AU PAYS DES DRAGONS (Voyageur Solitaire)
#1
Premières impressions, à infirmer ou confirmer

Elle est là. Enfin. Les mains tremblantes d'excitation, on découvre la boîte de laque noire, massive, frappée d'un dragon à l'or fin. Fébrile, on ouvre : parfum d'encens, doux toucher de la soie épaisse... Délicatement, on tourne les pages... C'est parti.

C'est du lourd. Plus de 900 paragraphes et un travail de plusieurs années. Prendre la suite de la mythique quête du Prêtre Jean, c'est le scénario casse-gueule assuré diront certains. L'ami Ashim, négligeant ces oiseaux de mauvaise augure, relève ses manches et le défi. Alors, qu'en est-il ?

L'introduction est longue, riche et intéressante, parfaite pour ceux qui ne connaitraient pas encore cette saga et elle plaira également aux vieux routards du Prêtre Jean. Une sorte de synthèse, de résumé, fort utile.
Le formidable travail de recherche et d'érudition de l'auteur est à saluer et bien bas, c'est indéniable. Un truc de fous, qui donne le tournis, une masse colossale d'informations, de données, de détails, qui force le respect.
J'ai beaucoup apprécié un certain humour qui, distillé par petites pointes ici et là, pimente agréablement la personnalité du Prêtre Jean. Bravo pour certains noms comme Houd Ini ou la rivière Kouaï... J'ai tilté sur "vous êtes donc un voyageur, plutôt solitaire même" (je n'ai plus la phrase exacte en tête). Si c'est une allusion à ma modeste personne, j'en suis flatté. Si ce n'est pas une allusion à ma modeste personne, c'est que je me la pète un peu trop... Un passage où l'on manque être renversé par un char ne serait-il pas un clin d'oeil à un passage de La cité des voleurs ?
Pas mal de combats sont enrichis de manière bienvenue, comme celui dans le quartier des teinturiers, avec les spadassins qui se cachent derrière les tissus déployés par exemple. On a l'impression que l'on va s'empêtrer dans ces grands tissus qui pendent ici et là, se prendre les pieds dedans, j'ai beaucoup aimé cette idée. Certains adversaires sont originaux comme la femme à l'éventail de fer que l'on voit bien en chef de société secrète ou d'une guilde d'assassins. La remarque sur la lame en acier du héros alors que les chinois de l'époque n'utilisaient que le bronze ou le cuivre est une sacrée trouvaille, là franchement, chapeau bas, fallait y penser !
On voyage beaucoup, en compagnie ou seul, les itinéraires sont variés, tout comme les endroits traversés. C'est donc riche, complexe, fourni.

Mais...
Deux problèmes majeurs m'apparaissent et qui sont liés : une trop grande somme d'informations et la façon dont elles sont amenées.
Par moments, on discute simplement avec un marchand ou des compagnons de voyage et on a l'impression que nos interlocuteurs nous récitent La Chine du VI ème siècle pour les nuls en 12 volumes... On a un paragraphe très long, trop long, on se prend en pleine figure une masse de données, d'informations presque encyclopédiques que je n'ai pu m'empêcher de trouver fastidieuses au bout d'un moment. On a l'impression que notre interlocuteur nous récite du "par coeur", la façon dont on reçoit ces détails n'est pas assez vivante, je trouve. Et par moments, ça prend trop le pas sur le plaisir, l'aventure, le côté ludique de l'avh. Le contraste me parait trop grand entre des paragraphes de longueur moyenne, denses et dynamiques et des paragraphes fleuve où on a l'impression de passer à un roman.

