Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
(12/07/2016, 16:12)Jehan a écrit :
une esthétique très travaillée : le jeu est présenté comme si l’auteur n’était autre que le fils d’un des survivants, qui, un jour, a décidé de tromper son ennui en créant un jeu pour raconter son histoire… Du coup, les dos des cartes sont ceux de cartes à jouer ou d’autres jeu (comme Dixit !), à moitié brûlées ou tachées… le livret de règles ressemble à un cahier d’écolier, les jetons ont la forme de capsules de bière… même la boîte ressemble à celle d’un autre jeu raturée pour l’adapter à son nouveau thème. Un soin du détail qui, je trouve, force le respect.

C'est vrai que le style visuel "récup' " est très original et bien fait.

En fin de compte, plus encore que la difficulté croissante des périls, c'est l'assèchement des ressources disponibles qui est redoutable. Une fois que les cartes de type 1 sont passés, c'est vraiment la disette !

En ce qui concerne les jets de dés, je ferai observer à Skarn qu'il n'a pas toujours eu à se plaindre  d'eux !
Répondre
Oh, j'ai bien eu l'illusion d'être chanceux pendant deux tours effectivement (après avoir passé les deux premiers à claquer toutes mes ressources pour éviter les cartes demandant de faire des jets de dés, car les dés sont l'ennemi).

Ce n'était que pour mieux endormir ma méfiance quand, au troisième, ma troupe a été décimée sans que je ne puisse rien faire par des ennemis nombreux mais pas tant que cela (moins que ceux que l'unique survivant de Jehan n'en a éliminé à lui tout seul au dernier tour par exemple).

Mais j'avoue que ce n'est rien face à ta propre malchance, où avec une stratégie similaire, mais mieux maîtrisée car tu regagnais souvent autant ou plus que tu ne misais, tu t'es fait proprement éliminer par les dés dès la première fois où tu n'as eu d'autre choix que de les lancer.

Bref, les dés, ça pue.

Mais le jeu ayant l'avantage d'être rapide, je ne lui en veux pas trop pour cela.
Répondre
Hannibal ad portas !
– Hannibal, ici ? Avec ses mythiques éléphants ?
– Non, il amène... du mouton !
– Venez acheter mon mouton ! Il est frais mon mouton !
– Ah.
– Oui.
– Je ne l'imaginais pas comme cela.
– En même temps, il réussit à échanger ses moutons contre de l'or, du fer et du papyrus, ça démontre quand même une certaine maîtrise.
– Oui, mais enfin... Je m'attendais à quelque chose de plus martial.
– Il a quand même défait la téméraire tentative des égyptiens de Ramsès de le bouter loin de leur frontière, et conquis la Nubie dans la foulée.
– Dites plutôt que c'est le propre frère jumeau caché de Ramsès qui a organisé les défenses pendant que le borgne était au marché.
– Peut-être... Mais quand même, sa réputation n'est plus à faire. Regardez comment Athènes et Rome tremblent à l'idée de l'attaquer !
– Ils ont surtout peur de dégarnir leurs frontières alors que l'autre est si bien armé en face. La mer Ionienne, ça se traverse vite. Et de toute façon, votre grand général/marchand, c'est surtout un sacré rustre. Vous imaginez-vous qu'il se sert des Jardins Suspendus, une des merveilles du monde, excusez du peu, comme entrepôt pour ses ressources surnuméraires ? Et en plus, il finance ses extravagances avec les impôts qu'il fait peser sur le Temple d'Artémis.
– Oui, bon, lui au moins, ils les construit ses merveilles. Pas comme l'Égypte, à qui il manque une ultime rallonge financière pour compléter les pyramides.
– En même temps, ils sont surveillés de prêt cette fois-ci. Et Périclès fait même peser sur eux la menace d'une attaque simultanée sur Jérusalem et Alexandrie maintenant que la frontière avec l'Italie est bardée de forteresses des deux côtés.
– Attendez, pourquoi le Carthaginois lève-t-il les deux pouces comme cela ? Je ne comprends rien à ce qu'il raconte. « J'échange un mouton contre un papyrus, un autre contre du vin, j'ajoute deux parfums, des escl... de gladiateurs, des gemmes, des olives, de l'or et cette colonne dorique légendaire que j'avais enterré sous le rosier, ça fait dix ressources, j'achète l'amour de la Reine de Saba, et avec mes deux merveilles, les jumeaux et moi-même, je gagne. ». Cela n'a aucun sens !
– Bah, les fins de partie, c'est toujours un peu artificiel de toute façon.
– Faisons-en une autre alors.
– D'accord. Les choses ont bien changé, puisque tout le monde se retrouve sur une île anonyme, et que cette fois, les hostilités commencent dès le début avec des éléphants de guerre.
– Éléphants qui se sont contentés de déposer mollement les colonisateurs dans la seule forêt au milieu d'une mer argileuse. On a vu mieux comme conquête... Attendez, est-ce qu'il vient de réassigner ces magnifiques animaux à la récolte du houblon ?
– Bah, c'est qu'il en a des brasseries à faire tourner...
– Et le voilà qui repose des navires... de commerce ! Mais qu'ils se battent bon sang !
– Tout le monde a décidé de virer producteur et commerçant de toute façon. Sauf feu le romain, que les agriculteurs et les mineurs ont tout simplement abandonné.
– Hannibal nous refait la même stratégie de la mégapole unique mais super riche au milieu de nulle part... Et ça marche !
– Les empires, c'est surfait. L'avenir appartient aux cités-états je vous le dis.
– Et moi je vous réponds : Delenda Carthago !
Répondre
C'est à dire :
-une partie de Mare Nostrum à 4, avec Skarn le Carthaginois, tholdur le Romain, Aragorn le Grec et moi l'Égyptien (pas de Babylonien à cette partie). Victoire de Skarn.
-une partie de Deus, avec encore victoire de Skarn.

