Your Story 3
#16
(06/03/2009, 00:12)Sukumvit a écrit : Vous rigolez... vous rigolez... et pourtant il arrive... droit sur vous... bien plus dangereux pour votre santé mental que Johnny ou Lara Fabian... bientôt... bientôt...

Michael Jackson Cool

http://www.lepoint.fr/actualites-culture...9/0/323166
Répondre
#17
Il est là... tout prêt... vous pouvez le distinguer... il s'agit de Your Story 3 yahoouuuu... Vous parvenez à distinguer autre chose... non c'est impossible... Ce n'est pas une aventure dont est héros est vous comme les autres... c'est... cette fois-ci il vous apparaîtra... comme un feuilleton... A partir de demain, l'auteur paraîtra sur ce forum un épisode de Your Story tous les 2 jours... et Your Story 3 possède 8 épisodes ! Cela signifie 16 jours de folie...
Dès demain... le premier épisode de Your Story 3 qui s'intitulera : "Le prologue". Cet épisode fait 8 paragraphes... c'est plutôt court... mais mieux vaut commencer en douceur...
A demain, pour découvrir le 1er épisode de Your Story 3, et commencer à mener L'ultime combat pour la liberté.
Répondre
#18
Le voilà, le premier épisode... je m'étais trompé, en fait le prologue ne compte pas pour un épisode, il y aura donc 18 jours de folie...

YOUR STORY 3
LE PROLOGUE

1
Il n’y a rien d’autre à dire : vous vous faites chier.
C’est normal, après tant d’action, d’explosions, de cascades, d’aventures, poursuivis par les autorités les plus compétentes de l’Etat à travers un paysage somptueux, tant d’émotions à serrer conte vous ce cher Xhoromag, et bien vous vous emmerdez sévère. Alors pour vous occuper, vous pouvez :

Nourrir le chat, rendez-vous au 2.
Arroser vos plantes, rendez-vous au 3.
Téléphoner à l’horloge parlante pour oublier la solitude, rendez-vous au 4.
Ouvrir une bouteille de vodka histoire de passer le temps, rendez-vous au 5.

2
Le chat est heureux. Il se frotte à vos jambes en ronronnant. Mais vous vous en fichez, c’est tous les jours la même chose. Rendez-vous au 1.

3
Vous arrosez vos plantes, et vous sautez de joie à travers votre appartement car grâce à cette occupation, vous venez de remplir dix minutes de votre vie ! Mais malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin, rendez-vous au 1.

4
« Il est quinze heures, quinze minutes et quinze secondes » Tiens, ça fait trois quinze ! Vous éclatez de rire car vous trouvez ça vraiment très drôle. Comme quoi, c’est pas si difficile de s’amuser dans la vie. Mais maintenant vous vous faites de nouveau chier rendez-vous au 1.

5
En trois verres, vous êtes bourré, avachi dans votre canapé en regardant un match de foot ou plus belle la vie selon votre sexe. Vous êtes content de vous endormir car cela va boucher huit heures de votre temps sur terre. Lorsque vous vous réveillez, vous vous faites chier, rendez-vous au 1.

6
Il faut savoir tricher dans la vie pour ne pas s’ennuyer. Aussi vous vous rendez paragraphe numéro 6 dans l’espoir qu’il s’y passe quelque chose de divertissant. Et pourtant…
Il n’y a rien d’autre à dire : vous vous faites chier.
C’est normal, après tant d’action, d’explosions, de cascades, d’aventures, poursuivis par les autorités les plus compétentes de l’Etat à travers un paysage somptueux, et tant d’émotions à serrer conte vous ce cher Xhoromag, et bien vous vous emmerdez sévère. Alors pour vous occuper, vous pouvez :

Nourrir le chat, rendez-vous au 2.
Arroser vos plantes, rendez-vous au 3.
Téléphoner à l’horloge parlante pour oublier la solitude, rendez-vous au 4.
Ouvrir une bouteille de vodka histoire de passer le temps, rendez-vous au 5.
Ne rien faire, rendez-vous au 7.

7
Une seule pensée vous vient à l’esprit. « Qu’est-ce que je me veux fait chier dans les aventures dont le héros est vous ! » Et effectivement assurément c’est vrai c’est prouvé, vous vous faites chier. Et pas qu’un peu. Et même plus que pas qu’un peu. L’auteur n’est pas très inspiré ces derniers temps. Car au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, vous vous faites chier. Mais alors là, vous vous faites vraiment chier, mais comme jamais vous ne vous êtes fait chier.
Et qu’est-ce qu’on s’emmerde quand on se fait chier.
« Oh je me fais chier, dîtes-vous » Mais alors pour vous faire chier, vous vous faîtes mais vraiment chier.
Combien de temps cet enfer va-t-il durer ? Vous le saurez en lisant le troisième tome de Your Story :

L’ultime combat pour la délivrance


Rendez-vous au 8 pour découvrir le premier épisode qui s’intitule : La Menace.
Répondre
#19
Non, mais qu'est-ce qu'on se fait chier à lire ça.

