Le prisonnier, une expérience inoubliable
#1
J'ai très récemment terminé un LDVELH très singulier et très intéressant. Un livre dont vous êtes le captif.
Il s'agit de "Le Prisonnier" de Pierre Rosenthal, troisième tome de la série "missions spéciales" de la collection "histoires à jouer".
Et j'avoue qu'ayant l'habitude de noter les LDVELH que je lis de 0 à 5, c'est la première fois que je me suis trouvé devant l'impossibilité de mettre une note, tellement cette oeuvre est géniale et minable à la fois, c'est vraiment troublant.
Nous jouons le rôle d'un agent travaillant pour une organisation européenne, qui se réveille un jour prisonnier dans un étrange centre. On lui a fait respirer un gaz qui rend amnésique, et dont l'effet secondaire est de rendre fou au bout d'à peu près une semaine (l'histoire est tellement vague et bizarrement amené qu'on comprend sans vraiment comprendre)
Nous sommes donc enfermé dans une étrange cité, avec salle de sport, de spectacle, jardins où l'on peut travailler, bazar, hôpital, bibliothèque, restaurant, administration et l'on tourne en rond dans le but unique de trouver comment s'échapper, c'est l'unique objectif du livre. Et pour tourner en rond, on tourne en rond ! Car, et ça c'est génial, selon l'heure et le jour de la semaine, il se passe toujours un évènement différent dans ces lieux, autant dire qu'il faut être au bon endroit au bon moment pour récolter les indices.
Mais au bout de trois jours (temps de la vie rélle) de tournage en rond comme un poisson rouge, j'ai cru avoir découvert le "livre dont vous allez devenir le fou furieux" parce que l'ambiance (très peu dépeinte) est cependant génial pour la simple raison que la jouabilité est absolument totale et l'idée originale à souhait. Et essayez, je vous assure, on devient fou à lier, comme le personnage doit le devenir. Car quopi que l'on essaye de faire, il ne se passe rien et on tourne en rond comme un rat piégé.

Car dans un LDVELH, c'est le livre qui maîtrise tout. Et quand celui-ci devient incompréhensible, voir même pervers, et qu'en plus il est suffisamment jouable et prenant, alors là c'est la descente aux enfers pour le lecteur, c'est l'apocalypse, l'enfermement total. Je vous assure que je n'en dormais plus la nuit, ce livre fait peur.

Car il y a une solution. Et eller est tellement naze, stupide qu'elle nous obligez à tourner en rond, dont ce coté génial du bouquin.

Ce n'est pas le meilleur LDVELH que j'ai lu, mais c'est assurément celui qui m'a fait vivre l'expérience la plus intense. Ce livre est génial, et en même temps tellement nul que c'est un piège, un piège absolument génial. Alors bravo, monsieur Rosenthal !

Je trouve que cette idée d'un LDVELH en huis clos où l'on tourne en rond dans l'unique but de trouver la sortie est une idée merveilleuse. Et elle serait intéressante à exploiter de pleins de manières différentes.
Cela m'intéresserait de travailler sur une AVH comme ça. Cela dit, je laisserais ça à d'autres, car je viens de commencer une série et c'est déjà beaucoup de travail. Cela dit, en s'y mettant à plusieurs comme vous avez fait pour retour aux marais aux scorpions (au passage, ce bouquin est génial !), cela pourrait être assez intéressant, car un champ de créativité encore inexploré et infini s'ouvrirait à nous.

Là-dessus, je serais très surpris de savoir votre avis sur ce bouquin. Si vous ne l'avez pas lu, je vous conseille fortement de le faire.
Répondre
#2
Je ne connais pas ce bouquin et j'imagine qu'il doit être très difficile à trouver désormais.
Au début de la Revanche du Vampire, dans le monastère, il me semble que la aussi peuvent arriver divers évènements selon que l'on y soit depuis un jour, ou deux ou trois... Mais le procédé est beaucoup moins exploité que dans Le Prisonnier visiblement.
Répondre
#3
Ca me fait penser à la série télé éponyme.
Répondre
#4
Hum, je ne l'ai pas lu, mais Balthus avait un jour évoqué :
[ENORME SPOILER DE LA MORT]
Citation :
Un livre où il fallait impérativement tricher pour réussir, où le texte voulait qu'on regarde les paragraphes qu'on ne devrait pas regarder. Est-ce celui-là ?
[fin du spoiler]
Répondre
#5
Oui, c'est celui-là. La seule façon de gagner est de tricher (mais on ne peut le savoir qu'après avoir exploré tous les chemins, et avoir compris qu'il n'y a réellement aucune façon de s'enfuir à la loyale). ^_^
Répondre
#6
Sukumvit a écrit :selon l'heure et le jour de la semaine, il se passe toujours un évènement différent dans ces lieux, autant dire qu'il faut être au bon endroit au bon moment pour récolter les indices.

