[YAZ 2022] Une enquête de Maître Renart
#16
Pour ceux - et je sais qu'il y en a - qui seraient moins à l'aise avec les fictions interactives numériques qu'avec les AVH sur support traditionnel papier ou PDF, je fournis en "bonus" sur la page Littéraction dédiée la conversion d'Une enquête de Maître Renart en un format connu et accepté de tous.

"Bonus" est une façon de parler. En vérité, revenant sur ma présentation initiale, c'est cette nouvelle version que je souhaiterais faire concourir aux Yaz, en lieu et place de la FI Moiki.

Cela devait arriver : peu de temps après ma première publication, j'ai été pris de scrupules. Bien que je maintienne que la structure d'une FI Moiki en fait l'équivalent d'un livre-jeu numérique, force m'a été d'admettre que son pendant en livre-jeu ne pourrait être pas écrit exactement de la même façon. Et je ne parle pas seulement de la possibilité évidente de cacher les conditions ou "codes" de passage d'une section à l'autre. Les seules contraintes techniques d'adaptation aux écrans mobiles obligent à penser différemment le découpage du texte en sections, le rythme de la lecture, le style, invitent à diviser en petits modules réutilisables en limitant le copier-coller (facilitant ainsi la correction des fautes) - un découpage à peu près impensable dans le cadre d'un livre-jeu, sous peine d'épuiser le lecteur à force de changements de paragraphe qui ne se font pas en un clic. J'ai donc souhaité faire l'effort de repenser et proposer mon histoire sous une forme plus communément acceptée, pour ne pas faire comme si les deux techniques d'écriture étaient équivalentes et aussi, personnellement, pour juger de l'écart entre elles.

D'autre part, cette réécriture m'a donné l'occasion de corriger un certain nombre de fautes qui avaient jusque-là échappé à ma vigilance : fautes de style, fautes de français, fautes de personne même (à l'origine, il y a eu une commande de FI écrite à la troisième personne... et la conversion ne semble pas avoir été parfaite Neutre ). J'ai également apporté une évolution au niveau du jeu, que je laisse découvrir à ceux qui y auraient déjà joué.

J'ai amendé en conséquence le post initial et la page Littéraction.
Your life and your mission end here.
Répondre
#17
J'en fais partie. Merci de l'effort.
Répondre
#18
Merci également ! Pareil pour moi. Même si les aventures en ligne sont intéressantes en ce qu'elles permettent de rajouter des images, du son, de la musique,et gèrent la feuille d'aventure à la place du lecteur, je préfère tout de même le format papier et les PDF qui valorisent mieux la dimension littéraire et laissent plus de liberté au lecteur dans la façon de lire l’œuvre (possibilité de revenir en arrière, de tricher, de faire une pause, etc.)
Répondre
#19
J'ai bien aimé ma première tentative en format numérique, j'allais refaire un essai pour tenter d'améliorer mon sort, je vais tester la version pdf cette fois.
Répondre
#20
J'ai fait une première tentative. De manière générale j'aime beaucoup les AVH de Loi-Kymar, et celle-ci ne déroge pas à la règle. C'est souvent inattendu, très bien écrit, en restant fluide et limpide.
Rien que le choix d'incarner Maître Renart est une manière élégante de prendre à contre-pied les ldvelh historiques, alors que la trame en elle-même reste assez classique.
Je n'ai pas encore trouvé le coupable, cela étant dit.
Répondre
#21
Réussi à la 4e tentative ! (la meilleure fin je crois)
J'ai beaucoup aimé cette fiction animalière et son côté original. Le ton est très juste, ça cadre parfaitement avec l'histoire. En fait, j'ai trouvé que c'était un très bon texte, constant d'un bout à l'autre, alors chapeau pour ça. Le personnage de Renart avec toutes ses fourberies est très intéressant. Il y a une bonne quantité de choix, alors pas mal de liberté et de chemins à explorer. Il y a un petit quelque chose d'apaisant dans l'ambiance qui m'a fait pensé au Vent dans les saules. Pour moi la version en ligne apportait un plus avec la musique et les images, très bien fait.

Le seul petit truc qui m'a un peu accroché est le mélange entre le côté occidental (fromage, chiens, ferme, renard,..) et les animaux de la jungle, donc j'avais parfois un peu de difficulté à me représenter les lieux.

Au final belle AVH, bravo! (cette cuvée 2022 va être solide!)
Répondre
#22
Merci gynogege et Flam !

Pour le mélange des types de forêts, c'est volontaire - même si ce n'est plus tout à fait dans l'esprit du Roman de Renart ! Après tout, c'est le Royaume animal, et j'ai souhaité suggérer que toutes les espèces et leurs environnements naturels pouvaient y être représentés.
Your life and your mission end here.
Répondre
#23
Une petite aventure légère et sympathique.

Les personnages m'ont paru sonner juste, avec un Renart rusé mais loin d'être infaillible, un Ysengrin moins malin que lui mais pas aussi bête qu'il n'y paraît, et un peuple de la forêt qui sait à quoi s'en tenir avec les canidés.

Juste un petit bémol pour le dernier animal dont on croise le route, affichant une ressemblance un peu trop flagrante avec l'un des méchants d'un certain film Disney, au point de rompre l'immersion. Autant les singes, ça passait sans problème même s'ils ne faisaient pas « couleur locale », parce qu'ils étaient cohérents avec le reste de la forêt, autant ce dernier adversaire semble surgir d'une toute autre histoire.