Deuxième degré, hein ? ^_^
Répondre
#20
En ce qui me concerne, quand je me "fait chier", je préfère aller aux toilettes ( avec une bonne 'Gazette', ça passe facile 20min ) ^_^
redo

Editeur d'A.V.H. sous Linux : http://redohome.hd.free.fr/gameBooks/
Répondre
#21
Moi, ce qui me fait chier là-dedans, ce sont surtout les accents circonflexes malvenus sur « faites » et « dites »...
Répondre
#22
En attendant la seconde partie aujourd'hui, je crois que je vais recommencer l'aventure depuis le 1, je suis certain d'avoir oublié des passages importants.

Eek ! <- Edit : bug smiley qui fait les yeux ronds ("oO")
Arzarach, de cheval
Répondre
#23
EPISODE 1 : LA MENACE


8
Oh, je me fais chier, vous dîtes-vous. Mais alors vraiment je me fais vraiment chier.
DRING DRING !
Qu’est-ce qui a bien pu faire DRING DRING ?

Si vous pensez que c’est le micro-onde, rendez-vous au 9.
Si vous préférez la porte d’entrée, c’est au 10.
Si à votre avis c’est le téléphone, rendez-vous au 11.

9
Vous ouvrez la porte de votre micro-onde, ne vous souvenant pas y avoir mis quelque chose ces dernières minutes, quand soudain BOUM ! Qui a osé piéger ainsi votre micro-onde ? Vous ne le saurez jamais car vous vous réveillerez dans une autre dimension au paragraphe 77 de Your Story 2 (Ah ah ! vous l’aviez manqué, celui là !).

(Les petits de conseils de papa Sukumvit : si vous n’avez pas de micro-onde, vous n’avez pas pu choisir ce paragraphe. Donc vous vous êtes juste trompé de choix. Vous pouvez alors sans aucun remord revenir au paragraphe précédent. Mais si vous possédez un micro-onde, rien ne vous empêche de le jeter par la fenêtre pour profiter de cette astuce.)

10

Mais non espèce d’abruti ! La sonnette ça fait pas DRING DRING, ça fait DING DONG ! Aucune culture générale. Pathétique. Revenez au 8.

11

Vous vous approchez du téléphone. Si vous avez des mains, vous pouvez décrocher le combiné au 12. Sinon vous pouvez tenter de l’attraper avec les pieds, rendez-vous au 13. Si vous vous méfiez de ce coup de téléphone, vous pouvez débrancher tous vos appareils électriques, fermer vos volets et pousser une énorme bibliothèque devant la porte d’entrée de manière à vous protéger de toute agression éventuelle. Rendez-vous au 14.

12
Où mettez-vous le combiné ?
La partie du haut sur l’œil gauche et la partie du bas sur l’oreille droite ? Rendez-vous au 15.
La partie du bas sur les dents et la partie du haut sur le lobe, rendez-vous au 16.
La partie du haut sur le front et la partie du bas sur le nez, rendez-vous au 17.

(Les petits de conseils de papa Sukumvit : Si vous lisez Your Story au travail, n’hésitez pas à utiliser le téléphone de votre bureau pour tenter les différentes combinaisons. Et si vous n’y parvenez pas, demandez de l’aide à votre superviseur, il sera ravi de vous répondre Mais ne parlez pas de Your Story, vous risqueriez de vous faire virer, non, dites lui que vous essayez de comprendre comment marche un téléphone par simple curiosité.)

13
Si vous pieds sont pourvus de ventouses, vous y parvenez, rendez-vous au 16. Si ce n’est pas cas, l’auteur a beau cherché dans tous les paragraphe de ce livre, votre triste situation ne peut renvoyer à aucun d’entre eux. Votre infirmité vous condamne donc. Après tout on ne va pas commencer par prendre par la main (enfin ce sera dur, hi hi) tous les handicapés de la planète, on n’en finirait jamais (surtout avec les guerres), alors l’auteur n’a qu’un mot, débrouillez-vous !

14
Bravo ! Votre intuition vous a une fois de plus évité une grande frayeur ! Vous avez deviné qu’au téléphone vous attendait un psychopathe sexuel qui vous dirait : « Je vais te tuer… Je suis sur tes traces, je vais te retrouver et je vais te tuer… »
Rendez-vous au 19.

