Avancement des Projets 2012
C'est pour le mini-YAZ je suppose? Cette fois je sens qu'on va quitter le domaine humoristique^^
En tout cas si l'ambiance horrifique/gore est au moins aussi bonne que pour ta première AVH, et que les règles tiennent la route, on devrait tenir une aventure intéressante.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Un autre petit projet pour le mini-Yaz, intitulé (pour le moment) Le Monastère Halluciné. C'est un projet sérieux, en tout cas si j'arrive au bout ce sera une vraie AVH, dans un univers quelque peu onirique. Il n'y aura pas de touche humoristique, en tout cas pas volontairement^^
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
J'arrive au bout d'une AVH de 100 paragraphes, style fantastique, toujours inspiré par Poe et Lovecraft. Il me manque encore à rédiger 15 paragraphes, mais la plupart des corrections sont faites. Le titre : "Celui qui hurle...".
A bientôt
Cool ! J'adore Lovecraft et Poe Smile Celui qui hurle... Y a un rapport avec "Celui qui hurlait", le XIIème Fungi de Yuggoth ?

Sinon, pour ma part :
Seule la folie de tous les Grands Anciens réunis peut égaler l'insanité pandémoniaque de mon âme chaotique. Ainsi ai-je commencé à rédiger une AVH - encore une AVH "historique" -, dont l'idée m'est venue en commençant à réfléchir profondément à la deuxième partie de PVUR (la première devrait arriver demain, à ce propos) : les deux se dérouleront dans le même décor, encore qu'à des époques assez différentes (1200 et quelques d'écart !). Le titre en est - pour l'instant - les Montagnes de Sifflemort. Actuellement, j'ai rédigé le premier paragraphe et l'intro, que voici :

