Phasmophobia
#1
"Le principe est simple. Notre agence de protection contre les fantômes fonctionne sur un roulement entre 3 équipes : l'équipe de recherche, l'équipe d'investigation - c'est nous - et l'équipe d'extermination. 

La première équipe ne met pas les pieds dans le bâtiment hanté. Ils épluchent les archives de la ville, les cadastres, les vieux journaux, et essaient d'obtenir les plans d'architecte des lieux, ainsi que toutes les informations dont la 2ème équipe aurait besoin. Quel est le nom du fantôme ? Est-ce un homme ou une femme ? S'est-il déjà manifesté à un groupe de personnes ou seulement à des personnes seules ? A-t-il déjà été violent voire meurtrier ?
Ensuite, ils passent toutes les informations recueillies à l'équipe d'investigation, qui se rend sur place.

Notre rôle est d'identifier précisément le type de fantôme auquel nous avons affaire. Est-ce un revenant, un démon, un esprit ? Nous disposons pour le découvrir d'un équipement spécialisé, conçu pour détecter les preuves du surnaturel : lampe à UV, détecteur de champ magnétique… Il nous est aussi nécessaire, au cours de notre exploration, de trouver quelle pièce ou quel couloir est le lieu de résidence du fantôme, même s'il est capable d'en sortir et de déambuler dans le reste du bâtiment. 
Je ne te cache pas que c'est un métier à risques. Beaucoup de fantômes sont violents et peuvent nous attaquer si on les met en colère, s'ils sentent notre peur ou simplement parce que nous restons trop longtemps en intrus sur leur territoire. 

Une fois que nous quittons les lieux - espérons, sains et saufs -, avec toutes les preuves que nous avons pu récolter, nous transmettons toutes les informations, ainsi que notre conclusion définitive sur le type de fantôme dont il s'agit, aux membres de la troisième équipe, qui prennent le relai. Eux-seuls se chargent de débarrasser les lieux du fantôme : ils sont équipés et entraînés pour cela, mais le résultat de notre investigation est capital pour leur succès. Et leur survie."

Ainsi expliquai-je à Jehan, le nouveau venu et seul autre membre de mon groupe. Des deux, j'étais pour ainsi dire le vétéran, puisque j'avais passé l'entraînement 3 fois avant de le valider. Je n'avais encore jamais été envoyée sur un contrat avec un fantôme violent jusqu'ici. Lui non plus, mais lui n'avait même pas passé l'entraînement. 

J'avais un peu l'impression d'être le Lieutenant Gorman dans Aliens.
"Vous avez inspecté combien de maisons hantées, chef ?
- Euh. Trois. En simulation.
- Mais en situation réelle, chef ?
- Une. Celle-ci y compris."

Tard dans la nuit, nous arrivons devant une petite maison de bord de route à Ridgeview, et nous stationnons le camion de l'agence.

"C'est le moment de bien écouter, le bleu ! Alors, voilà. L'équipe de reconnaissance nous a laissé ses notes sur ce tableau blanc : le fantôme est un homme du nom de Richard Dawson. Il est potentiellement violent et pourrait nous tuer si on le met en colère. Il est connu pour ne répondre qu'à des personnes seules dans une pièce, jamais à un groupe de deux ou plus -ah mince, ça c'est chiant. Ça veut dire qu'on va devoir se séparer pour le contacter, ce qui est plus dangereux.

Notre objectif principal est, bien évidemment, de trouver la salle dans laquelle il se terre principalement, et de quel type de fantôme il s'agit. Nous avons aussi des objectifs secondaires facultatifs.
- Objectif numéro 2 : essayer de l'étourdir en allumant un bâton d'encens.
- Oui, alors ça, tu laisses tomber, parce qu'on n'avait pas assez de sous pour acheter des bâtons d'encens, de toute façon, donc pour cet objectif c'est mort.
- Euh. Hein ? Objectif numéro 3 : avoir notre santé mentale qui tombe en-dessous des 50% ? En quoi c'est un objectif ?
- Bah c'est un challenge, quoi ! Heum…"

Je présente à Jehan l'équipement dans le camion.

"Ici, tu as l'écran d'ordinateur sur lequel apparaîtront les images des caméras de surveillance que nous placerons dans la maison. Sauf que là, on n'en a encore placé aucune, donc on a seulement accès à la vidéo de la caméra de surveillance qui est fixée au-dessus la porte entrée. On peut switcher *pense à tholdur*, euh je veux dire, on peut permuter entre la vision normale et la vision nocturne.
- OK.
- Tu vois cette carte, là ?"
Je pointe un autre écran sur la paroi opposée du camion, de tous les doigts de la main, reproduisant accidentellement le salut nazi.
" C'est le plan d'architecte de la maison. C'est une maison à 1 étage, avec 4 chambres, et 1 sous-sol. Le symbole ici, c'est l'emplacement du disjoncteur, au cas où on aurait à rebrancher le courant. Tu as compris ?
- Heil !
- Sur ce moniteur, tu as une évaluation de notre santé mentale…
- Hein ? Mais comment ça peut marcher, ce truc ?
- …sachant que le fantôme ne peut nous faire du mal que si notre santé mentale est basse, et que plus on reste dans le noir, plus notre santé mentale baisse.
Bon, sur ce moniteur-ci, tu as le volume du son dans la maison - pour l'instant, pas un seul bruit -, et sur celui-là, une mesure de l'activité surnaturelle dans la maison. Pour l'instant c'est calme. Le fantôme doit être en sommeil. Mais s'il commence à bouger des objets dans la maison, ça s'agitera un peu, et s'il essaie de nous tuer, ça s'agitera beaucoup.
- Euuuh, ok.
- D'après l'équipe de recherche, on devrait disposer de 5 minutes, à partir du moment où on aura passer la porte d'entrée, pour explorer la maison sans danger d'être attaqués comme intrus par le fantôme. Enfin, à condition de pas le provoquer directement, évidemment.
- Évidemment.
- S'il se montre timide et qu'on a besoin de le faire réagir, on peut essayer de l'appeler par son nom, mais uniquement en dernier recours. Le reste du temps, il ne faut pas l'appeler au risque de le provoquer.
Bon, je te montre l'équipement qu'on va emporter avec nous dans la maison.
Je vois que tu as pris la lampe-torche, c'est bien. C'est celle qui éclaire le mieux. Moi je prendrai la lampe à UV. Je prends aussi ça : c'est un détecteur de champ magnétique. S'il y a de l'activité fantomatique, je devrais pouvoir lire quelque chose. Ça, c'est un cahier, au cas où notre fantôme voudrait nous écrire quelque chose.
- Ça c'est quoi ?
- Ah ! Ça, c'est un détecteur d'ondes radio à modulation de fréquence. Ça balaie très rapidement toutes les ondes de la bande FM de haut en bas et retour. Si on pose des questions à notre fantôme, certains sont capables de nous répondre à travers ça. On appelle ça la "Spirit Box". Par contre, ça ne fonctionne que dans le noir, donc il faudra éteindre les lumières quand on l'utilisera.
Bon, sinon, l'équipe de reconnaissance nous a conseillé de venir avec un thermomètre électronique, mais j'avais plus assez de sous pour en acheter un.
Voilà, je crois qu'on a fait le tour. Tu as des questions, Jehan ?
- Oui, Madame. Pourquoi est-ce qu'on a une seule lampe-torche pour deux ?
- Euh, parce qu'on n'avait pas assez d'argent pour une deuxième.
- Donc, on a assez d'argent pour avoir un camion fourni avec tout ce matériel high-tech, des caméras de surveillance avec émission en direct, un détecteur d'activité surnaturelle en temps réel, un détecteur électro-magnétique… mais on n'a pas assez pour acheter une lampe-torche à la superette du coin et un pauvre bâton d'encens ?
- Euuuuh… Ben… C'est parce que c'est l'agence qui nous a fourni le camion et tout le matériel high-tech, mais pour l'équipement à prendre avec nous, ça devait venir de ma poche."

"Bon allez ! On a perdu assez de temps comme ça ! J'entre le code pour ouvrir le fond du camion et on entre dans cette fichue maison hantée ! Pour notre premier vrai contrat, Jehan ! Allez, l'agence a dit que c'était un contrat pour amateurs, donc ça devrait pas être trop dur… Heum… Bon, d'accord, on va mourir en cinq minutes…
-Mais non, Madame Lyzi. Je suis sûr que tout va bien se passer !"

Nous descendons du camion et approchons de la maison. La première, j'ouvre la porte d'entrée avec la clé que m'a fournie la première équipe, et j'entre à l'intérieur.
Je découvre avec soulagement qu'on peut allumer la lumière électrique de l'entrée sans aucune difficulté. Au moins, nous n'aurons pas à remettre les plombs.
Les meubles de l'entrée sont dispersés assez bizarrement, un peu comme si quelqu'un était sorti précipitamment en bousculant tout. Jehan ramasse une clé sur une petite desserte.

Nous apercevons un peu plus loin en face de nous l'escalier qui monte aux chambres. Sur notre droite, un petit salon et possiblement d'autres pièces. À notre gauche, un couloir étroit.
Nous commençons par le couloir du rez-de-chaussée, allumant les lumières au fur et à mesure de notre progression.

"Eh, Jehan. On va décider d'un truc. Quand tu passes une porte, soit tu l'ouvres complètement, soit tu la fermes complètement. Comme ça, si on retrouve une porte un peu entrouverte, ou un peu fermée, c'est que c'est le fantôme qui l'a bougée.
-Pas con !
-Et si toutes les portes claquent et se verrouillent d'un seul coup, c'est que le fantôme essaie de nous tuer.
-Cool..."

Jehan entre dans un petit local où il y a deux gros appareils ménagers, je pense un lave-linge et un sèche-linge.

"J'ai trouvé un bouton qui fait rien, Madame.
-Euh ouais… Je crois que c'est le chauffe-eau. Continuons."

Nous poursuivons dans la cuisine.

"Il y a des gros couteaux de cuisine par terre, Madame. C'est pas du tout inquiétant."
Je pousse une nouvelle porte, au fond de la cuisine.
"C'est le garage… Euh… Passe devant, Jehan, c'est toi qui as la meilleure lumière. Je suis… Je suis juste derrière toi.
-Bon, c'est bien le garage, voilà la voiture. Et l'interrupteur est là.
-Et voilà la disjoncteur. Mais il est déjà allumé, donc ça ne sert à rien d'y toucher.
-Richard ? Tu es là ?
-Chut ! Chut ! Chut !... Ah, je déteste quand la lumière vacille…
-Ah mince ! J'ai fait tomber le truc, là, la radio ! Je l'ai fait tomber dans l'armoire !
-La Spirit Box ? Attends… Voilà, j'ai ouvert, tu peux la reprendre.
-Euh, comment tu as fait ça ?
-Ben, j'ai utilisé… MA MAIN…
-Maaais…
-Je ne détecte aucun champ électro-magnétique. Je ne pense pas qu'on soit dans la pièce du fantôme. Cherchons dans d'autres pièces, il ne doit plus nous rester beaucoup de temps.
-Mais non, je suis sûr qu'il nous reste plein de temps."

Nous retournons dans le petit couloir entre l'entrée et la cuisine, et en face de la buanderie, nous entrons dans une petite salle de bain que nous n'avions pas visitée à l'aller.
"Euh, j'ai un robinet qui coule tout seul, là, Lyzi.
-T'es sûr ?
-Bah, je suis à peu près sûr que je peux pas ouvrir le robinet d'aussi loin, oui, j'étais encore sur le seuil de la porte quand il a commencé à couler !
-Attends, éteins la lumière, je passe l'évier et le miroir à la lampe à UV… Hmm… Non, pas de traces d'ectoplasme."

Nous repassons dans l'entrée et découvrons une petite porte à l'angle.
"Ah ! Attends Lyzi, j'ai vu une ombre bizarre sur le mur.
-Où ça ?
-Là, sur ce mur ! En haut à gauche. Tiens ta lampe à UV comme ça, là ! 
-Comme ça ?
-Oui, comme ça.
-Comme ça, dans ton dos, donc ? Bah, c'est ton ombre ça.
-Ah. Oui. Bon."
Il continue vers la petite porte et actionne la poignée.
"J'arrive pas à l'ouvrir.
-Tu peux pas essayer la clé que tu as trouvée tout à l'heure ?
-Ah, non, en fait, il fallait juste la pousser dans l'autre sens.
-Ok, descends l'escalier, je suis juste derrière toi.
-Alors... ça descend vers une cave je pense… J'ai trouvé un interrupteur, mais ça n'allume pas l'escalier… Je… AAAAAAAAAAH ! Ah, non, c'est toi.
-Bah oui, je t'ai dit que j'étais juste derrière toi… Et je pense que l'interrupteur en bas de l'escalier allume seulement la cave, je vois un liseré de lumière au-dessus de la porte."

