Publier une AVH en 2011
#1
A tous,

Depuis quelques mois, l’envie de publier une AVH me taraude.
Pour préciser, je ne suis pas auteur d’AVH, mon but n’est pas de publier mon œuvre mais de trouver ou commander une œuvre inédite.
Je pensais à quelque chose orienté « adulescents », basé sur un univers connu (voir une licence) et minimisant le hasard.

De part mon poste au sein de jeu de rôle magazine, j’ai une bonne habitude des soucis liés à la création et l’édition, donc je ne me lance pas dans l’inconnu seulement armé de ma passion. De plus, niveau légal, cela se ferait sous le couvert de l’association actuellement responsable du mag.
Dans un premier temps, afin de bien préciser la faisabilité du projet avant de commencer à lancer des appels à textes/collaborations, je me pose deux questions.

En premier, je me demandais si le support « magazine » (format A4, 80 pages plus couverture) serait un support intéressant pour une AVH ? Un format plus réduit, du type « reader digest » (A5) serait aussi envisageable mais toujours en format magazine (couverture souple).
C’est un format que je maîtrise et pour lequel je peux facilement trouver des personnes compétentes en terme de PAO. De plus, cela permet de placer de grandes illustrations, ce qui semble être un atout si je me base sur les différents fils de discussions de ce forum.

En second, quelle serait la taille du public concerné ? Il ne faut pas se leurrer, le prix est relatif au nombre de AVH imprimés mais il est inutile d’en imprimer 10000 si seulement 1000 sont vendus. De plus, le circuit de vente serait plutôt basé sur des ventes directes, des boutiques online et en dur, voir quelques gros kiosques mais pas dans les grandes surfaces.

Auriez-vous des avis sur ces deux premiers points ?

R.
Répondre
#2
En ce qui me concerne, pour le premier point, je suis plus pour un format de type A5, car plus facile à ranger dans une bibliothèque qu'un format magazine.

Pour le second point, je peux répondre uniquement que je suis déjà intéressé et ne peux me prononcer pour les autres. Wink

Etant un grand fan d'OTP ultra-difficiles, je vote pour cette option pour l'AVH (en essayant d'éviter un style livingstonien si possible LoolTongue)
Répondre
#3
en fait, en 1987 il y avait le magazine Indiana

http://planete-ldvelh.com/page/indiana1.html

qui ne contenait que ça, que des avh, un vrai bonheur ! c'etait vendu en kioske, malheureusement, la parution c'est arreté après 3 numéros Crybaby

il y a eu aussi le magazine Piranha

http://planete-ldvelh.com/page/piranha4.html

pareil, vendu en kioske et qui n'as pas duré longtemps non plus, mais qui contenait un peu de tout, des trucs pour djeun selon les criteres Gallimard / telerama. parfois on y trouvait un rpg, et parfois (3 x) une grosse avh.

bref, sur que si ça sort je l'achete, mais 1000 j'ai des doutes...je suppose que cela serais accompagné de pub dans jeu de role mag, mais serais-ce suffisant ? c'est quoi le tirage de jeu de role mag ?
Répondre
#4
C'est quoi des « adulescents » ? (je ne parle pas la langue de bois, désolé...)
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#5
Bonjour,

Pour le format je serais plutôt pour un "petit" format. Tout simplement parce qu'après avoir eu l'occasion de lire des aventures sur un format plus grand (ou dans une police plus petite, ce qui revient au même dans mon raisonnement), je me rends compte qu'on a beaucoup plus envie de parcourir des paragraphes sur lesquels on n'est pas, notre oeil est attiré par des caractères gras ou italiques sur l'autre page, par une illustration (même sur un LDVELH, qui a résisté à l'envie de lire le texte sous les images pleine page relatives à un autre paragraphe ?), etc.

Vu que le produit serait peu (ou pas) distribué en kiosque, ce format un peu particulier ne serait pas un obstacle à la vente.

Pour le nombre d'AVH qui pourraient être vendues... je n'en ai strictement aucune idée.
Arzarach, de cheval
Répondre
#6
Adulescent c'est un néologisme pour désigné les adultes qui ont des centres d'intérêt considérés comme adolescents par les adultes qui ne croient avoir que des centres d'intérêts adultes...

