Sherlock Holmes, Détective Conseil
#31
[Image: 3286953.jpg]

Big Grin
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#32
On a oublié de résumer un certain nombre d'enquêtes depuis le dernier message, mais je note la perle de cette après-midi :

« Le suspect est un gros qui boîte. Très certainement un déguisement. Il ne manque que la fausse barbe et les lunettes !

Bon, allons voir le témoin suivant. »

Monsieur Machin est un gros homme qui boîte et qui ment très mal.
Répondre
#33
Il faut avouer... Tongue

Dans "Le chien des Baskerville", alors que Sherlock et Watson viennent de laisser échapper un suspect, Sherlock remarque que la seule caractéristique distinctive qu'il a eu l'occasion de remarquer au sujet de cet individu, c'est sa barbe impressionnante. Il en déduit qu'elle est fausse. Mais là, c'est le contraire. Le coupable et le motus operandi sont tellement évidents que tu en viens à te demander si ce n'est pas un piège.

Par contre, réussir à reconstituer les raisons du délit est une autre paire de manche ! C'est créatif, c'est au fond assez logique, mais il faut avoir l'esprit tordu pour réussir à deviner !
Répondre
#34
Une nouvelle boite de 10 aventures (la 4ème dans l'édition Space Cowboys) verra le jour l'année prochaine. Elle aura pour le coup des aventures totalement inédites, par un auteur anglais, Dave Neale, qui sera aussi auteur d'une aventure Sherlock Holmes pour la 3ème boite du jeu Unlock : Heroic Adventures, prévue pour Noël

D'après cette interview vidéo, l’auteur semble enfin vouloir tenir compte du fait qu'on incarne des enfants, et rajouter des mécaniques pour la cohérence.
Répondre
#35
On vient justemen de faire une partie (enquête 3, boîte de base) avec mon fils... on a trouvé le coupable et le mobile mais on est passé à côté de plein de choses annexes. Il faut dire qu'on a commis des erreurs de débutant, du genre aller interroger un médecin à son domicile au lieu de son cabinet (évidemment il n'était pas là).
C'est quand même un jeu remarquable !
Répondre
#36
Après avoir investigué pendant deux heures pour arriver à une théorie solide, nous avons eu un instant sympathique où on nous a laissé croire que la bonne solution était en fait celle qu'Outremer avait avancé à la fin de l'introduction, sans aucune preuve ni argument. Ca n'a finalement pas été le cas, mais son instinct l'a rattrapé sur l'enquête secondaire, où il a démasqué le meurtrier en lisant un article de journal.
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#37
Nous avons en effet joué à Détective Conseil. L'enquête, la Fin d'un Néphaliste, est la première de l’extension Carlton House (maintenant, elle est partie intégrante de la boite stand-alone bleue, sous-titrée Carlton House & Queen's Park). Comme d'habitude, Sherlock nous a bien trollé, en réussissant l'enquête en 5 pistes, là où il nous en a fallut 21... Par contre, je viens de voir la définition de néphaliste, et je ne comprends pas trop le lien avec l'enquête ... Le titre original est The Demise of a Teetotaller. Je me souviens plus si Stillwater était un abstinent ?

Effectivement, j'ai remarqué que notre manière de jouer est toujours très influencée par nos imaginations, et les connaissances que les différents joueurs ont des livres et films de sherlock Holmmes, ou autre enquêteurs célèbres de tout genre (Hercule Poirot, Monk, Detective Conan, Nils Jacket ...).
Répondre
#38
(01/12/2018, 15:38)Salla a écrit : Effectivement, j'ai remarqué que notre manière de jouer est toujours très influencée par nos imaginations, et les connaissances que les différents joueurs ont des livres et films de sherlock Holmmes, ou autre enquêteurs célèbres de tout genre (Hercule Poirot, Monk, Detective Conan, Nils Jacket ...).

