[26] La Crypte du sorcier (Ian Livingstone)
#1
J'avais déjà commencé une fois la Crypte du sorcier, mais j'avais abandonné assez vite tant l'aventure était peu enthousiasmante. Je l'ai réattaqué hier soir et j'ai réussi finalement à le bouclier après six tentatives infructueuses.

Que dire de ce livre ? Mon avis est un peu plus nuancé qu'à ma première lecture, mais il n'empêche : la Crypte peut facilement prendre place dans la liste des pires LDVH que j'aie jamais lus. Si le style est correct et même agréable, l'intrigue est un kill-the-sorcerer on ne peut plus banal, à croire que Ian est incapable de se renouveler, et seules quelques scènes frappent réellement l'esprit. Les collines de la Pierre-de-Lune sont un endroit qui manque terriblement d'âme : on a beau se balader dedans pendant la moitié du livre, elles sont plus ennuyeuses qu'autre chose. En plus, il ne s'y passe rien d'intéressant, Livingstone se contente de suivre son schéma classique : un chemin principal avec, à plusieurs reprises, des passages aléatoires qu'on peut zapper et qui apportent soit des bonus (autrement dit des objets indispensables à la victoire), soit des malus (en général des pertes de points d'Habileté).

On est ensuite accompagné pendant la deuxième moitié du livre. Là encore, l'idée est sympathique (même si guère originale, on retrouve quasiment les mêmes personnages qui nous accompagnaient dans la Sorcière des Neiges), mais le problème est que ça manque cruellement d'interactions avec nos compagnons. C'est bien simple, pendant un moment, je me suis cru seul alors que j'étais censé être accompagné... Là encore, quelques péripéties marquantes, notamment le voyage en ballon (dommage qu'il se termine par un deus ex machina aussi grossier), mais elles ne parviennent pas à effacer la monotonie du voyage.

Passons brièvement sur le repaire du grand méchant, qui est un donjon livingstonien standard, c'est-à-dire au taux de mortalité très élevé. Quant aux questions que nous pose Zérodieu, elles sont tout bonnement ridicules. On retrouve là une caractéristique de Livingstone, à savoir le placement absurde d'informations ou d'objets cruciaux pour la réussite de l'aventure (et ça n'ira pas en s'arrangeant, cf. les Sombres cohortes). Au final, le scénario déçoit, malgré quelques originalités.

Mais comme dirait l'autre, si tu n'es pas foutu d'écrire une aventure potable, essaie de te rattraper sur la jouabilité. Et là... comment le dire sans être vulgaire ? Ce bouquin est un putain de one-true-path infinissable à la loyale. Combats à tire-larigot, tests d'Habileté mortels en veux-tu en voilà, et des PFA totalement injustes (je pense en particulier au feu de camp à la sortie des collines).

En bref, une nouvelle pièce à verser au dossier de l'accusation en prévision du futur procès du sieur Livingstone pour « écriture de livres tout pourris ».

Intérêt : 25% (et encore)
Difficulté : 99%
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre


Messages dans ce sujet
[26] La Crypte du sorcier (Ian Livingstone) - par Meneldur - 20/08/2006, 14:36



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)