AU PAYS DES DRAGONS (Voyageur Solitaire)
#46
L'erreur signalée par Sukumvit est corrigée, nouvelle version mise en ligne comme d'habitude.
Seulement, dois-je aller me pendre tout de suite ou attendre pour corriger les prochaines erreurs ? je me tâte…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#47
Ah ok. C'est une version que j'avais téléchargé dès que tu l'as mis en ligne.

Tu as raison. C'est le problème de commencer avec 20 en force. Du coup on attaque et on tue tout le monde en deux assauts, et comme à chaque fois ça marche et qu'on devient riche au dépend des autres, alors fatalement on devient un gros con, on perd sa lucidité... En fait, le sorcier m'avait battu à l'un de ses jeux, cela m'a énervé et j'ai voulu le tuer : pfa. J'aurais dû réfléchir. Alors disons qu'il ne me reste plus aucun point de sauvegarde.

Tiens, pour te faciliter la tâche l'erreur est au 156.
Répondre
#48
(23/01/2016, 00:18)ashimbabbar a écrit : Yo Sukumvit !

Alors,
- le problème si tu es allé directement au palais, c'est effectivement une grosse bourde de la 1° version - zoki me l'ayant signalée, j'ai posté le 24 décembre pour signaler que je mettais une 2° version en ligne qui corrige ce problème.

Je comprends maintenant pourquoi je n'avais pas trouvé Hui-ki lors de ma première partie et que je tournais en rond dans la ville ans trouver la sortie.
Répondre
#49
C'est bon, j'ai tué (et disrupté) tout le monde.
Ce fut un grand moment de plaisir, aussi gouleyant que du vin de riz.

Au niveau du style, c'est très bon : impossible de décrocher, tant c'est fluide et sympathique. Le problème, c'est que cela ne donne pas un sentiment de maîtrise dû au fait que tu t'étends un peu trop, du coup cela dilue l'efficacité de ton style, et parfois notre attention glisse sur certains pavés comme sur de la glace, sans trouver de prises où se raccrocher. Je vais te faire le même reproche que beaucoup : c'est trop long, il faut que ce soit plus resserré, tu y gagnerais beaucoup en efficacité.
La gestion du rythme n'est pas toujours hyper bonne, par exemple le §384 est certes ultra intéressant, mais le problème c'est qu'on ne le sent tellement pas venir que cela créé une rupture dans le rythme assez déroutante. Mais cela passe parce que cela donne un côté roman picaresque : il peut se passer n'importe quoi, n'importe quand.
Concernant le style, ce qui est très amusant, c'est de voir cette année deux avh historiques se passer en Chine, avec deux styles diamétralement opposés.
Celui d'Outremer, très confucianiste, dans la maîtrise et la surcontrôle au risque à certains moment d'être trop sec ou plat.
Et le tien, très taoïste, totalement dans l'excès inverse. Grandiloquent, potache, en circuit fermé dans son délire, On a la sensation (parfois agréable) d'être à la merci d'un auteur en roue libre, qui arrive difficilement à se contrôler, de se mettre des barrière pour éviter que cela déborde de tous côtés.
Il faudrait trouver un juste milieu entre vous deux.

Un humour d'une finesse remarquable aussi, parce qu'il est toujours en continuité absolue dans le rythme, il l'accompagne sans trop se mettre au premier plan. J'ai personnellement adoré le : « Selon l'expression consacrée, rendez-vous au 1 ». Mais pour moi la perle absolue, c'est quand même : « [après avoir tué une grosse bête] Certes, vous vous demandez, dans un coin de votre esprit, ce que cette créature issue d’une immense antiquité faisait là et pour quelle raison elle vous a attaqué, mais ce n’est qu’un détail dans votre sentiment d’accomplissement. » Quelque part, tout Ashimbabbar est dans cette phrase.