— Cela ne peut plus durer ! Nous avons par deux fois tenté d’envoyer au Roi des corbeaux porteurs de messages et à chaque fois ces chiens de Volylois ont réussi à les intercepter – et ils nous l’ont fait savoir.
Ces mots, dits avec colère et amertume, résonnent longuement dans l’air lugubre de la Grand’Salle. Celui qui vient de prononcer ces phrases est un homme grand, sinistre, au visage peu avenant. Il s’adressait aux deux hommes qui se tiennent devant lui, le genou fléchi. Les grades de l’un, petit et trapu, le désignent comme étant l’un des trois lieutenants du fort ; l’autre, brun et élancé, semble n’être qu’un simple soldat. C’est pourtant vers lui que le premier homme tourne ensuite son regard sombre :
— Si demain nous retrouvons à nouveau un corbeau mort, j’enverrai un homme porter ce message au Château d’Ysul. Et cet homme sera vous — vous êtes le soldat le plus capable de la garnison ; tous les rapports en attestent. C’est pour vous prévenir de cette décision que je vous ai convoqué, bien qu’il soit encore possible que vous ne partiez pas ; tout dépend de l’adresse des Volylois au tir. Mais, à votre place, je ne me ferais pas trop d’illusions, et je commencerais à me préparer pour une telle expédition dès que possible. Vous connaissez les cols des Sifflemort aussi bien que moi, et vous savez sûrement que vous en aurez pour au moins une semaine de voyage dans les défilés arides et tortueux, seul avec les Volylois...
— Bien, messire, répondez-vous avec froideur.
Vous n’appréciez guère le capitaine du fort Ouest — peu aimable et colérique, comme doivent l’être les capitaines —, mais les ordres sont les ordres — et vous êtes obligé de reconnaître leur bien-fondé.
— Maintenant, soldat, allez sur les remparts faire le guet, répond le capitaine ; tant que votre départ n’est pas confirmé, vous combattrez sur les remparts comme les autres. Quant à vous, lieutenant, restez : j’ai à vous parler.
Vous vous inclinez profondément, bien que cela importe peu à votre supérieur —il vous a déjà oublié, et ne se souviendra de vous que lorsqu’il en aura besoin. Ensuite, vous vous dirigez sur les remparts, arc à la main et épée à la hanche. Une fois dehors, vous relevez l’homme de service, et vous postez contre les créneaux, prêt à accueillir à coup de flèches les premiers assauts de cette grise matinée.
Car, si l’été de cette mille deux cent-unième année depuis la venue du Peuple d’Harmonuil en Oloïd occidental semblait annoncer la fin de Longue Guerre (qui dure déjà depuis près de cinquante ans — vous êtes né avec), l’automne, lui, paraît devoir s’achever dans le sang et le massacre. En effet, le Roi du Volyl a rompu les serments énoncés durant la période estivale, lançant ses troupes dans les Montagnes de Sifflemort — nom donné aux montagnes en allusion au gémissement du vent —, qui constituent un point stratégique de la défense de l’Ysul — le plus septentrional des Royaumes occidentaux. Quatre forts — construits au début du conflit — tiennent ces hautes cimes et le labyrinthe de pierre qu’elles surplombent, chacun étant nommé, selon sa position, Est, Sud, Nord et Ouest. Vous servez à ce dernier — et il semblerait justement que ce soit le seul à tenir encore pied face au raz-de-marée belliqueux des Volylois : nulle nouvelle n’est parvenu des autres fortifications depuis une semaine — à peu près au début de l’attaque —, bien que les capitaines envoient d’habitude de fréquents messages au capitaine du fort Ouest : c’est celui-ci le plus proche du Roi.
Soudain, vous apercevez, malgré l’obscurité des cieux de plomb, un cortège de silhouettes noires dans le fond de la passe gardée par le fort, commençant à gravir l’escarpement qui mène au fort et aux hauteurs alentours. Vos yeux exercés repèrent rapidement, sur les étendards claquant au vent, l’étoile bleue cerclée de jaunes bordés : le signe du Volyl. Tournant la tête à gauche et à droite, vous apercevez le même spectacle au loin dans les cols des montagnes illuminées par la pâle lumière de cette saison où tombent les feuilles et meurent les jours. Chaque jour, vous semble-t-il, le nombre d’ennemis à vos portes augmente. Dans deux heures au plus, celles-ci commenceront à se teindre de sang — mélange entre celui de vos ennemis et celui de vos camarades.
Sans perdre un seul instant, vous vous rendez à l’intérieur d’une petite tourelle orientée vers le centre du fort. Là se trouve la cloche d’alarme, dont vous tirez la grosse corde. La sonnerie de l’imposant bourdon retentit sinistrement, répercutée mille fois par la pierre, funeste glas annonçant le fracas des épées, les haches fendant les heaumes et transperçant les crânes, et la litanie des femmes pleurant… Rendez-vous au 1.