Au passage, pour MN, on a donc vu jusqu'ici dans le groupe :
-une victoire d'Aragorn/l'Égypte en construisant les Pyramides avec des Impôts
-une victoire de Skarn/Carthage en construisant le 5ème héros avec des Marchandises
À quoi on peut rajouter :
-la partie où j'ai été spectateur à Paris est ludique, victoire de l'Atlante en construisant les Pyramides avec des Marchandises
-la partie où j'ai été joueur à Paris est ludique, victoire du Babylonien avec 2 capitales (Babylone et Alexandrie) et 2 cités légendaires (Troie et Jérusalem). À moins que ce soit 1 capitale et 3 cités légendaires, d'ailleurs, je me souviens que j'ai perdu Syracuse à la fin, mais je ne sais plus à la faveur de qui. Les Atlantes, les Carthaginois et les Grecs ont dû s'entretuer chez moi.

Bref, des victoires assez variées !

ÉDIT : j'ajouterai que j'ai fait une Outremer, parce qu'en début de partie (genre tour 2), j'ai pété un câble, et j'ai foncé avec quatre légions égyptiennes sur les deux légions et la forteresse carthaginoise paumées en plein milieu du désert des nomades garamantes.
Résultat des courses : 1 forteresse survivante pour Skarn et 0 survivant pour moi (en deux batailles aller-retour), d'où son point d'ancrage pour aller tranquillement envahir la Nubie (actuel Soudan).
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
A noter que j'ai réussi l'exploit de ne lancer aucune attaque en deux parties, record que j'espère améliorer dans le futur. La victoire de Skarn m'aura empêché de lancer ma double offensive sur Lyzi, un peu trop longuement préparée sans doute.
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
Ce n'est pas un jeu où il y a beaucoup de combats, je pense.
Et plutôt des blitz pour rusher la victoire, et des expéditions punitives pour empêcher quelqu'un d'atteindre la victoire, bref des raids résolus en un ou deux tours, plutôt que des longues campagnes militaires sur plusieurs tours.
Comme disait un peu Skarn, c'est plus un jeu économique où la guerre est un des outils économiques, qu'un wargame.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Hier soir, j'ai été un chef pirate tellement nul (à Libertalia) que mes hommes m'ont probablement jeté aux requins après le décompte final du butin. J'ai tout de même réussi à terminer la deuxième semaine avec deux fois moins de doublons que je n'en avais en la commençant !

A Room 25, Salla se méfiait de moi (simplement parce qu'il m'était arrivé, au cours de deux parties précédentes, de le pousser dans une chambre de désintégration). Pour ne pas rester dans la même pièce que moi, il m'a poussé dans une salle vide (où j'avais prévu de toute façon de me rendre). Du coup, comme ma prochaine action était "Se déplacer", j'ai décidé de me rendre dans une salle voisine à l'aveuglette et... c'était une chambre de désintégration. Le karma !