Ca m'intéresserait de savoir comment c'est géré exactement. Y'a-t-il une tonne de choix à chaque lieu, genre :
- si c'est samedi soir rendez-vous au X
- si c'est un autre soir rendez-vous au Y
- si c'est vendredi 14h30 rendez-vous au Z
- sinon rendez-vous au W

Ou est-ce un autre système (là je vois pas trop). Ca m'interesse car ça pourrait me servir pour Merlin. J'attends ta réponse, merci Smile .
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#7
Le bouquin tient uniquement sur un plan qui se trouve au § 1 (tu sais, un plan où il y a à coté du lieu le § où on doit se rendre, je ne sais pas si ça porte un nom), et il n'y a que 17 lieux à visiter pour 448 §.

A coté de la feuille d'aventure, il y a un semainier, un tableau de 14 lignes et de 7 colonnes (sans compter celles tout en haut et à gauche qui sont déjà remplis comme dans tous les tableaux, mis ça non plus, je ne sais pas comment ça s'appelle), chaque colonne pour une journée et chaque ligne par tranche d'une heure (ex : 8-9, 9-10, etc.), cela va de 8 h à 22h. Parfois, à coté d'un numéro de paragraphe, il y a entre parenthèse un nombre d'heures (allant de 1 à 3) indiquant le nombre d'heures qu'on passe à ce §.

Certains lieux, comme l'administration, la bibliothèque ou le restaurant ne sont logiquement ouverts qu'à certaines heures de la journée et on y fait toujours la même chose (en dehors de ces heures, on, peut s'infiltrer, à condition de trouver la pince et la corde, assez bien cachées), mais dans les autres lieux : la place des fleurs, les 4 bâtiments, le bazar, le complexe sportif, les 4 jardins, ce qu'il s'y passe est différent selon l'heure où l'on s'y trouve. Le § où l'on s'y rend est composé d'un tableau indentique au semainier, mais avec dans chaque cas un § où l'on doit se rendre selon l'heure et la journée à laquelle on se trouve.
Bien sûir, il n'y a pas un § différent par case, prenons le jardin vert : toutes les cases de 14h à 18h du lundi au dimanche mènent au 270, qui nous envoie à la rencontre du jardinier, qui y travaille tous les après-midi.
Tout est parfaitement logique, et on doit mener l'investigation avec intelligence (ne pas se rendre à la salle de spectacle en matinée, par exemple, ne pas rendre visite au vieux à l'heure de la sieste, etc.).

Ce système donne une jouabilité totale et est absolument génial.
Cela dit, si tu veux en savoir plus, je peux te le prêter en te l'envoyant par courrier, ça ne me pose pas de problème.

Je n'ai pas vraiment regardé (j'ai survolé) en quoi consistait ton projet, mais je m'y plongerais quand je trouverais le temps.

En ce qui me concerne, je trouve toujours intéressante cette idée d'AVH en huis clos. Ca pourrait être un truc délirant (à la Brennan par exemple) ou au contraire quelque chose de très sombre (genre le procès de Kafka, qui je crois serait tout à fait adapable et très intéressant à faire). Ce serait une AVH à l'échelle d'une ville qui peut être exploré à toute heure (le lecteur choisirait ses temps de sommeil, de nourriture, de loisir et d'investigation, car il y aurait bien sûr une intrigue principale) On vivrait le quotidien de plus en plus horrible de Joseph K. On se sentirait vraiment dans la peau du héros toute la journée, avec des systèmes de quêtes et de fausse piste suivant les lieux (un homme qui nous donne rendez-vous à un certain endroit, à une certaine heure, etc.), cela me paraît ambitieux, mais demande surtout une organisation géniale. Mais je crois que c'est faisable.
Répondre
#8
Merci beaucoup Sukumvit Tongue .

Effectivement ça à l'air bien pensé (un plan à la L*A ? L'autre c'est un planning/calendrier je pense...). M'envoyer le livre ne sera pas nécessaire, merci quand même. Par contre, je ne serais pas contre un petit scan/photo du plan et du tableau (^.^), vois ce que tu peux faire...