15
« Allo, vous écriez-vous, allo ? » Votre œil ne perçoit aucune réponse. Visiblement ça ne marche pas. Vous poussez un juron obscène et repartez jouer avec vos legos de la reine d’Angleterre au 18.

16
« Je vais te tuer…
- Comment ? » Lancez-vous avec angoisse lorsque vous entendez cette voix reconnaissable entre tous, celle d’un psychopathe sexuel. « Je suis sur tes traces, je vais te retrouver et je vais te tuer… »
Rendez-vous au 19.

17
Si votre nez a le pouvoir de parler et votre front le pouvoir d’entendre, rendez-vous au 16. Si ce n’est pas le cas vous vous écriez : « Allo, allo ? » Votre front ne perçoit aucune réponse. Visiblement ça ne marche pas. Vous poussez un juron obscène et partez regarder Mickey à la télé au 18.

18
Soudainement, de manière totalement inexplicable, le téléphone s’envole dans les airs, et le combiné vient se coller sur votre joue, dans une position parfaite. Vous entendez alors un psychopathe sexuel qui vous dit : « Je vais te tuer… Je suis sur tes traces, je vais te retrouver et je vais te tuer… »
Rendez-vous au 19.

19
Oh non de Dieu ! Vous êtes poursuivi par un psychopathe sexuel ! Le suspens est à son comble ! Si vous le désirez, vous pouvez revenir au 1. Sinon, il va falloir vous protéger. Vous fermez vos volets et votre porte à double-tour, devant laquelle vous déplacez votre bibliothèque. Vous êtes en sécurité maintenant, mais pour combien de temps ? N’oubliez jamais le dicton : « un psychopathe sexuel a toujours plus d’un tour dans son 33 tours ». Alors à quel terrible maléfice devez-vous vous attendre ? Vous le serez dans le deuxième épisode du troisième volume de la grande saga Your Story qui s’intitule :

L’ATTAQUE


Rendez-vous au 20.
Répondre
#24
Quel cliffhanger ! Je n'en peux plus ! Vite la suite !
Répondre
#25
Et maintenant, vous êtes plongé dans le feu de l'action !

EPISODE 2 : L’ATTAQUE

20

Un psychopathe sexuel ! C’est bien votre veine ! Peut-être vous a-t-il appelé de la cabine d’en face ? Vous entrouvrez votre fenêtre et apercevez une vieille grand-mère près du téléphone. C’est peut-être elle. Si vous possédez un fusil et désirez lui tirer dessus, rendez-vous au 21. Si vous appelez la police, rendez-vous au 22. Si vous sortez dehors, sous une pluie battante, et hurlez en même temps que le grondement d’un orage empli la ville entière un « POURQUOI ?» métaphysique dressé aussi bien à l’univers qu’à la profondeur de la souffrance qu’accompagne le terrible fardeau mélancolique de la condition humaine mortelle rêvant d’étoiles et d’amour, rendez-vous au 23.

21
Testez votre habileté. Pour ce faire, effectuez un jet quatre dés à six faces. Si vous obtenez le résultat 4, vous n’avez pas de chance, vous êtes malhabile, rendez-vous au 24. Si vous obtenez le résultat 24, vous êtes un sacré veinard, vous êtes habile. Rendez-vous au 25. Si vous obtenez un autre résultat à ce test de vos capacités sous forme de jet de dés, relancez les dés.

(Les petits de conseils de papa Sukumvit : Chaque dé à six faces possède six faces numérotées de 1 à 6. réfléchissez bien, 6x4 = 24, il vous suffit donc, en faisant rouler vos dés, d’obtenir toutes les faces correspondant à la valeur 6 vers le plafond ou le ciel selon que vous vous trouviez à l’intérieur ou à l’extérieur, de cette façon, vous obtiendrez le résultat 24 facilement. Réussir ce jet de dés, donc votre test de compétence, c’est facile, il suffit juste de réfléchir !).

22
Si vous êtes un jeune, rendez-vous au 26. Si vous êtes un vieux, rendez-vous au 28. Dans tous les autres cas (bien au contraire) rendez-vous au 30.

23
« POOOOOOOOOOOOOOOURQUOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOI ??????????????
- Oh t’as gueule. »
Celui qui vous a répondu ne peut-être personne d’autre que le psychopathe sexuel. Retournez-vous, le combat va commencer.
Rendez-vous au 31.

24
Vous avez raté la vieille. Mais vous pouvez toujours garder le fusil. Notez le dans votre poche. La vieille dame, qui vous a aperçu, sors de son caddie un énorme rouleau à pâtisserie long comme un chien long. Si vous vous calfeutrez de nouveau à l’intérieur de chez vous, rendez-vous au 35. Si vous êtes de la pâte à pâtisserie, rendez-vous au 36.