Dans la deuxième partie de Room 25, j'ai réussi à ne pas me suicider dès le deuxième tour, mais nous (les prisonniers) avons tout de même perdu. Il faut dire que la disposition des pièces n'était guère à notre avantage. Nous avons réussi à écrabouiller ce traître de Skarn, mais cet autre traître d'Aragorn a su trouver la chambre de régénération pour le ramener à la vie. Lorsque nous avons découvert la Room 25, il était trop tard pour que nous ayions une chance de nous échapper face à deux gardiens révélés (d'autant qu'Aragorn jouait Kevin, qui pouvait manipuler les robots à distance pour nous pourrir la vie).
Répondre
Midas : « Le plus riche vaincra. »
Hector : « Non, le plus sage triomphera. »
Ulysse : « C'est par l'acier que la destinée des Cyclades sera déterminée. »
Penthésilée : « Alors, normalement, en tant qu'amazone, je devrais admirer l'opération commando réussie d'une poignée de femmes guerrières sur la flotte défendant mon île principale, mais là, je l'ai un peu en travers de la gorge. »
Répondre
Je m'en fous, j'ai Tim et ses bombes, la carte vers la Terre promise, un avion et des cocktails Molotov.
Et je suis ni blessé, ni irradié, ni un clown terrifiant, ni une prof de math avec un chapeau de paille et un sécateur.
Na!
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Très tendue, cette partie de Cyclades ! En arrivant au dernier tour, nous avions tous les quatre une manière de l'emporter et c'est l'argent qui a fait la différence (et encore, pas tout à fait, puisque Skarn et moi avons fini ex-aequo).


A "Hit Z Road" :

(04/08/2016, 23:51)Lyzi Shadow a écrit : Je m'en fous, j'ai Tim et ses bombes, la carte vers la Terre promise, un avion et des cocktails Molotov.
Et je suis ni blessé, ni irradié, ni un clown terrifiant, ni une prof de math avec un chapeau de paille et un sécateur.
Na!

D'accord, mais moi, il me restait suffisamment de survivants pour organiser une partie de beach volley !
Répondre
En résumé :

Lyzi Shadow : Film hollywoodien, où le viril héros escorte sa compagne enceinte au milieu de hordes de zombies à grands renforts de flingues et d'explosifs. Ils ont un objectif aussi aberrant scénaristiquement que clair (une carte vers « la terre promise » trouvée par hasard alors que le couple errait dans les ruines de la civilisation), des tas de personnages nommés mais transparents qui meurent vite fait pour laisser plus de temps de caméra aux protagonistes (enfin, surtout à l'homme). Assassiné par la critique, carton financier.

Outremer : Série télévisée montrant un groupe de personnes disparates survivant grâce à l'entraide, chacune ayant des compétences manquant aux autres. On remarquera tout de même une prédominance du tireur d'élite et du médecin (et de sa réserve d'excitants).

Skarn : Court-métrage indépendant engagé. Plus que les zombies, c'est leur propre vanité qui tuent les personnages, avec notamment un massacre très symbolique sur Hollywood Boulevard. Cependant, le premier cut, qui voyait le dernier survivant succomber non sous les coups des zombies mais en conséquence d'un empoisonnement par des déchets toxiques (métaphore évidente des conséquences néfastes du consumérisme), a été refusé pour des raisons mercantiles, et remplacé par une scène absurde où il vide ses chargeurs sur un cirque démoniaque avant de s'enfuir à moto. Une happy end totalement forcée, le personnage étant blessé, empoisonné, désarmé, épuisé, et avec quelques gouttes d'essence dans le réservoir de sa bécane, mais la caméra coupe alors qu'il est encore en vie, donc tout va bien.

Jehan : Film indépendant à petit budget, misant sur le réalisme pour compenser, avec des héros qui évitent les zombies beaucoup plus qu'ils ne les affrontent, s'efforçant de survivre avant tout. Bide au box-office.
Répondre
A Mare Nostrum, ce soir, Skarn a pris le titre du jeu un peu trop au pied de la lettre : jouant les Romains, il avait vraiment l'intention que toutes les rives de la Méditerranée lui appartiennent !

Comme il commençait par les Carthaginois (Lyzi) et que j'étais les Grecs, ça ne me dérangeait pas trop au début. Ayant de jolis revenus monétaires d'entrée de jeu, mon intention était d'obtenir le plus de villes/temples possible et ainsi de pouvoir me payer les Pyramides (guère thématiques pour un Grec, mais efficaces).