Sinon pour répondre à Radek : sur le premier point, peu importe le format en fait, l'avantage du format magazine, c'est effectivement les illustrations. L'inconvénient, c'est l'aménagement des bibliothèques LOL , mais le format A5 semble le résoudre.
Pour le second point, je ne sais pas trop, mais je crains que si tu pars avec des nombres comme 1000 ou 10000 à l'esprit tu risques d'être déçu. Si ça peut servir de base (j'en doute), le forum stagne à une cinquantaine de visiteurs uniques par jour, je ne sais pas dans quelles mesures un tel nombre peut être significatif d'un publique intéressé par les ldvelh.
Reste à voir si des gens n'étant pas à la base passionnés par les ldvelh mais ayant un centre d'intérêt proche (je pense surtout aux rolistes) peuvent être intéressés, mais de ce point de vue, j'ai bien l'impression que peu de rolistes sont intéressés par les avh. De certaines discussions que j'ai pu avoir avec quelques uns de ma connaissance, les livres jeux seraient une sorte de prémisse au jeu de rôle qui ne représente pas vraiment d'intérêt.
Répondre
#7
Bonjour Radek,

Évidemment je trouve ton initiative très excitante et suis prêt à y apporter toute ma passion en cas de besoin.

Concernant les 2 points cités pour lancer le sujet :

- personnellement le format « magazine » ne me déplairaît pas, je pense qu’il permettrait même certaines audaces de mise en page par rapport au format de poche (meilleure harmonie texte/illustrations, texte pas forcément « rangé » en colonne).

- difficile de dire quel succès une telle AVH rencontrerait : je crois sincèrement qu’un ouvrage plutôt léger en terme de règles et de contenu (c'est-à-dire avec un fond humoristique, par exemple dans le style de « your story » de Sukumvit ou encore, quoique déjà + poussé ludiquement parlant, à la manière du « seigneur des agneaux – la commune ôtée de l’agneau » d’Orion) aurait des chances de plaire plus que ce qu’on imagine (>10000). Une telle AVH permettrait, me semble t-il, « d’ouvrir la voie » pour d’autres ouvrages au ton plus sérieux (là les exemples ne manquent pas parmi les AVH plébiscitées lors des précédentes éditions du concours « Yaz »). M’enfin on ne doit pas être nombreux à partager mon optimisme et ma vision. Et puis peut-être que tu ne penses pas du tout à cette catégorie d'AVH en initiant ce projet.

Je reviens sur le début de ton message : quand tu parles « d’œuvre inédite », tu veux dire « jamais publiée sur papier » ou bien « jamais lue nulle part » ?
Répondre
#8
@Radeck:
J'ai publié une nouvelle fantasy dans une antho chez Nesti il y a quelques années, et on a tiré à 1000 exemplaires. Au-délà c'est trop pour débuter.
Pour le format, je suis favorable à un livre de poche qui tienne dans une bibliothèque.

Quand je surfe dans des forums de jeu de rôles, je vois bien que les ldvelhs ont beaucoup de sympatisants, qui dépassent énormément en nombre les réguliers de notre forum. Ne serait-ce que par pure nostalgie. Toutefois, ils s'en détournent car beaucoup de ldvelhs sont trop juvéniles. Je les comprends tout à fait. J'attends toujours un LDVELH beaucoup plus adulte et mature, même si il traite de fantasy. Il leur est plus facile de trouver des sources d'inspirations pour leur imaginaire avec des scénarii de JdR clé en main.

Une solution alternative serait de développer des ldvelh sous licence dans des univers connus de JdR, avec l'idée que la lecture du JdR soit une source d'inspiration pour une campagne. Loup Solitaire est un bon exemple.
Toutefois il est beaucoup plus facile d'écrire un supplément/scénar pour JdR qu'un ldvelh. Faire un ldvelh adulte est difficile car le format interractif ne s'y prête guère : l'action et le rythme sont très en faveur de paragraphes relativement courts, hélas parfois laconiques dans les cas extrêmes. Cela renforce la nécessité de faire un choix rapidement et que le lecteur ne se sente pas passif.

Outre LS, l'Oeil Noir ou la série des Portes Interdites d'influence Lovecraftienne démontrent qu'il y a un potentiel et que des synergies sont possibles. Mais le problème des licences est que c'est cher et qu'on a des auteurs/pondeurs complètement dénués d'inspiration (cf Forgotten Realms ADD, Star Trek ou Star Wars rien que pour les romans).

Enfin, les ldvelh n'ont pas tous été écrits pour des ados, celui de Raymond Queneau mis à part.
Il y a eu des érotiques/porno (New York Sandra, etc...) ou surtout l'érotique "Derrière La Porte" qui s'est très bien vendu je crois, et chez un éditeur très connu.

Maintenant, je dirais que tout repose sur le talent de l'auteur. Si Tolkien, le Zelazny des Princes d'Ambre, Lovecraft, G.Martin du Throne de fer, ou Robin Hobb avaient fait des ldvehs, en s'adressant à un public plus adulte, la donne serait complètement changée ...