[Tolkien serait-il passé par-là ? ]
"L'île des dieux sauvages" vient d'être envoyée à OISEAU. La relecture aura été aussi saoûlante que l'écriture passionnante...
Deux points importants sur cette AVH : l'atmosphère, je me suis lâché pour retranscrire du mieux possible une ambiance tropicale et sauvage, assez barbare, loin de la sophistication de "Retour à Griseguilde".
Les combats, j'ai essayé le système de "La voie du tigre", adapté au combat à l'épée, système qui peut paraître assez complexe au premier abord, à base d'attaques et de parades successives. J'attend de voir vos réactions sur cette nouveauté.
Autrement, une AVH de 346 paragraphes (pas réussi à faire un compte rond), plus linéaire que la précédente, mais avec pas mal de choix et plusieurs fins possibles. Plus de PFA également, qui résultent de certains choix que j'espèrent "logiques" et pas injustes. Moins de temps morts que dans "Retour à Griseguilde" également.
Une AVH "expérimentale" je dirais, avec l'essai de ce système de combat et un côté moins "promenade"... Je fais pas de pronostics, on verra vos avis.
Anywhere out of the world
Yes ! En plus, en ce moment, je suis en train de relire mes Conan Smile
@ oorgan
(18/03/2012, 08:43)oorgan a écrit :
— Cela ne peut plus durer ! Nous avons par deux fois tenté d’envoyer au Roi des corbeaux porteurs de messages et à chaque fois ces chiens de Volylois ont réussi à les intercepter – et ils nous l’ont fait savoir.
Ces mots, dits avec colère et amertume, résonnent longuement dans l’air lugubre de la Grand’Salle. Celui qui vient de prononcer ces phrases est un homme grand, sinistre, au visage peu avenant. Il s’adressait aux deux hommes qui se tiennent devant lui, le genou fléchi. Les grades de l’un, petit et trapu, le désignent comme étant l’un des trois lieutenants du fort ; l’autre, brun et élancé, semble n’être qu’un simple soldat. C’est pourtant vers lui que le premier homme tourne ensuite son regard sombre :
— Si demain nous retrouvons à nouveau un corbeau mort, j’enverrai un homme porter ce message au Château d’Ysul. Et cet homme sera vous — vous êtes le soldat le plus capable de la garnison ; tous les rapports en attestent. C’est pour vous prévenir de cette décision que je vous ai convoqué, bien qu’il soit encore possible que vous ne partiez pas ; tout dépend de l’adresse des Volylois au tir. Mais, à votre place, je ne me ferais pas trop d’illusions, et je commencerais à me préparer pour une telle expédition dès que possible. Vous connaissez les cols des Sifflemort aussi bien que moi, et vous savez sûrement que vous en aurez pour au moins une semaine de voyage dans les défilés arides et tortueux, seul avec les Volylois...
— Bien, messire, répondez-vous avec froideur.
Vous n’appréciez guère le capitaine du fort Ouest — peu aimable et colérique, comme doivent l’être les capitaines —, mais les ordres sont les ordres — et vous êtes obligé de reconnaître leur bien-fondé.
— Maintenant, soldat, allez sur les remparts faire le guet, répond le capitaine ; tant que votre départ n’est pas confirmé, vous combattrez sur les remparts comme les autres. Quant à vous, lieutenant, restez : j’ai à vous parler.
Vous vous inclinez profondément, bien que cela importe peu à votre supérieur —il vous a déjà oublié, et ne se souviendra de vous que lorsqu’il en aura besoin. Ensuite, vous vous dirigez sur les remparts, arc à la main et épée à la hanche. Une fois dehors, vous relevez l’homme de service, et vous postez contre les créneaux, prêt à accueillir à coup de flèches les premiers assauts de cette grise matinée.
Car, si l’été de cette mille deux cent-unième année depuis la venue du Peuple d’Harmonuil en Oloïd occidental semblait annoncer la fin de Longue Guerre (qui dure déjà depuis près de cinquante ans — vous êtes né avec), l’automne, lui, paraît devoir s’achever dans le sang et le massacre. En effet, le Roi du Volyl a rompu les serments énoncés durant la période estivale, lançant ses troupes dans les Montagnes de Sifflemort — nom donné aux montagnes en allusion au gémissement du vent —, qui constituent un point stratégique de la défense de l’Ysul — le plus septentrional des Royaumes occidentaux. Quatre forts — construits au début du conflit — tiennent ces hautes cimes et le labyrinthe de pierre qu’elles surplombent, chacun étant nommé, selon sa position, Est, Sud, Nord et Ouest. Vous servez à ce dernier — et il semblerait justement que ce soit le seul à tenir encore pied face au raz-de-marée belliqueux des Volylois : nulle nouvelle n’est parvenu des autres fortifications depuis une semaine — à peu près au début de l’attaque —, bien que les capitaines envoient d’habitude de fréquents messages au capitaine du fort Ouest : c’est celui-ci le plus proche du Roi.
Soudain, vous apercevez, malgré l’obscurité des cieux de plomb, un cortège de silhouettes noires dans le fond de la passe gardée par le fort, commençant à gravir l’escarpement qui mène au fort et aux hauteurs alentours. Vos yeux exercés repèrent rapidement, sur les étendards claquant au vent, l’étoile bleue cerclée de jaunes bordés : le signe du Volyl. Tournant la tête à gauche et à droite, vous apercevez le même spectacle au loin dans les cols des montagnes illuminées par la pâle lumière de cette saison où tombent les feuilles et meurent les jours. Chaque jour, vous semble-t-il, le nombre d’ennemis à vos portes augmente. Dans deux heures au plus, celles-ci commenceront à se teindre de sang — mélange entre celui de vos ennemis et celui de vos camarades.
Sans perdre un seul instant, vous vous rendez à l’intérieur d’une petite tourelle orientée vers le centre du fort. Là se trouve la cloche d’alarme, dont vous tirez la grosse corde. La sonnerie de l’imposant bourdon retentit sinistrement, répercutée mille fois par la pierre, funeste glas annonçant le fracas des épées, les haches fendant les heaumes et transperçant les crânes, et la litanie des femmes pleurant… Rendez-vous au 1.

