Le Cercle sans Commencement - Tome 1
#16
L'identification, ça peut être bien, mais c'est pas essentiel pour faire un bon bouquin interactif. La Créature venue du Chaos en est sans doute l'exemple le plus flagrant. (Ça me rappelle vaguement un débat sur feu Gamebook.)
"Hey it's me, I'm dynamite and I don't know why"
Répondre
#17
De toute façon, ce que dit Sukumvit n'est pas exact. Il n'est pas encore parvenu à la fin de la série, alors il ne connaît pas encore certains revirements et rebondissements qui montrent que le « destin » n'est pas vraiment en charge. Sans spoiler, Ziô n'est pas l'Élu de Vanxeros en raison de sa « destinée ». Ça aurait pu tomber sur n'importe qui.

Vu d'une autre façon, tu vis l'histoire à travers le personnage de Ziô pour la seule et unique raison que « c'est tombé sur lui ». S'il n'avait jamais visité le Sanctuaire de Saraveth, il n'y aurait pas eu de série. Si Bob Morane avait visité le Sanctuaire de Saraveth, le héros de la série serait Bob Morane.

La série Paix aux Anges est celle contre laquelle ton reproche de « destinée incontournable » serait valide. Les Fils de l'Ange que Tanilya doit rassembler se trouveront sur sa route « quoi qu'elle fasse », en raison des forces du destin mises en mouvement par une puissante entité des surdimensions. Mais c'est révélé dès le premier chapitre que Tanilya est l'enfant choisie de cette entité, alors il n'y a pas de surprise.
Répondre
#18
Dans ce cas, je suis rassuré ! Cette histoire n'est pas avare en rebondissements, c'est sûr !

tu vis l'histoire à travers le personnage de Ziô pour la seule et unique raison que « c'est tombé sur lui ».
Ziô est un excellent personnage, la question n'est pas là. Et je me doute bien que je ne vais pas vivre l'aventure à travers l'aubergiste qui lui fait sa soupe ! C'est ce qui lui arrive qui me gêne plus. J'aime les histoires où le héros dépasse sa propre destinée par sa propre volonté, pas celles où il la réalise. C'est l'anneau de Vanxeros qui me gêne le +, à nous trimbaler partout sans qu'on puisse rien faire, et à la longue le héros sembler y prendre goût. Un truc qu'on ne peut pas enlever et qui nous envoie partout où la destinée a voulu, je veux bien, mais dans ce cas le coté jeu et interactif y est complètement perdant, puisque le joueur a vraiment l'impression de ne plus être maître de ce qu'il veut. Un bon ldvelh doit donner l'impression au joueur qu'il a le choix, tout en ayant un objectif et un rôle bien cadré quand même. Et là non. Ce n'est vraiment qu'une question de goût.
Répondre
#19
Remarque que l'Anneau de Vanxeros n'agit qu'entre les chapitres de la série. C'est lui qui provoque chaque nouvelle situation en larguant Ziô au milieu de nulle part (ou d'un conflit), mais il n'influe plus, par la suite, sur l'aventure. À la base, sans l'anneau, Ziô serait libre à tout moment de cesser la quête de l'Élu de Vanxeros, ce qui mettrait fin à la série (en queue de poisson). L'Anneau de Vanxeros représente donc l'élément déclencheur qui force le héros à vivre des situations dangereuses. Il remplace les missions données par le Roi dans LS, ou les menaces hebdomadaires de sorciers nécromants conquérants d'Allansia dans les DF.

Et je répète que la série n'est pas articulée autour d'une histoire de destinée. La programmation interne de l'Anneau de Vanxeros a été dictée par les hommes, et Ziô finira par apprendre la raison derrière tout cela. Quant à avoir le choix d'agir ou non, tu vas aimer le Chapitre 15.
Répondre
#20
Sukumvit a écrit :[color=#FF0000]Un bon ldvelh doit donner l'impression au joueur qu'il a le choix, tout en ayant un objectif et un rôle bien cadré quand même. Et là non. Ce n'est vraiment qu'une question de goût.

C'est vrai que d'une manière générale, les meilleurs ldvelh sont ceux qui laissent le plus de libertés aux joueurs; en témoignent le succès incontournable des "marais aux scorpions" (si ma série préférée est LS, mn livre préféré est celui-ci!): le joueur peut revenir en arrière,a retourner où il est déjà allé; il peut même choisir son but selon la personne qu'il sert.