J'ai retrouvé le titre de la nouvelle qui m'a fait venir à l'esprit ma théorie très prématurée : c'est "Le problème du pont de Thor" (The Problem of Thor Bridge).

En fin de compte, le premier personnage que nous avons interrogé au manoir nous a donné la piste qui menait à la vérité, mais je me suis longtemps méfié de sa déclaration, me demandant s'il n'était pas un complice qui essayait de nous orienter vers un faux coupable.
Répondre
#39
Il faut avouer qu'au bout d'un très grand nombre de parties de Détective Conseil, et autant de résolutions où Sherlock aime à bondir d'un indice à l'autre sur de simples conjectures, nous avons tendance à établir des théories d'abord, et à nous intéresser aux faits ensuite. La lecture de la courte introduction, qui se contentait en substance de raconter qu'un vieil homme riche et vaguement philanthrope était décédé, et que l'ami d'enfance de sa femme avait été retrouvé sur les lieux du meurtre un couteau ensanglanté à la main, nous a ainsi suffi pour émettre une première série d'une demi-douzaine d'hypothèses :
  • Suicide déguisé pour faire accuser le frère.
  • Double bluff, le frère est coupable.
  • Blanchiment d'argent via des associations caritatives.
  • Enfant caché qui allait être reconnu.
  • Moriarty.

À ce rythme, le jeu sera bientôt d'essayer de trouver la solution à la simple lecture du titre de l'enquête (je suis sûr que Sherlock y arrive en plus).
Répondre
#40
L'hypothèse Moriarty est toujours la bonne. Cf. le dessin-animé de Miyazaki.

Répondre
#41
Deux parties de Sherlock cette après-midi. La deuxième était plus difficile, car il y avait environ 500 suspects, contre à peine une centaine dans la première.

Bon, j'exagère un peu, mais il y avait quand même un nombre élevé de personnages mentionnés dans les deux enquêtes. Ce n'était pas trop problématique dans la première partie, que nous avons vite expédiée : les témoignages de base suffisent à deviner le coupable et la manière dont il s'y est pris, ne laissant guère que le motif à élucider.

Dans la deuxième, les pistes étaient nettement plus floues et beaucoup de nos déductions ne reposaient pas sur grand-chose. Nous avons élucidé la plupart des mystères, mais il y a un point qui nous a échappé, car il demandait de se souvenir d'une des enquêtes antérieures (ce qui est pour le moins vicieux).

À noter que Sherlock apparaissait à peine dans notre deuxième partie (possiblement parce qu'il s'était retrouvé en taule à cause de certaines choses qui se passent dans la première).
Répondre
#42
Citation :car il demandait de se souvenir d'une des enquêtes antérieures (ce qui est pour le moins vicieux).

D'ailleurs, je viens de voir que tu avais fait un résumé de l'enquête en question, daté du 14/05/2014, soit il y a plus de 4 ans et demi. Effectivement, normal de ne pas s'en souvenir ^^

Sinon, j'ai rejeté un œil au livret de l’extension, et je viens de remarquer qu'il s'ouvrait sur une coupure de journal annonçant que le Carlton House est à louer, avec adresse des notaires à contacter (33CO), qui, sur les trois livrets des enquêtes effectuées ne même à rien. Dommage, ils auraient pu expliquer à chaque fois les circonstances de l'occupation des lieux par chaque famille. Le fait que ça soit une maison en location expliquerait pourquoi nous y trouvons à chaque fois de nouveaux occupants. Même si c'est assez bizarre d'imaginer la bourgeoisie londonienne de l'époque louer leur logement, en y trainant familles et domestiques.

Sinon, sur wikipedia, on apprend que la Carlton House a bien existé, mais qu'elle a été détruite en 1826, plus de 60 ans avant les enquêtes (et à voir l'extrait de plan donné dans l'article, il s'agit bien de la même maison).  Une maison fantôme, voilà qui me semble presque être une explication plus rationnelle  Rolleyes
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)