Nous entrons et commençons à explorer la cave. Elle est deux fois plus grande que le garage, et bien fournie en outils.
"J'ai trouvé une scie", annonce Jehan. "Je pense que c'était important de le signaler.
-Il y a deux grandes armoires métalliques, ici. Au moins, si le fantôme nous attaque dans cette pièce, il y a de quoi se cacher.
-Monsieur Dawson ? Monsieur Dawson, vous êtes là ?
-Chut ! Chut ! Chut ! …
-Euh, attends… Quand tu dis que le fantôme peut réagir si on l'appelle par son nom… Tu veux dire que ce jeu a un système de reconnaissance vocale ?
-Bah oui !
-Ah, donc en fait, je nous mettais en danger depuis tout à l'heure, en fait ?
-Bah oui ! C'est pour ça que j'arrêtais pas de te dire "chut !" !
-Euh... Non en fait, j'appelais Monsieur Thompson ! Vous énervez pas Monsieur le fantôme !
-Ah, mais je suis une idiote ! On a affaire à un fantôme du type qui ne répond qu'à une personne seule ! L'équipe de reconnaissance nous l'avait mis sur le tableau blanc dans le camion ! On a toujours été ensemble, il risquait pas de réagir.
-Bah séparons-nous. Ça me parait une très bonne idée. Comme dans tous les films d'horreur, ça va sans doute très bien se passer…
-Jehan, t'es où ? T'es toujours dans la cave ? Moi je suis remontée.
-Ah, on se sépare vraiment, alors ? ...et je t'entends très mal, au fait.
-Bon attends, je retourne dans le camion vérifier des trucs.
-Ah, mais tu m'abandonnes carrément, en fait ?
-Non non, je veux juste vérifier des trucs…
-Euh, est-ce que tu peux parler dans le talkie, parce que là, je t'entends plus du tout.
-Eh merde ! Notre santé mentale !
-Allo ? Allo ? Parle dans le talkie, over !
-Rah, comment ça marche ce truc…
-Ben trouve !
-Ah, ça y est, j'ai trouvé comment allumer mon talkie.
-Et c'est moi le bleu…
-Jehan, notre santé mentale est vraiment très très basse, là ! Over !
-Ah bon, pourquoi ? Parce qu'on a peur dans le noir ? Over."

En retournant vers la maison, je vois l'ombre de Jehan passer dans l'entrée. Je m'élance à sa suite.
"Ah, ça y est, tu es sorti de la cave. Ah ! Bien ! Je vois que tu as allumé le petit salon à droite de l'entrée."
Soudain, je constate que la pièce attenante au petit salon est elle-même éteinte, et que la porte suivante est complètement fermée, ce qui pour moi est un signe que Jehan n'est pas allé par là.
"Euh... C'est bien toi qui as allumé la lumière dans le petit salon ? Jehan, tu es où ? Over.
-Je suis à l'étage, over.
-Ok, je te rejoins, over."

Je monte l'escalier, éclairée seulement de ma lampe à UV… dont le faisceau commence à vaciller. Fortement.
"Eh ! Lyzi ! J'ai trouvé un truc cool, là, over."
La lumière de ma lampe continue à vaciller fortement… ainsi que toutes les lumières de la pièce, un peu plus loin, d'où semble provenir la voix de Jehan.
Présumant qu'il s'agit d'un signe que le fantôme est sur le point d'attaquer, je fermai la bouche, m'imposant un silence absolu, afin de ne pas attirer son attention, et commençai doucement, très doucement, à redescendre l'escalier à reculons.

Une fois retournée dans l'entrée au rez-de-chaussée, je constatai avec horreur que la porte de la maison, que j'avais laissée ouverte, s'était totalement fermée. Je me précipitai sur la poignée pour constater que c'était verrouillé.
Je regardai de tous côtés. Pas une seule armoire, pas un seul meuble assez haut pour se cacher.

"Jehan. Je vais mourir."
Le fantôme commença à m'apparaître par flashs. Je me mis à courir vers la cuisine, mais je n'avais pas fait deux pas qu'il m'avait rattrapée. Ses mains spectrales se refermèrent sur ma gorge…

Puis, je me retrouvai moi-même un esprit dans l'au-delà. Au travers des brumes entre les deux mondes, je parvins à voir Jehan qui se penchait sur mon cadavre. J'entendais encore sa voix, mais lui ne m'entendait pas répondre.
Pour tenter de communiquer avec lui, je saisis une théière sur le comptoir, et lui fis décrire un cercle au bout de mon bras. Mais Jehan n'y prêta pas attention. Son regard portait ailleurs.

"Allez ! Viens, Richard Dawson ! Viens me tuer ! Allez, viens !"
À peine quelques secondes après, l'ombre cauchemardesque s'abattit sur lui. Avec horreur, je vis mon partenaire se faire disloquer par le fantôme. Puis, il s'écroula mort à son tour.


…"eh dis donc, on a gagné 10$ pour avoir eu notre santé mentale en-dessous des 50% ! C'est pas si mal !"
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#2
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#3
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#4
La bande-annonce du jeu Phasmaphobia telle qu'elle apparaît sur Steam, pour ceux que ça intéresserait :

Le jeu coûte 12€ pour l'instant, parce qu'il est encore en accès anticipé (quelques bugs à régler et on ne doit pas encore avoir tous les contenus prévus pour le jeu).
Ça a été fait sous Unity, et je dois dire que les décors sont assez impressionnants pour quelque chose qui a été fait par un seul développeur tout seul !
On peut y jouer tout seul ou jusqu'à 4 (sur internet avec des inconnus, ou avec des amis en créant une partie privée), sachant qu'au sein de la même partie, on peut très bien avoir des joueurs jouant au clavier/souris sur leur PC, et d'autres joueurs qui jouent en réalité virtuelle. C'est clairement plus effrayant en VR, mais c'est cool de pouvoir jouer avec des amis qui ne peuvent pas forcément faire l'investissement d'un matériel VR.


@Jehan
On peut constater déjà quelques différences entre cette bande-annonce, qui date déjà d'au moins 6 mois, et l'état du jeu aujourd'hui.
Montrer le contenu
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#5
vendredi 16 avril, Jehan et moi avons pu faire notre deuxième session en coop de Phasmaphobia, au cours de laquelle nous avons eu le temps de jouer 2 missions.
Nos deux personnages étant à nouveau vivants sans raison particulière en début de session, malgré notre fin tragique lors de la partie précédente.
Entre temps, Jehan a eu le temps de faire le tutoriel du jeu de son côté, mais nous restons très inexpérimentés.

J'ai enregistré cette session avec une application magnétophone pour me faciliter la tâche du résumé, sauf que ça n'a pris que mon côté de la conversation, sans enregistrer Jehan.


PARTIE 1 - INTÉRIEUR DE PLACARD SIMULATOR

Cette mission se déroule à Tanglewood, soit dans une maison identique à celle du tutoriel. Ce qui a pour avantage qu'on connait déjà un peu les lieux.
C'est une maison de plain-pied, toutes les chambres comme la cuisine/salle à manger et le séjour étant au rez-de-chaussée. Il y a juste une cave en sous-sol.

Jehan prend le détecteur à champ électro-magnétique, ou détecteur EMF. Je lui redonne rapidement des détails sur comment il fonctionne : quand on l'allume, la diode 1 est allumée par défaut, et si on détecte quelque chose de surnaturel, plus de diodes s'allument.
"Si ça monte à 2 ou 3, c'est probablement un faux positif. Si ça arrive à 4, c'est que, clairement, le fantôme est dans la pièce ou à l'endroit où tu pointes l'appareil. S'il arrive à 5... il n'y a que quelques fantômes qui peuvent donner une valeur à 5, donc s'il arrive à 5, c'est une preuve." (permettant d'aider à identifier un fantôme, par élimination).

La dernière fois, nous sommes morts tous les deux, donc j'aimerais éviter ça.
"Si l'un de nous deux meurt, l'autre peut fuir en tapant sur le digicode (de la porte arrière du camion). Ça permet de se barrer avec le camion."

La dernière fois, nous sommes allés explorer la maison ensemble. Là, pour commencer, nous allons essayer autre chose : Jehan va entrer seul dans la maison, et je vais l'aider en lui relayant par talkie-walkie les données que je peux avoir dans le camion. Un peu à l'image de "l'opérateur" dans Matrix. Le Mission Control des jeux vidéo. Le Guy in the Chair cher à Ned dans Spiderman Homecoming.

Jehan passe la porte.
"OK. Le décompte des 5 minutes a commencé. Il te reste 4 minutes 39 avant que le fantôme s'active. Sauf si tu dis son nom : tu risques de court-circuiter le temps d'échauffement…
…ta santé mentale a déjà commencé à baisser un tout petit peu, parce que tu dois être dans le noir, donc essaie d'allumer la lumière."
Sur l'écran du camion, le niveau d'activité paranormale monte subitement jusqu'à 3...
"Est-ce que tu as vu quelque chose autour de toi ?
-Euh non, rien de spécial… Pourquoi ?
-Il y a une trentaine de secondes, il y a eu une légère activité paranormale dans la maison.
-Et maintenant ?
-C'est calme à nouveau."
Peu après…
"Activité à nouveau… Activité à 5 ! (là j'ai un peu l'impression d'être Lambert dans Alien ou Hudson dans Aliens en train de décompter la distance qui se réduit sur le détecteur de mouvement…) C'est retombé à 3... Ouais y a eu un gros pic il y a une dizaine de secondes…. Ça remonte à nouveau, activité à 6 !
-Rah c'est bizarre, attends je reviens…
-OK. L'activité est retombée à 1."

Jehan me fait sursauter en apparaissant brusquement à la porte du camion.
"Je comprends pas, j'ai détecté absolument rien sur l'EMF, donc je comprends pas pourquoi toi tu as quelque chose.
-Parce que toi, tu as seulement l'activité locale à l'endroit où tu pointes le détecteur. Moi j'ai l'activité globale dans toute la maison.
-Ah ok. J'y retourne.
-OK. Il te reste 2 minutes 24."

Jehan me laisse à nouveau seul dans le camion… Je tente un petit conseil :
"Quand tu entres dans une salle, essaie de repérer tout de suite les endroits où tu peux te cacher.
-Entendu. Où en est l'activité ?
-Pour l'instant c'est calme…"

Jehan continue à explorer, me disant de le prévenir du temps qu'il lui reste.
"Tu as encore le temps... 1 minute 37.... 1 minute 10..."
Il détecte quelque chose à l'EMF et décide de poser une caméra vidéo dans la cuisine - ce qui me permettrait d'avoir une vue sur la pièce en question depuis l'ordinateur dans le camion, d'une part, et éventuellement, de voir des "orbes fantomatiques", qui sont également une preuve possible. À condition d'avoir effectivement bien trouvé la pièce favorite du fantôme.
Jehan me dit avoir placé une caméra dans la cuisine, mais pourtant, je ne vois toujours rien. Je l'avertis donc qu'il faut s'assurer que la "loupiote" sur la caméra soit bien verte. Sinon, ça veut dire que la caméra n'enregistre pas. Il retourne en arrière pour allumer la caméra.
"30 secondes… OK ! J'ai l'image. Tu l'as posée dans la salle à manger ?"
La carte est ainsi faite que la cuisine et la salle à manger sont toutes les deux dans la même pièce (il n'y a pas de cloison pour les séparer), mais le jeu considère quand même qu'il s'agit de deux salles différentes, et une seule des deux peut être "LA" salle du fantôme. Même s'il peut aussi se déplacer de l'une à l'autre ou dans les autres pièces.
Jehan a bien posé la caméra sur un meuble de la cuisine, mais pointée vers la salle à manger, ce qui me laisse penser un instant qu'il l'a en faite placée dans la salle à manger… jusqu'à ce que j'aperçoive l'évier sur le bord de l'image.

Jehan me rejoint dans le camion, sain et sauf.
"Bon, visiblement, tu n'as pas vu grand chose : ta santé mentale est presque au max. Tiens ! On a grisé un objectif, donc tu as réussi à trouver, euh...
-Oui, j'ai détecté un EMF. Quand ça a sonné tout à l'heure, c'était ça."
Nous inspectons la vidéo quelques temps, mais pour l'instant, nous ne voyons pas la moindre orbe, ni le moindre fantôme. Il nous faut donc trouver un autre genre de preuve.
Je décide d'entrer à mon tour dans la maison en amenant un cahier et un crayon, pour voir si le fantôme serait d'humeur à nous écrire un message - certains types de fantômes le peuvent, d'autres non. Je propose de continuer à partir du principe, jusqu'à nouvel ordre, que le nexus du fantôme est bien la cuisine.