Quand à ton "projet" de faire le même en couleur, ça me parait effectivement faisable, mais avec des gens sérieux Rolleyes (je balance moi Mrgreen !)
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#9
Je t'enverrais un mail dans les jours qui viennent. Engueule moi si je ne le fais pas, en général ça marche.

Au sujet du projet, je n'ai pas le temps de me lancer dans une telle aventure, ce serait être fou furieux avec mon emploi du temps (et ma facilité au surmenage), c'est une idée que je balance comme ça, dans l'espoir que quelqu'un la saisisse au vol. Un jour, peut-être que je tenterais de réunir un groupe de 4 ou 5 petits moussaillons motivés. Mais ce n'est pas pour aujourd'hui, je garde cependant l'idée sous le coude.
Répondre
#10
Etant un véritable fan des OTP torueux et abominablement difficiles, je meure d'envie de lire ce bouquin. Mais, j'ai beau chercher les quatres coins d'internet, il est introuvable !
Existe-t-il un scan du livre ? Si oui et si quelqu'un le possède pourrait-il me le passer ?
Merci énormément ! Big Grin
Répondre
#11
Attention, il ne s'agit pas d'un OTP tortueux. Il n'existe réellement aucune solution loyale. La seule façon de gagner est de perdre patience et de lire tous les paragraphes de l'aventure. On découvre ainsi trois orphelins, où rien ne mène, qui contiennent la solution du livre.
Répondre
#12
Et où est l'intérêt d'un tel livre?
C'est juste pour se prendre la tête?Neutre
Adieu vieux frère, ton nom sera à jamais gravé dans mon coeur. Repose en paix.
~ Force et Honneur.. ~
Répondre
#13
A priori, ça a l'air très inspiré (adapté ?) de la cultissime série des sixties Le Prisonnier. Logique que la forme soit aussi... bizarre que le fond.
Répondre
#14
Je suis un peu mitigé sur ce livre. J'aurais préféré qu'il soit plus conventionnel finalement. Ce qui me gêne un peu, c'est de l'avoir épluché systématiquement secteur par secteur en regardant chaque numéro de paragraphe différent des précédents. J'ai trouvé ça très répétitif et assez soulant car il ne se passe pas grand chose.

Je pense qu'avec plus de PNJ, plus d'imagination et plus de paragraphes, on aurait pu trouver un système pour le finir à la loyale, comme par exemple avec des mots-clés ou des paragraphes cachés (rajouter + 20 au § quand vous serez à tel lieu à tel heure, etc...), ou un système comme celui de "Rendez-vous avec la Mort" de S.Jackson.

Au final, je me suis dit qu'il y avait un énorme potentiel, pas forcément bien exploité.

Egalement, en voulant le faire loyalement, il m'a semblé qu'il y avait un bug pour obtenir une carte de travail, afin d'obtenir de l'argent pour s'acheter des objets. A vérifier...
Répondre
#15
Ce livre (qui est parfaitement autonome et ne s'insère dans la série Missions Spéciales que via un petit artifice qui consiste à le présenter comme une punition infligée pour un échec lors d'une mission précédente) a été conçu comme un véritable casse-tête et s'avère, en tant que tel, une incontestable réussite. Jamais je n'avais ressenti, depuis le labyrinthe du Sorcier de la Montagne de Feu où je m'étais égaré pendant des jours quand j'avais 10 ans, une telle exaltation en découvrant le chemin tortueux et vicieux menant à la sortie... Pierre Rosenthal a commis peu de LVDH mais a toujours soigné la jouabilité, qui atteint ici un apex. Le lecteur ne se sent nullement guidé ou contraint dans ses choix par l'arbitraire de l'auteur : tout s'enchaîne parfaitement, avec une logique implacable et mystérieuse qui s'inspire fortement de la série TV éponyme. Rosenthal avait déja écrit Perceval le Gallois, qui contient un merveilleux système de simulation des joutes médiévales. Il est très dommage qu'il n'ait pas écrit davantage de LVDH car il n'a jamais rien écrit d'inintéressant (y compris dans Casus Belli) ; si Gallimard l'avait sollicité et lui avait donné l'opportunité de pleinement s'exprimer, je pense qu'il aurait pu nous donner quelque chose d'incroyable. Je considère Pierre Rosenthal comme le meilleur auteur de LVDH, par sa capacité à inventer des mécanismes totalement jouables qui renouvellent le concept.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)