Aux éditeurs : 5 bonnes raisons pour se remettre à publier des livres-jeux
#1
1) Il existe un socle de lecteurs, fans ou simplement nostalgiques, qui assurera un minimum de ventes.
2) Le marché est quasiment inoccupé pour l’instant.
3) L'originalité du genre, quasiment oublié, est vendeuse.
4) La multitude de tablettes et de livres électroniques sur le marché se prêtent à la lecture interactive.
5) Il existe d'importantes réserves de futures publications sur le net, dans des genres variés.

Voilà, quelques arguments qui me trottaient dans la tête. Bien entendu, une maison d'édition étant d'abord une entreprise, j'ai mis des raisons économiques. Chercher à développer un genre différent de ce qu'on a l'habitude de rencontrer serait bien sûr un argument, mais moins commercial.


PS: ça n'a rien à voir, mais pourrais-tu consulter tes MP, Sunkmanitu?
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#2
(02/12/2010, 13:19)Alendir a écrit : 1) Il existe un socle de lecteurs, fans ou simplement nostalgiques, qui assurera un minimum de ventes.

<Avocate du Diable "On">
Bien sûr... Tu as sûrement déjà une évaluation du nombre de vente généré par ces "lecteurs" Rolleyes (et je parle même pas du Chiffre d'Affaire ni des Bénéfices Mrgreen )

Une petite étude de marché est nécessaire avant de mettre la charrue avant les boeufs. Et si t'es aussi motivé que ça; je te laisse le démarchage envers les éditeurs, car ce n'est pas un petit post sur un petit forum qui va lancer la révolution chez les éditeurs Lool
<Avocate du Diable "Off">


Entre nous, je suis d'accord avec toi, mais la réalité économique, dans la réalité vraie, c'est autre chose Geek
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#3
Yeah, v'la une discussion intéressante !

+1 avec Miss Caïthness en mode evil.

Pour moi, c'est le numéro 4 qui devrait être en 1. L'arrivée et la future démocratisation des I-Pad et autres Fnacbook est un tournant que les gamebooks doivent prendre, car c'est le support idéal pour jouer. Autant pour un livre "normal", je ne vois pas trop l'intérêt de ces tablettes (gain de place ? mouais), autant pour un gamebook, l'intérêt pratique (plus besoin de tourner des pages tout le temps) rend le support vraiment attractif (et utilise l'aspect tactile). On pourrait y intégrer un dé électronique, une gestion automatisée des combats et de la feuille d'aventure...

Après, c'est vrai qu'il existe un "socle" de lecteurs important, mais je crois que beaucoup de nouveaux lecteurs pourraient être gagnés, par exemple en publiant un gamebook écrit par un auteur connu/culte. Imaginez un truc écrit par Alan Moore, ce serait un évènement qui relancerait la mode, à mon avis. Avec en back-up, d'anciens auteurs qui s'y remettraient comme Dave Morris, Jamie Thomson, voire même Steve Jackson ou Stephen Hand.

Bon je sais, c'est de la fiction. Mais il y a tellement de possibilités qu'il est terriblement frustrant de voir le genre tomber ainsi dans l'oubli.


Répondre
#4
Je pense qu'il y a un socle de base de plusieurs milliers de lecteurs. Quand j'en discute avec d'autres, énormément de gens connaissent le genre et ressentent souvent au moins une pincée de nostalgie... tout en se disant que ce n'est plus de leur âge. D'où une élévation du niveau littéraire des livres-jeux si on veut récupérer ces lecteurs vieillissants, au risque de perdre les plus jeunes.

Bon j'ai mis ce post pour dire que je trouvais la conjoncture plutôt favorable, je ne vais pas essayer de convaincre un éditeur de publier des livres-jeux, surtout que je n'en ai pas de suffisamment bon à vendre.

H.D.V Flèche Je partage totalement ton opinion sur les tablettes ^^
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#5
Pour ce que ça vaut, il y a bel et bien de nouveaux livres-jeux sur le marché — les miens. Et je peux vous dire qu'ils ne se vendent certainement pas à "plusieurs milliers" d'exemplaires. Après deux ans, le tome 1 s'est écoulé à 9000+ copies, mais il se vend 99¢. Le tome 2 (au prix normal d'un livre de poche) s'est vendu à 700 exemplaires. Le tome 3 n'a vendu que 400 copies. On parle ici de l'intégralité de la France et du Québec sur une période de deux ans.

