Proposition à Gallimard de la traduction du DF59
#1
Voilà le courrier que j'envoie aujourd'ui même à la sieuse Isabelle Stoufflet, qui dirige la collection « Un livre dont vous êtes le héros » chez Galliplouf :

(Je vous passe les formules de politesse initiale et finale)

Citation :J'ai découvert avec un certain plaisir dans le catalogue Gallimard les rééditions des « Livres dont vous êtes le héros » qui avaient bercé ma jeunesse. Nouvelle présentation, nouvelle numérotations des tomes, et surtout un nouvel opus : L'Œil d'émeraude de Ian Livingstone. Ce petit livre m'a captivé et rappelé, l'espace de quelques heures nostalgiques, le plaisir du jeu.

Comme vous le savez, il existe sur la toile francophone une petite communauté d'amateurs de livres-jeux, nostalgiques aussi bien que nouveaux lecteurs. Ils parlent depuis beau temps des gamebooks anglais qui n'avaient pas été traduits en français. Pour ce qui est de la seule série « Défis fantastiques » (fighting fantasy), il y avait Curse of the mummy (J. Green), Eye of the dragon (I. Livingstone), et bientôt Howl of the werewolf, dont la parution en Angleterre est prochaine. L'Œil d'émeraude, traduction nouvelle, marque un retour en grâce du livre-jeu dans l'hexagone et, je le suppose, est l'indice que « Folio junior » fera paraître de nouveaux titres encore inédits en français.

C'est ce qui motive cette lettre. Je m'étais procuré il y a quelques années auprès d'un libraire canadien un exemplaire de Curse of the mummy de Jonathan Green (« Défis fantastiques » n°59, la fameuse série frappée d'un bouclier rouge). J'en avais traduit de longs passages par plaisir personnel et pour une lecture plus fluide. Cette traduction, brute et réalisée par un non professionnel, je l'ai toujours. Pourquoi ne pas vous la soumettre ? Je suppose en effet que, si votre maison poursuit son travail d'édition de la série « Défis fantastiques », ce titre devrait logiquement être l'un des prochains sous presse.

Enseignant la langue de Corneille et non celle de Shakespeare, je ne prétends pas rivaliser avec un traducteur de métier. C'est sans prétention aucune que je vous soumets l'introduction de cet ouvrage traduit par mes soins (ci-joint). Vous vous rendrez aisément compte que les mots ou le rythme des phrases s'éloignent par moment du texte anglais, mais sans jamais le trahir. Ce choix s'explique par le constat que, dans les livres-jeux que j'ai tant aimé enfant, on osait ne pas rester esclave du texte de base, exactement de la manière que je viens de décrire. Je pense notamment au Château des âmes damnées, ou aux Défis sanglants sur l'océan (séries « Dragon d'or » et « Défis fantastiques »).

Notez la petite perfidie finale Mrgreen
Répondre
#2
Ce n'est pas justement Gallimard qui t'avait sommé de retirer cette même traduction de ton site Web voilà quelques années sous peine d'encourir des poursuites judiciaires ? Je veux bien être optimiste, mais ça m'étonnerait franchement qu'ils acceptent ta proposition. ^_^
Répondre
#3
La pratique consistant à recruter des traducteurs parmis les méchant fans criminels qui traduisent illégalement des oeuvres sans en avoir les droits commence à avoir cours chez les editeurs de manga, donc pourquoi pas chez Gallimard pour les ldvelh. Depuis l'époque où ils ont demandé le retrait de la Malédiction de la Momie du net, ils ont peut être été amené a revoir leur politique, même si ca me parait peu probable Confus.
Après tout ya que les cons qui changent pas d'avis, surtout quand beaucoup de choses changent autours d'eux. Reste à savoir si Gallimard sont des cons LOL (je crois que beacoup déjà ont une idée de la réponse à cette question LOL )
Répondre
#4
C'est une très bonne initative, dagonides.

Maintenant, je me demande de quelle manière l'équipe Gallimard peut bien prendre ta proposition. Je n'y connais rien : proposes-tu ta traduction bénévolement ? Est-elle "protégée" ? Dois-tu leur léguer des quelconques "droits"?

