Sherlock Holmes, Détective Conseil
#16
Quelques éléments supplémentaires concernant l'arrière-plan de cette enquête :

- Je me trompais un peu en disant que Gladstone était le Premier Ministre. Il l'a plusieurs fois été entre 1874 et 1894, mais il ne l'était pas en 1888.

- Le Home Rule (le droit pour les Irlandais de s'administrer eux-mêmes, sans être pour autant indépendants) commençait à être un débat particulièrement vif. Un projet de loi avait été soumis au Parlement à ce sujet en 1886 (par Gladstone, justement), mais il avait été rejeté.
Répondre
#17
1, 2, 3, 4, 5. 1, 2, 3, 4, 5. 1, 2, 3, 4, 5.

Non, je ne vois pas. Qu'est-ce qu'il a voulu dire ?

Attendez ! Le cinquième chiffre de "1, 2, 3, 4, 5", c'est "cinq" ! Et la cinquième lettre de "cinq", c'est... il n'y en a pas. Est-ce que cela compte comme un espace ? La cinquième lettre de "espace" est un C. Hmm... C... C... C comme "cigare" ! Le cigare trouvé sur la victime ! Et la cinquième lettre de "cigare" est un R ! Ah ah ! Nous y sommes ! Et qui possède des R en grande quantité, je vous le demande ?!


Show ContentSpoiler:
Répondre
#18
[...]
Pour ce soir Sherlock buggé un peu dommage cela nous a empêché de vraiment nous dépêtrer d´une enquête ou les cadavres s´ammoncelaient.
[...]
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#19
Citation :"Non, Mr. Holmes ! VOUS AVEZ TORT ! C'était Miss Violet Blue !"
-John B. Wiggins, 1891.

Cette première soirée de jeux de plateau où je recevais chez moi ne fut pas un total fiasco.
Ça reste assez exigu pour 6 personnes, mais on a pu jouer gentiment, et c'était pas la forêt tropicale.

J'ai joué pour la première fois à Sherlock, jeu dont j'avais lu les résumés de partie, mais que je ne connaissais pas encore.

All in all, une chouette soirée.

EDIT :
On notera aussi le
"Il a été empoisonné" de Nick L. Wiggins (oui oui, on s'appelle tous Wiggins), juste après que le légiste raconte que la veuve Small a dit "Savez-vous de quoi il est mort ?" à la place de "De quoi est-il mort ?"... Et juste avant qu'il révèle, qu'effectivement, il a été empoisonné.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#20
L'erreur vient peut-être de ce que Miss Violet n'était pas dans la première version de l'histoire. En y réfléchissant, c'est un personnage tout à fait superflu, dont l'existence n'apporte rien au scénario.
Répondre
#21
Nan. Holmes s’est trompé et pi c’est tout.
Répondre
#22
Bien que plausible, je ne pense pas que la théorie de Roman O. Wiggins soit la bonne.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#23
Il me semble que Salla Wiggins nous avait raconté juste avant cette partie que la réédition française de 2011, basée selon TricTrac sur le jeu original de 1985, avait été considérablement étoffée.

De là, il n'y a qu'un pas pour en déduire que cette demoiselle fort colorée ne soit un ajout tardif de la VF, pas que, tel Holmes, je franchirais allégrement et sans la moindre preuve.

Sinon, enquête bien cool, et une des rares où, rendons-lui justice, Sherlock n'a pas abusé des déductions capillotractées, mais au contraire a mené proprement l'enquête. Au point d'ailleurs, que, sur les premiers indices, nous avions de l'avance sur lui, ayant sauté directement du lieu du crime au lieu le plus intéressant pour glaner des informations grâce à notre connaissance aiguisée des mécanismes des romans policiers.
Répondre
#24
Je me souviens en effet de cette indication de Mr. Adrian S. Wiggins... Mais je préfère penser que Sherlock, à force de sauter des pistes pour résoudre l'enquête en le moins de pistes possibles, a manqué le témoignage qui incriminait Miss Blue.

Ou, comme le dit si bien Mr. John B. Wiggins, Sherlock s'est trompé pi c'est tout.

Et en effet le chemin préconisé par Sherlock c'était :
Lieu du crime > lieu de travail de la victime > domicile de la secrétaire de la victime > atelier où fut construit l'objet détruit sur le lieu du crime.
Alors que nous avons fait :
Lieu du crime > criminologue qui a analysé l'arme du crime > atelier où fut construit l'objet détruit sur le lieu du crime.
Bon court-circuitage, même si on a aussi plus ou moins interrogé la veuve éplorée pour rien, et qu'on a fini par interroger la secrétaire beaucoup plus tard dans l'enquête, seulement après avoir visité tous les lieux de vol et d'achats des objets de l'atelier.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#25
Pour Sherlock, un numéro (le 11) du fanzine Whiteflag y est consacré, avec interview des auteurs et illustrateurs. C'est de là que je tire les quelques infos que je connais de la genèse du jeu : http://www.whiteflag.fr/
Répondre
#26
Personne pour résumer la partie de Sherlock de cet après-midi ?
J'ai pas de bonne idée.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#27
Je me souviens surtout de ces deux événements marquants.

