Vos derniers films au cinéma
J'ai vu contre mon gré le dernier Astérix et à ma surprise je l'ai trouvé très politisé : si le type qui l'a réalisé n'est pas de gauche, je veux bien me faire pendre.
On voit ainsi des romains réaliser des contrôles de papiers, raccompagner les clandestins à la frontière... Un clandestin jouera d'ailleurs un rôle crucial dans l'aventure, bien que sinon il ne fasse que sourire bêtement et prononcer des phrases de trois mots (pas si cool que ça, ce rôle).
Est-ce qu'un message politique anachronique, dont notre actualité est déjà saturée, est bienvenu dans un film de divertissement se déroulant dans l'antiquité ? Je crois que la réponse est contenue dans la question.

Sinon, des gags plus ou moins réussis rendent cet astérix un peu meilleur que le 3. Mais je crois qu'il n'y a eu que celui de Chabat qui soit drôle. Mention spéciale au nouvel acteur qui joue Astérix et à Charlotte Lebon (bien qu'elle ait été un peu sous-exploitée).
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
Ca dépend de ton point de vue politique (-:

Historiquement, la comédie a toujours été un moyen de critiquer la société : Molière par exemple.

Dans le même ordre d'idée, les films les plus politisés sont sans doute les films d'horreur, voir par exemple quelques films de John carpenter (Invasion Los Angeles, Los Angeles 2013), de George Romero (La Nuit des morts-vivants, Zombie), ...
--
Vous êtes mort.
Répondre
Je n'ai pas de point de vue politique particulier (dans le sens ni de gauche, ni de droite, ni du centre... je serais du genre extrême milieu). Mais j'ai trouvé le message à la fois manichéen et lourd, même pour une comédie familiale. La critique de la société est bienvenue quand elle est subversive ou originale, sinon, c'est un enfonçage de portes ouvertes. Molière était subversif et prenait des risques.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
Le fait que tu trouves ça "manichéen et lourd" est en soi un avis politisé...
--
Vous êtes mort.
Répondre
Du moment qu'il y a pas Colin Farrell, ça va.
Répondre
(02/11/2012, 09:44)cdang a écrit : Le fait que tu trouves ça "manichéen et lourd" est en soi un avis politisé...
Oui et non... Je ne critique pas tant le message que sa forme. D'une part un seul point de vue est exprimé (d'où le côté manichéen, renforcé par la gentillesse absolue du type qui se sacrifie), d'autre par le pauvre immigrant indien qui sourit tout le long du film et qui donne son seul bien sans rechigner... Le fait que le réal cherche à faire passer son message en dépit de tout réalisme et de toute subtilité, c'est de la facilité, et je n'aime pas.

Bref, le fait que je trouve ça lourd relève effectivement de mon point de vue personnel (à moins que l'oeuvre soit poétique ou très forte émotionnellement, je trouve que tout ce qui est manichéen est lourd), par contre le manichéisme est patent.

Et Colin Farell était bon dans Bons baisers de Bruges ! :p
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
Que le film soit politisé, ça peut être un choix de l'auteur. Le problème c'est que ce film est l'adaptation d'une BD. Ils n'ont pas à la profaner en l'utilisant à des fins de propagande bobo.

Astérix a toujours été une BD assez fine dans l'analyse politique et économique, grâce aux connaissances en la matière de Goscinny. Quant à la politique, Uderzo avait conclu Le Grand Fossé par une morale qui ne sert pas mieux la gauche que la droite.

Si ceux qui ont adapté le film n'ont pas respecté cela, c'est une profanation de plus sur le dos d'Astérix. Le 3 avait réussi à faire encore pire que le 2, alors que ça semblait impossible. Le 4 va-t-il encore plus loin ?
Répondre
"Profaner", "propagande bobo".

Bon, alors déjà le cinéma n'est pas la BD, donc le collage est impossible et souvent maladroit (Watchmen par exemple, esthétiquement c'est grandiose, les raccourcis sont bien choisis et légitimes, le changement du mode de cataclysme cohérent... mais je me suis fait chier).

Ensuite, le scénariste et le réalisateur sont des artistes, qui disposent à ce titre d'une certaine liberté ; on n'est pas (encore) dans le système hollywoodien où ce sont de simple employés qui n'ont pas le droit de regard au montage (final cut).

Après, on peut aimer ou pas, mais le "n'ont pas à" n'a tout simplement pas de sens.

Enfin, si tu veux je peux te conseiller des vrais films de propagande, tu verras peut-être la différence.

Pour reprendre un argument plus haut : Molière avait-il plus de courage ? Bah, que signifie avoir le courage de ses opinions dans un pays où l'on respecte le droit d'expression, je ne sais pas trop. Enfin si, il existe toujours une censure, c'est la censure économique (lire Noam Chomsky par exemple), tu émets une opinion qui ne plaît pas, le bouche-à-oreille fait que personne ne va voir le film, tu ne trouves plus personne pour te produire, ce qui est quand même plus confortable que les camps de rééducation par le travail, mais l'effet est le même. Sachant que plus de 50 % des votants ont choisi la politique d'expulsion en 2007, et un peu moins de 50 % en 2012...

Enfin, je viens d'apprendre que seuls les bobos s'intéressaient au sort des étrangers expulsés, vaut mieux lire ça qu'être aveugle...
--
Vous êtes mort.
Répondre
Cdang, as-tu vu cet Asterix au final ?

J'ai l'impression que tu fais une opposition de principe et tu n'argumentes pas sur le passage du film en question...

Pour ma part, j'ai eu aussi cette impression d'anachronisme pas très bien inséré dans la trame globale de l'histoire.