Cependant, si cette liberté disparaît à un moment particulier, cela peut créer un effet spécial... Le tout étant que la liberté revienne après (ce qu'Oiseau t'assure...).
Répondre
#21
Je viens de terminer cette grande saga épique. D’abord, bravo pour avoir mené à bout un projet aussi ambitieux, ensuite merci pour tout le plaisir que ça m’a donné.

Ce que j’aime dans l’univers de Xhoromag, c’est à quel point il est complètement imprévisible, de par la multiplicité d’univers, d’ambiances et de styles qui cohabitent. On passe des grandes cités technologiques à l’époque médiévale, avant d’être parachuté dans des déserts incommensurables. Chaque épisode a sa particularité. On ne sait jamais où on va, on ne saisit jamais ce monde dans sa globalité dont on a qu’un petit point de vue, et déjà tellement merveilleux !

Car cette histoire est un vrai conte contemporain, et partout du début à la fin, tout respire une poésie tour à tour onirique, lyrique, tout est absolument magnifique. La construction est relativement simple, mais très diversifié, vivante, les personnages sonnent justes, et l’intrigue, tarabiscoté au possible, s’avère en fait parfaitement cohérente, même s’il reste à la fin de nombreux points obscurs non élucidés.

Les règles sont cohérentes, intelligemment menées, on se croit devenu le plus fort et on retombe souvent bien vite de ses illusions, mais on s’en sort toujours d’un cheveu et au niveau suspens ça marche.

Sinon, par rapport à ce que j’ai moins aimé, c’est la fin, les 6 derniers chapitres en général où j’ai beaucoup moins accroché, je les ai trouvé plus fade.
Après, certains les adoreront, j’en suis sûr, mais on retombe dans ce que je déteste chez Oiseau, et ce qui fait que je n’ai pas aimé la 3ème série de Jamie, c’est le coté trop « jeu vidéo ».
A la fin, on a vraiment l’impression de se retrouver dans le dernier CD d’un final fantasy ou autre jeu du même genre qui, en général, laisse tomber toute développement, explosion en feu d’artifice de l’intrigue pour n’être qu’une étrange accumulation d’affrontements cosmiques avec à peu prêt une trentaine de boss d’affilés. J’avoue que ça ne me branche pas du tout et que je trouve ça vraiment dommage, je pense que Oiseau aurait vraiment pu faire mieux que ça.

Sinon, l’intrigue va tellement loin dans la démesure totale que c’est vrai qu’à chaque fin de série, on se demande : mais comment il va faire la prochaine fois ?
Soit il fait encore plus éternellement et éternellement, soit il passe à autre chose.

Et tu as prévu de l’écrire : « les hommes des hyperboles » ?

Sinon, juste une petite anecdote, un soir je me sentais angoissé, les mêmes idées déprimantes tournaient en rond dans ma tête. Je me suis alors mis à lire un chapitre du CSC, et là je me suis lâché, et c’était génial car pendant 2h30 j’ai oublié mes soucis, j’ai été happé et après je me sentais bien, et j’ai entrevu des solutions pour vaincre ce qui me déprimait. Et seuls les grands arrivent à happer le lecteur à ce point.

Juste deux trucs qui m’ont gêné :
- Tu as dû faire une erreur au § 78 du chapitre 14, parce que le lecteur est quasiment obligé de mourir, ou alors c’est mal expliqué, ou alors je suis bête.
- on ne retient pas forcément les noms tarabiscotés des fractales qu’on a récupérés, on ne sait pas forcément non plus qu’on est pas obligés de toutes les avoir, dont quand on me demande, avez–vous reçu la puissance de la fractale de kkffdehhdad, j’ai du mal à situer à laquelle elle se rapporte, il faudrait peut-être demander au lecteur de noter le nom dans un coin a moins.

Sinon j’aurais des questions à poser par rapport au mystère de l’intrigue, mais je le ferais en privé car ça dévoilerait trop de choses.

Et pour finir, vive les joyaux du sang froid et la lame bleue !
Répondre
#22
Hello

Je n'ai lu que les quatre premiers chapitres (et encore, pas fini le quatrième, je suis en train de gravir la tour et de me défoncer l'épaule sur des portes...) mais je me suis déjà fait une petite idée que je viens partager avec vous ici.

Alors, par défaut, et parce qu'il est fatigant de répéter des précautions oratoires (euh, scriptatoires dans notre cas?) toutes les trois lignes, considérez qu'à chaque jugement que je porte, il faut entendre quelque chose comme : "à mon humble avis", "selon moi", etc etc.


