Interview de Joe Dever (septembre 2008)
#16
Moi, ironiser ? Comme si ça me ressemblait, allons... Tout le monde sait que la traduction des titres de LDVH chez Gallimard s'apparente à une véritable discipline artistique, nourrie de fulgurances d'inspiration sans doute dues à une consommation massive de substances psychotropes.

Quoiqu'il en soit, la suite :

Citation :En plus de Loup Solitaire, vous avez été impliqué dans d'autres projets (Astre d'Or, Combat Heroes, Freeway Warrior). Étiez-vous convaincu par ces produits, ou s'agissait-il simplement de tentatives de changer de voie ?

J'étais définitivement convaincu de la viabilité financière de ces trois projets avant de me lancer dedans, de même que mes éditeurs. Mais ce n'est qu'une partie des raisons pour lesquelles j'ai entrepris ces projets. Ils devaient également me satisfaire créativement. M'ont-ils permis de m'améliorer en tant qu'écrivain/concepteur ? Je le crois, et c'est en fin de compte pour cela que je me suis impliqué dans leur écriture et leur production.

Quelle est l'origine d'Astre d'Or ?

Astre d'Or était le principal personnage de Ian Page durant mes premières campagnes de D&D.

La série Astre d'Or était-elle prévue pour ne durer que quatre livres ? Si oui, pourquoi ?

Oui, nous n'avions prévu que quatre aventures. Elles formaient une histoire bien ficelée, et elles ont eu beaucoup de succès, mais nous n'avons pas entamé de nouvelle série, essentiellement en raison des engagements de Ian à l'époque.

S'agissait-il plus d'un test que d'un projet passionné ?

C'était plus un projet passionné qu'un test. Le personnage d'Astre d'Or avait été bien développé par Ian durant mes premières campagnes de D&D à la fin des années 70, de même que le sud-est du Magnamund. La série Astre d'Or nous offrait la possibilité d'explorer cette partie australe du Magnamund, très différente du continent nord où se déroulent la plupart des aventures de Loup Solitaire. Cela permettait également d'introduire les Majdars et la Pierre de Lune, deux aspects majeurs de l'histoire du Magnamund.

Y aura-t-il une suite à Astre d'Or ?

C'est très peu probable, mais pas tout à fait impossible. Je peux dire que les quatre derniers tomes de Loup Solitaire comprendront certains des principaux personnages et lieux introduits dans la série Astre d'Or.

Pourquoi la série Combat Heroes ne comprenait-elle que des illustrations ? Comment vous est venue cette idée ?

Il faut noter que Combat Heroes remonte à 1987, une époque où les FPS étaient impossibles et indisponibles sur PC. Combat Heroes, c'est essentiellement Doom sous forme de livre. Le fait que cette série soit parue cinq ans avant la sortie de Doom montre que le concept était quelque peu en avance sur son temps. L'idée de base était la visualisation d'un FPS sous forme de livre.

Vos attentes ont-elles été satisfaites ?

Oui, en grande partie. Ce fut très satisfaisant d'apprendre, quelques années plus tard, que Combat Heroes avait influencé le développement des FPS sur PC.

Que pensez-vous de la SF ? Pourquoi n'avoir pas tenté d'autres projets comme Freeway Warrior ?

J'aime la SF et je n'ai rien contre elle, d'un point de vue d'écrivain. Je n'ai pas tenté d'autre incursion dans le domaine de la SF simplement par manque de temps. Travailler sur Loup Solitaire m'occupe énormément.

La fin demain.
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#17
Oiseau a écrit :On se demande comment le Grand Maître que l'on incarne n'a pas encore maîtrisé ses quatre dernières Disciplines en dix-huit ans. Il s'est converti à Aï après La Cité de l'Empereur ?

Je pense que l'on incarnera pas le disciple du 4ème cycle mais un autre. Il était question d'un second monastère dans la partie australe du Magnamund d'ailleurs il me semble, non ? J'ai lu ça quelque part mais je sais plus où...
Répondre
#18
Et voici la fin (enfin) :

Citation :Les jeux de rôle sont-ils un phénomène générationnel ?

