Compte-rendu des soirées jeux de plateaux
Quand je reviens en France, je prendrais bien quelques volontaires pour la variante "il y a toujours une bataille finale".
Le principe étant que dans toute situation où normalement le Grand Ancien se réveille, il est gardé ou mis à full power, si 6 signes des anciens scellent des portails il est gardé au niveau actuel -3, si tous les portails sont fermés dans les conditions imposées il est au niveau actuel -6.
Bien sûr, ça va rien changer pour les GA qui sont trop faciles en BF. Ça rajoute surtout de la difficulté pour les autres...

Cela dit, pour les GA qui sont tellement faciles en BF que la meilleure stratégie est de les réveiller pour les latter, faut utiliser la version "jamais de bataille finale". Si le GA se réveille, c'est game over, point. Pas de seconde chance.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Je monte sur Paris entre le 17 et le 22 juin. J'aimerais profiter de l'occasion pour prendre un verre et/ou faire une partie avec la bande.
AVH: Les noyés,  La chute.

Jeu: Conflux
Répondre
Perso, je devrais être plutôt disponible cette semaine-là, a priori.
Répondre
Hélas je ne serai sans doute pas disponible à cette date. Zut !
Répondre
C'est un peu loin (ma religion m'interdit de planifier mes journées plus d'une semaine à l'avance), mais normalement, il n'y a pas de raison (vacances ou autre) que je ne sois pas disponible à cette date.
Répondre
18 août 1888, Londres - L'OPIUM FAIT CINQ VICTIMES INDIRECTES

C'est apparemment sous l'influence de la drogue que le célèbre détective privé Sherlock Holmes a joué hier à cinq de ses jeunes assistants un tour dont il n'anticipait pas les conséquences. En leur adressant un message laconique qui suggérait que la lecture des pages de notre édition d'hier leur révélerait un complexe mystère de nature criminelle, Mr Holmes n'avait apparemment l'intention que de leur montrer les périls d'une trop grande imagination en les lançant sur une piste qui n'existait pas. "Malgré ses immenses qualités intellectuelles, Sherlock Holmes ne saisit pas toujours l'impact psychologique que peuvent avoir ses moindres remarques sur les autres," nous confie son ami et biographe, le Dr Watson. "Je suis navré que les conséquences aient cette fois été si sérieuses."

Les cinq assistants ont arpenté notre bonne ville de Londres toute la journée, échafaudant au fur et à mesure des rencontres que leur amenait le hasard la théorie d'une manigance criminelle aussi monstrueuse qu'absurde. De nombreux témoins nous ont rapporté les questions de plus en plus incohérentes dont ils harcelaient tous ceux qui avaient le malheur de se trouver sur leur chemin. "J'étais sur le point de sortir pour aller profiter de cette superbe journée ensoleillée," nous raconte le criminologue de Scotland Yard, "lorsqu'ils ont déboulé tous les cinq avec des visages à faire peur. Ils m'ont tenu des propos incohérents au sujet de lions, d'Irlandais et d'un bâteau dans une bouteille. Je me suis éclipsé aussi vite que j'ai pu."

Ereintés physiquement et mentalement, les cinq assistants se sont rendus en fin de journée à la résidence de Sherlock Holmes pour lui demander enfin de clarifier l'affaire. On ignore les propos exacts qui ont été échangé entre eux, mais, une vingtaine de minutes plus tard, Mrs Hudson, la logeuse du détective privé, est sortie dans la rue en appelant au secours. Des policiers qui se trouvaient à proximité sont accourus pour découvrir les cinq assistants, la bave aux lèvres, en train de mettre à sac l'appartement de Mr Holmes. Il a fallu pas moins de huit agents de l'ordre pour maîtriser les forcenés.