Enfin, je citerai le succès de "La créature du Chaos" qui avait un background extrêmement étoffé, avec sa très longue intro, ses mythes, etc... C'est un exemple pour moi de ce qu'un ldveh pourrait apporter comme alternative de scénar à un JdR.
Egalement, les Mages de Solani ou surtout La Vengence des Démons, qui sont des ldvelhs plus sombres et plus adultes.
Enfin, le Talisman de la Mort, le cycle de la Voie du Tigre ou la série Destins, ou Astre d'Or qui ont été écrits suite à des campagnes de JdR dans un monde bien pauffiné par les auteurs.

Enfin je dirais qu'il faut avoir un peu d'ambition. Je crois que nous sommes à l'âge de pierre des ldvelhs et de la littérature interactive, et qu'il y a mille choses à créer... Maintenant, je connais aussi un peu les travers de l'édition et surtout de la pub. Si Bernard Werber (que je n'estime pas des masses) faisait un ldvelh, je pense que toute la presse crierait au génie. Qui sait si ce n'est pas cela dont on aurait besoin...
Répondre
#9
C'est vrai qu'en allant sur des sites de jeux de plateau ou jeux de rôle, l'évocation des LDVELH déclenche toujours de gros soupirs nostalgiques de la part d'un bon nombre. Ils ne sont pas au point d'errer sur ce forum ou gamebook, mais je suis certain qu'une publication en annexe d'un magazine de jeux plairait à beaucoup d'autres personnes que celles ici présentes.
Tout est peut-être une question de "pub", de vitrine.
Répondre
#10
Je pense aussi, comme je le lis dans les précédents messages, qu'il faut impérativement que le style littéraire, l'histoire et le background se démarquent des LDVELH d'origine. Même si beaucoup de rôlistes sont nostalgiques, il est fort probable que le LDVELH garde encore une image de "livre-jeu pour les ados". Et dans ce cas, un bouche à oreille défavorable pourrait faire passer des lecteurs "vierges" complètement à côté. Après tout, le public "adulescent", même s'il sera de fait intéressé par ces ouvrages, ne sera qu'une petite partie de la cible.

Je crois donc qu'il faudrait tout faire, dans ce cas-là, pour couper le cordon avec les LDVELH et par là-même les idées reçues. Utiliser un format un peu différent du livre de poche classique, utiliser des titres moins "ados" (Le x du y) et dénommer différemment la gamme.
Arzarach, de cheval
Répondre
#11
Les nostalgiques des livres dont vous êtes le héros ne se trouvent pas que sur les forums de jeux de rôle. Faites le test autour de vous et parlez en à des amis non rôlistes, vous verrez.

Je fréquente par exemple un forum dédié à l’Amstrad CPC (ordi des années 80 mais je ne vous apprend rien, je pense), et il y a un sujet sur les livres dont vous êtes le héros. Quelqu’un y a même donné un lien vers Rendez-vous au 1. Bon, certes, informatique et jeux de rôle vont souvent de pair et la période correspond aux deux sujets, mais quand même.
Répondre
#12
Je pense qu'une traduction plus respectueuse intéresserait à elle seule un public plus ado/adulte... faut pas se leurrer ce qu'on veut au final, c'est de la difficulté, du sérieux (pas d'entourloupe), du sang, du suspens, des frissons, de la longueur (ne pas hésiter à dépasser les 400 paragraphes), un style, un fond solide & de bonnes illustrations. Concernant les règles tant que c'est jouable tout est possible là aussi. Si en plus, on est un peu plus qu'un héros en mal d'aventure (comme dans la Créature venue du Chaos, Le Manoir de l'Enfer, etc...) ce sera le bonheur.
Quand au nombre de lecteurs potentiels peut-être serait-il utile de choisir l'option pré-commande pour s'assurer d'une vente minimale et vendre une deuxième partie après liquidation, non ?
Perso je ne suis pas rôliste, ni amateur de jeux sur informatique, juste amateur de jeux sur plateau sf/horreur.
Répondre
#13
A tous,

Merci pour tous ces retours qui me permettent de mieux préciser le projet.
Si je résume bien les différents points de vue :

1)Le format :
Visiblement, le format A5 ne pose pas de soucis pour vous, ni le format magazine (couverture souple, dos agrafé, etc).
2)Le style
Un style plus adulte, avec de vraies descriptions et agréable à lire.
3)Le tirage
Entre 100 et 1000 ... Je dirais plusieurs centaines dans un premier temps maximum.
4)Public
Un public plus adulte, plus exigeant en terme de ocntenu et de style. Du rôliste mais surtout d'autres, plus attirés par le côté « aventure » que rôle au sens strict.
5)L'histoire
Une histoire jamais publiée ou mise à disposition sur le net.
6)L'auteur
Un auteur connu serait le bienvenu.A tout le moins, un auteur avec une « plume » caractéristique.