Autre bémol, un manque d'immersion par moments. Je m'explique : on a pas grand-chose sur ce que ressent notre personnage, surtout en ville. Certes, le Prêtre Jean a pas mal bourlingué maintenant et même à travers le temps. Il n'empêche qu'on a souvent l'impression qu'il traverse certains endroits en spectateur, en figurant. J'aurais beaucoup plus exploité des endroits comme les marchés, par exemple :
"Vous caressez d'une main curieuse les rouleaux de soie et les épais brocarts d'un étal. Tant de couleurs, d'odeurs et de parfums ! Quel contraste avec le silence des grands espaces traversés jusqu'ici ! Les sens sollicités de tous côtés, vous déambulez à travers la foule, levant les yeux vers les remparts où claque la soie safran des étendards. Perdu dans votre rêverie, vous n'avez que le temps de vous garer pour éviter le passage d'un lourd chariot de bronze qui manque vous renverser..."
Malheureusement, on a souvent :"vous passez devant tel étal. Vous prenez telle rue. Vous voilà à tel endroit." Du coup, j'ai eu beaucoup de mal à m'approprier le personnage, que j'ai plus vu comme un personnage extérieur à moi-même et dont je suivrais les aventures en spectateur. Le fait d'interpeller fréquemment le lecteur (qu'allez-vous faire maintenant, Prêtre Jean ? Quel sera votre choix, Prêtre Jean ?) ne fait qu'accentuer cette impression. Pour résumer, disons que j'aurais apprécié un personnage plus... "impliqué" dans l'histoire, quelques remarques sur ce qu'il ressent, comment il perçoit ce qui l'entoure, ses impressions, ses sentiments...

Pour finir, un doute (pour chipoter). Le passage de la colline avec les tigres. Une colline couverte de pins et nimbée de brumes. Sauf erreur de ma part, je vois plus un tigre dans un paysage de mangrove, de forêt tropicale et d'étendues d'eau stagnantes, comme en Inde ou au Pakistan. Une forêt de pins me paraît trop "nordique" pour notre fauve rayé (à moins d'un tigre de Mandchourie ou d'un tigre de l'Amour ?) A vérifier, c'est juste une supposition de ma part.

Mes bémols peuvent paraître un peu durs, mais ils ne doivent certainement pas occulter tout le reste, c'est à dire le formidable travail accompli pour écrire cette AVH et qui, encore une fois, force le respect. Il n'y a nullement à rougir de cette suite dans laquelle le Prêtre Jean n'aurait pas hésité à inscrire la trace de ses pas, assurément.
Je dirais au final que le fond est (très) solide mais que la forme pourrait mieux amener et mieux mettre en valeur le formidable travail effectué en amont.

En tous cas, bravo et merci pour avoir relevé le défi et nous avoir proposé cette histoire ! 10 000 ans de bonheur pour Ashimbabbar, digne Fils du Ciel et Chevaucheur du Dragon !
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#2
Merci beaucoup pour ces premières impressions VS !
 
Heh ! Comme je l’annonce en intro, jeux de mots headliniens et allusions seront servies à la pelle… j’ai eu cinq ans pour en accumuler des stocks… et naturellement
Show ContentSpoiler:
en est une ( J’avais bien parlé de l’amulette de l’Oiseau dans le Sindbad, alors quoi ).
 
Je l’admets, les marchands nous en servent peut-être quelque peu une louche, mais ce n’est pas totalement injustifié : ils vont dans un pays qu’ils n’aiment pas et ont l’occasion de le traîner dans la boue devant un étranger, alors ils en profitent. Il faut bien qu’ils fassent quelque chose pour se désennuyer…
 
Pour le marché, je croyais l’avoir travaillé et voilà que tu me montres que j’étais loin du compte !  Je déprime…  Sad ( non, je plaisante là. Mais c’est le genre de chose qui montre qu’un travail collectif comme celui qui a créé les volumes originaux aurait peut-être mieux réussi ).
 
Par contre, pour les collines qui entourent le T’aï Chan il me semble avoir respecté mes sources ( l'anedote des gens qui se réfugient là pour fuir la tyrannie vient de la vie de Confucius ) et puis un paysage de pins avec des écharpes de brume, ça fait chinois ! Mrgreen
 