Un de nos journalistes est arrivé à temps pour observer le spectacle effrayant des cinq assistants qu'on essayait d'enfermer à l'intérieur d'un fourgon de détention. "Un journal !" s'écriait l'un d'eux alors qu'on lui passait une camisole de force. "Donnez-moi encore rien qu'un journal ! N'importe lequel ! Il doit y avoir un indice dans les petites annonces !" Un autre se mit alors à hurler plus fort encore : "C'est le capitaine qui a fait le coup ! Il a mis du poison exotique dans le verre ! Je veux parler à l'ambassade de Zanzibar !" Un troisième s'était mis à débiter des propos désordonnés au sujet d'un égyptologue lorsque la porte du fourgon se referma enfin sur les cinq malheureux.

Interrogé au sujet de l'affaire, Sherlock Holmes se borna à commenter : "Ne vous en faites pas pour eux, ils seront rétablis d'ici à septembre."
Répondre
« Messieurs, vous êtes collectivement accusés de coups et blessures aggravés sur la personne de Mr Sherlock Holmes. Qu'avez-vous à dire pour votre défense ?
-Moriarty.
-Quoi ?
-C'est Moriarty qui fait le coup.
-Enfin messires, vous vous moquez de moi ! Entre Mrs Hudson, les policiers qui vous ont arrêté et Mr Holmes lui-même, il ne manque pourtant pas de témoins pour confirmer que c'est vous et pas le maître du crime de Londres qui êtes responsable du piteux état de notre plus célèbre détective.
-Et pourtant, c'est bien la faute de Moriarty. Et je vais vous le prouver. »

Fait : Moriarty est l'ennemi juré de Sherlock Holmes.
Fait : Moriarty a déjà démontré par le passé qu'il n'hésitait à employer des méthodes extrêmement violentes pour ôter de son chemin ceux qui le gênaient.
Fait : Moriarty opère à Londres.
Fait : L'agression de Sherlock Holmes a eu lieu à Londres.
Fait : Durant les semaines précédant l'agression, Mr Holmes a enquêté sur des crimes complexes et théâtraux, en particulier l'affaire dite du cocher et des trente deniers d'argent.

« Une fois ces éléments en notre possession, il est aisé de comprendre ce qui s'est passé. Mr Holmes était en train de remonter la piste d'un affaire criminelle de vaste ampleur habilement organisée par son sinistre ennemi, Moriarty. Pour éviter que ses plans n'échouent, le professeur décida donc de le mettre hors d'état de nuire. Pour détourner l'attention de sa personne, il décida de ne pas opérer directement, mais de passer par des intermédiaires. Il est de notoriété public que nous accomplissons des tâches mineures pour Holmes, et qu'une fois celles-ci terminées, nous allons chez lui faire notre rapport autour d'une bonne tasse de thé.
En observant nos allées et venues, ce Napoléon du crime a déduit que nous travaillions justement sur une nouvelle affaire, et que cette rencontre ritualisée allait bientôt avoir lieu. Il lui a donc suffit d'envoyer un des nombreux montes-en-l'air s'introduire chez Holmes pour déposer une fine couche de poison au fond de chaque tasse, à l'exception de celle qu'affectionne Mr Holmes. En arrivant, nous avons tous bu ce thé empoisonné, probablement par un puissant excitant, une drogue subtile exacerbant nos pulsions animales les plus destructrices, provoquant la terrible scène que vous avez pu observer.
Ainsi, il faisait d'une pierre deux coups en envoyant Holmes au pire à l'hôpital, au mieux à la morgue, et en expédiant la plupart de ses fidèles alliés au fond du trou. Malheureusement pour lui, nous avons vu clair dans son jeu !
-Mais vous vous moquez de moi ! Votre théorie, même si elle n'est pas tout à fait impossible, ne repose sur rien. Vous n'avez aucune preuve matérielle de ce que vous avancez, les remplaçant sans vergogne par des corrélations indirectes et des déductions télégraphiées.
-Objection ! Holmes avait-il plus d'éléments à sa disposition lors de l'affaire du vieux soldat ? De la chambre d'hôtel ? Des lions ? Et pourtant, cela ne vous a pas empêché de lui faire confiance. Aussi, tout le système judiciaire anglais victorien étant basé sur la maîtrise de la rhétorique par des indépendants non assermentés, vous vous devez de nous acquitter. »
Répondre
Tant qu'on y est, j'ai découvert le pourquoi du comment des articles parlant de Whitechapel (qui est un district de Londres). Il s'agit tout simplement de Jack L'Eventreur ! La pensée m'était venue en voyant qu'il s'agissait apparemment de meurtres de prostituées. Vérification faite, Jack l'Eventreur a en effet opéré à Whitechapel en 1888.
Répondre
Oui y a d'ailleurs un jeu de société sur Jack l'Éventreur qui s'appelle Whitechapel.
(Je l'ai pas mais j'en ai un qui s'appelle "London 1888".)
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Quelques éléments supplémentaires concernant l'arrière-plan de cette enquête :

