoi à chaque fois que je poste, ça fait un double post ?
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#57
Je préfère tout de suite préciser que je ne suis pas un spécialiste des
films du genre. Mes seules références en la matière sont Les
Incorruptibles de De Palma et le jeu PC Mafia. J'ai eu l'impression de
replonger dans ce dernier avec cette AVH, ce qui est un bon point car je
l'avais adoré.
Cette aventure est particulièrement immersive. Donner une ambiance
réaliste à ses écrits est le gros point fort de Sunkmanitu mais ici, tu
t'es surpassé. Le plan de la ville avec sa légende, la liste détaillée
d'armes et de médicaments, la description hyper-pointue des vêtements,
des personnages et dans une moindre mesure, des bâtiments ainsi que du
mobilier m'ont complètement immergé dans cette ville américaine des
années 30. Si l'on y ajoute les voitures ultra-détaillées, les
références au mode de vie italien des mafiosi, les termes techniques
inhérents à la mafia et le langage coloré utilisé dans les dialogues, on
atteint du grand art qui témoigne d'une grande passion et d'un excellent
travail de recherches. Quelles que soient les autres qualités et les
défauts de cette AVH, elle restera forcément gravée en mémoire pour cet
aspect-là.
Le scénario est au départ un peu trop linéaire. La manière dont on
découvre progressivement les strates de la famille, avec une escalade
dans l'importance des missions qui nous sont attribuées, est bien
amenée. Mais les choix sont assez restreints ou sans grande incidence ce
qui est dommage pour les nouvelles tentatives. Par la suite, les pistes
s'avèrent bien plus variées avec de réels embranchements dans l'histoire
et même des passages cachés. Je n'ai par exemple jamais rencontré cette
fameuse Alison, dommage... Au niveau de la construction, j'aurais donc
préféré que la liberté soit plus grande au départ et non l'inverse mais
ça se conçoit que le début soit dirigiste afin d'entrer dans la peau du
gars qui découvre tout.
Les paragraphes sont longs et permettent de bien asseoir l'ambiance et
les personnages. Concernant ces derniers, j'ai trouvé que beaucoup
étaient assez "bourrins" et pas assez de subtils. Du coup, je n'ai pas
vraiment pu m'attacher à certains, même pas à notre "protecteur" du
début ; ça se ressent beaucoup dans les dialogues où les injures à
répétitions et les remarques ultra-agressives m'ont un petit peu lassé. Ceci
dit, j'ai par ailleurs apprécié à de nombreux moments le sens de la
répartie des acteurs et quelques remarques humoristiques ou bien senties.
Les clichés sont très nombreux mais on ressent que c'est voulu, qu'il
s'agit d'un hommage donc ça passe bien. Et ça n'empêche pas d'avoir
droit à quelques personnages ou scènes qui sortent bien de l'ordinaire.
Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est l'investigation de certains
lieux tels que la laiterie ou le Luna's bar. Tu écris alors d'une
manière très précise, avec des choix rapides à faire, comme si on se
trouvait dans un FPS. On progresse seconde après seconde, attentif au
moindre détail, prêt à tirer... Cet enchaînement de paragraphes très
prenant m'a rappelé l'excellente scène contre les Vipères dans Shamaan
1. Tu es très doué pour écrire ces séquences d'action et d'intrusion!
Concernant les règles, je ne les ai pas trouvées très intuitives au
début mais je m'y suis fait rapidement et les ai mêmes trouvées
efficaces. Elles rendent bien l'aspect meurtrier des combats à l'arme à
feu à défaut d'être réalistes. Des combats un peu trop meurtriers même
car je suis mort trop de fois à cause de la règle du double 1 ou à cause
du 1 ou du 6 en mode "précision". Après mon 6ème échec une fois de plus
contre un adversaire faiblard, je me suis permis d'ignorer une ou deux
fois cette règle fatale. Dommage, je n'aime pas tricher.
Sinon, j'ai l'impression que les combats motorisés étaient toujours en
notre faveur et que les règles de rechargement étaient inutiles car je
n'ai jamais eu besoin de le faire. Concernant les profils, j'ai gagné
avec l'Expert. Sa maîtrise supérieure dans les armes à feu est un grand
atout. J'ai terminé l'aventure au 400 en devenant le responsable des
alcools (mon rêve!!).
En conclusion, il s'agit d'une AVH impressionnante et qui impose le
respect malgré les petits défauts qui m'ont légèrement gênés. Elle est
très longue avec des paragraphes conséquents et des fins multiples,
propose une flopée de personnages secondaires, de lieux très bien
décrits et variés tout en nous proposant une vision exhaustive et
enrichissante du microcosme de la mafia. Bien sûr, il faut être un
minimum respectif à cet univers très particulier, à ce genre. Mais dans
ce cas, on risque d'en ressortir avec plein d'images en tête. Ce fut mon
cas tout du moins. J'avais apprécié Le Voyage Initiatique mais à chaud,
je trouve que 1930 est encore plus réussie.
Répondre
#58
C'est marrant, c'est globalement ce que je pensais aussi. Le début semble vraiment linéaire, avec plusieurs passages où on n'a pas vraiment de choix de faire quelque chose différemment. Le seul choix est l'ordre dans lequel on fait les choses, ce qui ne change rien, donc on se demande un peu l'intérêt. (Même s'il y a aussi des passages comme ça dans mon AVH...) Après, ça semble en effet plus ouvert, notamment les dernières missions qui visiblement s'excluent mutuellement, et moi non plus je n'ai pas rencontré la fille. Comme fin j'ai eu "Petite Frappe", et puis j'ai moi aussi fini responsable des alcools, avec une Pontiac deluxe rouge.