 
J’espère que la suite de cette AVH ne déméritera pas à tes yeux…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#3
Pour l'instant, je n'ai pas commencé à lire l'histoire. Je me suis familiarisé avec les règles. or il  ya certains détails que je ne comprends pas.
A part pouvoir relancer un dé, à quoi servent les points de sauvegarde? Si on décède au cours d'un combat, est ce qu'un point de sauvegarde permet de nous ramener à la vie?
-Sur la Force au départ, je ne pense pas aller très loin, je viens de tirer 3 en faisant la somme des deux dés ce qui donne une force de 9. Le fait de lancer deux dés me fait craindre le pire sur l'équilibrage du gameplay. Mais je vérifierai cette hypothèse en jouant réellement. Par contre, pourquoi mettre 18 si on obtient 17 et 20 si on obtient 18? Je n'ai pas compris.
-obtenir un 2 ou 12 sur le lancer des ennemis nous tue automatiquement. Pourquoi avoir crée un jugement de Dieu alors que le perso principal est un prêtre? Avoir cette capacité comme aide, soit mais comme malus, je trouve ca incongru. cela donne 10% de chance d'être tué à chaque lancer de dé. Ca risque d'arriver plus d'une fois.
-Enfin je ne pige pas à quoi servent également les points de mérite étant donné que ce sont les points de sauvegarde qui changent selon l'opinion que Dieu a de nous.
Répondre
#4
(13/11/2015, 17:22)titipolo a écrit : Pour l'instant, je n'ai pas commencé à lire l'histoire. Je me suis familiarisé avec les règles. or il  ya certains détails que je ne comprends pas.
A part pouvoir relancer un dé, à quoi servent les points de sauvegarde?
...
-obtenir un 2 ou 12 sur le lancer des ennemis nous tue automatiquement. Pourquoi avoir crée un jugement de Dieu alors que le perso principal est un prêtre? Avoir cette capacité comme aide, soit mais comme malus, je trouve ca incongru. cela donne 10% de chance d'être tué à chaque lancer de dé. Ca risque d'arriver plus d'une fois.

Le jugement de Dieu est une règle de la série originale (c'est 3% de chances de mourir par contre, pas 10 %, et c'est déjà beaucoup trop comme ça ^^), ce qui est probablement la raison pour laquelle Ashim l'a gardé.
Quant aux points de sauvegarde, je pense que c'est justement leur intérêt principal : permettre d'éviter un Jugement de Dieu.

Sinon oui, ce mat systématique à chaque tour de combat est effectivement complètement déséquilibré (même si je comprends l'intérêt de l'idée qui est de rendre tout combat potentiellement mortel et de ne pas les prendre à la légère), mais il faut aller se plaindre à l'auteur initial de la série pour ça !
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#5
Akka a tout dit, je me borne à confirmer: le Jugement de Dieu fait partie des règles originales, tout comme la création du perso en lançant 2 dés et les augmentations à la Force.

Ce qui m'ennuie un peu, c'est que j'avais voulu être clair et donnant les règles pour ceux qui découvriraient la série, or tes questions montrent que je ne l'ai pas été ?
De mémoire, "J'admets que le système est très mal pensé mais c'est celui de la série"; pour le Jugement de Dieu je me suis fendu de tout un passage "Philosophie du combat dans la série et autres considérations"…

J'ai également précisé qu'il vaudrait mieux utiliser 1 SAUVEGARDE pour relancer si on obtenait une Force en-dessous de 13, mais si tu veux essayer avec une Force de 9 c'est entièrement ton droit, bien entendu.

Tout à fait, l'utilité principale des SAUVEGARDES est justement de relancer un jet de dé qui nous tuerait… je croyais avoir été clair mais s'il y a ambigüité il faudra peut-être que je rédige une nouvelle version ?

Quant au MERITE, eh bien tu verras à quoi ça correspond si tu arrives au passage où il est pris en compte !
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#6
Je ne pense pas que ce n'était pas clair. c'est moi qui ai surtout du mal avec les règles des avh. Mais dans l'ensemble, je trouve qu'elles sont plutôt bien expliquées. Seul l'histoire des sauvegarde me parait confuse.peut être que mettre un exemple dans les règles n'aurait pas été de trop.
9 en force, c'est juste pour respecter le lancer de dés que j'ai tiré au départ. j'espère néanmoins commencer l'aventure dés demain. Sinon je ne comprends pas comment on arrive à 3% de chances de mourir. les sommes possibles pour les deux dés sont: 2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12
Donc la probabilité d'obtenir un 2 quand on affronte un ennemi ou un 12 quand c'est une vermine, cela donne 1 chance sur 10 de mourir soit 10% ou alors il  y a un truc qui m'a échappé.
Répondre
#7
(14/11/2015, 01:04)titipolo a écrit : Sinon je ne comprends pas comment on arrive à 3% de chances de mourir. les sommes possibles pour les deux dés sont: 2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12
Donc la probabilité d'obtenir un 2 quand on affronte un ennemi ou un 12 quand c'est une vermine, cela donne 1 chance sur 10 de mourir soit 10% ou alors il  y a un truc qui m'a échappé.