- Je me trompais un peu en disant que Gladstone était le Premier Ministre. Il l'a plusieurs fois été entre 1874 et 1894, mais il ne l'était pas en 1888.

- Le Home Rule (le droit pour les Irlandais de s'administrer eux-mêmes, sans être pour autant indépendants) commençait à être un débat particulièrement vif. Un projet de loi avait été soumis au Parlement à ce sujet en 1886 (par Gladstone, justement), mais il avait été rejeté.
Répondre
Hier, partie des Contrées de l'Horreur, nouveau jeu de FFG/Edge sorti en français... hier.

Pour résumer, prenez Horreur à Arkham et remplacez l'usine à gaz qui sert de règles par des mécanismes beaucoup plus souples, simples et logiques. Nous n'avons eu que quelques hésitations sur des points très précis et mineurs là où dans HàA nous serions encore en train d'essayer de nous rappeler comment bougent les monstres violets par rapport aux rouges. L'ambiance est également beaucoup plus présente, avec des rencontres thématisées dédiées pour chaque grand ancien.

Les circonstances (partie en soirée, avec 7 joueurs, première fois) ne nous ont pas permis de tester le jeu dans le détail, mais à première vue, c'est du tout bon. Cependant, j'attendrai quand même le retour de Nato avant de vous conseiller de l'acheter. En effet, la version qu'il avait amené était corrompu (une carte importante manquante et une autre en double) mais nous ignorons encore s'il s'agit d'un cas unique ou si toutes les boîtes sont dans cet état. Également, il semblerait que le nombre de rencontres différentes soit finalement assez faible (nous nous en avons eu en double dès la première fois), ce qui peut nuire à la rejouabilité.

PS : Si je lis correctement l'anglais, il fallait bien remplir le trou laissé par l'allié récupéré par Leo : Whenever a card is gained or discarded from the reserve, the active investigator places the top card from the Asset deck faceup in its place. During an Acquire Assets action, the active investigator does not replace Asset cards until the action has been completely resolved. Source : http://www.fantasyflightgames.com/ffg_co...0Guide.pdf
Répondre
Intéressant... Je vais de ce pas lire le rulebook et le reference guide...
Pour l'instant, les joueurs avaient tendance à considérer Mansions of Madness le meilleur de la gamme, devant Arkham Horror, The Elder Sign, et TES: Omens.
MoM sera-t-il détrôné par Eldritich Horror ?
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
(25/05/2014, 05:24)Lyzi Shadow a écrit : ...
MoM sera-t-il détrôné par Eldritich Horror ?
MoM c'est un concept différent d'HàA ou Eldritich Horror : je trouve ça difficile de les comparer.
Avec ses futures extensions, Eldritich Horror s'annonce clairement comme un prétendant très sérieux.
Pour l'instant, il faudrait apparemment en priorité renouveler les cartes, qui est peut-être le point faible de la version de base.
D'autres investigateurs supplémentaires seraient les bienvenus comme toujours, ce qui ne manquera pas d'arriver.