L'ambiance, les dialogues colorés, le héros accro à l'adrénaline, tout était bon... Je peux pas m'empêcher d'être une sorte de "justicier", cependant (j'ai ouvert le feu immédiatement sur les salauds qui ont vitriolé une fille, même si c'est pas honorable de tirer dans le dos). Et quitte à choisir entre tuer un avocat, même pourri, et une brute avec une batte, je préfère le contrat sur la brute. Je suis un gars sensible, héhé...
J'aurais bien aimé avoir les photos des personnages avant la toute fin, puisqu'ils sont inspirés directement de vrais acteurs. Mais je vois mal comment on aurait pu amener ça dans un paragraphe sans briser le fil de l'intrigue ("Un homme arrive. Il est comme ci et comme ça. Regardez une photo de Joe Pesci sur internet. L'homme vous demande d'ouvrir.")

J'ai joué sans intention de jouer (à la base, j'étais parti "juste jeter un coup d'oeil"), ce qui prouve le côté entraînant, mais qui veut dire que j'ai joué sans les règles de combat. Je ne peux donc pas commenter sur ce côté là...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#59
Et bien ! Deux critiques coup sur coup et je les ai lues ce matin avant d'aller au taff, autant dire que ma journée démarra pleine d'enthousiasme !
Alors je vais tacher de répondre brievement (mais je n'y arriverais pas !) aux post de Fitz et de Lyzi shadow :

@ Fitz :
Tout d'abord merci pour tes compliments ils font chaud au coeur. Tu cites Les incorruptibles et le jeu PC mafia ; ce n'est pas innocent je me suis inspiré de Mafia, GTA et le parrain pour les jeux ; de la trilogie le parrain, de Public ennemies, des films de Scorcese en général et des quelques films de Tarantino. Normal donc que tu retrouves certains clichés filmiques ou vidéoludiques !
tu as écris :
Cette aventure est particulièrement immersive. Donner une ambiance
réaliste à ses écrits est le gros point fort de Sunkmanitu mais ici, tu
t'es surpassé

Je ne sais pas si cela est mon point fort, si tel est le cas, j'en suis flatté et honoré. Ce que je sais, c'est qu'écrire une histoire -même aux frontières du fantastique- doit être pour moi une occasion d'apprendre de nouvelles choses. Je cherche toujours à me documenter avant l'écriture, un max de documentation (si tu cherches sur Google "calendrier 1930", tu verras que le 3 Octobre 1930 était bel et bien un vendredi... Je vais jusqu'à chercher ces détails lorsque j'écris...) Après, bien sur que de nombreuses libertés sont prises sur pas mal de trucs mais en règle générale, je suis assez fidèle à la réalité quitte à partir en live sur d'autres parties plus "romancées".
Les vêtements, les bâtiments, les véhicules ont été étudiés d'après jeux, films et photos. Cela rejoint ce que je dis précédemment, d'ailleurs je fais un clin d'oeil à cette célèbre photo " Lunchtime atop a Skyscraper" dans la mission d'élimination de l'avocat des Bologna...
Pour les moeurs italiennes, ce ne sont pas forcément des moeurs mafieuses mais beaucoup de souvenirs d'enfance mélangés à des trucs aperçus dans des films... Pour les 3 premières lignes du paragraphe 78 par exemple, c'est un scène que je vivais régulièrement les dimanches lorsque je débarquais chez mes grands-parents...
Pour les dialogues, j'avoue avoir puisé dans les dialogues longs et croustillants de Tarantino et dans quelques traits d'acteurs de Pesci ou De Niro... Wink

tu as écris :
Quelles que soient les autres qualités et les
défauts de cette AVH, elle restera forcément gravée en mémoire pour cet
aspect-là.