Les chances d'obtenir les différents résultats ne sont pas équiprobables : pour obtenir 2, tu dois obligatoirement obtenir 1 avec chaque dé (donc 1 chance sur 6 fois 1 chance sur 6 : une chance sur 36, un peu moins de 3 %). Pour obtenir 3, tu peux soit obtenir 1 sur le premier dé et 2 sur le second, soit l'inverse : deux possibilités au lieu d'une, donc deux fois plus de chances (1 chance sur 18). Et ainsi de suite, plus on se rapproche de la moyenne, plus on a de chances d'obtenir le résultat.

Un article sur les probabilités et les lancers de dés sur Wikipédia.
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#8
(14/11/2015, 01:04)titipolo a écrit : Je ne pense pas que ce n'était pas clair. c'est moi qui ai surtout du mal avec les règles des avh. Mais dans l'ensemble, je trouve qu'elles sont plutôt bien expliquées. Seul l'histoire des sauvegarde me parait confuse.peut être que mettre un exemple dans les règles n'aurait pas été de trop.
9 en force, c'est juste pour respecter le lancer de dés que j'ai tiré au départ. j'espère néanmoins commencer l'aventure dés demain. 

OK, un truc du style Le Prêtre Jean affronte un ennemi, celui-ci tire un 2 ! Le lecteur utilise une de ses deux sauvegardes et relance, l'ennemi obtient un 4.
Après différentes aventures, le Prêtre Jean n'a plus que 6 points de Vie et, manque de chance, il doit en perdre l'équivalent de 2 dés ! Le résultat est de 8 ! Le lecteur utilise sa dernière Sauvegarde et relance - c'est un 11… jamais le Prêtre Jean ne verra Shangri-La. ?

Bonne chance !
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#9
Akka: Bien vu, j'avais oublié que l'equiprobabilité ne s'applique que lorsqu'il n'y a qu'un dé.

Sinon je viens d'achever ma courte vie au 398. Avec un 9 en force, je sentais que je n'allais pas aller loin mais à défaut d'avoir un résultat aléatoire, je me suis dit que pour le début, tout était réalisable. Rien n'y fait, l’inventeur n'a absolument pas pris en compte ce déséquilibre ce qui est déjà un mauvais point. Je sais qu'Ashimbabbar n'y est pour rien et n'a fait que suivre le concept autant dire que la proposition d'accorder au moins un 14 en force est plus raisonnable. mais même 14, ce n'est finalement pas assez pour un ennemi de telle envergure. 8 points de force d'écart, inutile de préciser que le dragon m'a touché à chaque coup et que mes deux points de sauvegarde ont fondu comme neige au soleil.

Sinon bien que j'ai lu peu jusqu’à maintenant, je trouve pour le moment le style agréable et fluide.