25
Et paf ! Dans la tête ! Ah ah ! On ne vous menace pas impunément comme ça ! Vous bombez fièrement le torse et sortez de chez vous, fier d’avoir débarrassé la ville d’un être si vil. Rendez-vous au 32.

26
« - Au secours, vous écriez-vous au téléphone, je suis poursuivi par un psychopathe sexuel ! » Le policier reconnaît aussitôt à votre voix que vous êtes un jeune. Vous sentez des ondes haineuses émaner de l’autre bout du fil : « Tout ça ne serait pas arrivé si tu faisais des études comme un garçon bien élevé. Au lieu de te droguer, de faire des hold-ups, d’aller voir les prostituées, de te soûler en boîte tous les soirs tu ferais mieux de travailler, espèce de… de jeune ! »
Visiblement, vous n’obtiendrez aucune aide de ce plouc, il va falloir vous défendre seul… rendez-vous au 33.

27
27 ! Hoooooouuuuaooouuuuuw !!!! Vous vous rendez compte que vous êtes au paragraphe 27 ! Le même numéro que celui de la Ferrari de Jean Alesi lors du championnat de formule 1 1995 ! C’est pas génial ça ? Après cette brève digression, rendez-vous au 40.

28
« - Au secours, vous écriez-vous au téléphone, je suis poursuivi par un psychopathe sexuel ! » Le policier reconnaît immédiatement à votre voix que vos êtes un vieux. Aussitôt, sa voix devient mielleuse et compatissante. « Mais oui papy (ou mamy selon voter sexe), allez on va tranquillement aller se recoucher, d’accord ?
- Mais il est là, j’en suis sûr.
- Oui oui bien sûr. On ne viendra vous sauver que si vous vous couchez tranquillement, d’accord ? » Si vous allez vous coucher, rendez-vous au 34. Si vous pensez que vous n’obtiendrez rien de ce petit prétentieux, il va falloir vous défendre seul… Rendez-vous au 33.

29
Bravo ! Vous courez dans le garage chercher votre jerricane, puis vous revenez près de la dynamite et arrosez la mèche. La flamme, étouffée par l’essence, s’éteint aussitôt. Grisé par votre succès, vous sortez alors de chez vous pour prendre une petite promenade au grand air, rendez-vous au 32.

30

Vous avez le bon profil, la police accepte de venir vous aider. Noter le code : « appel police ». Maintenant, vous vous relevez et ressortez dans la rue car vous avez envie de faire une petite promenade au grand air, rendez-vous au 32.

31

Le psychopathe sexuel est un être absolument immonde, de la bave coule le long de ses lèvres, la folie meurtrière pure brille dans ses yeux, se terminant par des griffes aux crocs terrifiants. Les deux ventouses qu’il a sur la tête lui permettent de vous coller à son crâne. Et la proximité d’un cerveau aussi vide et malsain que le sien serait pour vous pire que la mort, car vous deviendriez comme lui. Mais pourquoi vous ? Vous préfériez franchement quand vous vous faisiez chier. Pour le combattre, il va falloir attendre le troisième épisode de cette aventure qui s’intitulera : « Le combat ».
Rendez-vous au 27.

32

Une voix retentit derrière vous. « Je suis le psychopathe sexuel et je vais te tuer. » Retournez-vous, le combat va commencer.
Rendez-vous au 31.
Note importante : Ce paragraphe culte est celui qui a reçu le Yaz 2009 du meilleur paragraphe. L’auteur, Sukumvit, en a été tellement ému qu’il pleurer en remerciant l’ensemble du jury, dont il exerçait à lui seul l’intégralité.

33

Vous ressortez dans la rue car vous avez envie de faire une petite promenade au grand air, rendez-vous au 32.

34
Vous vous couchez. Vous pouvez noter le mot de passe « appel police qui n’arrivera jamais ». Maintenant, vous vous relevez et ressortez dans la rue car vous avez envie de faire une petite promenade au grand air, rendez-vous au 32.

3
35

La vieille brise votre fenêtre d’un simple coup de rouleau. Puis s’en va. Etrange… Peut-être ses membres affaiblis l’ont-ils empêché de grimper…
Mais soudain vous apercevez sur votre tapis : un rouleau de dynamite ! La vieille veut vous faire sauter ! Si vous soufflez sur la flamme, rendez-vous au 37. Si vous imbibez la mèche d’essence, rendez-vous au 29. Si vous l’avalez pour étouffer la flamme qui avance dangereusement dans les étranges liquides qui composent l’intérieur de votre estomac, rendez-vous au 38.