Ouaw ! Je souhaite au moins qu'elle fasse passer un bon moment, un bon voyage dans un monde que l'on a pas connu, à une époque où l'on n'a pas vécu. Si mon avh marque tant mieux !

tu as écris :
Le scénario est au départ un peu trop linéaire. La manière dont on
découvre progressivement les strates de la famille, avec une escalade
dans l'importance des missions qui nous sont attribuées, est bien
amenée. Mais les choix sont assez restreints ou sans grande incidence ce
qui est dommage pour les nouvelles tentatives. Par la suite, les pistes
s'avèrent bien plus variées avec de réels embranchements dans l'histoire
et même des passages cachés. Je n'ai par exemple jamais rencontré cette
fameuse Alison, dommage...

L'intro à été refaite dans la version 1.2 (du moins le background de Salvatore -suite aux premiers feedbacks reçus-), je n'ai pas réussi à "étaler" la prgression sur des semaines ou des mois, pas encore assez calé en écriture pour me permettre ce genre d'ellipse "discrète". J'ai joué le tout pour le toiut en placardant toute l'avh sur une petite semaine ; du rythme, de la violence et de l'action étaient les maîtres-mots de mon travail !

tu as écris :
Par la suite, les pistes s'avèrent bien plus variées avec de réels embranchements dans l'histoire et même des passages cachés. Je n'ai par exemple jamais rencontré cette fameuse Alison, dommage... Au niveau de la construction, j'aurais donc préféré que la liberté soit plus grande au départ et non l'inverse mais ça se conçoit que le début soit dirigiste afin d'entrer dans la peau du gars qui découvre tout.
C'est vrai que le début est imposé mais c'est le reflet de : tu es nouveau , obéis et tais-toi ! Au fil des missions j'essaye de donner plus de liberté au joueur ; c'est d'ailleurs très dur à gérer cette liberté progressive en terme de choix et de paragraphes ! Eek ! Le début dirigiste est donc la cause que tu évoques. Pour Alison... ah, ah, ah, elle vous fait rêver la p'tite Alison, et bien il suffit d'être mauvais à certains endroits ou de ne pas avoir de chance pour la trouver... Je n'en dis pas plus Twisted

tu as écris :
Concernant ces derniers, j'ai trouvé que beaucoup
étaient assez "bourrins" et pas assez de subtils. Du coup, je n'ai pas
vraiment pu m'attacher à certains, même pas à notre "protecteur" du
début ; ça se ressent beaucoup dans les dialogues où les injures à
répétitions et les remarques ultra-agressives m'ont un petit peu lassé

J'ai peut être un peu trop appuyé le côté "bourrin-frappeur-tireur-macho" des mafiosi. Je ne pouvais pas non plus m'envoyer dans un style mafioso " cultivé et intello", je laisse ça à des auteurs plus expérimentés et je ne peux pas écrire selon un point de vue que je n'ai pas, je m'explique : Pour moi la mafia est brutale, sans pitié mais avec un certain code d'honneur (du moins en théorie...), le côté intello froid tueur sied mieux à un officier nazi comme le colonel Handa dans inglorious bastard... Ceci expliquant peut être le côté répétitif des dialogues vulgaires et des actions bourrines. Je ne me défend pas, j'assume ! Big Grin

tu as écris :
Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est l'investigation de certains
lieux tels que la laiterie ou le Luna's bar. Tu écris alors d'une
manière très précise, avec des choix rapides à faire, comme si on se
trouvait dans un FPS. On progresse seconde après seconde, attentif au
moindre détail, prêt à tirer... Cet enchaînement de paragraphes très
prenant m'a rappelé l'excellente scène contre les Vipères dans Shamaan
1. Tu es très doué pour écrire ces séquences d'action et d'intrusion!

