[10] Le Manoir de l'Enfer
#76
évidemment qu'on garde ça pour nous ! faut pas pousser ^^
Éditions La Saltarelle - Ldvelh & JdR - http://www.saltarelle.net
Site : http://delarmgo.jimdo.com
Le Blog : http://delarmgo.jimdo.com/le-blog/
Fanzine : http://tinyurl.com/Saltarelle
Répondre
#77
(13/04/2013, 21:42)ashimbabbar a écrit : je me demande si l'origine du concept "tu ne le sais pas encore…" n'est pas dans la rencontre de La Citadelle du Chaos avec les Ganjees, quand on nous demande si on a ou pas une formule de Lévitation…

Effectivement, il y a ça, mais là on meurt assez vite pour comprendre tout de suite... Je pense que dès le SMF il doit y avoir des endroits où si on passe on n'a pas les clés qu'il faut.
Pour toute la partie de la cérémonie, effectivement c'est bien vicieux, d'autant plus avec l'endroit où on peut croire avoir l'objet qu'il faut pour s'en sortir, mais en fait non. Pourtant ce concept "tu ne le sais pas encore mais tu es déjà mort", déjà pas mal développé dans le manoir de l'enfer, est encore bien petit joueur par rapport à la créature venue du chaos, où il concerne plus de la moitié des paragraphes.
Montrer le contenu
C'est marrant, le coup des combats finaux à faire dans le bon ordre, on retrouvera aussi l'idée dans la créature venue du chaos, mais ce sera très près du début et les dés décideront pour nous! (histoire de sacrifier dès le début une petite moitié des persos)
Répondre
#78
(04/11/2013, 02:30)nkx28 a écrit :
(13/04/2013, 21:42)ashimbabbar a écrit : je me demande si l'origine du concept "tu ne le sais pas encore…" n'est pas dans la rencontre de La Citadelle du Chaos avec les Ganjees, quand on nous demande si on a ou pas une formule de Lévitation…

Effectivement, il y a ça, mais là on meurt assez vite pour comprendre tout de suite... Je pense que dès le SMF il doit y avoir des endroits où si on passe on n'a pas les clés qu'il faut.

Oui, c'est exact puisque pour réussir il faut avoir tel/s objet/s ( ici, les bonnes clefs ) et où les avoir ou pas dépend d'un choix arbitraire.
En fait le concept "tu ne le sais pas…" recouvre 2 réalités, celle comme ici de la route qui conduit au but sans fournir l'objet/l'info indispensable
et celle de la route qui conduit inévitablement à un PFA. C'est de cette dernière seulement que le coup de la Lévitation peut être dit l'ancêtre…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#79
En étant jeune je connaissais déjà les sables du temps (cf les princes of persia) et je revenais en arrière en cas de mort injuste Big Grin
Répondre
#80
(05/11/2013, 07:34)ashimbabbar a écrit :
(04/11/2013, 02:30)nkx28 a écrit :
(13/04/2013, 21:42)ashimbabbar a écrit : je me demande si l'origine du concept "tu ne le sais pas encore…" n'est pas dans la rencontre de La Citadelle du Chaos avec les Ganjees, quand on nous demande si on a ou pas une formule de Lévitation…

Effectivement, il y a ça, mais là on meurt assez vite pour comprendre tout de suite... Je pense que dès le SMF il doit y avoir des endroits où si on passe on n'a pas les clés qu'il faut.

Oui, c'est exact puisque pour réussir il faut avoir tel/s objet/s ( ici, les bonnes clefs ) et où les avoir ou pas dépend d'un choix arbitraire.
En fait le concept "tu ne le sais pas…" recouvre 2 réalités, celle comme ici de la route qui conduit au but sans fournir l'objet/l'info indispensable
et celle de la route qui conduit inévitablement à un PFA. C'est de cette dernière seulement que le coup de la Lévitation peut être dit l'ancêtre…