« Bien gentlemen, nous avons réussi à démontrer, après moult interrogatoires et assez de pots-de-vin pour saouler tout Londres, que l'une des victimes n'est pas ce qu'elle paraît être, et nous avons de très forts soupçons sur sa véritable identité. Je propose que nous offrions une petite bière pour fêter cela. Holà, tavernier, qu'avez-nous à nous proposer ?
-Est-ce que vous saviez que M. X est en réalité M. Y ? Et qu'il travaille pour Moriarty, avec son complice Z ? Et je vais aussi vous dire ce qu'il fait dans la vie, et tout un tas d'autres petits détails que vous avez mis des heures à rassembler autrement. »

« Bon, nous avons tout sauf le mobile du dernier meurtre.
- Et si c'était un crime passionnel ?
- Pas techniquement impossible, mais le niveau de coïncidence que cela demanderait est tel, surtout après un enchaînement bien improbable de coïncidences, que c'en est peu probable. Aucun auteur n'oserai briser la suspension d'incrédulité à ce point. »

Dix minutes plus tard.

« Cambronne. »

De façon générale, enquête assez sympa et complexe, mais avec des indices relativement déséquilibrés (certains super-indices en recoupant facilement une demi-douzaine d'autres) et une corde du vraisemblable sacrément étirée.
Répondre
#28
(02/11/2015, 09:03)Skarn a écrit : assez de pots-de-vin pour saouler tout Londres

Il est certain que la trésorerie de la Wiggins & Wiggins & Wiggins & Etc a sacrément souffert au cours de cette enquête ! Sherlock a intérêt à régler nos notes de frais vite fait s'il ne veut pas qu'un autre cadavre soit bientôt retrouvé dans la Tamise...

L'enquête était sympa et incluait beaucoup de pistes à suivre. Dans l'ensemble, je l'ai trouvée assez logique, à l'exception des circonstances du tout dernier meurtre.
Répondre
#29
À noter que j'ai remarqué une erreur de traduction dans la version française de Sherlock.

Un des personnages auxquels les joueurs peuvent faire appel à chaque enquête est désigné comme étant un "criminologue".
Or c'est un expert en balistique, en armes à feu, en étude technique des données du crime, relevé des empreintes...
J'avais vu la même erreur dans le vieux jeu de rôle "James Bond 007 RPG", où le Champ d'Expérience Criminology avait été bêtement traduit "Criminologie".

En fait, le français "criminologie" et l'anglais "criminology" sont des "faux amis".

En français, la "criminologie" est une science sociologique et psychologique : c'est l'étude du comportement criminel et de ses causes. Cela fait référence à des grands ouvrages comme Théorie des peines et des récompenses de Bentham, qui part du principe que chaque individu va chercher le plaisir en essayant de minimiser son coût / d'éviter la peine, ou comme L'homme criminel de Lombroso, où il développe sa théorie (complètement discréditée aujourd'hui) du "criminel né", selon laquelle le crime ou la délinquance seraient héréditaires et innés (et donc sans rapport aucun avec le milieu, la pauvreté ou l'éducation). Quand des penseurs, comme Beccaria, se disent que ça serait peut-être bien de commencer à essayer de prévenir le crime plutôt que de juste le punir, ça préfigure aussi déjà la criminologie.

En anglais, en revanche, criminology est l'étude scientifique des preuves sur la scène du crime. En français moderne, on parle de "police technique et scientifique" ou simplement "police scientifique". Comme Les Experts ou Abby dans NCIS. Rien à voir, donc, avec l'étude des criminels ou du crime dans la société.

C'est une erreur de traduction qui peut amener à certains problèmes. Je me souviens que quand on jouait à JB007RPG avec mes copains, personne ne prenait le Champ d'Expérience Criminologie. Alors, OK, à l'époque, comme je n'avais pas encore étudié le droit pénal à l'université, je n'aurais pas su expliquer précisément ce qu'était la "criminologie" en français. Mais en tout cas, ça nous était jamais venu à l'esprit qu'il s'agissait des méthodes de police scientifique ! On se disait en gros qu'il s'agissait de l'étude théorique du crime, que comme toutes les "-logies" (archéologie, anthropologie, sociologie...) c'était plutôt une science abstraite, et quel intérêt dans James Bond de prendre une science abstraite ? De la même façon, personne ne prenait le Champ d'Expérience "Mathématiques", parce que pourquoi prendre une science abstraite quand on peut prendre "Ski", ou "Collections d'objets rares", beaucoup plus utiles dans le cadre d'un James Bond ?

Si on avait su que c'était les méthodes de police scientifique, ça aurait été beaucoup plus populaire. Parce que ça permettrait clairement de trouver des indices le jour où vous entrez par effraction dans le bureau du Méchant principal, ou même de savoir comment ne pas en laisser en sortant...
Oh, et puis, le jour où la fille qui a été votre plan cul d'un soir est retrouvée morte recouverte de peinture dorée, ça permet de savoir qu'elle a été étranglée, au lieu de faire un échec critique et de s'imaginer qu'elle est morte "d'asphyxie par la peau", comme si c'était possible Tongue

Malheureusement, il a fallu que je mette un jour la main sur le manuel de JB007RPG en VO pour constater cette erreur grotesque.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#30
C'est ce qu'on appelle une traduction criminelle.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)