"Allez, je prends le risque de prendre aussi la Spirit Box. Même si j'aime pas trop ce truc là, mais bon..."
Jehan me passe la lampe torche, que je prends à la main gauche, le cahier et la Spirit Box étant glissés dans ma ceinture. J'ai aussi la lampe à UV à la main droite.
En approchant de la maison, je constate que tout est encore ouvert, signe que le fantôme n'a pas attaqué.
(De ce que j'ai compris, les fantômes claquent et verrouillent toutes les portes quand ils attaquent. C'est inexact, mais c'est ce que je crois à ce stade du jeu.)

À un moment, j'ai besoin d'utiliser la main qui tient la lampe, ce qui me pousse à poser cette dernière sur le sol du salon.
J'allume le salon, mais pas la cuisine.
Jehan détecte une activité alarmante, je sors donc de la maison le temps que ça se calme.
De retour dans le camion, on essaie de comprendre d'où vient un halo de lumière qu'on voit sur la vidéo de la caméra de la cuisine. Il ne peut pas s'expliquer par la lumière électrique du salon... Et j'ai laissé la lampe dans le salon, pas sur le meuble de la cuisine.
Je finis par comprendre que la caméra, dans le noir, filme simplement le halo de son propre voyant de tension.

"Bon, bah j'y retourne. J'ai un peu la trouille, mais j'y vais." (Quel trouillard je fais ^^)
Jehan essaie de me rassurer :
"Tu veux que je vienne avec toi ?
-Non, faut bien que je m'y fasse. Je vais juste poser le cahier et je reviens."

J'entre dans la maison… et je trouve les portes du placard de l'entrée entrouverte. À ce stade, ça ne me fait même pas sursauter.
"Euh, je suppose que c'est pas toi qui a ouvert le placard ?"
Jehan me confirme que ce n'est pas lui…

"OK, j'ai posé le cahier dans la cuisine. On va voir s'il écrit dedans… Euh… par contre, j'ai essayé plusieurs interrupteurs, et toutes les lumières sont out. (Techniquement, je dis "aoutes".) Donc voilà, il va falloir qu'on aille au disjoncteur. Par contre, je ne vais pas dans la cave tout seul (rire nerveux) donc on ira tous les deux.
-Oh! bah j'y vais si tu veux.
-Tu veux y aller tout seul ? (j'hésite un moment à me débiner et me reposer complètement sur Jehan) Allons-y tous les deux, non ?
-OK. Par contre, on n'a pas deux lampes-torches à la base ? Une chacun ?
-Non, il y a juste une lampe à UV et une lampe-torche. Tiens, c'est bon, prends la lampe-torche, moi je sais où je l'ai mise la lampe à UV."

Je suis pas sûr que le jeu nous permette de prendre des objets directement dans la main de l'autre joueur, en fait. Donc quand on se passe les objets, systématiquement, on les pose quelque part d'abord pour que l'autre les prenne. Bref, je passe la lampe-torche et je récupère la lampe à UV que j'ai posée quelque part dans le décor lors de ma première visite.
"Je suis tellement un trouillard", me plains-je, tout en ouvrant néanmoins la marche.
Jehan me demande si je sais où est le disjoncteur.
"Oui, je pense qu'il est dans la cave.
-D'accord, mais elle est où la cave ?"
À ce moment, on est justement en train d'avancer dans le salon. Or, pour descendre à la cave, il faut descendre un escalier qui se trouve derrière une petite porte entre le salon et la cuisine/salle à manger. Je suis sur le point de lui dire de quelle porte il s'agit quand…
"C'est cette p... OoOh oOohh Oohhhh!! j'ai trouvé une preuve !
-Hein ? Où ça ?
-Regarde ce qui apparaît quand je mets la lampe à UV là-dessus…"
Je pointe le faisceau violet sur la grande planche au centre du battant de la porte. Une empreinte de paume de main et de bouts de doigts apparaît en vert fluorescent.

"OK, donc, journal. Toi et moi, on met tous les deux…"
Je me rends subitement compte qu'on est toujours dans une pièce éteinte.
"Attends, on va faire ça dehors, là où on voit mieux, parce que…  ça sert à rien de perdre bêtement de la santé mentale dans le noir."

"1ère preuve : Empreintes digitales. Ça nous élimine déjà quelques monstres ! On a affaire soit à un Esprit, soit à un Spectre, soit à un Poltergeist allemand, soit à une Banshee, soit un Revenant -ça serait pas cool. Et… c'est tout. C'est toutes les possibilités. Déjà, on n'a pas de Démon et on n'a pas d'Ombre."
Je montre à Jehan que notre journal fait automatiquement les éliminations pour nous dès qu'on rentre une des trois preuves dans la dernière page du journal. Pas besoin donc de consulter notre encyclopédie des fantômes à chaque fois pour faire la déduction nous-mêmes.

"Si mes souvenirs sont bons, l'Esprit, c'est le fantôme de base, il est un peu générique. Le Spectre c'est un qui est capable de voler dans les airs. Poltergeist, il bouge les objets…"
Nous sommes interrompus par une activité surnaturelle assez haute sur le moniteur du camion. On attend que le fantôme se calme, puis on retourne dans la maison.
Sachant qu'on a trouvé une trace sur la porte de la cave, je dis à Jehan que je pense que le fantôme est allé dans la cave, même si je ne peux pas savoir s'il y est encore ou s'il en est ressorti depuis.
Nous descendons tous les deux à la cave prudemment… Un peu tendus, nous regardons de tous les côtés, mais nous ne voyons pas le disjoncteur.
"Je pensais qu'il était là… Mais là je le vois pas", dis-je en fixant le frigo.
- Il est peut-être dans le garage ?, propose Jehan.
- Je ne me souviens pas d'avoir vu un garage."

Nous remontons dans la cuisine, qui selon notre première théorie était la pièce du fantôme. J'allume la Spirit Box et je tente de communiquer avec le fantôme - en anglais, puisque j'ai les réglages du jeu en anglais.
"Show us a sign... Where are you? How old are you?"
Malheureusement, aucune réponse de notre fantôme.

Nous poursuivons l'exploration. Derrière la cuisine, nous poussons une porte pour entrer dans une sorte de petite buanderie, sur le côté de laquelle il y encore une deuxième porte. Jehan s'avance directement pour explorer la pièce suivante, mais je reste quelques instants dans la buanderie, observant le sol…
"J'ai trouvé un os ! Il faudrait prendre une photo de l'os !"
Pendant que Jehan revient avec l'appareil photo dans la buanderie et prend un ou deux clichés, je tente à nouveau la Spirit Box.
"Are you here? Where are you? … Bon, ça n'a pas l'air d'être un type de fantôme qui répond à la Spirit Box. Ou alors, il n'est pas là."

Nous retournons dans le camion consulter le journal tranquillement. Quand j'approche la porte d'entrée à nouveau, je vois qu'elle est fermée. Je suppose donc que le fantôme a attaqué, mais heureusement, quand on n'était pas à l'intérieur.
(La suite indiquera que c'était peut-être un bug que la porte apparaisse fermée pour moi.)

Je reste dans le camion pour observer la retransmission de la caméra pendant que Jehan retourne une fois de plus dans la cuisine.
Depuis l'écran, je ne vois pas le cahier que j'ai pourtant posé sur la table de la cuisine lors de ma dernière visite. Je demande à Jehan de vérifier si le fantôme a écrit dedans… mais il me répond qu'il ne le voit pas, et qu'il ne sait pas où je l'ai posé. Ce qui m'étonne, puisque je l'ai vraiment posé juste en face du passage d'entrée de la pièce… mais bon, il fait sombre.

Petite frayeur de courte durée :
"Oh pu***, barre-toi c'est… ah non, c'est bon, c'est retombé à 2. (L'activité) était montée à 8 !"
On ne maîtrise pas très bien encore pourquoi des fois ça s'agite ou pas.
Jehan me demande de continuer à surveiller l'indicateur d'activité, et de le prévenir si ça s'excite à nouveau, pour qu'il puisse sortir à temps.
Je lui réponds que, de toute façon, j'ai plus que ça à regarder, vu que le compte à rebours du temps de répit est à zéro.

En fait, je reste pas très longtemps, puisque, Jehan ne voyant toujours pas mon cahier dans la cuisine, je décide de le rejoindre dans la maison pour le chercher moi-même.
De plus il me dit voir "de la fumée" dans la cuisine.
"C'est peut-être lui", suggérè-je.

Je m'approche à nouveau de la porte d'entrée, quand je constate qu'elle est fermée.
J'appelle Jehan à la radio "c'est normal que la porte d'entrée soit fermée ?
-Bah, elle est pas fermée, là, elle est ouverte.
-Ah, je ne sais pas si elle est verrouillée ou non, mais moi je la vois fermée…"
Une fois écarté tout risque de malentendu, non, Jehan ne dit pas "fermée" dans le sens "impossible à ouvrir" mais bien dans le sens "refermée".
Il semble bien s'agir d'un bug, où moi je vois la porte fermée, mais Jehan voit la même porte ouverte. C'est la porte de Schrödinger.
Bref, j'ouvre la porte (qui n'est donc pas verrouillée, puisque j'y arrive), et je rejoins Jehan à l'intérieur de la maison.

Dans la cuisine, je regarde l'endroit exact où j'ai mis le cahier.
"Tiens... mon bouquin n'est plus là…"
La question c'est, est-ce que c'est le fantôme qui a bougé l'objet ? Ou est-ce encore un bug et l'objet est simplement tombé dans le décor ?
Ce jeu ne fait même pas toujours exprès d'être mystérieux…
J'ouvre les portes du meuble de la cuisine, mais je ne trouve pas le cahier à l'intérieur.

"Eh ! Regarde ! Voilà encore la fumée dont je te parlais.
- Où ça ?
- Là.
- Aaah ! Non, ça c'est pas de la fumée, c'est… *souffle* *souffle*
-Ah, c'est notre buée ?
-Ouais, c'est ça ! Donc on a une preuve : freezing temperatures (températures glaciales)."

Trouillard comme je suis, je sors de la maison pour noter dans le journal la nouvelle preuve à la lumière du camion.
"Notre santé est bientôt en dessous des 50%..."
Je vois sur le tableau blanc donnant la liste des objectifs que celui d' "être témoin d'un événement fantomatique" est barré. Ce qui veut dire, qu'a priori, l'un de nous deux l'a été, mais on ne l'a pas vu.

Récapitulons : nous avons des "empreintes digitales" et des "températures glaciales". Cela nous laisse la possibilité soit d'un Spectre (Wraith), soit d'une Banshee... et c'est tout.

Petit foirage de la part du jeu : une des photos que Jehan a prises est légendé dans le journal comme étant "une empreinte" alors que, sur la photo, on n'en voit aucune. (Probablement qu'elle était proche de la caméra au moment de la prise, mais cachée derrière un objet).

"Voyons... Qu'est-ce qui pourrait nous faire différencier un Spectre d'une Banshee ? Hmm... Une Banshee, elle aurait un EMF 5. Un Spectre réagirait à la Spirit Box. Donc je vais y retourner avec la Spirit Box."
Cette fois, la porte est bien ouverte quand je retourne à l'intérieur.

J'allume l'appareil et je commence :
"Where are you ? How old are you ? Where are you ? Are you friendly ? What do you want ? Tiens, ya une tasse par terre...
Ah, c'est sans doute ça que ta photo a vu. Il y a bien une trace sur cette porte."
Je fais quelques pas pour me retrouver dans la partie "salle à manger" de la pièce.
"*souffle* *souffle* C'est marrant, il n'y a pas de froid ici."
Alors que, je le rappelle, il n'y a aucune cloison. On est dans la même pièce ! Sauf que d'un côté c'est meublé comme une salle à manger et de l'autre comme une cuisine.
Mais le jeu considère que c'est deux pièces différentes.

Je recommence avec mes questions à la Spirit Box dans la cuisine ("Where are you? How old are you?")
Pas de réponse.
Jehan commence à me dire quelque chose, j'allais répondre quand nous sommes interrompus par une voix sinistre sortant de la Spirit Box.
"Here."
"Oh put*** ça y est, il a répondu, on-sort-on-sort-on-sort."
À ce moment, j'ai conscience qu'on a les 3 preuves et que nous n'avons donc plus aucune raison de rester.
Sans doute trop influencé par les films d'horreur et autres jeux de survival horreur, où c'est toujours au moment où l'objectif est accompli et qu'il n'y a plus qu'à sortir sain et sauf que le pire arrive, tous mes instincts me disent que nous sommes en danger immédiat.
Je me rue vers la porte d'entrée avec Jehan sur les talons quand… je vois celle-ci se fermer sous mon nez.
"Eh merde ! Il attaque !"
Je me retourne, j'ouvre le placard du couloir de l'entrée, et égoïstement, me rue à l'intérieur pour me cacher et sauver ma peau, sans même en discuter avec Jehan qui était pourtant juste à côté du même placard.
Pour ma défense, quand une attaque commence, ce qu'on reconnait aux lampes-torches qui clignotent et à la porte d'entrée qui se ferme et se verrouille (et non pas toutes les portes comme je l'avais dit lors de la première partie), on n'a que 8 secondes pour se cacher avant que le fantôme ne se manifeste.
"Vas-y, prends celui-là, je vais en trouver un autre", m'assure Jehan, pas du tout rancunier.

