Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Après avoir fait pour ma part une pause dans les jeux de société, je me suis retrouvé ce soir dans une position bien agréable où, confortablement installé dans mon fauteuil de Commandant du Battlestar Galatica, je prenais par ailleurs quelques décisions cruciales du fait de mon statut de Président (en suivant parfois les conseils avisés du caporal Skarn, qui n'hésitait pas à sacrifier des vaisseaux civils quand c'était nécessaire).

Bien entendu, cette centralisation des pouvoirs présente de menus désavantages quand le chef à la fois militaire et politique est un traître cylon Mrgreen
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
Que j'ai fait des erreurs d'appréciation est une chose. Mais je me sens insulté que tu me traites de caporal, moi qui n'ai jamais ne serait-ce qu'effleuré une position militaire. J'incarnais peut-être une secrétaire cancéreuse inconsciente, mais une secrétaire cancéreuse inconsciente civile.

De toute façon, la défaite des humains est intégralement la faute du stagiaire qui n'a pas branché correctement les ordinateurs entre eux. Sans cet échec et un jet de dés chanceux en votre faveur (tu aurais fait 5 ou plus sur ton dé à 8 faces au moment du saut, la partie aurait été toute différente), nous aurions gagné, ce qui prouvent bien que nous avons fondamentalement mieux joué que vous (nous avons réussi à effectuer 2 sauts et demi à deux humains contre deux cylons, dont un qui était à la fois président et amiral depuis le tout début de la partie).

Mais je prends tout de même note de t'envoyer en prison dès ma première action à notre prochaine partie. Cela ne peut que jouer en notre faveur.

Par contre, il est clair que certains rôles sont plus funs que d'autres. L'amiral a un poste crucial qui qu'il soit, certains personnages ont des pouvoirs terriblement forts (Laura Roslin par exemple) qui leur permettent d'influer grandement sur la partie même sans titre, alors que d'autres peuvent facilement ne servir à rien pendant un bout de temps (les pilotes, le mécano).
Répondre
Si y a jeu vendredi, j'aimerais savoir combien on sera. Histoire de voir si j'amène Chevaliers ou London.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Non pas de partie ce vendredi, j'ai un emploi du temps trop chargé et puis c'est la période estivale, pas mal de joueurs sont en vacances.
Je vous avertirai par mail & doodle quand les parties reprendront, sûrement en septembre.
Répondre
Ce soir, nous avons de nouveau embarqué à bord du Battlestar Galactica, mais cette fois nous étions flanqués de son petit frère, le Pegasus, sur lequel nous avons d’ailleurs fait de nombreuses excursions tant il disposait de fonctionnalités bien utiles. Vous l’aurez compris, nous avons testé l’une des extensions du jeu, en se limitant toutefois à certaines des nouveautés apportées. Pour les connaisseurs, nous n’avons pas joué la phase New Caprica, et je pense que nous avons bien fait tant la partie a été ardue.

Il y aurait beaucoup de choses à en dire mais je laisserai à mes collègues le soin de développer et j’essairai de me focaliser sur l’essentiel. Nous étions cinq : Alendir, Sallazar, Skarn, moi-même et un invité prénommé Guillaume. Skarn avait décidé de jouer un leader cylon (l’une des nouveautés de l’extension), personnage qui a la particularité d’avoir sa propre condition de victoire. Le plateau ayant été rapidement envahi de vaisseau cylons, il s’en est donné à cœur joie et les vaisseaux civils humains ont été littéralement décimés… Nous n’avions même pas encore sauté une seule fois que le total de la population s’est ainsi retrouvé réduit à… 1. Oui, oui : 1. Je crois bien qu’on tient là un record.