Le plus gênant, c'est le fait de devoir trouver à tout prix une explication pour chaque évènement passé de manière à rendre l'aventure cohérente. Soit, c'est un principe louable. Le problème ,c'est que le concept de l'aventure lui-même ne le permet pas. D'une part, le voyage dans le temps où l'on revient dans l'antiquité égyptienne ou le fait d'arrêter de vieillir en étant enfermé dans un bloc de glace suffit déjà à briser cette crédibilité. Autant donc se dire qu'à défaut d'avoir une histoire réaliste, il vaut mieux accepter ces évènements qui s'écartent certes de la réalité, pas la peine de chercher des explications pour que cela fasse plus crédible. Personnellement, je n'ai pas trouvé ça gênant, ce n'est qu'un livre. D'autre part, je trouve que les explications sont parfois peu logiques elles-mêmes. Je pense à l'exemple ou le pauvre Jean n'a plus qu'un ou deux points de vie et que sa mort s'explique par un arrêt cardiaque en plus de l'agonie. L'agonie elle-même suffisait. Il est évident qu'avec aussi peu de points de vie, seul un jugement de Dieu favorable peut nous sauver. L'autre exemple, c'est la mine de diamant de Salomon. Même si elle n'a jamais existé, l'histoire aurait à mon avis été altérée si cela avait été le cas. Parce que Salomon serait devenu un roi trés riche. Et donc, soit cette mine aurait fait l'objet de convoitise de la part des royaumes voisins et il aurait subi des attaques incessantes. Soit avec autant d'or, il recrute une armée pour se lancer dans un désir de conquête (à son époque, ces deux évènements étaient courants).

Bref, je vais mettre plusieurs jours pour lire et jouer l'aventure car 900 paragraphes, c'est du lourd. Je ferais donc d'ici quelques jours un feed davantage centré sur l"histoire. Mais je ne garantis pas de jouer le jeu jusqu'au bout. parce que même avec un 14 ou un 15, le prêtre Jean n'est pas de taille pour faire face à un dragon.

Au passage, je suis désolé mais je ne pourrai pas lire les tomes précédents,ca fait beaucoup trop même si c'est interessant.
Répondre
#10
Avec 9 en Force, charger un dragon ? Là tu m'impressionnes, je ne regrette pas de t'avoir connu Mrgreen


Eh oui, je cherche la cohérence et des règles fixes même dans un univers fantastique; que ces règles soient fantastiques mais qu'elles soient.

Pour le coup de l'attaque cardiaque, c'était une simple allusion au système présent dans de très nombreux livres-jeux dont celui-ci: à 1 point de Vie le héros combat, court et saute partout en pleine forme, à 0 raide tué y compris par une blessure à 1 point de Vie… J'accepte personnellement ce système dans l'intérêt de la jouabilité mais sans y adhérer intellectuellement plus que ça; disons que je donnais un prétexte pour l'accepter à ceux qui auraient renâclé devant.

Re Salomon, ce n'est bien sûr qu'un détail, mais il n'était le roi que d'un petit royaume avec une population mobilisable limitée; s'il s'était mis à faire trop le malin il n'aurait pas eu les moyens de ses ambitions et les poids lourds de la région, l'Egypte au sud, Damas à l'est et il me semble déjà l'Assyrie en arrière-plan lui auraient confisqué diamants et royaume, ça aurait vite fini ( quant à engager des mercenaires, il y a des limites à leur nombre et surtout à leur fiabilité ). Il était bien trop sage pour s'y essayer…

Prends tout le temps nécessaire pour faire cette AVH ( en tout cas aussi longtemps que ça t'amusera de la faire )… et meilleure chance pour ton prochain tirage de Force !
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#11
En m’attribuant 15 points de force, la vie de ce pauvre prêtre Jean s’est achevée au 923 suite à un mauvais lancer de dés. Dés lors, j’ai continué à jouer sans plus utiliser les dés ce qui n’est pas bon signe. Voici pour le moment la suite du feed.
J’ai du mal à qualifier cette avh tellement je suis mitigé sur le global et sur la difficulté que j’éprouve à la cerner. Par ailleurs, j’ai une opinion très contradictoire sur les éléments car les qualités sont aussi des défauts.
Pour raconter l’histoire de mon malheureux personnage :
Show ContentSpoiler:


Maintenant voici THE QUESTION : quel feedback porter sur cette avh ?
Comme expliqué plus haut, mon opinion est contradictoire sur les éléments.