En clair, oubliez le renouveau des livres-jeux — si ça se produit, il faudra qu'un marketing colossal soit derrière. Ce n'est pas avec des chiffres comme ceux-là qu'on va convaincre un éditeur de se relancer (sauf s'il s'agit de rééditions de séries à succès comme Loup Solitaire).
Répondre
#6
Concernant les versions pour tablettes, à la limite cela ne concerne pas que les éditeurs, mais aussi des petites sociétés qui éditent des petits jeux, comme c'est déjà le cas dans le monde anglophone.
Répondre
#7
Oui, il faudrait certainement user de marketing pour passer le genre pour quelque chose de novateur à tester absolument, pour créer le "buzz".

Tes chiffres sont intéressants, Oiseau, et confirment que le secteur jeunesse n'est sans doute pas celui qu'il faudrait viser, mais bien les nostalgiques, aujourd'hui adultes. Donc il faudrait des intrigues développées, du style, des règles de jeu pas lourdes. Une volution du genre. Il me semble que c'est ce vers quoi tendent certains auteurs.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#8
En même temps, je ne sais pas si les chiffres de Oiseau suffisent à conclure à l'impossibilité d'un renouveau du livre-jeu. Ils sont édités en format papier, avec une distribution faible (du moins en France) et sont situés dans un univers qui n'est pas des plus "commercial" et facile d'approche (ce qui n'enlève rien à leur qualité intrinsèque, on est d'accord).

Il est certain que les jeunes lisent moins que dans les années 80/90, pour plusieurs raisons : avènement d'internet, perfectionnement des jeux-vidéos, multiplications des chaînes TV, réseau social plus développé (télephone portable, Facebook)... A mon avis, rares sont les jeunes aujourd'hui qui se posent pour lire un bouquin. C'est pour cela qu'il faut chasser les anciens fans devenus trentenaires, qui convertiront eux-mêmes leurs enfants. Donc proposer des trucs plus adultes.

Après c'est sûr qu'il faut concevoir des gamebooks compatibles avec lesdits systèmes (I-pad, Fnacbook, etc) et profiter du futur effet de mode pour se lancer. C'est quelque-chose d'assez coûteux et risqué, raison pour laquelle il est probable que les maisons d'éditions ne tenteront pas le coup (en dehors du fait qu'elles se moquent manifestement de leur catalogue de LDVELH). Tiens, l'avantage des tablettes, c'est aussi d'empêcher que les autres voient ce qu'on lit. Parce qu'une couverture de la Citadelle du Chaos, dans le métro, ça fait toujours un peu con. LOL



Répondre
#9
HDV a écrit :C'est pour cela qu'il faut chasser les anciens fans devenus trentenaires, qui convertiront eux-mêmes leurs enfants. Donc proposer des trucs plus adultes.

Pas forcément d'accord avec toi !
- Les jeunes ne se posent plus pour lire : cela dépend des jeunes, navigue sur certains forums de romans policiers ou de stephen king, tu verras que beaucoup de jeunes lisent. Et les séries Harry potter (livres), prouvent aussi que les plus jeunes peuvent s'émerveiller devant des lignes obligeant leurs petit cerveau à s'imaginer des mondes...
- Les trentenaires, pour ma part du moins, vont tout faire pour convertir leurs enfants ; non pas que je veuille que mes gosses soient mes copies (les pauvres !) mes je pense qu'il serait dommage qu'ils passent à côté de certaines choses qui sont de "notre" époque. À ce titre mes parents m'ont appris le jardinage ou le bricolage, pourtant ce n'était déjà plus trop de mon époque (sega et nintendo nous envahisseaint déjà !)
- Les enfants grandissent dans un monde où tout est montré, tout est matériel. Il leur serait peut être bénéfique de pouvoir s'évader dans des mondes connus que par eux, leur propre imaginaire comme coin secret...
- Pour les thèmes plus adultes, tu as raison à mon goût, et je ne remercierais jamais assez ceux qui ont créé les sites comme Xho, où là tu peux lire des ldvelh "adultes", écrits par des amateurs et souvent meilleurs que ceux des pros !