Il y a effectivement deux versions:
- Celle où on peut rejoindre provisoirement le chemin victorieux, même si ensuite on crève parce qu'on n'a pas le bon objet. Cette version est très courante (tous les OTP en particulier), les clés du SMF, le mauvais choix au début des sombres cohortes, le mauvais choix de compétences dans Messager du Temps 3, etc.
- Celle où véritablement on est engagé dans une voie sans issue, qui nous fait crever quoi qu'il arrive, même si on suppose avoir tous les objets qu'on veux. Cette version là est beaucoup moins courante que la précédente. Face aux ganjees si on utilise le mauvais objet, ou encore plus clairement, face à Balthus (au 373). Ou, pour prendre un exemple d'une autre série, à un moment de l'odyssée d'althéos, pour nous punir de désobéir aux dieux (on finit rôti puis mangé quoi qu'on fasse), ou dans le combat contre Circé. Et surtout: pas mal dans la couronne des rois, beaucoup dans le manoir de l'enfer, et de manière extensive dans la créature venue du chaos.
Montrer le contenu
Le chiffre de plus de 50% des paragraphes de la créature correspond aux deux catégories confondues: pour la deuxième seulement, on doit tourner autour de 25 %, je dirais, ce qui est déjà bien sûr énorme (pour chacun des deux chiffres, je pense que c'est un record absolu et de très loin).
Répondre
#81
Ce livre est mon tout premier livre dont vous êtes le héros.

L'ambiance de ce fameux manoir, glauque à souhait, et ses occupants, abominations de l'au-delà m'ont tenu en haleine de nombreuses heures.

A découvrir de toute urgence ou à redécouvrir.
Les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent.
Répondre
#82
Ayant tout juste posté une réponse pour le livre La nuit du Loup-Garou, j'en profite aussi pour mettre le lien de la chanson (https://www.youtube.com/watch?v=KFOiiFDj0c0) qui serait parfaite pour le paragraphe 264 du livre :          

Bonnes fêtes à tous !
Répondre
#83
Voila un autre très grand Défis fantastique.

Original déjà car il est un des seul défis fantastique à se passer à notre époque (disons vers les années 80), et puis on ne doit pas accomplir de mission héroïque ou autre chose du genre, on est pris au piège d'une secte sataniste et on veut simplement s'en sortir et sauver sa peau.
L'intro est une des meilleures qu'il m'est été donné de voir dans un livre jeu, l'idée de départ est vraiment bonne et le ton est donné. On tombe en panne de voiture par nuit d'orage et on croit pouvoir obtenir de l'aide dans un manoir non loin de la, l'auteur nous laisse bien sentir qu'on va le regretter.
Autre nouveauté par rapport aux autres Df on va devoir gérer en plus de l'habileté chance endurance, un total de peur, on est confronté tout au long du livre à de terrifiantes rencontres qui font augmenter notre peur et si cette peur atteint le total de départ défini avant de commencer on meurt de peur.
L'ambiance du livre est géniale, on se sent vraiment prisonnier de ce manoir, tout est hostile de nombreuses scènes nous font bien ressentir le coté sataniste et diabolique de ses habitants. Les illustrations sont très bien et correspondent bien avec ce qu'il est écrit.

L'exploration du manoir est passionnante, les descriptions sont bonnes, de nombreuses rencontres sont mémorables et on se rend compte qu'il y a un cheminement exact à respecter si on ne veut pas mourir de peur et trouver les bons objets. L'objet clé est d'ailleurs très dur à trouver, particulièrement bien protégé par un système de mot de passe avec de fausses pistes pour le trouver, pouvant nous laisser croire qu'il y a une erreur dans le livre alors qu'en fait non. A noter que l'auteur nous envoie parfois dans des endroits ou quoi qu'on fasse on finit par mourir.
Un des grands intérêt du livre est la, arriver à déjouer tous les pièges, endroits inutiles à visiter, trouver les bons indices, les bons objets, en bref le bon chemin. C'est cela que j'apprécie le plus dans ce livre et dans d'autres du même esprit. La difficulté n'est pas artificielle par des combats trop durs ou autre, elle vient de la façon dont est conçu le livre.

Il faut aussi dire un mot sur le final absolument mémorable avec la rencontre finale avec le comte de Brume et son majordome, je n'en dit pas plus pour ne pas spoiler, mais c'est un des meilleurs passages que j'ai pu lire dans un livre jeux.

En conclusion il s'agit donc d'un livre hors du commun par son ambiance exceptionnelle et sa difficulté redoutable.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 3 visiteur(s)