Je crois que les jeux de rôle vont durer, ne serait-ce parce qu'ils nous offrent un moyen d'utiliser nos imaginations. Et, après tout, c'est l'imagination, plus que toute autre chose, qui nous a conduit au sommet de la chaîne alimentaire sur cette petite planète que nous appelons la Terre. Je dirai donc : « Continuez les jeux de rôle ! Le futur de l'humanité en dépend ! »

Pensez-vous que les jeux de rôles et les livres-jeux sont toujours aussi populaires qu'il y a dix ou vingt ans ?

En se basant sur le nombre de personnes qui jouent régulièrement à des JdR, je dirais que oui. Mais la définition du JdR s'est considérablement élargie. Elle ne couvre plus essentiellement des jeux comme D&D et des livres comme Loup Solitaire, elle inclut les MMORPG à la World of Warcraft et les jeux de cartes comme Magic.

À votre avis, quel est le statut de la fantasy au XXIe siècle, par rapport au boom des années 80 ?

Je dirais qu'elle a atteint un statut de genre établi et reconnu après la croissance explosive du début des années 80. Je me sens particulièrement privilégié d'avoir vécu cette période, « l'Âge d'Or du jeu de rôle », comme on l'appelle souvent à présent, et encore plus chanceux de participer à sa présence continue et à son développement au début de ce nouveau millénaire.

Quel est le statut des jeux de rôle en Angleterre et dans le reste du monde ?

Avant l'explosion des JdR au début des années 80, la fantasy était un marché de niche très réduit, au Royaume-Uni et partout ailleurs. Maintenant, c'est un genre mainstream de divertissement reconnu. Nous avons beaucoup avancé dans les 30 dernières années, et j'attends les 30 prochaines avec beaucoup d'enthousiasme.

Avez-vous épuisé toutes vos idées ?

Sûrement pas ! Juste quand on croit que tout a déjà été fait, il se passe toujours quelque chose qui ébranle vos convictions.

Les jeux vidéo sont-ils des concurrents importants ?

Ils sont simplement un autre aspect de ce qui est à la base le même genre.

Avez-vous de nouveaux projets ?

Je travaille sur une nouvelle série de livres-jeux depuis quelques années. Je prévois douze tomes pour la série principale. Elle est encore au stade de développement, ce qui, pour moi, peut durer jusqu'à six ans. Je ne pense pas qu'elle sera prête à être publiée avant 2010, mais quand elle le sera, sa toile de fond sera très détaillée. Elle se déroule dans un monde de fantasy, mais pas le Magnamund, et aucun de mes personnages habituels n'y apparaîtra.

Quels sont vos vœux pour l'avenir ?

Santé, richesse et bonheur pour tous. Cela fait beaucoup, je sais, mais peut-être que tout ce qu'il faut, c'est un peu d'imagination ?
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#19
A mon tour de te remercier, Meneldur, pour cette traduction qui nous met l'eau à la bouche... j'ai hâte de dévorer les Endives du Cauchemar. Quel sens du titre !
Répondre
#20
Merci, Sallazar, pour nous avoir fait découvrir cette interview, et merci à toi, Meneldur, pour cette traduction qui a dû te prendre pas mal de temps.

Une interview pleine d'informations et d'anecdotes intéressantes. Je trouve Dever très centré sur les JdR, ce qui explique sans doute ses fins de livres bâclées. Paul Mason, plus écrivain dans l'âme, ça se voit tout de suite à la lecture.

Pour le reste, mes premières réflexions ressemblent beaucoup aux premières de Fitz.
Répondre
#21
Aprés ma lutte avec free pour retrouver l'accés internet, je me connecte et boum, je tombe sur ta superbe traduction de l'interview de Joe Dever.
Merci donc pour cette traduction, Meneldur. Wink
Trés instructif et alléchant. Cool
Répondre
#22
Bonjour,

à l'occasion de la triste actualité, je dépoussière la bio de Joe sur Wikipédia. La présente interview y avait été mentionnée par un contributeur anonyme le 30 octobre 2008 à 10h18. Cependant, le lien d'origine http://43505.rapidforum.com/topic=102369476177 est un lien mort.

Quelqu'un sait si on pourrait la trouver ailleurs ? Si par exemple le forum avait migré ? Un qwantage rapide ne m'a pas donné de réponse pertinente.
--
Vous êtes mort.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)