36
Vous ne pouvez pas résister au plaisir de vous faire rouler. Vous bondissez dans la rue et vous allongez, par terre, vous faisant étaler consciencieusement comme une crêpe par le rouleau à pâtisserie, qui passe et repasse, vous procurant un plaisir absolument extrême. Notez sur votre coude que vous êtes devenu une pâte à pâtisserie roulée. La vieille dame, satisfaite d’avoir rendue heureux son rouleau pour quelques brèves secondes, vous remercie chaleureusement et tourne les talons. Vous entreprenez alors une petite promenade au grand air, rendez-vous au 32.

37
Cette énigme était vraiment facile. La preuve, même vous vous l’avez réussie. Vous sortez alors de chez vous pour prendre une petite promenade au grand air, rendez-vous au 32.

38
Ah non ! Le tube de dynamite est resté coincé dans votre œsophage ! Vous vous êtes mi dans une sacrée situation. Si vous vous en fichez et désirez continuer le bon déroulement de l’histoire, vous entreprenez alors une petite promenade au grand air, rendez-vous au 32. Mais si vous ne vous en fichez pas, rendez-vous au 39.

39
Le paragraphe qui n’existait pas.
Répondre
#26
Vous voici maintenant au sommet de l'action et du suspens !

EPISODE 3 : LE COMBAT

40
Il est là, face à vous. Et il va falloir remporter le terrible affrontement. Si vous avez noté quelque chose sous votre coude, rendez-vous au 41. Sinon, le psychopathe sexuel vous regarde avec un petit sourire confiant, il est plus fort que vous, et il le sait. Mais est-il le plus rusé ? Si vous avez noté le code « appel police », rendez-vous au 42. Si par contre, vous avez le code « appel police qui n’arrivera jamais », rendez-vous au 43. Si ce n’est pas le cas, le psychopathe sexuel vous attaque en tentant de vous accrocher aux ventouses sur sa tête. Si vous les lui arrachez, rendez-vous au 44. Si vous préférez tenter de lui crever les yeux, rendez-vous au 45.

41
Vous avez de la chance ! Le psychopathe sexuel ne supporte pas les pâtes à pâtisserie roulée. D’ailleurs il vomi sur le trottoir et une patrouille de police qui passait par là hèle votre agresseur. Rendez-vous au 42.

42
Les policiers l’empoignent. C’est alors que vous remarquez qu’il ne s’agit pas de vrais agents des forces de l’ordre, mais d’une illusion. Ce sont les fantômes de votre enfance qui ressurgissent. Autant ne plus vous en occuper. Le psychopathe sexuel vous attaque en tentant de vous accrocher aux ventouses sur sa tête. Si vous les lui arrachez, rendez-vous au 44. Si vous préférez tenter de lui crever les yeux, rendez-vous au 45.


43
Vous êtes surpris de ne pas voir la police arriver. On ne peut faire confiance à personne de nos jours. Le psychopathe sexuel vous attaque en tentant de vous accrocher aux ventouses sur sa tête. Si vous les lui arrachez, rendez-vous au 44. Si vous préférez tenter de lui crever les yeux, rendez-vous au 45.

44

Vous arrachez les ventouses de votre adversaire qui pousse un hurlement de joie et se met à pleurer. Aussitôt des antennes lui poussent sur le front, des antennes qui semblent sécréter une sorte de liquide s’apparentant à du coca-cola. D’ailleurs, le psychopathe sexuel déplie une langue immense d’au moins plusieurs mètres pour lécher avec délectation le merveilleux soda. « Ah ah ! S’écrie-t-il d’une voix masculine, rauque et caverneuse de petite fille. Les ampoules sont dans ta tête ! Les ampoules sont dans ta tête ! » De l’écume de rage apparaît au coin de votre bouche, l’insulte est trop insupportable. Si vous lui jetez de l’eau dans les narines, rendez-vous au 46. Si vous recouvrez ses antennes avec vos chaussettes, rendez-vous au 47.

45
Grave erreur, les yeux du psychopathe sexuel sont increvables. Vous auriez dû vous en souvenir, vous qui avez tant joué au mille bornes dans votre enfance ! C’est maintenant à lui d’attaquer. Votre adversaire se met à réciter des incantations sataniques, et aussitôt vous sentez des boutons d’acné vous pousser sur le visage ! Non ! Vous vous défendez le visage avec les mains mais le monstre active son capteur d’espace ultra-sensible sous sa troisième dent, et se glisse entre vous et votre main. Devenu minuscule, il vous injecte une petite dose d’huile de foie de morue dans la peau, ce qui vous fait aussitôt vomir sur place. Des policiers passent par là. Mais vous êtes rassuré, ils ne vous diront rien, après tout ce ne sont que des fantômes de votre enfance. Vous pouvez réagir de deux manières différentes. Si vous lui jetez de l’eau dans les narines, rendez-vous au 46. Si vous faîtes semblant de lui donner de l’argent, rendez-vous au 48.