Je me demande si les éditeurs ne sont pas obligés d'être extrémement prudents avec ce genre de choses. Par exemple, est-ce qu'ils peuvent prendre le risque d'accepter ton offre telle quelle, en sachant que dans ta position, quelqu'un de maveillant pourrait ensuite demander à être rémunéré, voire intenter un procès ou je ne sais quoi ?
De la même façon : le contrat qu'ils ont avec FF stipule peut-être que la traduction doit être faite par un trouducteur "maison"...

Quoi qu'il arrive, je croise les doigts pour toi. En espérant que si ça passe, une brèche s'ouvre et permette d'accélerer grandement les choses...
Répondre
#5
ah ben oui, genre :
" hello les éditeurs, en fait, j'ai aussi quelques LDVELH fait maison en poche, vous voulez pas les voir au passage ?"

mais on verra bien
Répondre
#6
Je pensais plutôt à un truc du genre : "Ouais, salut les mecs : si vous tendez les bras aux traductions bénévoles, eh ben on va vous envoyer le bois ! Bloodbones et le Hurlement du Loup-Garou ; et puis les Loups Solitaires qui vont paraître ; et puis les Destins non-sortis ; et puis les tomes manquants d'Histoire ; et puis on va aussi traduire les autres tomes de l'Epervier, hein ; et même écrire la fin des Métamorphose, et des Voies du Tigre pendant qu'on y est ! Tout ça bé-né-vo-le-ment ! Juste pour que brûle à nouveau le flambeau des Livres-Dont-Vous-Êtes-le-Héros !! Eh ouais ! Et on peut même vous donner des conseils bénévoles pour re-designer toutes les couvertures (au hasard : comme avant)"


Ce serait cool, hein ?





Mouais...
Et en même temps, je sais pas pourquoi, j'ai l'impression d'être dans le délire le plus complet...
Répondre
#7
Qui parle de bénévolat ? Mrgreen

En l'occurence, il y a de fortes chances que Gallimard ne se préoccupe pas de ce livre pour le moment, et donc pour que la réponse soit un refus. Mais j'essaie tout de même.

Quant à prendre l'avis des fans pour la direction des séries, je crois que c'est encore un doux rêve...
Répondre
#8
J'espère de tout coeur que ton initiative aboutira Dagonides, mais j'ai de sérieux doutes, pour les raisons énoncées par Oiseau....... Confus Mais il fallait essayer. Wink
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre
#9
Dagonides a écrit :Ils parlent depuis beau temps des gamebooks anglais qui n'avaient pas été traduits en français. Pour ce qui est de la seule série « Défis fantastiques » (fighting fantasy), il y avait Curse of the mummy (J. Green), Eye of the dragon (I. Livingstone), et bientôt Howl of the werewolf, dont la parution en Angleterre est prochaine.

Comme l'a mentionné Mad Martigan, il y a Bloodbones aussi ! Faut bien leur rappeler de le traduire, celui-là !
Répondre
#10
Des nouvelles ? Bonne initiative en tout cas !
Répondre
#11
Alors, ça s'est terminé comment cette histoire de traduction proposée à Galliplouf ?


Répondre
#12
Aucune nouvelle. Silence total.
Répondre
#13
Hum... Es-tu bien sûr de ton info concernant Isabelle Stoufflet ?

Parce que je lui ai moi aussi envoyé un mail ( demandant si les traduc' de Bloodbones et Curse of the Mummy étaient à l'ordre du jour) et je n'ai reçu aucune réponse.Sad


Répondre
#14
C'est son nom qui m'a été indiqué par une des employées du service à la question de savoir qui s'occupait de la collection « Un livre dont vous êtes le héros ». On m'a indiqué les coordonnéessuivantes pour la joindre :

Isabelle Stoufflet
Service littérature
Gallimard jeunesse
5 rue Sébastien-Bottin
75328 PARIS - CEDEX 07
01 49 54 43 09

Je n'ai pas pris la peine de chercher l'e-mail. D'après ton expérience et la mienne, il semblerait que les courriers... heu... ne déclenchent pas un enthousiasme excessif ni une fièvre de réponse, au service littérature.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)