Cyclades
#76
Nouvelle partie de Cyclades ce s… Ah, ben non, en fait.
Répondre
#77
Quitte à ne rien dire, quand je vois le nombre de messages ici, et leur densité moyenne, je me dis qu'on devrait arrêter d'écrire des avh et vendre nos services au marketing de Matagot (et autres éditeurs de jeux de société).
Répondre
#78
Pour moi, ça va être difficile. Pour arrêter d'écrire des AVH, va déjà falloir que j'en écrive.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#79
Cela faisait un peu trop longtemps que les Cyclades vivaient en paix et les habitants de l'archipel devaient commencer à croire qu'elle allait durer indéfiniment. Ils ont été tirés de leur erreur hier soir lors d'une confrontation entre Skarn, Albatur, Alendir et moi-même.

La partie n'a à vrai dire été que modérément violente. Nous ne jouions qu'au jeu de base, ce qui excluait les redoutables attaques éclair que permet Hadès. En fin de compte, je crois que nous avons livré plus de batailles maritimes que d'affrontements terrestres. Il y a eu assez peu d'îles qui se sont fait conquérir.

L'un de nous - je ne sais pas si j'ai besoin de le nommer - a tout de même réussi à se distinguer en perdant tous ses combats, deux îles et une métropole et demie.

La partie a commencé de façon plutôt attentiste, chacun développant son empire à sa manière. En ce qui me concerne, j'ai réussi à augmenter mes revenus, recruter deux philosophes et construire trois bâtiments, me plaçant en bonne position pour construire des métropoles.

Bien sûr, comme on ne peut pas tout faire, j'avais quelque peu négligé ma défense. Albatur a débarqué sur une île que je ne protégeais plus et s'y est emparé des deux bâtiments qui s'y trouvaient. C'était précisément les deux bâtiments qui lui manquaient pour construire une métropole, ce qu'il a fait... à l'autre extrémité du plateau !

Un peu plus tard, Skarn a construit une métropole avec quatre bâtiments (qu'il avait construit lui-même) et j'ai fait de même avec quatre philosophes.

Mes revenus s'étaient quelque peu amenuisés, mais je disposais d'une forte réduc' sur le coût de mes offrandes : en utilisant successivement la dryade et la chimère, j'avais volé deux prêtres à Alendir, ce qui m'en faisait quatre en tout.

À ce moment-là, il y a eu un tour où j'ai eu une chance de gagner. Arès était en première position, la sylphe et le sphinx étaient disponibles. Si je remportais cette enchère, je pouvais vendre mes prêtres avec le sphinx, utiliser l'argent pour acheter des troupes, puis utiliser la sylphe pour créer un pont de bâteaux qui me permettrait de prendre la métropole de Skarn (celle d'Albatur étant trop loin et de toute façon mieux défendue).

Bien sûr, la menace n'était pas passée inaperçue. À l'issue d'une séance d'enchère absolument ruineuse, j'ai été forcé de renoncer à Arès.

Un peu plus tard, c'est Skarn qui a eu une chance de gagner. Il avait Zeus et il était en première position. Il a dépensé quelques sous pour remplacer les créatures mythologiques disponibles, espérant tomber sur Pégase et lancer une attaque aéroportée contre ma métropole. Mais il n'a pas suffisamment eu foi en l'âme des cartes et il a fini par laisser tomber... alors que deux pièces d'or de plus auraient bel et bien fait apparaître Pégase.

J'ai réussi à être en première position au tour suivant et j'ai acheté Pégase pour éviter qu'il puisse être utilisé contre moi. J'ai aussi acheté la sylphe pour lancer une attaque contre le pont maritime qu'Alendir (qui avait Arès ce tour-ci) avait établi entre son île et la mienne. Et c'est là qu'est entré en jeu ma capacité remarquable à défier les probabilités : j'attaquais à deux navires contre un, je me moquais de les perdre tous les deux tant qu'ils détruisaient ce pont maritime, et j'ai tiré un magnifique double zéro qui a envoyé mes galères par le fond tandis que la trirème d'Alendir continuait à voguer.

Skarn, qui jouait ensuite, a détruit le pont maritime qui aurait permis à Alendir de l'attaquer. Il aurait pu aussi détruire celui qui me menaçait mais il n'en a pas vu l'utilité, se disant que ça ne changeait rien que ce soit Alendir ou moi qui possède cette métropole, dont il pourrait essayer de s'emparer plus tard. Ce qu'il ne réalisait pas et moi non plus, c'est qu'il n'y aurait pas de "plus tard" dans cette partie. Alendir a attaqué ma métropole avec une telle supériorité numérique qu'il n'était même pas utile de lancer les dés (6 contre 2), puis il s'est construit un deuxième fort et a employé le pouvoir du cyclope - une créature à laquelle nous n'avions pas assez fait attention - pour le transformer, obtenant ainsi quatre bâtiments différents, une deuxième métropole et la victoire.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)