(Les petits de conseils de papa Sukumvit : Quand vous avez le choix entre deux possibilités, choisissez la meilleure !)

46

Le psychopathe sexuel ne semble pas apprécier cela du tout, il tombe à genoux face à vous en s’écriant : « Non, que m’as-tu fait ! Je fonds ! Je foooooooonds ! » Mais soudain, c’est une véritable métamorphose qui s’opère devant vos yeux ébahis. Le psychopathe sexuel se transforme en colosse de souffre et se met soudainement à chanter : « Oh oh oh, je t’aime à l’italienne, oh oh oh, je t’aime à l’italienne ! » C’est trop insupportable, vous lui bondissez dessus et tous deux entamez une lutte sans merci, rendez-vous au 49.

47
Bien joué petit gars ! Ca c’est un sacré coup de champion ! Mais parviendrez-vous à le mener à bout ? Effectuez un test. Si c’est une réussite, rendez-vous au 50. Si c’est un échec, rendez-vous au 51.

48
Vous sortez une énorme liasse de billets de vos poches et la tendez au psychopathe. Celui-ci se précipite dessus avec appétit, et au dernier moment vous retirez votre main en éclatant d’un rire mauvais. Ca c’est de la stratégie ! C’est ça qui fait gagner un combat ! La frustration est si insupportable pour votre adversaire qu’il se transforme en colosse de souffre et se met soudainement à chanter : « Oh oh oh ! Je t’aime à l’italienne ! Oh oh oh ! Je t’aime à l’italienne ! » C’est trop insupportable, vous lui bondissez dessus et tous deux entamez une lutte sans merci, rendez-vous au 49.

49
Durant le terrible affrontement, vous remarquez que votre adversaire porte une montre à son poignet. C’est le moment idéal pour changer les aiguilles de position, ce qui déstabiliserait sûrement votre agresseur ! Si vous mettez les aiguilles sur 14h00, rendez-vous au 52. Si vous les mettez sur 18h00, rendez-vous au 53. Si vous les mettez sur minuit, rendez-vous au 54.

50

Bravo capitaine ! T’es une sacré petite graine de vainqueur ! Mais soudain, c’est une véritable métamorphose qui s’opère devant vos yeux ébahis. Le psychopathe sexuel se transforme en colosse de souffre et se met soudainement à chanter : « Oh oh oh, je t’aime à l’italienne, oh oh oh, je t’aime à l’italienne ! » C’est trop insupportable, vous lui bondissez dessus et tous deux entamez une lutte sans merci, rendez-vous au 49.


51
Essaye encore. Reviens au 47.

52
Et non ! Les psychopathes sexuels sont connus pour ne jamais faire la sieste. Il faut vite trouver autre chose ! Si vous mettez les aiguilles sur 18h00, rendez-vous au 53. Si vous les mettez sur minuit, rendez-vous au 54.

53
La montre se met aussitôt à sonner ! Ah, il se passe quelque chose tous les jours à 18h00 dans la vie du psychopathe sexuel ! Voilà fera les gros titres de Paris Match demain. Immédiatement, votre adversaire change complètement d’attitude. « Il est dix-huit heures ? s’écrie-t-il en souriant. YAOUH !
« Talalalala
C’est l’heure de l’apéro !
Direction le bistrot !
Talalalala »

Le psychopathe sexuel vous tape amicalement dans le dos. « Alors, mon pote ! s’écrie-t-il. Pastis ou muscadet ? » Faîtes votre choix et suivez le psychopathe sexuel dans sa bonhommie et sa joie de vivre habituelle du début de soirée. Vous vous asseyez l’un en face de l’autre, et vous rigolez, rigolez, comme jamais vous n’avez rigolés. Qu’est-ce qu’on se marre à l’heure de l’apéro !

(Les petits de conseils de papa Sukumvit : Vous voyez, vous vous faisiez chier tout à l’heure. Et maintenant vous riez. C’est ça la vie. Il faut être gentil avec les autres, communiquer, et surtout, surtout, avoir des amis !
La vie avec des amis, c’est quand même moins d’ennui !)

Mais Your Story n’est pas terminé pour autant. Pour vivre d’autres grandes et belles aventures, lisez le prochain épisode de Your Story qui s’intitulera : « Menace à l’heure de l’apéro. »

Rendez-vous au 55.

54

Vous n’avez pas osé faire ça ? Ignorez-vous que le psychopathe sexuel montre son zizi à tout le monde une fois minuit passé ? Toutes les expériences sont bonnes à prendre certes… mais quand même réfléchissez bien… Si vous préférez remettre les aiguilles sur 14h00, rendez-vous au 52. Ou sur 18h00 au 53.
Répondre
#27
L'absorption de substances qui font rigoler est déconseillée au-delà de trois kilos par personne et par jour.