Autant, le coup du "fonctionnaire" romain un peu trop zélé qui va "contrôler" Asterix qui prend une barque pour l'Angleterre (et qui se fait dégommer) est rigolo, autant l'insistance sur le "sans-papyrus" indien parait terriblement plaquée sur le reste du scénario (qui mêle déjà très péniblement deux BD à l'origine).


Répondre
(12/11/2012, 11:07)H.d.V a écrit : Cdang, as-tu vu cet Asterix au final ?

J'ai l'impression que tu fais une opposition de principe

Non je ne l'ai pas vu, oui c'est une discussion (et non une opposition) de principe. Mais des principes qui me semblent quand même fondamentaux sur un forum concernant la création, la liberté de création (avec les AVH) et la ré-création.

Quand dans Mission Cléopatre, Itinéris parle haché, Chabat reproduit un fait (mauvaise qualité des réseaux GSM, qui se souvieint de ce qu'était Itinéris d'ailleurs ?). Quand dans Au service de sa majesté on montre une expulsion, Tirard reproduit aussi un fait. Au delà de l'appréciation (je ris ou pas), le fait de classer tel fait "politique/propagande bobo" et l'autre pas est en soi très parlant.

On peut toujours se dire "à quoi bon se prendre la tête sur un bête divertissement", sauf que justement, la première chose à laquelle on touche en général, c'est aux bêtes divertissements...

'fin bon, ça m'a permi de constater une fois de plus que quand on se prétend sans opinion, c'est qu'au contraire on en a une ;-P
--
Vous êtes mort.
Répondre
(12/11/2012, 13:44)cdang a écrit : Quand dans Mission Cléopatre, Itinéris parle haché, Chabat reproduit un fait (mauvaise qualité des réseaux GSM, qui se souvieint de ce qu'était Itinéris d'ailleurs ?). Quand dans Au service de sa majesté on montre une expulsion, Tirard reproduit aussi un fait. Au delà de l'appréciation (je ris ou pas), le fait de classer tel fait "politique/propagande bobo" et l'autre pas est en soi très parlant.

Pas très convaincant ton affaire. L'un est une pique clairement politisée et l'autre pas.

Du reste, comme "dénonciation" on a vu plus subversif, y compris dans les comédies françaises (voir "OSS 117 : Rio ne répond plus").

Alors "propagande bobo", c'est un peu fort, mais propagande anti-Guéant/Sarkozy a posteriori, ça me parait évident. Ils devaient regarder Mélanchon vitupérer à la TV quand ils ont écrit le scénar'. LOL

Il vaut quand même mieux avoir vu le film pour en parler. Ce truc scénaristique du "sans papyrus" est tellement hors de propos que "lourd et manichéen" est loin de me paraître déplacé.


Répondre
Oui il ne faut pas confondre message politique, même suranné, même avec lequel vous n'êtes pas d'accord, et la "propagande". La propagande est une activité de communication systématique et organisée par un gouvernement pour conditionner à croire des choses fausses. Le mot "propagande" m'évoque le lavage de cerveaux médiatique des régimes hitlériens, staliniens ou mussoliniens. Les livres illustrés sur le faciès des Juifs. Les films d'Eisenstein montrant des petits villages communistes où le lait jaillit à foison des fontaines des manufactures, pendant que la Russie mourrait de la famine. Et aussi, bien qu'il ne s'agisse pas d'un état fasciste, les affiches américaines présentant les soldats allemands comme des Huns sanguinaires, pour pousser à s'enrôler dans l'armée.

Qu'un mec tout seul fasse son film où il critique un fait indéniable (l'expulsion des sans papiers a réellement eu lieu), on peut trouver ça nul, mais comparer ça à de la propagande, c'est quand même absurde.

Surtout "propagande bobo"... Par définition, un bobo, c'est bohème, donc ça n'accomplit rien. Donc associé avec le mot de "propagande" qui, au contraire, renvoie à quelque chose d'organisé et de systématique, ça fait un peu oxymore.
Tiens ça me rappelle ce qu'avait voulu faire passer François Descraques avec le régime de "dictature anarchiste, où chacun est son propre dictateur" dans Le Visiteur du futur.

Je précise : j'ai pas vu le film, j'ai pas vu la scène en question, et cracher sur Sarkozy/Guéant aujourd'hui, ça me parait effectivement un peu tirer sur l'ambulance. Ça n'empêche pas que si on n'était pas d'accord avec leur politique étrangère à l'époque, il est normal de toujours pas être d'accord avec aujourd'hui...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
En même temps on comprend tous je pense ce qu'entendait JFM par "propagande bobo".

On a le sentiment que 90 % des "artistes" en place sont gauchistes (ben oui comme Hitler était très à droite, pour montrer qu'on est gentil et tolérant faut aller très à gauche), stupides politiquement et uniquement guidés par leurs émotions.
Le pire exemple en la matière pour moi c'est Rien à déclarer de dany Boon, comme par hasard le personnage qui voit la construction de l'Europe (comprendre "l'abolition" des frontières) du plus mauvais oeil est un gros raciste ultra caricatural. Alors okay Boon a le droit d'être une grosse tanche, mais quand la majorité des artistes subventionnés par le système débitent de la connerie à la tonne dès qu'on leur tend le micro sur une question politique, je me dis que tout ça sent mauvais et nuit à l'intelligence.
Répondre
Cela mérite peut-être un fil à part, mais on peut enlever de ton texte les mots artistes, gauche et droite et c'est encore plus vrai: 90% de ceux qui ont un micro débitent de la connerie. Le système subventionne tout ce qui nuit à l'intelligence. Rien à voir avec la gauche et la droite en fait, mais plutôt le haut et le bas.
AVH: Les noyés,  La chute.
Jeu: Conflux


Répondre
donc gauche = haut et bas = droite ! AHAH ! je le savais, el gaucho qu'on l'appelle dans les Andes !!! Wink
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)