Pour ma part, j'adhère davantage à Eldritich Horror qu'à HàA car il y a moins de micro management que je n'aime pas :
exit les déplacements de monstres carré, cube, triangle etc, et d'autres choses ...
Le système monétaire, ou plutôt son absence dans Eldritich Horror, m'a semblé très intelligent pour éviter là aussi une ressource supplémentaire et les pions qui vont avec.

Néanmoins, HàA conservera probablement un avantage sur Eldritich Horror, son plateau de base pouvant accueillir des extensions comme d'autres quartiers de villes. En effet je vois mal comment implémenter le plateau d'Eldritich Horror. Mais bon, on verra bien...

Je ferai une MAJ de la liste des jeux possédés ce dimanche. N'hésitez pas à compléter si il y a eu du nouveau.
Répondre
On disait que Fortune & Glory ressemblait pas mal à Horreur à Arkham (un compteur de l'avancement des méchants, des tests à faire sur les compétences des persos, les persos mis KO quand ils ont plus de points de santé, des aventures à résoudre pour gagner, les nazis retardés qui ressemblent aux investigateurs retardés...). Il semble qu'avec ce jeu, FFG rend la politesse (voyage autour du monde, plus d'accent sur le narratif, les cartes au dos surprise qu'il faut retourner à un moment précis rappellent les cliffhangers).
Je pense aussi qu'ils se sont inspirés des aides de jeu faits par les fans pour HàA (carte de référence avec les changements de règles selon le nombre de joueurs).

Une plainte qu'on a parfois c'est sur la gestion de la mort des investigateurs.
Si les Grands Anciens ne peuvent pas tuer définitivement des investigateurs, ça les fait paraître moins dangereux. D'un autre côté, je déteste les jeux qui éliminent un joueur en cours de route, qui n'a alors plus qu'à se tourner les pouces. À moins de jouer tout seul avec plusieurs investigateurs, la mort définitive n'est donc pour moi pas une option.
La façon qu'a HàA de gérer ce problème (tirer un autre investigateur) ne convient pourtant pas à tout le monde. Certains se plaignent que c'est trop facile parce qu'on récupéré un perso en pleine forme avec tout le matos de départ, alors que le précédent avait peut-être tout perdu.
Du coup je suis curieux de voir ce que donne en pratique le système des Contrées... Apparemment plus de KO où on récupère tout à l'hosto, si une des caracs est à 0 on tire un autre investigateur, et le précédent devient une sorte de quête pour récupérer l'équipement qu'il avait... D'où perte de temps pour le groupe...
Et même si l'état "vaincu" remplace l'état "inconscient/temporairement fou" (KO quoi), l'état "dévoré" est toujours là. Plus dur que "vaincu" parce que là l'équipement précédent est définitivement perdu... Sauf que comme pour HàA le nouveau arrive en pleine forme et plein d'équipement.
Ce sont des différences très subtiles... Plus de turnover d'investigateurs, mais l'équipement est perdu à peu près au même rythme au final... Non vraiment je suis curieux de voir ce que ça donne...
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
Du côté des morts, les deux forumers partageant le même prénom (indice) ont expérimenté avec brio.
Le cadavre du perso reste là où il est avec son matos, et un jeton indiquant la cause de sa mort :
physique ou psychique. Quand un autre héros passe dessus, il fait une rencontre spéciale propre au personnage décédé qui varie suivant que la mort a été physique ou psychique. Dans le dernier cas, je pense qu'on peut rencontrer un fou, un fantôme, etc ...
J'aime beaucoup le concept des "investigateurs morts personnalisés".
Ensuite, il y a probablement un petit test/lancer de dés à réussir pour récupérer le matos du défunt, mais on n'a pas encore tout vu.

Il est probable qu'on se dirige vers ces 2 tablées lors des prochaines sessions :
- Les Contrées à une table,
- Fortune & Glory avec extension(s) à l'autre.

Voilà qui devait plaire à Mr. Shadow, non ?
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 14 visiteur(s)