Je précise, car ça peut avoir son importance : je découvre l'univers de Xhoromag avec ces épisodes... je n'ai rien lu d'autre


Les ++

La série est très bien écrite, le style agréable, on sent une vraie dimension littéraire, à des années lumière d'un Labyrithe de la Mort par exemple.

Les personnages sont bien décrits, Zyô est suffisamment approfondi pour qu'on se sente proches de lui, qu'on éprouve un certain plaisir à l'incarner...
Chacun le voit peut-être à sa manière, moi, ce serait une sorte de Chaotic Good à la Mc Martigann, avec ses défauts, mais qui finit par s'investir dans sa quête...
La relation avec Fleur Aimée est superbement rendue.
Chaque épisode a son atmosphère bien particulière (la chasse à la tablette dans le 2), avec des scènes cinématographiques (comme le dénouement du 1) .

Les passages humoristiques sont rares, mais bien tranchants : le coup du matamore sur le pont avec ses sabres, j'en transpire encore de rire...

L'histoire générale est prenante, et la variété des contrées visitées assez sympathique effectivement


les -


* le système d'anneau du destin. Moi qui ai une tripotée de dés en tous genres, taper au hasard avec un crayon, ça me broute... En plus, je suis un peu limite attardé psychomoteur avec ça, bref, je préfère lancer des dés. Alors je comprends que ça puisse convenir à ceux qui ne collectionnent pas les jolis polyèdres colorés, mais pour cette série je me suis démerdé avec des d10 et des d20 (et 1d6 pour le mode 00, 20, 40, 60, 80)

* les règles de combat sont un peu complexes (dans le cadre d'une aventure immersive où je n'aime pas que le technique ne m'extirpe trop de l'ambiance s'entend)

L'exemple qui tue pour moi est la bataille navale à 3 x3 dans le quatrième chapitre...
Même si le système est pesé, cohérent, et dispose d'une belle mécanique aux accents simulationistes, concrètement, on passe des plombes à faire des tirages, on passe d'un mode éloigné à un mode rapproché, on change les règles à 2 vs 1, etc etc, aaah, comme je jouais au boulot, en essayant d'être discret, j'ai failli péter un câble...

Je me demande si un système à la Voie du Tigre, avec des choix faire ne serait pas moins préjudiciable à l'ambiance...

* c'est sûrement la griffe Xhoromag, mais je trouve que les noms sont tous typés de la même manière. Enormément de "âââ", de "X", "Y" et "Z", avec quatre ou cinq syllabes à la clef...

C'est très dépaysant, mais à la longue, ça manque un chouilla de variété, et de facilité mnémotechnique pour se souvenir de lieux ou personnages importants...


Voilà, en conclusion, bravo à toi M Oiseau pour cette oeuvre de qualité, qui me donne envie de la finir et d'en découvrir d'autres.
Et bon courage car dans ton Québec, l'endroit le moins froid en ce moment, ça doit être ton frigo!!
C’est alors que Pip dégaina le Glaive du Sommer junior et le pointa d’un geste ample et maladroit vers la tente de l’Archimage de Mampang. La voix de Merlin (ou celle de Yatzromo, ou Nicodème, il ne savait plus trop) retentit dans son crâne… « Imbécile ! Il fait nuit noire, ça ne sert à rien !! »
Répondre
#23
Je voulais juste savoir, question règles, si tu emploies les règles originales des Xhoromag (où ça prend trois tirages aléatoires différents pour régler un assaut) ou la nouvelle "méthode alternative de combat" (où un seul tirage à la Loup Solitaire détermine l'issue d'un assaut). Le livre publié contient la nouvelle méthode, mais je crois que les PDF du site contiennent encore la vieille. Si tu n'emploies pas la nouvelle méthode, tu peux la trouver dans les règles de Légende de Xhoromag Xune. Et tu es parfaitement libre d'employer des dés. L'Anneau du Destin est un outil pour ceux qui ont la nostalgie de la Table de Hasard de LS.

Les noms bizarres sont effectivement la "griffe Xhoromag". Ils sont plus raisonnables maintenant qu'ils l'étaient à la naissance de l'univers. Au moins, ils ne commencent plus tous par Q ou X.
Répondre
#24
j'utilise la méthode des pdf, où chacun doit tirer un nombre qu'il rajoute à son habileté, plus un troisième nombre pour les dégâts...