Quant à la liberté d'action, je dirais qu'elle est correcte sans être exceptionnelle, la faute à quelques goulets d'étranglement un peu raides (impossible de se passer des corbeaux par exemple). Bon point en revanche pour toute la quête secondaire totalement optionnelle pour se trouver de la compagnie, que j'ai trouvé intéressante sans être envahissante.

Bref, une agréable si courte lecture.
Répondre
#24
Merci Skarn !

(18/09/2022, 18:15)Skarn a écrit : Une petite aventure légère et sympathique.

Tout est parti d'une commande à destination d'un jeune public.

(18/09/2022, 18:15)Skarn a écrit : Juste un petit bémol pour le dernier animal dont on croise le route, affichant une ressemblance un peu trop flagrante avec l'un des méchants d'un certain film Disney, au point de rompre l'immersion. Autant les singes, ça passait sans problème même s'ils ne faisaient pas « couleur locale », parce qu'ils étaient cohérents avec le reste de la forêt, autant ce dernier adversaire semble surgir d'une toute autre histoire.

Roh, ça va, il est moins mielleux que l'autre – auquel je n'ai pas pensé un seul instant en écrivant ces passages – et n'a pas de spirales qui tournent dans les yeux Tongue Ceci dit, j'admets que je pourrais trouver un antagoniste plus original. Je me réserve la possibilité d'y remédier – ainsi qu'au "goulet d'étranglement" – avant la date butoir.
Your life and your mission end here.
Répondre
#25
Première révision non négligeable ! J'avais, euh, oublié un paragraphe – qui a évidemment fini en dernière position... Redface
Your life and your mission end here.
Répondre
#26
Trois caractéristiques originales pour cette aventure bien sympathique :
- son cadre, le roman de Renart
- ses règles, au néant absolu
- son scénario, une enquête policière.
Et ces trois particularités deviennent des atouts car elles sont très bien exploitées.

J'ai beaucoup apprécié comment Franchiver / Loi-Kymar tu t'es approprié l'univers du goupil. En particulier par l'écriture, un peu médiévale juste ce qu'il faut, le tout dans un style toujours impeccable. Les animaux sont variés et bien campés, avec une mention spéciale pour la dogue et le loup. Par contre, j'ai un peu regretté qu'une forêt tropicale avec des animaux à l'avenant voisine nos bois tempérés. Je ne suis pas un spécialiste de Renart, mais je ne me rappelle pas cette excentricité dans l'oeuvre originale.
L'absence totale de règles, et en particulier de codes à noter, est toujours un pari risqué. L'énorme AVH Xer avait géré ça avec une construction labyrinthique truffée de PFA et donc, d'une très grande difficulté. Dans la collection Le Vrai Chemin, l'absence de codes était un peu préjudiciable car j'oubliais parfois certaines actions antérieures, surtout lors des relectures. Mais ici, comme l'aventure est plutôt courte et dans une structure bien délimitée, ça ne m'a pas gêné. Juste quelques légers efforts de mémoire peu chers à payer pour le gain de fluidité absolue.
Enfin, le titre de l'AVH est mérité car on a droit à une vraie enquête! Pas du Nils Jacket, pas du Sherlock Holmes, mais des lieux à explorer et des personnes à interroger avec sagacité. La structure est maligne, avec une sensation de liberté relativisée par des décisions cruciales à prendre au bon endroit et au bon moment. Le mystère est entier au départ et, malgré le grand nombre de possibilités initiales pour glaner des indices, ne se laisse pas dévoiler si facilement que ça. Même si j'avais flairé le piège tendu par mon meilleur ennemi, je me suis retrouvé le bec dans l'eau lors de mes deux premières tentatives. La troisième fut la bonne, bien que je n'ai atteint qu'une victoire partielle avec un score de 1/2.
J'ai eu beau chercher un peu partout cet os qui me manquait, je n'ai jamais réussi à me faire accompagner. Ce qui était un peu frustrant au vu du nombre de fois où on me l'a demandé! Ce qui signifie que l'architecture de l'aventure est plus vicieuse qu'elle n'en a l'air au prime abord, de quoi émoustiller les lecteurs-joueurs qui aiment décortiquer les aventures.

En tout cas, c'était original et agréable. Tes aventures ont en plus le mérite de la variété.
Répondre
#27
Merci beaucoup, Fitz !

Moi non plus, je ne me rappelle avoir lu de forêt tropicale dans aucune version du Roman de Renart Mrgreen Sur ce point, je dirais que c'est la diversité supérieure des Fables de La Fontaine qui m'a inspiré cette licence exotique. Au mépris, certes, de la cohérence : les deux types de végétation ne devraient sans doute pas être si proches...
Your life and your mission end here.
Répondre
#28
Afin de rendre ma réappropriation du monde de Renart un peu moins... fourre-tout, j'ai procédé à quelques changements :
  • Les noms de quelques personnages secondaires ont été changés : certains directement d'après Le Roman de Renart, d'autres avec des noms dont la sonorité et l'orthographe s'inspirent de cette œuvre.
  • Pour rétablir une certaine cohérence géographique dans la direction artistique, le clan des Amasseurs ne vit plus dans une forêt de palmiers ! J'ai tâché de remplacer celle-ci par un décor intéressant.
Your life and your mission end here.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)