Dans la panique, j'ai laissé tomber par terre, juste devant le placard où je me cache, tous les objets que j'avais en main ou à la ceinture : la Spirit Box, ma lampe-torche, bref, tout.
Quand on se retrouve dans le noir total, dans ces cas là, on a une lampe à l'épaule, style lampe de mineur, qui s'allume automatiquement, de sorte qu'on n'est jamais totalement aveugle.
Le problème c'est que, contrairement à la lampe-torche, la lampe d'épaule ne clignote pas pendant les attaques de fantômes.
J'étais donc caché, sans aucun moyen de détecter la fin de l'attaque. 

D'après mon enregistrement, nous sommes restés dix minutes en tout, cachés dans nos placards, à attendre que le fantôme parte.
Plusieurs fois, Jehan m'a parlé à la radio, alors que je ne lui répondais pas.
À un moment, à force de ne pas m'entendre, il s'est même demandé si j'avais pas été tué par le fantôme. Du coup, j'ai chuchoté au talkie que je faisais volontairement silence radio pour éviter d'attirer l'attention du fantôme.

Ce qu'on ne savait pas, c'est que lors des attaques, le talkie-walkie est brouillé, et aucune communication radio est possible - uniquement la communication à la voix normale.
Ce qui signifie que toutes les fois où on a échangé à la radio étaient des fois où le fantôme n'était pas en train d'attaquer, et qu'on aurait pu en profiter pour sortir de la maison sains et saufs !
Cependant, je me souviens avoir entendu Jehan me dire "J'entends son pas qui se rapproche. Un pas très lourd."
Ce qui est curieux. Si le fantôme se rapprochait de lui au point où il pouvait entendre ses pas, c'est qu'on était au milieu d'une attaque. Mais si on était au milieu d'une attaque, normalement, j'aurais dû entendre que des parasites. Cela dit, la maison est très petite, et Jehan était caché dans le placard du couloir d'à côté, quasiment en face de moi à un mur près, donc peut-être que je l'entendais uniquement parce qu'il était assez près de moi pour l'entendre sans radio.
Ou alors, c'était une apparition fantomatique en dehors d'une attaque. Ça arrive aussi, mais je ne suis pas sûr que le fantôme marche, dans ce cas.

Je vois que mon souffle fait de la buée. 
J'ai subitement peur qu'elle s'échappe du placard, que le fantôme la voit, ouvre les portes et me trouve.
Dans la panique, j'ai le réflexe de retenir ma respiration dans la vraie vie. (Ça vous donne une idée d'à quel point la réalité virtuelle peut être immersive.)
Sauf que c'était peine perdue. Alors que je commençais à manquer d'air, mon personnage, lui, continuait à exhaler de la buée quand même.
Voyant que ça ne servait à rien, je reprends donc ma respiration.

Je réfléchis. Je fais de la buée, et Jehan me signale dans l'oreillette que c'est la même chose pour lui. Ce qui signifie que le couloir d'entrée est maintenant aussi à température glaciale, et pas seulement la cuisine. Je suppose que c'est parce que le fantôme déambule dans le couloir et que la température redeviendra normale une fois qu'il aura terminé son attaque.
Sauf que j'attends, j'attends, et ma buée est toujours visible. La température ne revient jamais à la normale.

N'ayant rien d'autre à faire dans mon placard, j'en profite pour consulter tranquillement mon journal.
J'ai apparemment oublié qu'on avait les 3 preuves et que c'est pour ça qu'on essayait de sortir. Je demande à Jehan s'il a eu un EMF 5 quand le fantôme s'est rapproché de sa cachette (j'avais probablement entendu son appareil bipper furieusement), mais il me dit que non, c'était monté que jusqu'à 4.
Pourtant, j'avais dit juste un peu plus tôt que soit on avait un EMF 5 et c'était une Banshee, soit on avait une réaction à la Spirit Box et c'était un Spectre. J'aurais déjà dû être capable de déduire qu'on avait affaire à un Spectre, mais, je sais pas, dans la panique, j'étais encore en train de me demander si c'était pas une Banshee. Et comme une Banshee est obsédée par un joueur en particulier, ça donnerait peut-être une chance à l'un de nous de deux de fuir et de survivre, pendant que l'autre se fait tuer.
(Encore mauvaise déduction, puisque la porte serait toujours verrouillée pendant l'attaque du fantôme, qu'il ignore un joueur ou non.)

Bref, après plusieurs frayeurs (j'ai moi aussi, comme Jehan, entendu le fantôme marcher à pas lourd devant mon placard... j'ai entendu à un moment son soupir mortuaire dans mes oreilles… il y a même un moment où il a entrouvert une des deux portes de mon placard, que j'ai refermée sur moi le plus doucement et silencieusement possible de peur qu'il ne m'entende ou me voit… plusieurs fois, aussi, j'ai sursauté en entendant le pas de mon avatar, parce que dès que je tournais la tête à 90° sur le côté, même sans décoller mes pieds du sol, le jeu considérait que je faisais un pas de côté pour me tourner...), je finis par me souvenir qu'on a bien les 3 preuves.

"OK, faut qu'on essaie de sortir de là, on a identifié un Spectre", je tente à la radio.
Toujours la buée quand je souffle, mais je finis par me dire que ça reste froid même quand le fantôme est parti.
Par contre, au moment où j'allais sortir, le fantôme marche à nouveau juste devant mon placard. Le son de ses pas est étonnamment fort. Puis il s'arrête.
"OK, j'entends plus ses pas... Je vais essayer de sortir et s'il me tue, baaah, ça te fera une distraction pour essayer de te barrer", annoncè-je à Jehan, soudainement héroïque après mon comportement complètement égoïste 10 minutes avant. "Normalement, une fois qu'il a tué une personne, il doit arrêter sa chasse au moins quelques secondes."

Je sors, Jehan me suit de près. La porte est fermée, bien sûr -puisqu'elle claque dès le début d'une attaque, mais si le fantôme a arrêté de chasser, elle ne devrait pas être verrouillée.
Je tends donc la main vers la poignée, j'ouvre plus ou moins la porte, ce qui n'est pas toujours facile en VR : elle a tendance à reclaquer dans tous les sens. J'avance, et je finis par sortir, mais quand je me retourne elle est à nouveau fermée.

Alors, je sais pas trop ce qu'il s'est passé.
Si vous vous souvenez, plus tôt, on avait déjà eu un bug avec la porte qui apparaissait fermée pour moi alors qu'elle était ouverte pour Jehan, et c'était peut-être une continuation de ça.
C'est aussi possible qu'elle était en train de se verrouiller au moment où je passais le seuil, et que je suis passé au travers parce que j'étais déjà à moitié sorti.
J'ai lu aussi plus tard sur le wiki du jeu que, parfois, il est possible aux joueurs VR d'utiliser des bug exploits pour passer à travers les murs ou les portes, donc peut-être que la porte était déjà verrouillée quand je suis sorti, mais que j'ai "triché" sans le vouloir.
Impossible de savoir.

En tout cas, pensant que c'était juste un bug et que j'avais peut-être fermé la porte derrière moi en même temps que je sortais, j'ai tenté de la rouvrir, demandant à Jehan de s'écarter pendant que j'essaie de la pousser.
Mais, rien à faire, j'avais beau tirer et pousser la poignet dans toutes les directions, je ne suis pas arrivé à ouvrir la porte.
Ce qui aurait dû m'alerter qu'une nouvelle attaque avait commencé, mais bizarrement, j'ai pas hurlé à Jehan d'aller se planquer dans les 8 secondes, j'ai juste dit calmement que je retournais au camion.

"Allo ? Allo ?", pas de réponse de Jehan au talkie.
Et je constate sur l'écran du camion que sa santé mentale est à "?", ce qui signifie qu'il est mort...

Ayant déjà donné ma réponse dans le journal, je ferme la porte arrière du camion avec le digicode et je démarre, fuyant cette maison de malheur sans perdre de temps.

Dans la zone inter-mission, je retrouve Jehan, capable à nouveau de me parler, qui me confirme avoir été tué par le fantôme.
"Bah, tu t'en fous, je lui dis, tu reviens à la prochaine partie."

Nous avons obtenu 10$ pour avoir correctement identifié le fantôme (c'était bien un Spectre), 10$ pour le troisième objectif (détecter une EMF), 10$ pour l'accomplissement du quatrième objectif (assister à un événement fantomatique), et 15$ de bonus pour les photos de Jehan. Par contre, je pensais qu'une photo de l'os suffisait, mais apparemment, on aurait eu encore 10$ si on l'avait emporté avec nous dans le camion. On le saura pour une prochaine fois.

On consulte les statistiques de la partie (temps écoulé en tout, temps passé dans le noir, temps passé dans la salle favorite du fantôme, temps passé à l'extérieur, temps passé à l'intérieur…). Et là, on découvre qu'il y a eu 8 attaques de fantômes en tout ! Ça nous parait absolument énorme !
Sans doute que notre santé mentale était tombée à zéro et que le fantôme nous a attaqué en boucle.

Cela dit, j'ai lu plus tard sur le wiki qu'à notre niveau de difficulté ("Amateur", le plus facile), une attaque de fantôme dure maximum 25 secondes. 8 attaques, ça fait 3 minutes et 20 secondes en tout. Et nous sommes restés 10 minutes dans nos placards... Autant dire qu'on a vraiment eu beaucoup d'occasions de filer !

Après avoir vérifié ce que je pouvais acheter avec mes primes durement gagnées à la sueur de mon front (et au sang de mon collègue), nous enchaînons sur une deuxième partie le même soir.
(À suivre…)
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#6
vendredi 16 avril, toujours, deuxième partie de la session, toujours enregistrée sur application magnétophone.
J'ai acheté un ou deux objets pendant l'inter-mission, une nouvelle lampe-torche je crois, mais je ne les ai pas pris avec moi pour la mission parce que... euh… j'ai pas compris comment ça marche.
J'avais aussi acheté un briquet après notre toute première mission quelques jours avant.


PARTIE 2 - DU SEL DANS LA SALLE DE BAIN

Nous repartons à Ridgeview, c'est à dire la même maison à 1 étage que lors de notre première partie à deux - où nous étions morts tous les deux.
Le fantôme s'appelle Michael Thomas, il répond même si plusieurs personnes sont dans la même pièce, et il a fait preuve de violence dans le passé.
Je m'étonne de ne voir que l'équipement de base dans le camion, et pas les objets que j'ai achetés (…parce qu'il faut les sélectionner avant la mission, gros béta…). Jehan, lui, a acheté du sel, et l'a bien pris dans sa main. (Il a mieux capté que moi l'interface…)

"On a 5 minutes. On va essayé de fouiller le plus vite possible dans toutes les salles."
Nous commençons cette fois par la partie droite du rez-de-chaussée, que nous n'avions pas du tout explorée la première fois. Au-delà d'un petit salon, nous tombons sur une chambre, puis une petite salle de bain/toilettes attenante. Comme nous n'avons qu'une seule lampe, je la pointe devant et je laisse Jehan ouvrir chacune des portes.
Nous repassons de l'autre côté du rez-de-chaussée. Il y a des bougies dans la grande salle d'entrée. Je rage de ne pas retrouver le briquet que j'avais pourtant acheté à la fin de la première mission. Si je l'ai sur moi, je ne vois pas comment le trouver.
"...à moins que je l'ai déjà perdu, mais je ne vois pas comment ? Ce serait bizarre que moi JE perds le briquet quand TU meurs."
(Encore une fois, c'est simplement qu'il fallait le sélectionner à l'inter-mission pour qu'il soit dans mon inventaire, juste l'acheter ne suffit pas.)

Bon signe : la porte d'entrée est toujours ouverte. C'est que nous ne sommes toujours pas attaqués par le fantôme.
Je sursaute cependant à un moment à cause d'un bruit causé par Jehan.
"Ah c'est toi… J'ai cru qu'une porte avait claqué !"
En fait, il essaie juste d'ouvrir la porte qui donne sur l'escalier qui descend dans la cave, mais sans succès.
"La porte est verrouillée, là bas ? La dernière fois, tu avais trouvé une clé pour l'ouvrir, faudrait la retrouver.
-Ah oui, c'est vrai !"