Autant dire que les joueurs humains (dont je faisais partie) étaient résignés à perdre. Pour ma part, mon seul espoir était d’atteindre la mi-parcours pour obtenir une seconde carte Loyauté et espérer devenir Cylon afin de passer dans le camp des vainqueurs. Malheureusement, je suis resté humain. Toutefois, les tours passaient et la population restait obstinément à 1, les autres ressources baissant continuellement mais nous avions nettement plus de marge de ce côté-là. De plus, la perspective d’une défaite éclair des humains n’arrangeait pas Skarn car elle le faisait perdre également — nous avons fini par deviner que pour qu’il gagne, il fallait que les humains perdent ET que toutes leurs ressources soient dans le rouge, or le moral a tenu un moment (les survivants se droguaient, probablement). Du coup, après nous avoir pourris il s’est mis à nous aider pour nous maintenir à flot jusqu’à ce que toutes les ressources passent dans le rouge, ce qui a fini par arriver.

J’ignore par quel miracle, mais nous avons cependant réussi à nous mettre en position de gagner grâce à un dernier saut (l’une de mes cartes nous a sauvé la vie puisqu’elle permettait de réduire d’un point la perte d’une ressource — la population, en l’occurrence, ce qui nous permettait d’effectuer sans risque un saut F.T.L. un tour plus tôt). Tous les joueurs hormis Skarn ont alors utilisé l’une des actions du Pegasus, qui permettait d’assurer que la carte Crise tirée à la fin du tour fasse avancer la préparation du saut d’une case. Jusque-là, le Cylon ne s’était pas révélé. Il aurait pu le faire depuis longtemps et remporter la victoire mais il semblait prendre un plaisir sadique à nous faire espérer un succès autant miraculeux qu’improbable… Pourtant, les tours passaient et toutes les décisions des joueurs indiquaient qu’ils était dans le camp des humains… Ainsi, jusqu’au bout les quatre joueurs ont joué comme des humains, et le miraculeux et victorieux saut final a bien eu lieu.

Comment cela fut-il possible, me demanderez-vous ? Réponse : il n’y avait aucun rôle de Cylon parmi les huit cartes Loyauté distribuées… Skarn s’étant tout simplement trompé au moment de les préparer !!! Il a donc joué seul contre tous pour, au final, perdre une partie que jamais nous n’aurions dû gagner. Ça ne s’invente pas !
Répondre
J'ai l'impression que Pegasus apporte beaucoup au jeu de base : de nouvelles actions très fortes pour les humains, des personnages intéressants et puissants, des mécaniques cylons mieux huilées, le remplacement du sympathisant par le beaucoup plus rigolo leader cylon sympa... Bref, cela risque de devenir un ajout sine qua non, que ce soit avec l'objectif de Kobol ou de Caprica.

Ceci m'a aussi permis de comprendre comment les cylons font pour ne pas gagner systématiquement : leurs chefs sont complètement cons. Résumé de la situation d'hier :
« Vénéré Leader, nos raiders ont complètement encerclé le Galactica. Nous avons éliminé tous les vaisseaux qui avaient eu la folie de sortir nous affronter, et maintenons leur porte-étendard sous un feu nourri. Leur armurerie a été détruite et nos centurions n'attendent que votre ordre pour les aborder. Notre victoire sera bientôt totale.
-Très bien. Je suppose que leur moral est au plus bas.
-Étrangement non. Ils font même la fête.
-Quoi ?! Je refuse pareille victoire. Je veux qu'ils sentent l'horreur du désespoir, de la fin inéluctable. Cessez immédiatement l'assaut !
-Mais, vénéré Leader, cela n'a aucun sens. Ils sont à notre merci. Quelle importance qu'ils partent le sourire aux lèvres ?
-Ne discutez pas mes ordres ! »

Quelques règles intéressantes pour les combats, car il me semble que nous avons encore commis quelques erreurs :
Citation :If multiple space areas contain ships that need to be activated, the ships are activated one entire space area at a time in the order of the current player’s choice. Each Cylon ship can only be activated once on a given player’s turn.
[...]
If there are no raiders on the game board when raiders are activated, two raiders are launched from each basestar.
[...]
If there are no heavy raiders on the game board when heavy raiders are activated, one heavy raider is launched from each basestar.