[Tolkien serait-il passé par-là ? ]

Personnellement je trouve que c'est bien, vraiment bien.
SAUF que je supprimerais l'incidente sur l'origine du nom des montagnes de Sifflemort - le personnage sait pourquoi elles s'appellent comme ça, et ça casse un peu l'ambiance. Peut-être le mettre dans une section histoire-géo à part détaillant le contexte ?

@ VS: dès que ton AVH apparaîtra, je fondrai dessus telle la glace enlevée du congélateur
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Morgue niveau 1 :
Ecriture : 100%
Correction : 25/38
Règle : Original
Test : Non.

Show ContentSpoiler:
[Image: 99416.jpg]
Un livre dont vous êtes le héros écrit.
Le F.O.U, Front Orthographique Uni :
http://lefou.forumsactifs.net/forum.htm
Sinon, 10% pour "Jusqu'au bord des cieux".
Là aussi j'innove avec un calendrier (chaque paragraphe sera précédé du jour de la semaine). On pourra ainsi donner rendez-vous à quelqu'un deux jours plus tard ou exécuter une tâche à une certaine date. On pourra également réserver une chambre à l'auberge pour un, deux, trois jours ou plus, suivant ses moyens. Ce qui laissera du temps libre entre deux évènements importants. Et justement, c'est là qu'intervient la seconde innovation : on pourra exercer une activité (prendre des cours de musique et de chant, participer à des combats clandestins...) entretemps, avec une progression dans ces activités qui débouchera sur une récompense, matérielle ou sous forme d'une compétence utile pour la suite.
Sinon, l'aventure sera divisée en deux parties, urbaine et en extérieur pour la deuxième.
Anywhere out of the world
'Didiou va y avoir de la clientèle pour les yaz 2012, de plus en plus dur au fil des années ! Oulàlà !
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
(18/03/2012, 11:34)Voyageur Solitaire a écrit : "L'île des dieux sauvages" vient d'être envoyée à OISEAU. La relecture aura été aussi saoûlante que l'écriture passionnante...
Deux points importants sur cette AVH : l'atmosphère, je me suis lâché pour retranscrire du mieux possible une ambiance tropicale et sauvage, assez barbare, loin de la sophistication de "Retour à Griseguilde".
Les combats, j'ai essayé le système de "La voie du tigre", adapté au combat à l'épée, système qui peut paraître assez complexe au premier abord, à base d'attaques et de parades successives. J'attend de voir vos réactions sur cette nouveauté.
Autrement, une AVH de 346 paragraphes (pas réussi à faire un compte rond), plus linéaire que la précédente, mais avec pas mal de choix et plusieurs fins possibles. Plus de PFA également, qui résultent de certains choix que j'espèrent "logiques" et pas injustes. Moins de temps morts que dans "Retour à Griseguilde" également.
Une AVH "expérimentale" je dirais, avec l'essai de ce système de combat et un côté moins "promenade"... Je fais pas de pronostics, on verra vos avis.