J'ouvre la buanderie - là où, précédemment, on avait trouvé un sèche-linge, un lave-linge, et le "bouton qui fait rien" du chauffe-eau -, j'allume, et je trouve la clé sur une étagère contre le mur.
Toutes les lumières s'éteignent.
"Tous les plombs ont sauté ? m'enquiers-je.
-Tous les plombs ont sauté, confirme Jehan.
-J'ai trouvé la clé par contre..."
Je soupire.
"Rah, j'ai dû allumer trop de lampes."
Il faut savoir qu'on est limité en nombre de lampes qu'on peut allumer dans la maison, le nombre variant selon la difficulté de la mission.
Comme j'ai systématiquement allumé toutes les salles qu'on explorait jusque là, afin d'éviter l'obscurité qui nous bouffe de la santé mentale, j'imagine que c'est ma faute.
(Peu probable, en fait, en niveau "amateur" on a le droit jusqu'à 10 lampes et ça m'étonnerait qu'on ait déjà vu 10 pièces.)
Sachant qu'il est aussi possible que ce soit le fantôme qui éteigne le disjoncteur, tout simplement.

"Bon. On retourne dans le garage."
On traverse la cuisine, on pousse la porte du garage, on trouve le disjoncteur, en position "éteint" (loupiote rouge), et on le rallume (loupiote verte).
Quand on retourne dans le reste de la maison, toutes les lumières électriques sont toujours éteintes. Je dois appuyer à nouveau sur les interrupteurs.
"Faudra dire au développeur du jeu que c'est pas comme ça que ça marche. Une fois que t'as remis le courant, il faut rallumer toutes les lampes ? Normalement, les interrupteurs devraient rester…"
Jehan m'interrompt :
"Je détecte vraiment rien !"
Jehan a pris le détecteur à EMF, mais depuis le début de la mission, il ne détecte rien nulle part.

Maintenant qu'on a rapidement vu tout le rez-de-chaussée, nous nous proposons d'aller explorer le 1er étage.
Je fais remarquer que je l'ai encore jamais vu : lors de notre première partie, le fantôme avait commencé à attaquer à peine j'étais arrivé en haut de l'escalier et j'avais tenté de fuir discrètement. Contrairement à Jehan, je n'ai visité aucune pièce là-haut.
En avant pour la découverte !

Sortis de l'escalier, nous prenons un couloir sur notre droite, découvrant deux portes l'une face à l'autre. Nous commençons par la porte de droite. C'est une salle de petit garçon, sans rien de spécial dedans. Quand on ressort, l'appareil de Jehan se met à bipper.
"Ah ! Signe d'activité !", noté-je.
La porte qui nous fait face en ressortant dans le couloir est maintenant légèrement entrouverte.
"C'est entrouvert et on entend de l'eau."
Je laisse tomber le cahier que j'avais dans la main pour attraper la poignet de la porte (oui, c'est vachement pratique…), j'ouvre et j'entre dans ce qui semble être une salle de bain.

Le robinet du lavabo fixé juste en face de la porte est ouvert et l'eau coule, confirmant ce que je venais d'entendre depuis le couloir.
"Ah pu***, l'eau est dégueulasse ! Enfin, elle est rouge... Qu'est ce que j'ai fait de mon bouquin moi ?"
Je retrouve le cahier au pied de la porte de la salle de bain.
"Mais... ça n'a aucun sens qu'il soit tombé jusqu'ici… (Je crois que je l'ai posé pour toucher l'évier, mais me rappelle soudainement que je n'ai absolument pas touché l'évier) J'étais persuadé que je l'avais posé dans la salle de bain, mais faut croire que je l'avais posé ici quand j'ai ouvert la porte."
En revanche, le temps que je me retourne, il y a vraiment une brosse à dent sur le sol, probablement déplacée depuis le lavabo par le fantôme.

Pendant que je ramassais mon cahier, Jehan était en train de verser du sel sur le sol de la salle de bain. Il a la mauvaise surprise de découvrir qu'après juste trois utilisations, l'item est déjà consommée.
"Bon, je le saurais pour la prochaine fois. Euh… Je viens à peine de verser les petits tas de sel, et il y a déjà des traces de pas dedans, c'est normal ?
-C'est peut-être les tiennes, hein, suggèré-je. Fais gaffe à ne pas marcher dedans. Si c'était les siennes, je pense que ça se verrait à l'UV."

Nous ressortons de la salle de bain et poursuivons l'exploration de l'étage. À gauche de l'escalier, cette fois, il y a une porte qui me conduit à une chambre de petite fille.
"Il reste deux portes.", commenté-je.
Mais Jehan ne m'a pas suivi, il est toujours dans la salle de bain. Il me dit qu'il ne va pas à tarder à retourner dans le camion.
Il ressort en laissant la pièce allumée.
"Éteins, ça ne sert à rien de gaspiller de l'énergie."
Il retourne éteindre, puis me rejoins dans mon exploration.
La dernière porte à visiter donne sur des toilettes.
Toujours dans l'idée (fausse) que quand une attaque de fantôme commence, toutes les portes se ferment, je préfère immédiatement sortir de cette pièce, qui est toute petite et sans aucune armoire ni mobilier.
"On va pas trop rester dans une salle où il n'y a rien pour se cacher !"
Jehan, plus courageux, continue à inspecter tranquillement.
"C'est chou blanc, pour l'instant !", soupiré-je.
…mais à peine ai-je dit ça.
"Oh oh ! J'entends un bruit d'eau !
-EMF à 5 ! annonce Jehan.
-5 ? C'est une preuve ! Où ça ? Dans la chambre, dans le couloir ou dans la salle de bain ?
-La salle de bain.
-OK, bah je vais déposer le livre."

Je dépose donc le cahier sur le sol de la salle de bain. À je ne sais plus trop quel moment, l'un de nous deux, probablement moi, a aussi posé la caméra sur un meuble de la salle de bain, et je propose donc d'éteindre la pièce et de retourner au camion pour voir si on aperçoit quelque chose avec le mode vision nocturne.

"L'escalier est par là. Tu me suis ? La porte est encore ouverte, tout va bien. Je sors. Je suis dehors."
Dans le camion, je regarde l'indicateur d'activité.
"Hmm, c'est pas allé très haut."
Je regarde l'indicateur de santé mentale.
"On a dépassé le premier quart, mais on est encore au-dessus des 50%."
Coup d'oeil sur le tableau blanc.
Nous avons débloqué l'objectif secondaire "trouver une preuve du paranormal avec le détecteur à EMF", ça c'est cool.
Coup d'oeil à la transmission de la caméra-vidéo.
"Pour l'instant, pas d'orbe fantomatique…
Bon ! Synchronisation des journaux ! Alors, 1ère preuve : tu as eu un truc à 5. Donc on a soit un Fantôme, soit une Banshee, soit un Jinn, soit un Revenant, soit une Ombre -ce qui serait étonnant parce que le fantôme réagit à tout le monde (d'après le tableau blanc) et que les Ombres sont très timides. 
Ok. Bon. Bah, il va falloir retourner dans le noir de ce truc là, et poser des questions avec la Spirit Box. En espérant que c'est bien la bonne salle du fantôme, et qu'il était pas juste là au moment de. Tiens, on est à zéro (du compte à rebours). Donc à partir de maintenant, il peut attaquer. J'y retourne tout seul et tu surveilles à la caméra ou on y va à deux ?
-Allons-y à deux.
-OK… Je vais prendre la torche dans la main gauche et la Spirit Box."

Nous retournons à l'intérieur de la maison.
"Les lumières sont encore allumées."
C'est bon signe, le fantôme n'a pas éteint le disjoncteur une deuxième fois.
Je monte l'escalier tout en allumant la Spirit Box, qui fait immédiatement des bruits parasites bizarres.
"Put*** elle est flippante la Spirit Box, quand même."

Je soupire, et nous voici à nouveau tous deux dans la salle de bain, dont les lumières sont toutes éteintes.
C'est reparti pour les phrases type conseillées par le jeu.
"Where are you? How old are you? Are you close? How old are you? Show us a sign. Show. Us. A. Sign. Where are you? What do you want? Where are you?"
Et au moment où je descends l'appareil du niveau de ma bouche au niveau de mes hanches…
"HERE.
-Jehan, t'as entendu quelque chose ?
-Oui oui.
-Bon, OK, donc a une réaction à la Spirit Box. Quoique, j'ai pas vu si ça s'écrivait bien sur l'écran de la Spirit Box. Attends 'where are you? here', donc s'il s'énerve, il est dans la même pièce que nous, hein !"
Je tente à nouveau une question avec la Spirit Box au niveau de mes yeux, histoire d'avoir cette fois un visuel sur la réponse.
"Who are you?"

Un flash. Un forme humanoïde épouvantable est apparue devant mes yeux et a disparu aussitôt.
"Oh put***, apparition !"
Je décampe aussitôt de la salle de bain. La porte ne s'est pas fermée sur moi, me permettant de sortir dans le couloir.
Arrivé à l'escalier, Jehan ne m'a pas suivi.
"Tu viens, tu viens ?"
Là, je remarque que la lumière de ma lampe-torche ne vacille pas.
"Je pense pas qu'il attaque pour l'instant. Les lampes sont… où tu es ?"
Silence.
"Tu es là ?"
Silence lourd.
"Roh f**k."

Je retourne tout seul dans le camion.
"Allo ?"
Toujours pas de réponse.
"Oh put***, t'es mort, il y a un point d'interrogation sur ta santé mentale… Il y a eu un pic d'activité à 10."

À ce stade, je n'ai ni très envie de retourner seul dans la maison alors que mon collègue est mort, ni très envie de faire poireauter Jehan qui ne peut jouer qu'en observateur tant que je ne termine pas la mission.
Je soupire et ressors mon journal.
"Donc on a eu un EMF à 5. On a eu la Spirit Box. Il nous reste le Jinn, l'Oni… Le Jinn ou l'Oni. Donc j'ai une chance sur deux."
Je vérifie les spécificités de chacun dans le journal.
"Alors. Oni : ils sont très forts. Ils sont plus actifs quand on est là. Ils bougent les objets à grande vitesse, on n'en a pas vus. Et leur dernière preuve c'est l'écriture fantomatique. Ah put*** il faudrait que j'aille voir mon bouquin ! (soupire)
Et sinon l'autre c'était un Jinn. Le Jinn aurait eu des orbes fantomatiques et il n'y a pas d'orbes fantomatiques."
Je regarde à nouveau la transmission de la caméra qu'on a laissée dans la salle de bain, des fois que...
Toujours rien.
"Ah c'est chaud. Une chance sur deux. Euuh…"
Je pèse le pour et le contre. Me risquerais-je à retourner dans la maison ?
Nouveau coup d'oeil à l'écran.
"Ouais, il y a toujours pas d'orbe fantomatique ici."
Coup d'oeil sur l'indicateur d'activité. Si c'est calme, je peux peut-être retourner.
"Ah, ça s'active un peu…"
Soudain, une poussière brillante apparait, voletante, sur la vidéosurveillance de la salle de bain.
"AH PUT*** OUI ! Une Ghost Orb ! Ça y est je l'ai vue ! Donc on a affaire à un Jinn."

Je valide ma réponse dans le journal, et je pianote le digicode pour me foutre le camp.

Réponse : c'était bien un Jinn.
"YES !
-Comment t'as fait pour voir l'orbe ? me demande Jehan, à nouveau capable de communiquer.
-Bah j'ai continué à regarder la caméra de surveillance qu'on avait placée dans la salle de bain. Et j'ai fini par la trouver.
-Ça ressemble à quoi ?
-Bah, en fait, c'est comme une poussière qui vole sur l'objectif. Une poussière blanche brillante."
(On voit que le jeu s'inspire d'émissions télés américaines à la con, où les gens s'excitent sur de soi-disantes preuves du surnaturel dès qu'il y a un artefact sur les photos.)

"Bon ben désolé. T'es mort deux fois en deux parties (rires).
-Et même trois fois en trois parties. Ça commence à devenir Kenny.
-Moi je ne suis mort que la première fois. Je m'améliore. Bon, on a eu deux objectifs et une photo. Je sais pas quelle photo on a eue, d'ailleurs.
-Losal.
-Le sel ? Il y avait quelque chose sur le sel ?
-L'EAU SALE. J'ai pris une photo du lavabo où il coulait de l'eau rouge.
-Bon écoute, c'est bien, j'ai gagné 30$. Tu as gagné quelque chose ?
-15$. (visiblement, les personnages morts gagnent la moitié de la récompense des vivants si au moins un membre de l'équipe survit)
-OK. Bah, je suis passé niveau 2, je n'ai aucune idée de ce que ça fait."
(Réponse après avoir lu le wiki : rien. À force de jouer, on cumule des points d'expérience -moins si on meurt, davantage si on survit-, et quand ces points dépassent certains seuils on a officiellement un nouveau niveau, mais pour l'instant, ça ne donne accès à aucun pouvoir ou équipement spécial ni rien. C'est juste un indicateur du temps que le joueur à passer à jouer au jeu, en fait. Ça changera peut-être à l'avenir, le jeu est toujours en cours de développement.)