Dans un autre registre, un nouveau message sur le blog de paizo explique qu'il se pourrait que la version actuellement en vente de Pathfinder soit un exemple de « comment rédigez une carte pour qu'elle soit la plus confuse possible ? », mais, promis, ils vont faire mieux pour la suite : http://paizo.com/paizo/blog/v5748dyo5lgc...ges-to-the. Apparemment, il n'y a pas que les jeux vidéo qui sortent en version beta, à charge pour les premiers joueurs d'essuyer les plâtres. Sauf que, dans le cas du jeu vidéo, il y a toujours possibilité de télécharger des patchs !
Répondre
Soirée bien remplie.

Skarn ayant un peu de retard (il a raté son test de chance en passant la porte du métro de la ligne 2), Salla, Tholdur et moi-même entamons une partie de Poker des cafards, puis une deuxième. La première manche va à Salla, j’emporte la seconde.

Le moussaillon Skarn étant arrivé sur ces entrefaits, nous embarquons à bord du Libertalia pour trois semaines de pillage épiques. L’équipage de Tholdur est quelque peu distancé après la première semaine, les trois autres se serrent de près. La deuxième semaine, en revanche, voit les marins des capitaines Salla et Skarn s’en mettre plein les poches en frôlant les cinquante doublons gagnés ! La troisième semaine sert donc à les départager, et c’est finalement Salla qui, d’une courte tête, remporte sa toute première victoire à ce jeu.

On se détend ensuite les neurones (ou pas) avec une partie de Dixit, gagnée, cette fois, par Tholdur. On retiendra un magnifique « moyen de locomotion » associé à une carte représentant une coupe avec quatre ailes… Quatre ailes, Quatrelle…

Profitant de l’heure pas trop tardive, nous terminons par une dernière partie de Poker des cafards, et elle est fut épique ! Tendue jusqu’à la fin, chacun étant sous la menace d’une ou plusieurs bestioles, notamment Skarn, qui aura résisté vaillamment jusqu’au bout. Mais c’est finalement Salla, pourtant lui aussi sous pression un long moment, qui le coiffe au poteau. Une partie intense qui témoigne bien du fun qu’on peut prendre avec ce jeu de bluff.
Répondre
Très sympa effectivement cette dernière partie de "poker". J´aimerai quand même que les cartes soient plus lisibles mais excellent jeu aux règles pourtant des plus épurées.
Répondre
Bonne continuation à tous, en espérant vous retrouver au printemps.
Répondre
Septembre est là, est-ce qu'il va y avoir une reprise des soirées jeu de plateau un vendredi sur deux ?
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Oui mais j'ai un empêchement pour le vendredi 12, il faut que je trouve un autre jour de cette semaine. Ce ne sera pas le jeudi 11 à priori.
Je ferai un doodle vendredi soir pour faire le point avec vos disponibilités.
Répondre
Cette année ca va etre plus compliqué pour moi de venir en semaine a cause des nouveaux horaires scolaires de mon fils...
Répondre
Hello,

vous avez du recevoir normalement un lien par mail vers le doodle de la prochaine soirée JDP.
Si ce n'est pas le cas, c'est une erreur, alors contactez-moi par MP.

Vous avez le choix dans la date* :
les 3 jours proposés commencent à partir de ce lundi inclus, donc ça urge.
Vous pouvez aussi spécifier l'horaire.
Bon week-end à tous !

(*contrepèterie)
Répondre
déjà 6 inscrits pour mercredi qui tient donc la côte pour l'instant. Il reste des places car il y aura 2 tablées.
Et je confirme à certains que c'est impossible mardi (le choix n'était pas proposé dans le doodle, de toute façon).
Répondre
Je valide et confirme mercredi 19H30 (consultez le doodle), puisque nous sommes maintenant 7 à avoir ce seul créneau de libre.
Il reste encore des places.
Vous avez une préférence pour le 2è jeu ?
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 4 visiteur(s)