Cela alterne assez bien l'ultra non linéarité avec la linéarité pure.
D'ailleurs, le grand § sur la philosophie taoïste aurait dû être à un nœud, c'est dommage de le noyer celui-là. (d'ailleurs à titre perso, je me suis toujours reconnu dans cette religion : j'ai chez moi un bouquin de synthèse de la philosophie taoïste très bien fait et lorsque je me sens triste, je le lis et cela me remonte le moral à chaque fois, c'est tellement intelligent et cela permet de prendre tellement de distance, je recommande).

Concernant la longueur, ce n'est finalement pas un défaut terrible, même si tu aurais gagné en efficacité en faisant un tiers plus court. Parce que les péripéties, les anecdotes locales, je les ai trouvées intéressantes une fois sur deux (mais ce une fois sur deux à mon avis peut varier d'une personne à l'autre).
En même temps, le procès de la longueur n'est pas hyper grave dans le sens où rien n'empêche le lecteur de lire en diagonale certains passages, ou d'y revenir plus tard.
Donc le problème n'est pas tant la longueur en elle-même que le repoussoir qu'elle peut provoquer chez certains lecteurs.
Il aurait fallu qu'il soir très clair dès le départ que ce n'est pas facile, mais pas plus dur non plus qu'un df moyen, et c'est très non linéaire donc la lecture ne prend pas un mois comme on pourrait le croire en lisant les premières pages du mastodonte.
Justement, sur l'intro de 12000 mots avant d'arriver au 1er choix... là-dessus, j'avoue que j'ai du mal à me faire mon opinion. En même temps tu es très agréable à lire, tu as vraiment un style de vulgarisateur hors pair (peut-être même es-tu prof dans la vie qui sait) donc ça passe, mais tu dois comprendre que balancer cela au lecteur lambda au début de l'aventure, je vais réutiliser le même mot, c'est suicidaire. Le texte est très mal vendu, et va effrayer inutilement des lecteurs. Parce que finalement c'est très peu linéaire et cela se finit à la loyale pas trop difficilement (je précise, j'avais 20 en force), c'est relativement facile d'accès, mais seulement une fois qu'on a osé entrer dans le bain.

Sinon, l'avh prise dans son délire est totalement cohérente avec elle-même. Après, il faut y rentrer quoi. A titre personnel, je n'étais pas un public acquis d'avance (je déteste le prêtre Jean, ainsi que le genre picaresque) mais cela ne m'a pas souvent ennuyé. Comme tu t'épanches trop et que ton style se dilue, cela donne mécaniquement envie de lire à toute vitesse un peu en diagonale, mais on s'y fait et on adapte son rythme de lecture selon l'intérêt du passage.

SPOILER Par contre, il y a un vrai problème au § 31, je ne comprends pas le lien logique. J'entends parler d'un mage, j'y vais, c'est ma dernière chance de trouver S-L ? N'importe quoi, des mages on en a rencontré des tas, et celui-là on a l'intuition subite qu'il sait des choses ? Il faut trouver autre chose, là ça ne marche pas.

Concernant le jeu, tout ce que tu fais est très bon, tu t'en  sors bien malgré les règles de base. Et tu prends vraiment toutes les situations possibles et imaginables en compte, ce qui est rare et cette précision est tout à ton honneur - j'ai ri pour le coup du champignon géant qu'on peut décapiter à mains nues)
Rajouter des éléments aux combats pour leur donner du piquant est très bien. Quand ce n'est pas vraiment trop (ex : le combat des araignées, trop prise de tête pour moi, là, faut faire attention des combats trop complexes cela casse le rythme)

Il faudrait peut-être que je les relise mais je me demande vraiment au final quel est le rapport entre ce tome et les 5 de Headline. Parce que j'ai souvenir de ceux-ci comme des donjons insupportablement mal foutus (j'ai souvenir au passage à Babylone de m'être dit : et bien voilà, c'est cela qu'il aurait fallu faire sur toute la série!) , sans grand intérêt historique, tandis que là on est sur un road story avec une ambiance folle et un background très très fouillé.
Donc pour moi, si on le prend comme une suite directe de la série, c'est un peu une trahison dans le sens où c'est bien meilleur.