L'enquête aura duré 16 minutes en tout.
Le fantôme n'a lancé qu'une seule chasse de toute la partie.
"Une seule chasse, mais elle a été fructueuse ! précise Jehan.
-Héhé, effectivement."
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#7
Je pense que le compte rendu gagnerai à rester à la première personne au présent, car en l'état je n'ai pas vraiment ressenti que c'était flippant. Peut-être aussi garder les intrusions meta pour une section à part en fin de compte-rendu. Sinon on perd le "sel" du récit ;-)

En exclusivité mondiale, voici le nom du prochain "grand méchant" de Retour à la forteresse du cauchemar. Exit les XAKAZE et autre SENYAKAZE. Prenez-garde, si vous l'affrontez en combat singulier, de ne surtout pas rater LABONOKAZE!
Répondre
#8
Comme ce que j'avais fait pour la toute première partie, tu veux dire ?
Je ne sais pas, je me disais que le gimmick tiendrait pas super longtemps, et le but c'est aussi de faire un retour sur le jeu, donc aussi les bugs et problèmes de gameplay.

Merci d'avoir pris la peine de me lire, en tout cas ^^
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#9
Oui l'immersion est meilleure.
Pour les bugs c'est un jeu en accès anticipé, donc ce forum n'est pas forcément le meilleur endroit pour les faire remonter.

Ce jeu me fait penser à un autre qui est un peu l'opposé, dans un genre différent. On contrôle les fantômes et on doit faire fuir les occupants de la maison. Il s'agit de Ghost Master.

En exclusivité mondiale, voici le nom du prochain "grand méchant" de Retour à la forteresse du cauchemar. Exit les XAKAZE et autre SENYAKAZE. Prenez-garde, si vous l'affrontez en combat singulier, de ne surtout pas rater LABONOKAZE!
Répondre
#10
vendredi 21 avril, soit 5 jours après la session précédente
Cette fois, nous n'avons eu le temps de ne jouer qu'une seule mission.

J'ai laissé tombé l'enregistrement audio par appli de smartphone, et j'utilise à présent OSB pour capturer une vidéo de la partie.
Je ne vous mets pas cette vidéo dans ce message parce que 1)elle est super lourde 2)j'ai aucun logiciel de montage pour l'éditer 3)l'enregistrement a été coupé avant la fin parce qu'il n'y avait plus assez de mémoire sur la participation de disque dur utilisé pour l'enregistrement. J'en utiliserai une plus grande pour les prochains enregistrements.
Tant pis, ça me facilitera au moins ce résumé.
Il faudra juste que je me souvienne comment ça a fini après la coupure de l'enregistrement (pas évident quasiment un mois après...)

Nous retournons à Tanglewood, soit toujours la même maison que le tutoriel et notre deuxième mission -celle où nous sommes restés planqués dans nos placards pendant 10 minutes.
Ressuscité pour la troisième fois, Jehan commence de bonne humeur, s'amusant à me mettre le faisceau de lumière de sa lampe torche dans les yeux.

Car c'est la nouveauté de cette session : j'ai enfin compris comment on prenait des objets. J'ai donc pris la lampe supplémentaire que j'ai achetée, de sorte que, pour une fois, nous en avons une chacun. C'est beaucoup plus pratique pour explorer ! Parce qu'à la lampe à UV, il faut avouer qu'on ne voit pas grand chose.
Contrairement à la mission précédente où Jehan avait acheté du sel, il n'a rien emporté avec lui cette fois-ci, de sorte que s'il meurt une quatrième fois, nous ne perdrons aucun équipement.
Raison de plus pour que ce soit moi qui survive si l'un de nous devait être tué. Wink

Je prends le pistolet-thermomètre (également un objet que j'ai acheté) et Jehan le détecteur de champ électro-magnétique, et c'est reparti pour la maison de Tanglewood.
Et ça commence très fort. À peine sommes-nous entrés que le détecteur EMF sonne. Au moment où il s'arrête de sonner, une porte de placard s'ouvre - c'était sûrement cette interaction fantomatique que l'appareil a détecté.
"EMF à 5 ! annonce Jehan.
-À 5 ? Déjà ?
-Déjà à 5."
Je songe à prendre une photo de son appareil indiquant le niveau 5, mais je me rappelle que c'est la caméra vidéo que je tiens en main, et pas l'appareil photo.

[Image: LYFOhgV.png]
"Ah, il a ouvert cette porte"

J'observe qu'une des portes sur notre gauche s'est entrouverte, la deuxième étant toujours fermée.
"Ah, il a ouvert cette porte."
Jehan ne m'écoute pas, il pointe l'appareil vers une petite photo de famille dans un joli cadre en bois, monté sur un petit meuble du couloir (accessoirement, le placard entrouvert est juste derrière).
"Regarde, ça vient de là ! m'interrompt-il. Tu vois ces photos là ? Quand je pointe le détecteur sur cette photo, j'ai un niveau EMF."
-Regarde, là, il y a la porte entrouverte. Regarde la porte. Est-ce que tu détectes quelque chose sur la porte ?"
Au lieu de passer la porte au détecteur, Jehan la pousse et entre dans la pièce. Nous découvrons une petite salle de bain, avec une baignoire. Jehan passe le détecteur sur la face de la porte qui est à l'intérieur de la salle de bain.
"Tu penses que ça vient de la salle de bain ou de cette petite entrée là ?
-Non, c'est vraiment ce couloir. Dans la salle de bain je détecte rien, et quand je ressors ça resonne. J'ai vraiment l'impression... C'est peut-être la porte qui est LÀ."

Jehan, ressorti de la salle de bain, passe dans la deuxième porte sur ma gauche, celle qui était encore fermée. De mon côté, je reste dans le couloir d'entrée et j'allume le pistolet-thermomètre. Rien d'anormal : la température oscille entre 19 et 22°C.
Quand Jehan revient, nous entendons un bruit d'eau qui coule.
"Il y a de l'eau qui s'est allumée", déclaré-je, toujours prêt à dire l'évidence.
Jehan entre à nouveau dans la salle de bain et je lui emboîte le pas.
"Il y a de l'eau sale dans le lavabo.
-Il y a de l'eau sale ? OK."
Je me tourne vers le lavabo et vois en effet la couleur rouille de l'eau qui emplit le lavabo.
"T'as l'appareil photo ? me demande Jehan. Il faudrait prendre une photo de l'eau sale.
-Non, j'ai que la caméra.
-OK, garde ta caméra, je vais aller chercher l'appareil photo.
-OK."
Jehan me laisse donc tout seul.

[Image: oN0OasS.png]
"Il y a de l'eau sale dans le lavabo."

Je mesure la température de la salle de bain. Rien de spécial : toujours autour de 20°C. Je reviens dans le couloir d'entrée. J'essaie de poser la caméra video sur le petit meuble avec les photos encadrées, mais c'est plus difficile que prévu.
Je prends l'appareil photo, qui par défaut pointe droit devant moi, je tourne mon poignet de sorte à ce que la caméra pointe vers 90°C sur ma droite et je la pose sur un vase vide, histoire qu'elle soit un peu en hauteur. Sauf que j'aimerais que la caméra pointe davantage vers le centre de la pièce que vers le mur sur ma droite. Je tente donc de reprendre la caméra pour la faire pivoter d'encore 90°, de sorte à ce que l'objectif soit face à moi.
Après plusieurs essais infructueux, je me rends compte que cette manipulation est impossible, parce qu'à chaque fois que je reprends la caméra dans ma main, elle s'oriente immédiatement droit devant moi. J'ai beau essayé de la faire tourner en plusieurs fois, elle reste désespérément dans la même direction. Sans compter les fois où elle perd l'équilibre du haut du vase et tombe sur le meuble dans une autre position.
Je finis par comprendre qu'il va falloir directement que je me place moi-même face au centre de la pièce pour que l'objectif pointe dans cette direction. Sauf que je ne peux pas non plus la poser sur le meuble si ce dernier est dans mon dos, donc il faut que je me place derrière le meuble… qui est collé au mur. La seule solution est de me mettre à moitié dans la salle de bain et de poser la caméra sur l'angle du meuble.

[Image: oiLNfCu.png]
Impossible de faire tenir la caméra sur ce vase.

Jehan me fait sursauter quand je l'aperçois devant le lavabo de la salle de bain. Je ne l'ai pas vu revenir ! Il a dû passer dans mon dos quand j'avais les yeux fixés sur le petit meuble, et je ne l'ai pas entendu passer. (Même à l'enregistrement vidéo, on entend vaguement ses pas, mais il n'apparaît à aucun moment sur l'image.)
Bref, après avoir pris en photo le lavabo plein d'eau sale, Jehan me rejoint.
"On regarde rapidement les autres salles ?", proposé-je.
Bien qu'on soit déjà bien partis pour considérer que l'entrée est la "salle" du fantôme, autant s'en assurer.

Au passage, ce petit meuble dans le couloir d'entrée est vraiment pénible, parce qu'il est trop saturé d'objet. Entre le vase vide, les cadres de photo, quatre bougies, et maintenant, ma caméra vidéo, ça devient impossible de prendre l'objet qu'on veut. J'ai posé mon thermomètre devant les bougies le temps de positionner la caméra, et à présent, je n'arrive plus à le reprendre ! À chaque fois, je me retrouve avec une bougie dans la main à la place. Il faut que j'en vire deux pour enfin reprendre mon objet.
"Il fait 16, ici."
Je ne sais comment, je me suis même retrouvé avec un bouquin à ma ceinture. Je pose ma lampe torche sur le meuble pour prendre le bouquin dans ma main, et je le pose à son tour sur le meuble. Et, rebelote, j'arrive pas à reprendre ma lampe, parce qu'une bougie vient dans ma main à la place. Ça commence à m'énerver.

Pendant que je galérais avec mon thermomètre, ma lampe-torche et mes bougies, Jehan a déjà eu le temps d'inspecter la nurserie au bout du couloir. Il me rejoint à nouveau, propose qu'on "fasse une dernière salle avant de retourner au camion", et me devance dans la salle des maîtres, une triple pièce composée d'une chambre avec un grand lit, d'une petite salle de bain et d'un dressing (une salle-placard).

[Image: RlFC6VA.png]
Jehan dans la chambre des maîtres, ouvrant la porte du dressing

Je l'entends prendre une photo dans le dressing. Il a voulu actionner un élément du décor, et comme il tenait l'appareil photo à la main, a gâché une photo pour rien. Autrement, rien à signaler.

Quelques minutes plus tard, nous sommes de retour au camion, en sécurité. Jehan regarde le moniteur d'activité, moi je suis sur l'ordinateur pour voir ce que donne la vision à infrarouge de la caméra que j'ai posée (avec tant de mal) sur le meuble de l'entrée. M'ayant rejoint, en cherchant à cliquer sur la souris pour passer de la vision infrarouge à la vision normale, mais toujours avec l'appareil photo en main, Jehan prend une photo de l'écran par accident... Encore une photo gâchée. Et on en a que 5 en tout !

Je remarque que le compte à rebours du temps de répit est à zéro (et pour cause, on était à 8 minutes et demie de jeu environ...)
"OK, le temps de préparation est terminée donc quand on va retourner, il pourra faire des chasses."

Nous retournons dans la maison. J'ai pris le briquet et un Smudge Stick ou bâtonnet de sauge.
(Les Smudge Sticks sont issus de la culture amérindienne. Il s'agit de petit rouleaux de feuilles de sauge que l'on torsade, ficelle et saucissonne ensemble pour les brûler à des fins de rituel et de purification. Apparemment, la traduction française du jeu les désigne comme des "bâtonnets d'encens", alors même que l'encens c'est noir et la sauge c'est blanc... et que les smudge sticks présentés dans le jeu sont clairement des rouleaux blancs…)

[Image: DtO11kJ.png][Image: uTLmQqd.jpg]
À gauche, un smudge stick en feuilles de sauge blanche. À droite, un bâtonnet d'encens sur son porte-encens.
Honnêtement, je ne vois pas comment on peut arriver à confondre les deux.