C'est déjà super que le projet soit arrivé à terme! J'attends la mise en ligne...

(18/03/2012, 16:00)Voyageur Solitaire a écrit : Sinon, 10% pour "Jusqu'au bord des cieux".
Là aussi j'innove avec un calendrier (chaque paragraphe sera précédé du jour de la semaine). On pourra ainsi donner rendez-vous à quelqu'un deux jours plus tard ou exécuter une tâche à une certaine date. On pourra également réserver une chambre à l'auberge pour un, deux, trois jours ou plus, suivant ses moyens. Ce qui laissera du temps libre entre deux évènements importants. Et justement, c'est là qu'intervient la seconde innovation : on pourra exercer une activité (prendre des cours de musique et de chant, participer à des combats clandestins...) entretemps, avec une progression dans ces activités qui débouchera sur une récompense, matérielle ou sous forme d'une compétence utile pour la suite.
Sinon, l'aventure sera divisée en deux parties, urbaine et en extérieur pour la deuxième.

Je connais déjà le planning que je donnerai au personnage: une semaine de cours intensifs de musique et de chant, et ensuite direction le palais du gouverneur, sous les fenêtres d'Opale exactement!^^

J'espère que tu arriveras à gérer ce paramètre de temps libre, en tout cas c'est une idée à la fois ambitieuse et enthousiasmante.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Je pense avoir trouvé le moyen de gérer ça : au début de chaque nouveau jour, il sera proposé au lecteur de s'adonner à son activité (sous réserve qu'il y ait accès) en se rendant à un paragraphe spécifique, s'il en a envie.
Pour l'instant, deux activités sont programmées : "cours de musique et de chant" et "combats clandestins". La première permettra de maîtriser une compétence "musique" qui pourra être utile plus tard, la deuxième de se faire de l'or grâce aux paris. Mais il faudra réussir le concours pour la première et gagner les combats pour la seconde.
Autrement l'intrigue principale est construite : la recherche du remède pour sauver Nicodème va se combiner avec la mission proposée par le gouverneur.
Seule grosse inconnue : les règles. J'attend de voir ce que vous pensez du système inauguré avec "L'île des dieux sauvages" pour voir si je l'applique à cette AVH...
Anywhere out of the world
Ah ! J'espère que tu lui apprendras à faire de l'orgue - instrument très courant durant l'Antiquité, connu sous le nom d'"Hydraulos". (Puisque les tuyaux d'orgue étaient à la base de tuyuax d'aulos, un haubois.) Il accompagnait les combats de Gladiateurs, jouait pendant les grandes fêtes...

Sunkamitu : T'as vu ça, hein ? ^^
Ashim : merci ! Big Grin Et bien vu Wink Voyons... Je pourrai le mettre lorsque le Héros débute son expédition, genre "Soudain, les vents qui ont donné leur nom aux Montagnes se lèvent, et s'engouffrent en gémissant dans les défilés..."

Ah, et je viens d'envoyer PVUR ; et j'en suis à 26§ sur au moins 130 pour Les Sifflemort.
Désolé, on va en rester à la lyre (effectivement, si le héros gagne le concours, il peut garder son instrument avec lui pour la suite de l'aventure). Je vois donc mal le héros se trimballer dans les montagnes avec un orgue sur le dos... Mrgreen Pareil pour l'idée de Tholdur : je vois mal le héros se ramener sous les fenêtres d'Opale avec un orgue... (ça va swinger!) Mrgreen
Anywhere out of the world
Cependant, il existe depuis l'Antiquité des orgues portatifs ^_^ Nos orgues ont pris leur forme actuelle au XVème siècle.




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 6 visiteur(s)