Il faut juste que tu apprennes à te cadrer, contrôler ce côté foufou si tu veux vraiment passer au niveau supérieur.

Donc c'est une avh bourrée de qualités et de défauts, mais elle est tellement à la fois enthousiaste/ naïve en apparence tout en étant un travail sérieux derrière, qu'elle finira je pense par paraître irrésistiblement sympathique à la majorité des lecteurs. Il y a un truc, un peu comme avec Sunkmanitu. Ce n'est pas toujours réussi, mais cela séduit toujours. Parce que cela respire l'envie de jouer, l'amour du ldvelh, ainsi que de l'aventure et de la langue. Cela dégouline de joie et de plaisir. Alors comme en plus cela tient la route au niveau background et jeu...
Comme tu le disais si humblement : « écrire une suite ? D'abord le Yaz d'or, et après on verra », je crois que cela pourrait se produire.
Surtout que lorsque l'on voit certaines aventures (régent des 1000 jours, Mascarade mortelle) ont eu un Yaz d'or malgré leur peu d'histoire, leur longueur et leur inutile excès de non-linéarité, on voit que les joueurs savent pardonner les excès en longueur, si derrière l'ambition est vraiment maîtrisée et qu'il y a une ambiance. Donc c'est jouable. (en même temps, l'année de Mascarade Mortelle, le seul concurrent valable était Your Story, mais les votants étaient passés à côté de ce chef d'oeuvre absolument indépassable, mais je digresse).
Répondre
#50
Yo Sukumvit, je vois que ça t’a plu, ça fait plaisir.
 
Eh oui, c’est vrai que c’est un machin énorme et qui part dans toutes les directions à la fois; c’est la conséquence d’avoir accumulé énormément de matériel utilisable pendant ces 5 années* et de vouloir traiter l’éventail le plus large de cas de figures ( je suis bon avec mes lecteurs ! Je les laisse tout faire ! Même utiliser un faux nez dans un combat mortel ! Même décapiter un champignon à mains nues ! Mrgreen  ) Donc j’ai mis tout ce qui me plaisait en espérant que ça tienne ensemble. J’avais peur que ça fasse l’effet d’une grosse méduse amorphe; heureusement les critiques jusqu’à présent montrent que ça a assez de nerf et de style pour passer malgré une certaine tendance à ensevelir le lecteur…
 
Pour ce qui est du §31, je l’admets, c’est pâteux. Mais un thème de la saga étant qu’on est renvoyé d’un individu connaissant Shangri-La à un autre comme une boule de flipper… Dieu veut qu'on y aille, et les voies de Dieu sont ce qu’elles sont Rolleyes
 
Maintenant que tu le dis, je comprends que ça aurait effectivement été mieux de nous faire rencontrer obligatoirement le sage taoïste. Seulement il aurait alors fallu que je trouve une autre rencontre aléatoire à la place et ça aurait encore rallongé… Mrgreen
 
 
 
 
*et encore, il y en a que j’ai gardé pour le tome suivant
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#51
Il est appréciable que l'aventure tire bien parti de nos deux armes secrètes : l'oeil magique et notre pouvoir de conversion. Dans les livres officiels de la série, le premier était souvent indisponible sans raison et le second très rarement mentionné.

Cela consomme certainement un grand nombre de paragraphes par lesquels les joueurs ne passeront que rarement, mais le résultat en vaut en la peine. Le fait que des paragraphes soient parfois réservés aux conséquences d'une conversion réussie (au lieu de simplement faire comme si on avait tué notre adversaire) contribue utilement à mettre en valeur cette capacité très inhabituelle du héros.

Cependant, j'ai relevé à ce sujet une petite incohérence. Lorsqu'on convertit une belle princesse guerrière fort impétueuse et agile, elle décide aussitôt de consacrer le reste de sa vie à la pénitence et au prêche. Alors bon, c'est très bien, mais qu'est-ce qu'elle va prêcher ? Notre pouvoir ne va tout de même pas jusqu'à inculquer une connaissance extensive des principes religieux du christianisme et il paraît peu probable qu'elle réussisse à mettre la main sur une Bible (surtout écrite en chinois), d'autant que le Nouveau Testament ne sortira pas avant 600 ans.