Merci de le noter, j'apprécie que tu ais apprécié ! J'essaie de décrire ce type de séquence comme si devais planter des caméras dans un décor et tourner "LA" scène d'action du film ! Peut être que mes études en audiovisuel ressortent dans ces moments là !... J'essaierais un jour prochain
de me frotter à une avh infiltration justement...(MGS ?!...)

tu as écris :
Des combats un peu trop meurtriers même
car je suis mort trop de fois à cause de la règle du double 1 ou à cause
du 1 ou du 6 en mode "précision". Après mon 6ème échec une fois de plus
contre un adversaire faiblard, je me suis permis d'ignorer une ou deux
fois cette règle fatale. Dommage, je n'aime pas tricher.

Eek !Eek ! Je pense que je me suis TRÈs mal exprimé dans les règles, les bonus de tir avec les doubles 1 et double 6, de même que les bonus au corps à corps ne s'appliquent PAS et jamais aux ennemis ! Shame on Me !!!
Désolé pour t'avoir induit en erreur... Redface

tu as écris :
1- on risque d'en ressortir avec plein d'images en tête. Ce fut mon
cas tout du moins.
2- J'avais apprécié Le Voyage Initiatique mais à chaud,
je trouve que 1930 est encore plus réussie.

1- C'est mon but !
2- Merci pour ce très honorable compliment RedfaceBig Grin


@ Lyzi Shadow :

tu as écris :
Le début semble vraiment linéaire, avec plusieurs passages où on n'a pas vraiment de choix de faire quelque chose différemment. Le seul choix est l'ordre dans lequel on fait les choses, ce qui ne change rien, donc on se demande un peu l'intérêt
Exact ! Mais je voulais souligner comme dit précedemment le côté : Tu es nouveau ? Obéis aux ordres et pose pas de question...

Après, ça semble en effet plus ouvert, notamment les dernières missions qui visiblement s'excluent mutuellement,
Tout à fait, mais chaue mission est décrite selon un ton différent selon une sensibilité différente (une mission est plus directe, une autre est plus orientée filtration, la dernière est orienté action...)

L'ambiance, les dialogues colorés, le héros accro à l'adrénaline, tout était bon... Merci du compliment, rendre cette avh "vivante" et dynamique était un des mes buts.

j'ai ouvert le feu immédiatement sur les salauds qui ont vitriolé une fille, même si c'est pas honorable de tirer dans le dos
Est-ce vraiment honorable de vitrioller une fille ? Tu as bien fait de les dézinguer, c'était eux ou toi petit, eux ou toi... ! Wink

J'aurais bien aimé avoir les photos des personnages avant la toute fin
J'y ai pensé puis je ne voulais pas non plus d'un film livre. Donc je me suis inspiré de tel ou tel acteur pour tel ou tel perso, d'ou les casting à la fin du livre !
Je signale que le perso qui m'a le plus facilité la tâche c'est Nicki, celui qui m'a le plus donné de fil à retordre c'est Alex turilli, le juste milieu à trouver entre tueur chevronné et psychopathe...

Merci à vous deux pour vos critiques, j'en prends note et tâcherais d'améliorer mes défauts sur les prochaines avh's !

J'ai écris
je vais tacher de répondre [i]brievement (mais je n'y arriverais pas !) aux post de Fitz et de Lyzi shadow [/i]
Effectivement, cela m'est impossible ! Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#60
(20/05/2011, 21:56)sunkmanitu a écrit : Eek !Eek ! Je pense que je me suis TRÈs mal exprimé dans les règles, les bonus de tir avec les doubles 1 et double 6, de même que les bonus au corps à corps ne s'appliquent PAS et jamais aux ennemis ! Shame on Me !!!
Désolé pour t'avoir induit en erreur... Redface

AAARRRGGGGHHHHHH!!!!!!!!!!!!!!!
Quand je pense à mes morts frustrantes Grr
C'est de ma faute, ce n'est en effet pas spécifié mais je l'ai interprété comme tel du point de vue réalisme.

Du coup, je crois qu'il s'agit d'une AVH facile.

A propos, je pense au PFA du départ, je suis tombé dedans à mon premier essai. Le principe ne me gêne pas, comme pour le Dieu perdu.
Mais ici, il donne tout de suite un sentiment de liberté d'action restreinte (alors qu'en fait, l'AVH propose par la suite pas mal de choix variés sur notre destinée). Je me suis dit "bon, l'auteur veut qu'on joue comme ci, on fait pas ce qu'on vraiment ce qu'on veut".
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)