Ayant vite pris possession de la Crète, je caressais l'idée d'accélérer les choses en attaquant les Egyptiens (Jehan) et de m'emparer de leur capitale ou de Jérusalem... ou des deux. Dans le cadre de cette stratégie, je prévoyais de recruter Ramsès (un Grec qui se fait aider d'un Egyptien pour combattre une Egyptienne d'origine grecque, c'est au fond très logique).

A ce moment-là, cependant, Caius Julius Skarnus avait commencé à sérieusement me menacer sur le front ouest. J'ai recruté Ramsès, mais ce n'était plus dans un but offensif : je voulais que le bonus qu'il donne dans les combats terrestres me permette de défendre mes propres territoires !

C'est clairement Skarn qui a donné son rythme à la partie, par la menace qu'il faisait peser de tous côtés (il y a eu des moments où il avait presque trois fois plus d'armées que nous trois réunis). Cependant, cette menace faisait de lui la cible universelle... et cela m'a permis de me retrouver en position de gagner : j'avais deux ressources monétaires d'économisées et j'allais en gagner 10 autres au tour suivant, ce qui était suffisant pour me permettre de construire les pyramides.

Du coup, c'était bien sûr moi qui devenait la cible de tous les autres. Les Carthaginois étaient trop éloignés pour pouvoir me menacer, mais les Romains (qui avaient leur bonus offensif) et les Egyptiens (qui avaient utilisé les Dioscures pour copier le pouvoir de Ramsès) pouvaient m'attaquer. Je n'avais pas suffisamment de ressources pour protéger correctement toutes les villes dont dépendaient mes revenus.

Et, en fin de compte, Jules et Cléopatre ont chacun réussi à me prendre une province... mais ils avaient peut-être un peu abusé du commerce des vins italiens et/ou de la bière égyptienne, parce qu'ils ont négligé de me priver de mes ressources ! Au tour suivant, j'avais douze ressources monétaires et rien ne pouvait plus m'empêcher de construire les Pyramides sur le Parthénon.
Répondre
Partie de Dune aujourd'hui, Skarn et moi avons initié Jehan et tholdur à cet excellent (mais vieux) wargame thématique.

Skarn jouait le jeune Duc Paul Atréïdes, j'étais l'infâme Baron Vladimir Harkonnen, Jehan le Planétologue impérial Dr. Kynes, alias Liet le chef suprême secret des Fremen (lui-même demi-fremen par sa mère), et tholdur était l'Empereur-Padishah, sa Majesté Shaddam IV.
(Enfin bref, Skarn les Atréïdes, moi les Harkonnen, Jehan les Fremen et tholdur l'Empereur.)

Au final au bout de 5 ou 6 tours, nous avons eu droit à une victoire de l'alliance Atréïdes/Fremen, contre une alliance Harkonnen/Empereur. Assez fidèle au bouquin, finalement, si on ignore que 1)les Atréïdes ont commencé à éliminer la quasi-totalité de la présence Harkonnen dès le début plutôt que l'inverse 2)les Atréïdes et les Fremen ont commencé à s'entretuer méchamment avant de devenir potes 3)Stilgar et Dame Jessica étaient à la solde des Harkonnen (mais ils n'ont jamais eu l'occasion de trahir) 4)Rabban la Bête était à la solde des Fremen 5)la bataille finale épique qui a décidé de l'avenir d'Arrakis et de l'Imperium a eu lieu... au sietch Tuek, le sietch des contrebandiers...
Euh donc pas si proche que ça du bouquin, finalement...

ÉDIT :
Pour le classement, même si ça n'a pas grand intérêt (et que ça n'a pas trop de valeur sans faire des calculs de points pondérés vu que des joueurs différents jouent chaque partie, certains joueurs en jouant plus que d'autres), une partie à 4 factions vaut toujours 10 points, et deux alliés se les partagent toujours équitablement, donc Skarn gagne 5 points et Jehan gagne 5 points. Tholdur entre également dans le classement à 0 point.

1er : Skarn (5 parties) - 25 points de Gloire
2ème : Lyzi (5 parties) - 10 points de Gloire
3ème ex-aequo : Outremer (4 parties), Salla (4 parties) et Jehan (1 partie) - 5 points de Gloire
6ème : tholdur (1 partie) - 0 point de Gloire
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Et pour l'ambiance vous aviez mis la BO du film ?
Répondre
J'aurais pu, je l'ai sur mon téléphone portable, mais bon...
Ce serait quand même mieux avec un vrai système de son, quoi !
Enfin bref, non, du coup.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 5 visiteur(s)