Au niveau des points positifs :
Il y a deux éléments unilatéraux, c’est-à-dire qui restent des qualités pures et dures incontestables :
-Le sérieux et l’implication d’Ashimbabbar : Déjà l’avh fait 933 paragraphes ce qui est vraiment du lourd. Par ailleurs, on voit qu’il s’est renseigné sur la Chine, s’efforçant de rendre l’histoire réaliste.
-Le style qui reste fluide et agréable et les règles interessantes

Maintenant sur les autres qualités mais que l’on retrouve aussi dans les défauts :
-Le scénario : Il s’agit d’une quête originale qui suit la saga du prêtre Jean qui recherche une terre sacrée. Cette avh faut donc penser à la série de Loup solitaire où les livres se succèdent chronologiquement avec le même personnage. Ce n’est pas une mauvaise idée d’autant plus que le titre est mystérieux (même si au départ, je m’attendais à une histoire avec Spyro où l’on rencontrerait plein de dragons gentils et méchants Mrgreen ). On voit que l’introduction est travaillée et on est plongé de suite dans l’histoire. La ville de Lo-Yang est d’ailleurs très intéressante et j’ai pris plaisir à parcourir dans cette ville. De plus, les rumeurs qui nous donnent accés à des mots de passe nous font vivre des aventures supplémentaires dans cette même ville, ce qui est à mon sens le gros point fort de l’avh.
-Il  y a beaucoup de choix proposés.
-Le charisme de certains personnages comme le ministre dans la ville de Lo-Yang ou le magicien que l’on rencontre si on a acquis le mot « blanc » avec ses options et ses mini-jeux.
-La jouabilité : les ennemis ayant dans l’ensemble maximum 9 en force, les combats sont assez simples.

Maintenant au niveau des défauts, ce sont les mêmes que les qualités :
-La jouabilité : Pour moi, le fait d’être privé de l’œil magique parce qu’on n’a pas fait toutes les aventures est la plus grande erreur du principe du livre. Le fait de ne pas l’avoir nous met dans des situations délicates. On a donc affaire à des combats avec des ennemis comme les striges qui non seulement ont 14 en force mais qui sont en plus au nombre de 24. En plus, le combat est très particulier et totalement défavorable au prêtre Jean (je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler). 24 !!!
C’est injouable à la loyale, totalement démesuré. Tout ca pour quoi ? Pour tomber sur d’autres pièges tout aussi aléatoire et récolter comme récompense quelques misérables pièces d’or. Et encore, j’ai vu mieux à Lo-yang lors d’un combat contre un magicien : 24 épées avec une force de 15.
Sans compter les combats, il semblerait qu’il y  aie un certain nombre de pfa qui sanctionnent des échecs aux lancers de dés. En gros l’avh me parait injouable. Surtout que le jugement de dieu (même si on n’a que 3% de chances de le subir) n’est pas un bon point (mais Ashimbabbar n’en est pas l’inventeur).
-Les choix dépendent souvent des dés
-Le charisme des personnages : A part ceux que j’ai cité, il y a quoi ? pas grand-chose. Même le prêtre Jean me fait plus penser au curé ridicule et j’ai du mal à croire que c’est vraiment lui sur la couverture. Voici à qui il me fait penser : http://images.google.fr/imgres?imgurl=ht...IUCh3FiQ_J
-Il aurait mieux fallu encadrer la gestion des repas car souvent, il n’est pas toujours rappelé que l’on perd des points de vie si on ne mange rien.
-Les points de mérite parfois aléatoires : Je trouvais au départ cette option une bonne idée. Mais il y a des choix qui nous font perdre des points de mérite de manière injustifiée.
Show ContentSpoiler:
-Le scénario : J’ai aimé l’intro et Lo-yang…et le reste ? Hé bien je me suis ennuyé. C’est ca que je n’arrive pas à expliquer. Il manque quelque chose à cette avh. Et c’est ce manque qui gâche l’immersion. Peut être, cela est il dû comme le souligne Voyageur solitaire au Prêtre jean qui est plus spectateur qu’acteur de sa propre histoire. Je trouve que l’histoire manque d’action et de rebondissements. Le fait de parcourir tous les paragraphes obligés avec une accumulation d’informations à avaler, c’est parfois indigeste et on se perd devant tout ce ramassis d’infos. Il a donc fallu que je me replonge dans cette avh avec effort.
 