Alors quoi, Prêtre Jean ? Hein ? On convertit cette pauvre fille et on la laisse tomber aussitôt ? Mais c'est honteux, ça ! Il fallait l'emmener avec nous ! La prendre sous notre aile généreuse ! Lui inculquer avec énergie et persévérance l'amour de son prochain ! Bon, j'admets que prendre le temps de lui enseigner toute la Bible n'aurait peut-être pas été raisonnable, mais on aurait pu se limiter aux parties les plus susceptibles de la toucher ! Le Cantique des Cantiques, par exemple ! C'est très bien, ça, le Cantique des Cantiques !

Et puis, tant qu'on y était, pour élargir ses horizons culturels, on aurait pu lui raconter tout ce qu'on a vu de beau en Inde. Souple comme elle l'est, c'était une occasion en or de faire progresser la connaissance humaine en vérifiant une fois pour toutes si les sculpteurs indiens avaient des idées physiquement réalisables ou s'ils se foutaient juste de la gueule du monde !

Je suis déçu, mais déçu !
Répondre
#52
J'étais parti du principe que la Conversion téléchargeait Le Christianisme pour les Nuls droit dans la conscience du converti. Ceci dit, c'est vrai que tu mets le doigt sur une regrettable lacune de cette AVH… il aurait été mieux d'insérer un § pour bien décrire avec quelle vigueur et quel enthousiasme, avec quelle éloquence pénétrante nous lui inculquions les subtilités de la doctrine.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#53
Pourquoi toute discussion sur une avh impliquant à la fois Outremer et ashimbabbar se doit-elle de finir ainsi ?

Bon, vous allez me dire, l'étude poussée de certaines pratiques tantriques, c'est à peu près la seule branche de la littérature interactive qui engrange des sous... Mais à un moment va falloir assumer le concept jusqu'au bout.
Répondre
#54
Hmmm… parce que nos AVH embrassent la totalité de l'expérience humaine ?
Then again, maybe not.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#55
(08/02/2016, 09:40)Skarn a écrit : Pourquoi toute discussion sur une avh impliquant à la fois Outremer et ashimbabbar se doit-elle de finir ainsi ?

D'abord, c'est lui qui a commencé ! Je cite son introduction :

Citation :Le Prêtre Jean les tombe toutes !

Alors, moi, plein d'une confiance naïve, je gaspille mon usage du pouvoir de conversion pour offrir à mon héros la chance de séduire une belle méchante repentie et il ne se passe rien ! Elle disparaît tout de suite ! Je ne demandais pas nécessairement une torride histoire d'amour, mais il aurait pu y avoir une scène un peu olé-olé, quelques descriptions lascives ou au moins un sous-entendu coquin ! Mais non, que dalle !

Je devrais porter plainte pour publicité mensongère, tiens.
Répondre
#56
Félicitations, quelle implication dans le roleplay !
Répondre
#57
lol, les deux auteurs dont je vois leur avh se disputer le yaz d'or ont déterré la hache de guerre. Ils le savent et la guerre commence ici en se rendant coup pour coup.

...

(Si vous me cherchez, je suis déjà dehors)
Répondre
#58
(09/02/2016, 19:40)titipolo a écrit : lol, les deux auteurs dont je vois leur avh se disputer le yaz d'or ont déterré la hache de guerre. Ils le savent et la guerre commence ici en se rendant coup pour coup.

...

(Si vous me cherchez, je suis déjà dehors)

Voyons, quelle idée titipolo. Nous sommes des gentlemen.

Les gentlemen ne déterrent pas la hache de guerre, ils se sourient et se poignardent suavement dans le dos  Mrgreen
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#59
Non non, titipolo, je crois qu'ils sont juste obsédés.
Répondre
#60
La totalité de l'expérience humaine. J'insiste.  Cool
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)