L'avenir nous dira le reste...
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#10
Concernant les livres sur tablettes en anglais, il y a le blog de Tin Man Games qui contient des articles intéressants pour ceux qui lisent l'anglais : http://tinmangames.com.au/blog/

Sinon, comme Sunkmanitu, je ne pense pas que les jeunes lisent moins aujourd'hui qu'avant, bon ça reste à vérifier. La crise des ldvelh semble plus liée à celle que connait les jeux de rôle papier.
Répondre
#11
Un sujet intéressant! Perso, je continue de penser que c'est par le genre très ciblé des "AVH comiques" qu'un nouveau et large public pourrait être touché.
Répondre
#12
Je ne le dirais jamais assez, l'un des défauts de livres-jeux sont leurs règles, qui sont souvent mal adaptées au récit. On a utilisé les règles DF un peu partout, or je pense que chaque livre doit avoir son propre type de règles, simples de préférences, et immersives : il faut avoir juste ce qu'il faut pour donner de la consistance au récit d'une part, et pour mettre dans l'ambiance d'autre part.
Ex de règles adaptées : faire des règles avec des combats en plusieurs tours pour les combats à l'épée -ça correspond aux passes d'armes (L'or venu de l'est), des règles axées sur la gestion des rapports humains si on incarne un diplomate (Chienlit sur chienlit), éviter les chiffres si on joue un animal (La Commune Ôtée de l’Agneau : pas de points de vie mais des niveaux de santé, et la gestion des combats était assez imagée), pour mon AVH sur Fallout j'ai fait des règles de combat très simples mais mis en avant des paramètres sur la survie pour mettre la pression sur le lecteur, etc.

Les règles complexes ou inadaptées ont tendance à repousser l'adulte moyen ou à le détourner du récit, qui doit quand même -de mon point de vue- occuper la place centrale. C'est vraiment mon opinion personnelle, mais à mes yeux les règles viennent en soutien du récit, et c'est tout. Dans l'optique d'une publication, je pense que ce serait préférable (et pour mon plaisir personnel, aussi). Après, rien n'empêche certaines AVH d'être des jeux de rôle en solitaire, c'est sympa aussi.

Concernant la jeunesse, je pense que si les mangas sont plus lus qu'auparavant, les autres types de lecture sont en baisse. ça n'empêche pas qu'il reste des tas de jeunes bons ou très bons lecteurs, notamment aux rayons fantasy et tout ce qui est imaginaire, mais d'une manière générale, je pense qu'il y a une baisse de la lecture. Et bien entendu, les jeux de rôle sur pc ou console dépassent largement la plupart des livres-jeux classiques, non seulement par leur technicité visuelle, par les nombreux choix qu'ils proposent, mais aussi par leurs scénarios qui peuvent être supérieurs à des livres-jeux. C'est pourquoi, même avec une élévation du niveau littéraire, je ne pense pas que des livres-jeux axés sur le jeu puissent jamais être vendus, à moins de se surpasser au niveau du scénario, du style, et de la stimulation de l'imaginaire suscité durant la lecture. Car c'est évidemment ce côté stimulation de l'imaginaire qui est un plus des livres-jeux par rapport aux jeux vidéos.
[Image: litteraction5.png]Littéraction.fr
Le site de livres-jeux dont VOUS êtes l'auteur !
Répondre
#13
Déjà si les editeurs faisaient l'effort de traduire les derniers DF ce serait dejà une bonne chose !
Répondre
#14
Hum, en fait on s'est mal compris avec Sunkmanitu. Quand je dis "chasser les trentenaires", c'est au sens littéral, celui de "Hunter", il faut les "attraper" les trentenaires. Pas les chasser au sens de les "virer". J'avoue qu'en me relisant ce n'était pas tout-à-fait clair.

Ceci dit, sur les jeunes et la lecture, il n'est pas évident d'avoir la bonne réponse étant donné qu'aucun chiffre ne circule sur le sujet. Ton analyse se basant sur des cas particulier, il me semble compliqué d'en tirer une conclusion plus générale. Mon approche se voulait être une vision plus macroscopique, prenant en compte des évolutions sociétales importantes (Facebook, téléphone portable, jeux vidéos...).

Pour le reste, je suis d'accord avec toi. Je pense qu'il faut que les LDVELH redeviennent une mode. Aujourd'hui, pas de mode sans buzz. D'où le problème : "comment créer le buzz ?"...



Répondre
#15
(06/12/2010, 14:43)H.d.V a écrit : "comment créer le buzz ?"...

heuhh... Marais aux Scorpions III ? Mrgreen














Surprisut:
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)