Je continue ou pas ? Bien sur, il faut lire l’avh jusqu’au bout pour en faire un jugement plus complet. Un indice pour me débloquer de cette ville de *** (que j’adorais pourtant au départ)  svp ? J’ai l’impression d’avoir parcouru tous les paragraphes dans cette ville mais je ne sais pas quoi faire.
Répondre
#12
Merci pour ton feed titipolo !

• alors pour l'indice, il est donné si tu te rends chez Hüi Ki - après tout c'est pour le rencontrer que tu es là…
Show ContentSpoiler:


• Je suis, naturellement, fort heureux de tes appréciations positives, en particulier je suis content que Lo-yang fonctionne bien et que tu aies aimé le redoutable magicien Tigre Blanc.

• pour ce qui est de ce que tu as moins Mrgreen  apprécié
. Qu'on n'aie pas l'Œil si on n'a pas fait le second tome de la saga est une donnée des règles qu'on retrouve dès le texte d'introduction à partir du 3° tome, il ne m'était pas possible de le changer.
L'idée était de récompenser, je suppose, ceux qui achetaient la série complète… eh bien moi, je récompense ceux qui ont et aiment la série, comme je le précise dans l'intro !
. Ce pauvre Hou Dini ne t'a vraiment pas plu Mrgreen  personnellement, je l'avais conçu comme un personnage grotesque plutôt qu'odieux, c'est intéressant qu'il t'ait fait cette impression. Toutefois, ou alors j'ai vraiment raté l'enchaînement quelque part, on ne perd 1 point de MÉRITE que si
Show ContentSpoiler:
Quant à la tombe où il nous envoie joyeusement, en bon commanditaire de livre-jeu, bien sûr que c'est un endroit dangereux, si ça ne l'était pas il irait lui-même, il nous le dit ! Comme ça tu sauras que même dans un livre-jeu ce n'st pas une bonne idée d'aller n'importe où Mrgreen  
Show ContentSpoiler:
. Il y a effectivement quelques morts sur de mauvais lancers ici et là, c'est aussi à ça que servent les points de SAUVEGARDE ! Plus exactement ces endroits sont conçus pour absorber de précieux points de SAUVEGARDE en cas de mauvais jet, que le héros aurait trouvé bien utiles plus loin… ( sadique, moi ?  Mrgreen  ) Ceci dit, on a quand même plus de chances de faire un bon jet qu'un mauvais…
. D'accord, 24 épées, mais on ne les affronte qu'une à la fois Mrgreen  et ce n'est nullement un combat obligatoire. Et tu es prévenu que c'est dangereux ! Là encore, il y a des périls aussi bien que des merveilles cachés au Pays des Dragons !

• Pour ce que tu dis du manque d'immersion… enfer, vous êtes déjà deux, si ça continue je vais devoir conclure que c'est effectivement un point faible sinon LE point faible de cette AVH. Vraiment, les paragraphes obligatoires de la caravane t'ont été à ce point pénibles ? Je m'étais efforcé de les rendre le plus intéressants possibles mais visiblement ça n'a pas suffi. NoGreen
J'attends la suite de ton feedback en espérant que cet aspect se sera amélioré…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#13
en outre, ça n'avait pas tilté sur le moment, mais je crois avoir été assez clair qu'après 10 points de TEMPS c'est la nuit, et qu'il faut donc ou se loger à l'auberge ou affronter les aventures et les périls qu'elle offre ?
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#14
Je me suis replongé dedans un bon moment et donc...

Le jugement de Dieu me gave profondément. Il n'est nullement question ici de jeter le bambou à l'ami Ashim, c'est une règle présente depuis le début de la saga.
Alors c'est vrai, c'est réaliste : même un guerrier éprouvé ou un redoutable magicien peut faire une faute, marcher sur une peau de banane et s'ouvrir le crâne en tombant ou se faire trucider du premier coup par un gobelin famélique... Ce sont les choses de la vie.
Mais voir notre héros préféré auquel on s'est attaché depuis le début avoir survécu à tant de périls mourir comme un con sur un simple jet de dés face à un adversaire de merde, c'est frustrant.