Effectivement, un système à la LS serait plus simple pour moi... Y'a moyen de le choper quelque part?
C’est alors que Pip dégaina le Glaive du Sommer junior et le pointa d’un geste ample et maladroit vers la tente de l’Archimage de Mampang. La voix de Merlin (ou celle de Yatzromo, ou Nicodème, il ne savait plus trop) retentit dans son crâne… « Imbécile ! Il fait nuit noire, ça ne sert à rien !! »
Répondre
#25
C'est le même système de combat que les séries Légende de Xhoromag Xune et La Venue du Froid sans Fin. Télécharge un volume de l'une ou l'autre série, ainsi que la nouvelle Table des Points de Dommage, et tu auras ce qu'il te faut.
Répondre
#26
ATTENTION JE SPOILE COMME UN GORET SUR TOUTE LA SERIE
ATTENTION JE SPOILE COMME UN GORET SUR TOUTE LA SERIE
ATTENTION JE SPOILE COMME UN GORET SUR TOUTE LA SERIE


Bon, ça y est j’ai fini l’intégralité du Cercle. Et je suis encore sous le charme. Je suis d’accord avec d’autres pour dire que ça s’essouffle un peu en seconde partie, pour une raison mécanique finalement : on en sait de plus en plus, donc il est de plus en plus dur de s’émerveiller. Je trouve que la scène avec sa sœur puis celle avec son frère n’est pas aussi aboutie que ce à quoi je m’attendais (mais j’en attendais peut-être trop)
De plus, Zyo est plus drôle avec ses défauts, et on regrette quand il n’a plus l’obsession des zimérites. Mais Fleur Aimée restera une référence jusqu’au bout.

Et l’enchaînement des scènes féeriques ou poignantes est vraiment réussi. La scène où Fleur Aimée découvre les deux cercueils de glace m’a vraiment touché !

J’ai bien aimé les clins d’œil aux habitudes des geeks : quand on se fait chourrer l’équipement et qu’on passe une partie du chapitre à chercher l’armurerie, en étant persuadés qu’on récupérerait tout, comme ça se passe à chaque fois, et que hop, non , dans notre gueule, on retrouve rien ! Ca m’a fait rire…

J’ai adoré aussi le passage du Nershizaal, avec ses neiges éternelles, et sa Fleur Aimée vieillie… Ca m’a rappelé le Maître des Montagnes, un épisode de la BD Thorgal. Tu t’en es inspiré Oiseau ?

Et la manière de varier les combats avec des règles spécifiques selon les ennemis, les petits jeux comme sur le champ de bataille, j’ai bien aimé aussi…

Par contre, étant étranger à l’univers Xhoromag, j’ai trouvé l’épilogue un peu confus, voire incompréhensible…

Mais bravo, vraiment !
C’est alors que Pip dégaina le Glaive du Sommer junior et le pointa d’un geste ample et maladroit vers la tente de l’Archimage de Mampang. La voix de Merlin (ou celle de Yatzromo, ou Nicodème, il ne savait plus trop) retentit dans son crâne… « Imbécile ! Il fait nuit noire, ça ne sert à rien !! »
Répondre
#27
Ouais, l'épilogue de CSC ... ^_^ ... Si vous n'avez jamais vécu un Xho avant, cette fin de série est spéciale, puisque finalement, on apprend que la série entière se déroule dans un gigantesque vaisseau spatial ayant accidentellement "croqué et avalé" une partie de Xhoromag. C'est une surprise assez conséquente pour le lecteur qui s'attend à découvrir la trajectoire de Vanxeros de façon plus prévisible. Lorsqu'on ajoute à cela le combat final contre un embryon d'âme du maléfice originel, retenu prisonnier dans la même orbite que Vanxeros autour du Soleil Premier, ça dépasse un peu la compréhension humaine. Lol.

Content de voir que ça t'a plu quand même. J'essaierai de publier les deux autres intégrales (chapitres 7-12 et 13-18) en 2009.

Oh, et j'oubliais. Non, je ne me suis pas inspiré de Thorgal — je connais la série, mais non tous les volumes — et mon volume préféré du CSC est également celui dans le Nershizaal.
Répondre
#28
il y a un point qui n'est pas exagérément clair: est-ce qu'on récupère du poison injecté par les Griffes de Woarxo dans Les dieux de darxivaald après avoir pris le contrepoison/réussi le test ? Ou est-ce qu'on garde son Habileté diminuée jusqu'à la fin du tome et plus si affinités (ce que j'ai fait) ?