Bon, l'avantage, c'est que ça donne vraiment envie de lire les paragraphes en bloc, une fois qu'on a rapidement fait le tour par la méthode classique !
Arzarach, de cheval
Répondre
#28
J'ai noté un bug : il est possible d'arriver au §45 sans passer par le §42.
Surtout si on est une pâte à pâtisserie.



(hormis cela, c'est bien fendard)
Répondre
#29
C'est juste que j'ai mis deux fois la même blague. Ce qu'il ne faut bien sûr jamais faire. Dans le même épisode en plus.
Sinon, voilà ce que j'ai envie de dire au monde entier :
CrybabyLOLCrybabyLOLCrybabyLOLCrybaby
Répondre
#30
Voici un épisode certes moins spectaculaire, mais c'est un véritable tournant dans l'intrigue mystérieuse et labyrinthique de Your Story 3 ! Vous allez notamment apprendre qui est réellement le psychopathe sexuel, ah ah !

EPISODE 4 : MENACE A L’HEURE DE L’APERO

(Yaz 2009 du meilleur titre)


55

Et bien voilà ! Vous êtes complètement bourré. C’est du joli ! Face à vous, assis à une simple table de bois sur lesquels sont gravés petits cœurs qui bougent en tous sens, le psychopathe sexuel devient de moins en moins gai et de plus en plus inquiétant. Du ver pilé sort de ses yeux et il sue des larmes de sang. Ses mains commencent peu à peu à se transformer en glace, et à l’intérieur de sa peau devenu transparente, vous apercevez à la place de son cœur un marteau de forgeron. Ces signes sont plutôt angoissants. Vous vous relevez avec difficulté, titubez quelque peu et vous dirigez vers les toilettes pour gagner du temps et trouver un moyen de sortir de cette fichue situation. Mais en plein milieu du bar, une étrange chose se met en travers de votre route. Un hippopotame est apparue, brusquement. Et quelle est votre surprise quand vous remarquez que la bête a la peau rouge sur laquelle brille des paillettes oranges et vertes. « Ce n’est pas bien de boire comme ça, s’écrie-t-elle. Tu es un malheureux, c’est ça ? » Si vous vous mettez à pleurer, rendez-vous au 56. Si vous écraser l’animal par colère, rendez-vous au 57. Si vous dansez avec fougue pour lui prouver que vous n’êtes pas malheureux, rendez-vous au 58.
56
Vos larmes se transforment en poudre pour machine à laver. Vous en recevez sur les mains et ça vous gratte. Vous décidez alors de vous lécher, mais trop malheureux, vous vous effondrez dans une rivière de bananes. Vous entendez alors la voix du psychopathe sexuel qui s’adresse au barman : « Excusez le, je n’aurais pas dû lui payer autant de verres… » C’est alors que vous comprenez la terrible vérité. Il vous a saoulé ! « Je l’amène aux toilettes pour le faire vomir. » Continue votre terrible agresseur. Non ! Non ! Vous auriez envie de crier, mais les nausées sont trop puissantes, et vous ne pouvez absolument rien faire. Rendez-vous au 59.

57
Au moment où le plat de votre chaussure serait censé entrer en contact avec la peau de l’hippopotame, celui-ci se transforme en ampoule géante dont un nombre incalculable de morceaux de verre s’éparpillent dans la salle, l’énergie électrique se met alors à vous parler sous forme de ligne horizontale magnétique flottant au-dessus du sol au niveau de vos yeux. Vous entendez alors la voix du psychopathe sexuel qui s’adresse au barman : « excusez le, je n’aurais pas dû lui payer autant de verres… » C’est alors que vous comprenez la terrible vérité. Il vous a saoulé ! « Je l’amène aux toilettes pour le faire vomir. » Continue votre terrible agresseur. Non ! Non ! Vous auriez envie de crier, mais les nausées sont trop puissantes, et vous ne pouvez absolument rien faire. Rendez-vous au 59.

58
« Allez viens boire un p’tit coup à la maison ! » Vous essayez tant bien que mal de bouger en rythme tous vos muscles. Le barman s’approche de vous avec curiosité et s’écrie : « C’est quoi ce truc ? J’ai déjà donné !
- Ah l’autisme, quel désastre. » S’écrie un client quelques tables plus loin. Vous entendez alors la voix du psychopathe sexuel qui s’adresse au barman : « Excusez le, je n’aurais pas dû lui payer autant de verres… » C’est alors que vous comprenez la terrible vérité. Il vous a saoulé ! « Je l’amène aux toilettes pour le faire vomir. » Continue votre terrible agresseur. Non ! Non ! Vous auriez envie de crier, mais les nausées sont trop puissantes, et vous ne pouvez absolument rien faire. Rendez-vous au 59.