Sinon, je dirais que, techniquement, cette AVH force le respect. Comme certains l'ont souligné, le système des "mots de passe" permettant de débloquer de nouvelles possibilités est une sacrée trouvaille, franchement originale et qui sort du classique "et maintenant, rendez-vous au..."
Le travail de documentation et de recherche laisse pantois et nul doute que l'ami Ashim serait à l'époque sorti premier de la promotion du Phénix à l'Académie Impériale de la Forêt de Pinceaux.
La difficulté est costaud comme un canard laqué aux cinq épices et trois gingembres, mais merde, n'est pas Prêtre Jean qui veut.
J'insiste sur les touches d'humour, cyniques parfois, postées ici et là, en touches légères comme un habile coup de pinceau trempé à l'encre noire. J'ai adoré.

Mais alors, que manque-t-il ? Hé bien, je dirais qu'il manque une âme quelque part...
Certes, notre brave prêtre a bien bourlingué et pourrait écrire le Guide du Routard de la Terre Sainte, de l'Egypte pharaonique, de l'Afrique solomonienne, de Babylone revisitée et de l'Inde des sectes. Pour autant, faut-il en conclure qu'il débarque dans l'Empire du Milieu en étant blasé ? C'est malheureusement l'impression qui reste au final. On a un héros spectateur, qui semble traverser un pays qui, déjà à l'époque, était celui d'une civilisation brillante, en ayant l'air de faire ses courses... On a pas d'infos sur ce qu'on ressent, ce qu'on perçoit, ce qu'on découvre. On dirait que notre personnage est imperméable à ce qui l'entoure. J'aurais aimé le voir caresser une pièce de soie brodée, ouvrir de grands yeux devant un temple aux colonnes vermillon nimbé d'un nuage d'encens, goûter un plat inconnu dans une auberge... Tout ce que l'on apprend reste de l'ordre de l'histoire ou de l'intellect, on a rien de physique, de tactile.
Bon d'accord, c'est une AVH, pas un guide touristique ou un épisode de Pékin Express... Mais j'aurais aimé voir le Prêtre Jean avoir froid, avoir faim, s'étonner de tant de choses, respirer le parfum poudré des mandariniers au bord du fleuve ou admirer le teint lisse et nacré, frais et pulpeux comme un litchi d'une jeune beauté aux yeux noirs aperçue entre deux étals...
J'ai eu beaucoup de mal (j'ai pas réussi d'ailleurs) à m'identifier au personnage. Tout le long de l'aventure, j'ai eu l'impression de le voir en spectateur.
Après, c'est une impression toute personnelle que ne partageront pas d'autres lecteurs. J'accorde énormément d'importance au "background", au monde où se situe l'aventure, à l'immersion, souvent au détriment de l'aspect technnique (règles, combats, structure de l'AVH).
Là, je pense que c'est l'inverse. C'est techniquement impeccable et maîtrisé, mais ça manque de ressenti par moments.
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#15
Merci de ce feedback VS ! Je vois que tu as fait le tour de l’AVH.

« Premier de la promotion du Phénix à l’Académie Impériale de la Forêt de Pinceaux » - il va falloir que je me fasse graver une carte de visite avec ça  Big Grin

Donc, malgré tes points de SAUVEGARDE ( ayant défait les Adorateurs du Mal, tu en as certainement pris trois ), le Jugement de Dieu t’a finalement réglé ton compte ? Cela et ce que tu dis de la difficulté me ferait croire que j’ai peut-être exagéré un peu – il y a dans l’aventure des zones de danger, certes évitables à la relecture, mais chaudes sur le moment… Enfin, comme tu le dis, n’est pas le Prêtre Jean qui veut. Si on atteignait Shangri-La les mains dans les poches, tout le monde s’y rendrait et ça deviendrait du dernier vulgaire…

Je suis très heureux de voir que l’aspect technique de cette AVH se tient ! C’est une question qui m’a beaucoup occupé – mais je crains, vu ce que tu dis, que l’aide à l’immersion n’en ait fait les frais. Il faut croire que, étant préoccupé de bâtir et de faire fonctionner une belle mécanique, je n’ai pas pu me départir de mon point de vue de créateur extérieur à sa création…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)