Par ailleurs, vu qu'ils n'avaient pas de valeur d'encombrement, j'ai suspendu le poignard énergétique et l'arbalète sans carreaux des runes de Raanmezzor à ma ceinture… avec le marteau et les 6 pics il y a encore de la place pour 1 objet…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#29
Hem. Au §66 de la Tour des Treize Temps j’ai appris avec ravissement que Fleur Aimée gagnait 1 usage du Senihallxi supplémentaire; j’étais d’autant plus ravi que depuis son 1° usage de ce pouvoir au §75 des Runes de Raanmezzor je n’ai vu NULLE PART qu’elle pouvait l’utiliser à nouveau, ni combien de fois ou pour combien de points guéris.
J’ai donc décidé qu’elle l'avait utilisé pour faire récupérer les points d’Hab et d’End perdus dans les Dieux de Darxivaald avant d'aborder la Tour, y a pas de raison.

Ces négligences sont d'autant plus regrettables que l'AVH en elle-même est sympathique, entre les filles de Xivth qui ont trop chaud dans la température polaire, Ziô qui n'a aucune envie d'être un héros et ne veut que protéger la gamine, et qu'on a envie de savoir pourquoi exactement son père veut le faire flinguer…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#30
Je l’aime bien Ziô, sa première idée c’est de s’emparer des armes sacrées et de les revendre…

Épique le combat contre Xunnh dans le Visage des Vainqueurs ! Ça c’est du combat scénarisé !
( une question toutefois: avec la Lame Rouge et un score suffisamment bas, on peut lui infliger une blessure grave d’entrée de jeu: ça baisse bien de 1 l’Habileté de la Chair ET celle des Vrilles ? )

Le §6 est superbe lui aussi, digne d’une nouvelle de C.A.Smith.
Il se pose toutefois un problème au §2 où on me dit que le premier gnome rejoindra son collègue avec l’endurance réduite par mon attaque; or j’ai suivi la possibilité d’utiliser l’attaque foudroyante de la Lame Rouge et on ne nous dit pas combien il a pris de dommages. La seul solution serait de livrer alors l’assaut foudroyant…
On rencontre exactement le même problème au §70 où si on attaque avec la Lame Rouge on n’a AUCUN moyen de savoir si on a infligé les 50 pts de dommage ou non…
Ce volume rehausse malgré tout nettement le niveau qui s’était affaibli avec les précédents ( et la mortalité également, les épisodes 2 à 4 étant des balades bien tranquilles après le coupe-gorge du premier )

Sinon, j’ai encore relevé des négligences à corriger. La plus irritante, toujours dans le Visage, est l’interversion des paragraphes au 46: c’est un résultat de 25 à 37 qui envoie au 66 et de 38 à 52 qui conduit au 33
Au §74 des Runes de Raanmezzor il faut lire “8 zaris au lieu de 6” et non “10 zaris au lieu de 8” ( ça n'est pas sans conséquence puisque ça peut nous valoir une émeraude de plus dans le tome suivant )
J'aimerais bien savoir pourquoi la hache qui donne +4 de dommages à Orxus dans la Tour des Treize Temps en donne +5 si c'est moi qui l'utilise.
Quand on doit diviser des dommages impairs par 2, on fait quoi ?
Dans le combat naval de la Tour des Treize Temps, sauf erreur, les règles ne précisent pas ce qui se passe si deux navires en affrontent un à l’abordage… faut-il additionner leurs Habiletés ? ou l’abordé combat-il les deux ensemble en ne pouvant infliger de dégâts qu’à un seul ?
Ça n'est qu'un détail mais au §22 du Visage des Vainqueurs ça aurait été une idée de donner l’encombrement d’un rouleau de corde - tout le monde n’a pas particulièrement envie de retourner au §27 des Dieux de Darxivaald ou au §2 des Runes de Raanmezor pour apprendre qu'il est de 150 unités.
Au §3, vu qu’il n’y avait pas la moindre indication j’ai présumé qu’on combattait les nécrovenants en alternant les assauts


En fait, considérant le nombre d’erreurs qu’il y a dans ces PDF, je me demande si c’est bien la bonne version. Je pense que je vais arrêter pour le moment ( j'ai écrasé Nuwullh, c'est bien le moment de faire une pause Mrgreen )… genre jusqu’à ce que j’aie reçu une réponse…
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)