J'allume les bougies posées sur le meuble d'entrée qui me gênaient tellement pour prendre ma lampe-torche tout à l'heure.
Mon briquet tombe sur la moquette. Je m'agenouille pour le ramasser. Au moment où je me relève… tout est noir, à part les flammes de mes bougies.
"Les plombs ont sauté ?
-Les plombs ont sauté", confirme Jehan.
-Faut aller rallumer le...
-Oui, mais faut savoir où il est. Revenons au camion.
-Raaah, j'arrive pas à ranger ce put*** de briquet."

Le temps d'abandonner, j'ai zappé que Jehan revenait au camion. Je vais voir dans la cuisine/salle à manger sans le trouver. Je jette un oeil dans le salon télé en passant. Rien non plus. Je ressors de la maison et reste au seuil de la porte, dos au camion.
À la radio, Jehan me dit qu'il a vu sur le plan de la maison, affiché dans le camion, où était le disjoncteur et qu'il va essayer d'y aller.
Il réfléchit à l'équipement qu'il peut emporter avec lui.
"Les bâtons d'encens, ça protège ? me demande-t-il.
-C'est de la SAUGE. Euuuh... A priori, ça peut aider, ouais, pendant une chasse, à nous protéger 5 secondes.
-OK. Pas trop d'activité, j'arrive."
Il me rejoint sur le seuil de la porte et me dépasse.
"Je vais essayer d'y aller."
Il disparait dans le noir.
"Je ne t'entends plus", préviens-je.
J'entre à nouveau dans l'entrée.
"Hinhiin... Toutes les bougies se sont éteintes."
Je ramasse le briquet sur la moquette, rallume toutes les bougies.

[Image: Yt1Yciw.png]
J'ai rallumé toutes les bougies.


"J'ai trouvé le disjoncteur.
-Chouette ! Il est où ?
-Dans le garage."

J'allume le salon. C'est quand même moins stressant.
Je vois Jehan dans la partie cuisine/salle à manger. Il a allumé les deux moitiés de la pièce et inspecte les meubles au détecteur EMF.
Je retourne à l'entrée. Pour l'instant, mes bougies sont toujours dans l'état où je les ai laissées.
Je pose le cahier et le crayon à côté du vase.

"Je descends dans la cave", me prévient Jehan.
"OK", réponds-je, tout en observant que deux de mes bougies sont déjà éteintes…
Je repositionne le cahier entre les bougies. Les quatre sont éteintes, à présent. Je les rallume toutes.

(Jehan baragouine)
"Tu dis ?
-Je remonte. Je suis dans la cave.
-OK."
Une seconde après, j'entends l'escalier grincer, puis, j'aperçois le halo de la lampe-torche de Jehan commencer à se balader sur les meubles du salon télé.

"Il est peut-être à l'étage, alors", propose-t-il une fois revenu dans mon champ de vision.
Jehan retourne visiter la chambre des maîtres.
"Il a l'air moins actif que... dès qu'on est rentrés il a commencé à bouger des objets, mais là, plus rien !", remarqué-je en lui emboîtant le pas.

Nous retournons dans l'entrée.
"Ha ! La lumière change !, s'excite Jehan
-(rires) c'est moi..."
Coup d'oeil au meuble à l'entrée.
"Il arrête pas d'éteindre... Est-ce que c'est les bougies qui s'éteignent toutes seules parce qu'il y a un temps limité ?  - j'arrête pas de les rallumer - Ou est-ce que c'est lui qui les éteint ?"
Jehan soupire.
"Je ne saurais te dire ! Bon, je vais prendre l'appareil photo et essayer de chercher de l'activité à photographier.
-OK ! Je vais chercher la lampe à UV et regarder les portes qu'il a touchées tout à l'heure.

Je retourne donc dans le camion. Je signale à Jehan qu'il y a eu un plateau d'activité à 4 il y a une quinzaine de secondes.
Je vois qu'à nous deux, nous avons une santé mentale moyenne de 80% et lui signale donc également que "normalement on a encore trop de santé mentale pour qu'il nous attaque".
À l'écran, je vois Jehan, de dos, sortir du salon télé et avancer vers la porte d'entrée.
"Je suis à l'écran de la vidéo caméra, j'ai vu que tu l'as mise du côté de la télé ?
-Ouais. Pour l'instant, il n'y a pas d'activité EMF."

Jehan me fait sursauter en apparaissant dans le camion. Je prends la lampe à UV, comme annoncé, mais aussi la Spirit Box, et je retourne dans la maison.
À la radio, Jehan me dit qu'il va prendre le thermomètre.
Je suis en train de passer ma lampe à UV sur le petit meuble de l'entrée. Les bougies se sont ENCORE éteintes.

[Image: n2NWDGA.png]
On peut s'éclairer juste à la lampe à UV. Mal.

Je passe aussi aux UV le robinet faisant couler de l'eau sale dans la salle de bain. Rien. Les portes de placard entrouvertes par le fantôme. Rien. Je laisse tomber la lampe à UV sur le meuble, sans l'éteindre, histoire de libérer ma main gauche.
Jehan m'a rejoint avec le thermomètre. Moi, j'allume la Spirit Box dans ma main droite.
"How old are you?
-Ah ! La température est à 1,4° !
-(souffle) Ouais, je vois mon souffle.
- Ouais, on voit nos souffles.
-How old are you? *NOTHING DETECTED* Where are you? *NOTHING DETECTED* Bon, "nothing detected"."
Je laisse tomber la Spirit Box, toujours sans l'éteindre. Je reprends ma lampe-torche normale en main.

Je sors de la maison sur le seuil, Jehan y est déjà. Nous sortons chacun notre journal.
"Donc première preuve, EMF 5, tu es sûr d'avoir vu la lampe rouge ?
-Certain, affirme Jehan.
-OK. Pour l'instant, pas de Spirit Box, pas d'empreintes digitales, pas d'orbes fantomatiques, pas d'écriture fantomatique, par contre température glaciale. OK.
-Soit c'est les empreintes digitales et ce sera une Banshee, soit l'orbe et ce sera un Fantôme.
-OK."

Nous retournons dans la maison.
"Je vois une marque, là, me signale Jehan. Une marque violette.
-Tu vois une marque violette ? Ah oui mais ça c'est parce que j'ai posé la lampe à UV."
Pour lui montrer, je reprends la lampe à UV, et le halo violet sur le mur se déplace en même temps que je lève l'objet.

Plutôt que de souffler pour voir si j'ai de la buée, j'essaie de parler à la place.
"Allo ? Allo allo allo ? Allo allo ?"
Ce faisant, je me déplace : le long du couloir, dans la salle de bain...
J'ai de la buée dans le couloir, mais pas dans la salle de bain.
"C'est vraiment ce couloir là."

...soudain un souffle lugubre dans mon oreille.
"AAaaAAaaAA !", gémis-je en sursaut.
-J'ai entendu un bruit, m'annonce Captain Obvious.
-Ouais, il nous a soufflé dans l'oreille. Bon. C'est juste un jump scare."
Je retourne devant mon meuble surchargé d'objets. Je vois la Spirit Box allumée par terre.
"Bon, ça c'est pas la peine que je la laisse allumée, vu qu'on n'a pas de fantôme qui répond à la Spirit Box (dans les possibilités qui nous restent)."

Je ramasse la Spirit Box sur le sol, l'éteint, et l'abandonne sur le meuble. Dans le même temps, j'ai pris l'appareil photo sur conseil de Jehan.
"Bon, pour l'instant, pas de chasse, commenté-je. De toute façon aussi près de la porte..."
Sauf que c'est idiot ce que je dis. Je crois que comme il me suffit de trois pas pour passer la porte de la maison, je pourrais fuir facilement en cas d'attaque de fantôme. Sauf que si le fantôme se met à chasser, la première chose qu'il va faire c'est justement de fermer et verrouiller la seule porte de sortie !

Je m'écarte du petit meuble pour me rapprocher de la fameuse porte, en faisant un long "Aaaaaaaaah" avec ma voix, pour voir si j'ai de la buée.
Réponse positive.
"Ça doit être la même salle tout ça. Ou alors, il est vraiment très près."
(Il faut savoir que l'entrée est composée de deux couloirs parallèles qui se rejoignent en leur milieu, formant une sorte de "H". Mon expérience tend à confirmer que le bout de couloir qui va de la porte d'entrée au salon télé, et le bout de couloir qui longe la salle de bain, la nurserie et une troisième pièce, sont tous les deux considérés comme étant la même pièce.)

Pendant que Jehan me donne en détails toutes les variations de température entre les deux parties de couloir d'entrée et l'extérieur de la maison, je remarque qu'une porte de placard a été entrouverte. Je la referme, ramasse la lampe à UV, et passe le faisceau violet dessus. Toujours pas d'empreintes de doigts.
Nous en sommes à la 20ème minute, environ.

J'entends que le lavabo dans la salle de bain coule toujours. Je tente de fermer le robinet, mais sans succès.
Jehan dit qu'il va reprendre la caméra. Sur le moment, je pense qu'il veut dire l'appareil photo et je le pose sur un autre meuble de l'entrée pour lui laisser. Quand je me rends compte de ma confusion, j'essaie de le reprendre mais... l'appareil photo est coincé dans une poterie. Et un cadre photo vient dans ma main à la place à chaque fois que j'essaie de reprendre l'appareil. Je finis par jeter le cadre sur le sol pour qu'il ne me gêne plus.

"Attends, je vais aller voir dans le camion, si..."
La voix de Jehan est coupée en pleine phrase.
Toutes les lumières sont éteintes, j'ai entendu le déclic de la porte qui se verrouillait derrière moi. Et surtout, j'ai vu, sur le mur en face de moi, les ténèbres avaler le carré de lumière extérieure qui se reflétait sur la paroi. Une façon de voir le mouvement de la porte derrière moi sans me retourner...
J'entends les battements de mon cœur (en jeu. Ceux de mon perso, quoi.)
"Chasse" dis-je calmement.
(À l'enregistrement, je voix que le fantôme est apparu dans mon champ de vision, à moitié dans un placard, mais je ne l'ai pas vu pendant le jeu proprement dit !)

[Image: c2Ya4aa.png]
Sans l'arrêt sur image, je ne t'aurais jamais vu... Je tournais la tête rapidement...


Conservant mon sang-froid, je me dirige vers un placard à ma droite pour me cacher.
"Ah ! Le détecteur EMF s'affole un peu !", m'annonce Jehan par radio.
Preuve que nous sommes sujets à une simple apparition du fantôme et non à une attaque. Par ailleurs, le halo de ma lampe-torche projeté sur les parois du placard, que je referme sur moi, ne tremble pas.
J'entends toujours Jehan.
"En fait, l'EMF s'affole au niveau de l'entrée. Dès que je suis devant la porte...
-On ne doit pas être en chasse puisque le talkie fonctionne, remarqué-je.
-J'ai récupéré la caméra.
-Le talkie fonctionne et les lumières ne vacillent pas."
(Ce dialogue de sourds...)
Je ressors de mon placard pour voir Jehan dans l'entrée, la porte de la maison ouverte derrière lui.

"OK, donc il a juste fermé la porte, en fait. En général, quand la chasse commence, la porte d'entrée se ferme, mais là il a dû juste fermer la porte. Chaipas."

Jehan passe brièvement dans le camion pour voir la transmission de la vidéo caméra, qu'il a déplacée, mais rien de spécial.
Moi je vois que mes bougies sont à nouveau éteintes. J'essaie d'attraper le briquet pour les rallumer, mais je galère à nouveau, les bougies et les cadres photo venant dans ma main à la place. J'arrive quand même à les rallumer toutes. Une bougie est même tombée sur le sol. 
Bizarrement, la flamme ne reste pas à la verticale, mais se met à l'horizontale comme le reste de la bougie. Et elle ne met pas le feu à la moquette.
Je replace la bougie sur le meuble. 
Je vois également le cahier et le crayon par terre, sans aucune écriture fantomatique. Comme notre fantôme sera identifié soit par une empreinte digitale apparaissant à l'utraviolet, soit par une orbe fantomatique apparaissant à la vision nocturne de la vidéo caméra, je retourne ranger le cahier dans le camion.

Alors que je prends un bâtonnet de sauge dans la main, j'entends à la radio les parasites audio caractéristiques d'une attaque de fantôme ! Quand je me rapproche de la maison, je vois que la porte principale est en effet fermée. Je retourne dans le camion. L'indicateur d'activité, sans surprise, est monté jusqu'au maximum de 10. Le halo de ma lampe-torche braquée sur le mur clignote. Il n'y a vraiment aucun doute. Mais bien sûr, je suis en sécurité dans le camion.
Je ne sais pas où est Jehan, mais sa santé mentale est dans les 60%, signe qu'il est encore en vie.
Quand je vois l'indicateur baisser à 8, je retourne vers la porte de la maison.
Je l'ouvre. Je suis accueilli par le rond de lumière émanant de la lampe-torche de Jehan, qui vient vers moi depuis le salon télé. La maison est plongée dans le noir.