Voici donc la suite des questions :

Quel nombre de page minimum ?

Des paragraphes plus complets avec de vrais détails permettant de faire des choix plus réfléchis ou des paragraphes courts mais beaucoup plus nombreux, même si les choix sont plus basiques ?

OTP ou plusieurs solutions possibles ?

Que diriez vous d'une Avh dans un univers connu comme cleui de Lovecraft ?

Quel prix ?

Merci pour votre aide à tous,

R.
Répondre
#14
En fait, je me demande, depuis le début, si ton projet concerne de nouvelles AVH écrites par des auteurs connus pour d'autres œuvres, ou si tu parles de publier l'une des nombreuses AVH déjà écrites par l'un de nous (tu as l'embarras du choix sur ce forum).

Pour ton sondage : Personnellement, le nombre de pages importe peu, c'est le contenu qui compte. Les paragraphes devraient être assez complets, sans toutefois être si longs qu'ils étouffent la sensation de lire une AVH. Je ne suis pas extrêmement friand de OTPs, en particulier, ceux où la qualité OTP de l'aventure est artificiellement imposée par l'auteur dans le but premier de faire perdre le joueur. Une AVH dans un univers établi n'amène-t-elle pas des problèmes de copyright ? Et enfin, le prix est sans objet, puisque je vis au Canada, là où le magazine n'atterrira vraisemblablement jamais. ^_^
Répondre
#15
Radek a écrit
Citation :un auteur avec une « plume » caractéristique.
=> Oiseau, question plume, il est bien fourni. Wink

@Radek, pour tes questions :

1) Avh dans un univers connu comme celui de Lovecraft ?
=> on a parlé des Portes Interdites, mais pas de "Seul Face au Wendigo", seul ldvelh traduit en français sur la poignée existante en VO., qui soit officiellement dans l'univers de Lvecraft. Je ne l'ai pas lu mais c'est un grand format cartonné comme un Manuel des Joueurs,avec 600 paragraphes.

Perso un univers Lovecraftien m'irait bien, qu'il soit officiel ou pas : on peut faire du dark, du gothique, de l'horreur sans forcément le folklore "officiel" estampillé Chtulu.
Il y a de la marge entre Vampires, Loup-Garous, etc... mais faudrait veiller à ne pas être trop caricatural, et bannir les clins d'oeil et références (je déteste voir une copie de Van Helsing pointer son museau) qui sont une solution de facilité.

Pour la longueur des paragraphes: surtout pas laconique, les longs avec des descriptions sont + favorables à l'immersion.
Twisted Mais il y a des écueils :

1) veiller quand même à laisser une part d'imagination
2) les faire courts quand il y a de l'action ou des choix critiques à faire, histoire d'augmenter un peu le rythme cardiaque du lecteur: on ne fait pas du Proust quand on veut esquiver un coup mortel.

3) surtout être interactif avec plusieurs choix : sinon on a l'impresssion de lire un roman dirrigé (Loup Ardent, les derniers Loup Solitaire) : trop de lieux et choix imposés.
Des moyens différents d'arriver à la fin (itinéraires, etc) sont pour moi le must permettant des relectures :
ex : Le Pirate des 7 mers , 1er tome de la série Destins: avec dans la 1ère partie du livre, 2 longues voies parallèles bien différentes mais qui permettent de gagner quand-même.

OTP ou pas ? certains adorent, d'autres pas. Dans l'AVH que je n'écrirai probablement jamais, je souhaitais permettre les deux en même temps en fait :

1) aventure classique : pas de frustration : on peut gagner loyalement, surtout si c'est une saga (comme L.S.).

2) OTP : De l'autre côté, on peut dès le départ, choisir un trait de personnage comme "maudit" ou "bersek" par ex, qui oblige à un OTP : où on rajoute +20 avec certains § à n° en italique, (comme l'oracle des Chroniques Crétoises, La créature du Chaos ou la Couronne des Rois) qui corsent la difficulté => OTP sanglant.

Dans un univers Lovecraftien, par ex, un trait de départ comme "fragilité mentale" pourrait changer/forcer plein de choix, faire rater des indices indspensables, etc...
Inconvénient : surcharge de travail pour l'auteur ! Mais 2 livres en un pour le lecteur => relectures pour essayer le OTP après.

bon, ce ne sont que mes reflexions personnelles. Et la question posée par Oiseau tient toujours....
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)