59
Car aux toilettes, vous êtes totalement à la merci de la perversité de cet individu. A demi-conscient seulement, vous le voyez dégainer une énorme lame de rasoir longue d’au moins cinq mètres. Vous n’êtes plus en mesure de vous défendre. Vous terminerez haché, comme tant d’autres. Vous êtes mort.

(Les petits de conseils de papa Sukumvit : Ne pleurez pas, après tout, qu’est-ce que la mort ? Peut-être la prochaine fois aurez plus de chances et comprendrez qu’en faite à la fin de ce paragraphe il faut se rendre au 60… flûte, j’en ai trop dit ! Bon, bonne nouvelle lecture de Your Story 3 depuis le départ.)

60
Soudain, le psychopathe sexuel tombe à vos pieds, baignant dans une marre de sang rouge comme tous les feux de l’enfer. Un terrible et inquiétant orage éclate dehors, et la lumière bleutée illumine un instant une silhouette décharnée qui s’approche de vous avec rapacité. Il semble que vous soyez passé d’Hybride en Cela ! En tout cas, le nouveau combat va commencer. Si vous saisissez la hache et attaquez la présence, rendez-vous au 61. Si cette situation vous rappelle un film que vous avez vu, rendez-vous au 62. (s’il vous rappelle un film que vous n’avez pas vu rendez-vous au psychiatre).

61
Vous laissez tomber votre arme par terre dès que vous apercevez qui vous avez en face de vous. Elle a vieillie certes, mais votre vieille ennemie est toujours reconnaissable. La bibliothécaire ! « Et bien, s’écrie-t-elle de sa voix chevrotante. Vous vous êtes mis dans de beaux draps en buvant l’apéro avec un psychopathe sexuel. Heureusement que j’ai réussi à vos retrouver.
- Vous me surveillez.
- Oui, depuis plusieurs semaines. Je n’aimerais pas être dans votre vie d’ailleurs, qu’est-ce que je me ferais chier votre place. Mais bon… venons en à l’essentiel. Vous savez que grâce à vous, Xhoromag a connu un véritable boom commercial ces derniers mois. Les livres se sont vendus à plusieurs millions d’exemplaires, deux film sont sortis, quatre séries de bd et une de dessin animé. » Oh oui, Xhoromag, le dessin animé ! Vous ne pouvez vous empêcher de chantonner le générique, écrit et interprété par ce cher Francis Cabrel.

Perdu sur le long chemin
De la nuit noire au matin
De monde en monde sans répit
Entre trésors et ennemis

Oh oh oh oh… yeah yeah yeah
Xhoro Xhoro Xhoromag !
Perdu à la surface
D’un monde de mirages
Les dimensions jouent aux dés, yeah !
Entouré de lacs et d’arbustes
Les vieux temples attendent le héros
Qui saura rentrer dans la danse
Des secrets perdus d’âges oubliés !
Yeah ! Yeah !

Xhoro Xhoro Xhoromag !
Contre la société de consommation
Xhoromag propose la solution
Oublier et partir loin de là
Dans d’autres mondes d’autres là-bas !
Yeah !

La bibliothécaire vous lance un regard plein de compassion et de pitié. Vous avez été trop loin. « Bon, reprend-t-elle. Visiblement, une personne est mécontente de tout cela. J’ai reçu plusieurs lettres anonymes, tenez en voici une : « Je vais venir ce soir, prépare bien les chaînes, petite coch… » Mince, c'est pas celle-là. Bon, c’est pas grave. Quelqu’un veut votre mort.
- Mais qui ?
- Personne ne le sait. Tout ce que je sais, c’est qu’il possède une galerie d’art à deux rues d’ici. C’est l’endroit où il a embauché le psychopathe sexuel chargé de vous tuer, ainsi que tous ses autres tueurs. Et tous sont à vos trousses. Ce sera d’ailleurs, comme la taille du texte et l'utilisation du gras vous l'aura fait remarqué, le titre du prochain épisode de Your Story 3.

Rendez-vous au 63.

62

Ben c’est super pour vous. Mais ça ne vous servira à rien pour l’instant. Rendez-vous au 61.

(Les petits de conseils de papa Sukumvit : Aux auteurs en herbe. Voyez comme ce genre de § absolument hilarant au possible peut donner l’impression au lecteur que l’histoire n’est pas linéaire. Allez, encore quelque petits trucs et peut-être qu’un jour vous m’arriverez jusqu’à la cheville, ah ah ah).
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)