"Tu as survécu à une chasse, apparemment ! T'as dû essayer de me parler, le talkie faisait des parasites.
-Oui, les lampes vacillaient, je me suis planqué dans un placard...
-Tu l'as entendu ?
-...j'ai posé la caméra à l'entrée. Attends-moi.
-OK."
Je trouve un cadre photo accroché à ma ceinture. Je ne sais pas comment il est arrivé là. Je le jette sur le dallage en ciment devant la maison, pour plus qu'il ne me gêne.

Jehan me parle depuis le camion.
"Oh là, oui ! C'était monté à 10 !
-Oui, c'était à 10 pendant la chasse, c'est retombé après quand la porte a pu être ouverte."

Je retourne dans la maison avec mon rouleau de sauge à la main, et toujours dans le noir complet.
Le temps de poser le smudge stick sur le meuble des bougies, j'entends à nouveau la porte qui claque et le talkie qui crépite dans mes oreilles !
J'abandonne ce que je fais, je me dirige vers le même placard où j'étais caché lors de la "simple apparition", découvrant que sa porte est d'ailleurs toujours ouverte. Je m'engouffre à l'intérieur.
Je n'ai pas eu le temps de fermer les portes sur moi que j'entends déjà les pas du fantôme qui s'approche.
C'est très juste !
Est-ce qu'il va voir les volets se fermer et venir me trouver ?
Je ferme la porte de droite. Les pas se rapprochent.
Je ferme la porte de gauche. Les pas se rapprochent encore.
Puis le bruit des pas semble moins fort. Est-il passé devant moi sans me voir ?
Non, il revient, son pas s'accélère !
Mon souffle est glacial.
Jehan doit essayer de me contacter car une deuxième émission de parasites arrive dans le talkie avant de s'arrêter.
Je n'ai que ma lampe d'épaule avec moi, impossible de voir si la lampe torche clignote ou non.
Je n'entends plus de pas.
J'hésite à sortir. J'avance ma main vers la porte de placard, mais me ravise.
J'active mon talkie.
"Allo ?"
Pas de réponse.

Puis, après un long silence... (Enfin, une douzaine de secondes, mais c'est très long quand on attend...)
"L'activité est redescendue à zéro, es-tu toujours là ?, reprend la voix calme de Jehan dans mon oreillette.
-OK, c'est bon, je sors.
-Elle vient de remonter à 4, elle vient de remonter à 5, méfie-toi !
-Eh merde, j'ai plus ma lampe."
Je tends la main vers la porte d'entrée et galère à l'ouvrir. Ma tête glitche à moitié au travers, du coup, je vois l'extérieur.
"Ta santé mentale est à 27. 25. L'activité est descendue à 1."
Je tente d'allumer la lumière du couloir d'entrée pour m'aider à ne pas perdre davantage de santé mentale. J'actionne correctement l'interrupteur, mais toujours pas de lumière. Il semblerait que le fantôme ait éteint le disjoncteur.
"Zéro maintenant", continue Jehan.
Cette fois, j'arrive à ouvrir la porte en la tirant -je devais essayer de la pousser lors de mon essai précédent.
"OK, j'ai réussi à rouvrir la porte.
-T'as réussi à rouvrir la porte, c'est ça ?
-Ouais c'est ça."

Je retourne à mon fameux meuble avec les bougies, reprenant ce que j'essayais de faire avant que l'attaque du fantôme ne m'interrompe.
Les bougies sont toutes éteintes et renversées. Je les remets debout. Je ne remarque pas que les lumières électriques se rallument autour de moi.
Je pose le bâtonnet de sauge sur le meuble. Impossible de le poser à la verticale comme une bougie, il n'arrête pas de tomber. Je tente de l'allumer comme ça avec le briquet.
"Reviens dans le camion ! Prends une pause, parce que là, ta santé mentale est très limite... Tu rallumes les bougies, c'est ça ? Je te vois avec la caméra.
-J'essaie d'allumer le Smudge Stick.
-Après, je suis pas sûr que ce soit efficace contre les Banshee. C'est pas comme les crucifix."
Je sors de la maison pour répondre à Jehan.
"Tu penses que c'est pas efficace contre les Banshee ?
-Bah, c'est pas marqué dans le journal comme une faiblesse pour les autres fantômes que les Banshee."
Je remets un pied dans la maison, mais aussitôt, toutes les lumières s'éteignent à nouveau et le fantôme me fait entendre son souffle effrayant dans l'oreille. Je sursaute et ressors d'un pas en arrière.

"Il m'a encore soufflé à l'oreille !"
Je retourne à mon meuble. Voyant que le Smudge Stick n'a toujours pas l'air allumé, j'essaie à nouveau de le poser à la verticale, mais à nouveau, il retombe à l'horizontale. Je le laisse couché et je vais ramasser le briquet tombé sur la moquette.
"C'est bizarre, ça laisse pas de trace à la caméra. C'est laquelle la lumière ultraviolette ?"
J'ai ramassé le briquet et tente de passer la flamme sur toute la longueur du Smudge Stick, sans voir de flamme apparaître sur ce dernier. Pas de signe apparent qu'il est allumé. J'essaie à nouveau de le mettre en position verticale.
"Houlà ! s'exclame Jehan, activité affolante !"
Suivant son conseil implicite, je me dirige aussitôt vers le seuil pour sortir.
La porte se referme sous mon nez.
"Eh merde !
-*bruits de parasites radio.*"

Retour dans mon placard. Cette fois, je ferme mes deux volets - qui grincent horriblement - avant d'entendre les pas du fantôme. Et j'ai ma lampe avec moi.
Je fixe des yeux le halo blanc de la torche sur l'intérieur du placard. Les pas lourds commencent à se faire entendre. Le halo clignote.
J'entends la porte d'entrée cliquer frénétiquement. Vraisemblablement, Jehan essaie d'ouvrir sans y arriver.
J'entends un bruit monter, comme la tonalité d'un téléphone. Sans doute le détecteur EMF de Jehan qui s'affole depuis derrière la porte.
On n'entend plus les pas. Puis la lumière de ma lampe-torche arrête de clignoter.
La radio dans mon oreillette s'active :
"La porte est ouverte si tu es toujours là.
-Ouais, je suis là !"

Je retourne à mon meuble. Je tente à nouveau de reprendre mon bâton de sauge pour le dresser à la verticale, mais à nouveau, les bougies me viennent dans la main à la place, m'empêchant de le saisir.
"Ta santé mentale est à 7, reviens au camion."
Je sors. Cette fois, la porte ne se ferme pas sur mon nez.
De retour au camion, je vois que ma santé mentale est tombée à 5%, tandis que celle de Jehan est à 55%.

"Tu auras peut-être plus de chance que moi, j'arrive pas à allumer ce pu*** de... tu sais, en fait il faut réussir à le dresser verticalement, et j'ai du mal. Comme ça."
Pour illustrer mon propos, je prends un autre Smudge Stick qu'on a en réserve dans le camion, je le mets à la verticale dans ma main, puis je le lâche et le laisse tomber sur l'étagère.
Et là, il reste debout du premier coup.
"(rires) et après, il faut l'allumer avec le briquet qui est sur la table avec."
Jehan ayant fait tomber le bâton de sauge en le touchant, je le reprends et j'essaie de reproduire mon précédent succès.
Cette fois, à chaque fois que je le lâche sur l'étagère, il perd l'équilibre et bascule à l'horizontale à nouveau.

Je retourne devant l'écran relayant la transmission de la vidéo caméra.
"Toujours pas d'orbe, hein ? Toujours pas d'orbe, mais on n'a pas vu d'empreintes digitales non plus.
-Non, mais t'as la lampe UV avec toi ?
-J'ai quoi ?
-La lampe UV avec toi.
-Euhm, la lampe UV..."
Je retourne voir l'étagère si elle y est.
"Je l'avais pas ramenée au camion ?"
Je vois qu'en fait c'est le cahier et le crayon que j'ai ramenés, pas la lampe à UV.
"Non bah elle doit toujours être dans la table dans le foyer, du coup."
Anglicisme de ma part. En anglais, foyer désigne le vestibule ou l'entrée.

(Ici mon enregistrement vidéo s'arrête, et je dois continuer de mémoire. Et c'est pas évident un peu plus d'un mois après. Oui, j'ai écrit ce post en plusieurs jours, d'où la différence de temps avec celle annoncé en début de message.)

Revenant sur le seuil, Jehan voit un cadre photo par terre. Interloqué, il me le signale, pensant que c'est peut-être le fantôme qui les a jetés hors de la maison.
Je lui explique que ça s'était retrouvé dans ma ceinture d'équipement, et que j'ai dû m'en débarasser.
Après tout, ça aurait été bizarre que le fantôme agisse en dehors de la maison qu'il hante.

Alors que j'étais censé rester dans le camion à cause de ma santé mentale trop basse, nous sommes finalement repartis dans la maison tous les deux.
J'ai pu ainsi indiquer à Jehan où étaient la lampe à UV et le Smudge Stick.
Malheureusement, j'ai dû précipiter sa chute...

Une attaque de fantôme a commencé pas longtemps après notre entrée, alors que Jehan s'affairait sur le meuble où étaient posées les bougies et Smudge Sticks.
J'ai vu apparaître le fantôme juste à côté de Jehan ! Il est apparu carrément sur lui ! Autant dire qu'il n'avait aucune chance.
J'ai essayé de le prévenir, lui criant de fuir, puis j'ai couru directement dans mon placard, alors que je ne voyais pas Jehan bouger.
Quand il m'a semblé que l'attaque était terminée, je suis sorti de mon placard, et j'ai trouvé son cadavre contre le meuble.
Je suis sorti de la maison et retourné au camion.

À ce stade, j'ai choisi au hasard l'un des deux types de fantôme, Banshee ou Fantôme.
J'ai vu aussi qu'on avait accompli les troisième et quatrième objectifs, à savoir, purifier la salle du fantôme avec un bâton de sauge et avoir la santé mentale moyenne de toute l'équipe tomber en-dessous des 25%.
Autant le quatrième paraissait évident, vu mon niveau à presque 1% et la mort de Jehan, autant, comme je n'ai jamais réussi à allumer ce bâton de sauge, je me demande comment on a réussi le troisième. Peut-être que le bâton ne fait pas de flamme quand il est allumé, juste un peu de fumée, mais comme la salle était dans le noir la plupart du temps, je n'ai pas vu que j'avais réussi à l'allumer ? Mystère.

Très honnêtement, je ne me souviens plus si j'ai choisi Banshee ou Fantôme, et je ne me souviens pas non plus si j'ai eu juste ou faux.
Mais Jehan était ENCORE mort.
Par contre, j'avais survécu trois fois de suite, donc c'était pas si mal.

Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#11
Petit extrait de la partie du 29 avril.
Pour cette 5ème mission ensemble, Jehan et moi avons visité une nouvelle maison. Il s'agit d'une maison de ferme à Bleasdale. C'est une maison à deux étages (rez-de-chaussée, 1er étage et grenier, pas de sous-sol). Ça nous change des maisons de Tanglewood et de Ridgeview dont nous avons l'habitude.

L'enregistrement n'ayant pris que le son du jeu (mon propre micro n'était pas correctement sélectionné comme source sonore), on n'entend que Jehan (et mal).
Pour donner un peu plus de sens à la conversation, j'ai donc rajouté des sous-titres pour moi et pour lui. Alors pensez à les activer.

Evidemment, pour ma partie de la conversation, comme j'ai transcrit de mémoire, il y a peu de chance que ce soit exactement ce que j'ai effectivement dit, mais ça vous permettra de mieux comprendre.



J'ai toujours pas de logiciel de montage, donc ça a été édité et sous-titré directement avec l'application Youtube.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#12
Ce cliffhanger !

Spoiler : à la fin, Jehan meurt.

« À la fin de quel épisode ?
— Tous. »
Répondre
#13
Ton pseudo dans le jeu, ne serait-ce pas Sean Bean par hasard? LOL

En exclusivité mondiale, voici le nom du prochain "grand méchant" de Retour à la forteresse du cauchemar. Exit les XAKAZE et autre SENYAKAZE. Prenez-garde, si vous l'affrontez en combat singulier, de ne surtout pas rater LABONOKAZE!
Répondre
#14
Kenny, plutôt…
Répondre
#15
(31/05/2021, 22:06)Jehan a écrit :
Kenny, plutôt…

C'est du pareil au même! Big Grin  
Voir la fin de cet article.

En exclusivité mondiale, voici le nom du prochain "grand méchant" de Retour à la forteresse du cauchemar. Exit les XAKAZE et autre SENYAKAZE. Prenez-garde, si vous l'affrontez en combat singulier, de ne surtout pas rater LABONOKAZE!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)