Mini-Yaz 2021 Pat Magnum contre La Drogue
#16
Alors quand je vois l'extrait de Vince Vita, je dirais que c'est un pseudo de Philippe Mézières (à moins que Mézières soit le pseudo Smile )
Répondre
#17
Merci Skarn pour cette genese détaillée et très intéressante de Pat Magnum ! ça a dû te prendre du temps pour réunir toutes ces infos. Le freak's squeele a l'air super ! Je ne connais pas grand chose à la bd, m'étant arrêté plus ou moins à Gaston Lagaffe.
Pour répondre à ta question, non, je n'ai jamais lu Pat Magnum en BD. J'ai peiné à trouver quelques vignettes sur le net, mais comme tu le dis, tous les poncifs se retrouvent dans maintes séries policières qui s'auto-alimentent entre elles.
Si tu sais où trouver ces BD, je suis preneur, ça ferait des cadeaux sympa à offrir.
Merci pour ton retour et de ce travail d'investigation.
Répondre
#18
En théorie, au moins une partie doit encore se trouver sur BdTrash... Mais disons que si le coin était encore assez propre sur lui en 2009 pour être cité dans les remerciements à la fin d'un Freak's Squeele 2 sorti cette année-là (ne serait-ce que pour ses efforts de sauvegarde de BDs rares), là quand même, ça ressemble à l'équivalent web d'une allée abandonnée, avec l'ampoule du dernier lampadaire morte depuis cinq ans, une odeur de pisse persistante et des bruits dans l'obscurité que tu veux vraiment pas savoir ce que c'est.

Mad Dog a peut-être ça dans ses archives sinon, et doit être joignable via les réseaux sociaux.
Répondre
#19
Pas mal tout a été dit, en tout cas c'était vraiment drôle et le texte franchement bon. J'avais quand même l'impression que mes choix n'y changeaient rien, mais dans ce cas c'est peut-être pas un inconvénient, ça nous permet de profiter de tous les passages savoureux (je n'aurais pas voulu manquer le désamorçage de la bombe Smile Smile) Globalement un excellent moment de détente.
Répondre
#20
Merci pour ce retour, Flam
effectivement, les choix ne changent pas grand chose, rien en fait, à part 3 PFA facilement évitables, et c'est juste un prétexte pour passer à travers les péripéties sans manquer grand chose. "Un moment de détente" ; c'est l'esprit du truc.
merci à toi
Répondre
#21
C’est génial ! ^^ Je me suis poilé comme rarement à la lecture des exploits de Pat Magnum, qui m’ont rappelé un autre temps sur un autre forum…

Les situations burlesques s’enchaînent sans temps morts, je ne me suis pas ennuyé un seul instant. Il y a tellement de bonne trouvailles : les jeux de mots dans tous les sens (« Rahan, l’enfant des âges feux rouges », ça m’a tué), les contrepèteries, la reprise de la tirade du nez…

Globalement, le style est très bon et les traits d’humour, trop nombreux pour que je les liste, font systématiquement mouche. Je ne mettrais un bémol que sur la forme, orthographe et typographie. Je sais qu’on est prévenu dès le début de ne pas activer le correcteur, malheureusement pour moi j’en ai un dans la tête. Mais sinon, j’aime beaucoup le ton de l’aventure qui oscille entre la parodie et l’absurde : les règles qui ne servent à rien, ces coéquipiers plus barrés les uns que les autres qui, au final, ne servent à rien non plus, les multiples faux choix — le coup de la bombe et du fil vert, c’était jouissif.

La partie jeu est un petit peu plus anecdotique, mais pas inintéressante pour autant. J’ai quand même réussi à perdre une fois ! (bah oui, j’allais pas refuser de l’argent…) et je me suis pris au jeu, me faisant avoir par moments (RIP, Chico). Bref, j’ai passé un excellent moment. Merci pour cette franche rigolade !
Répondre
#22
Je ne te connaissais pas Fifre, je ne connaissais pas ton univers.
Putain quelle avh !
Le style me plaît, grave, on dirait du San-Antonio encore plus poussé et plus moderne, l'histoire est très colorée, teintée d'humour et d'action 80's.
Les renvois (nombreux) entre les sections nous donnent l'illusion d'une avh comportant beaucoup pus que 50 paragraphes.
C'est bourré d'action, d'humour, de scènes drôles et dégueulasses (souvent les deux), tu n'y va pas par quatre chemins, tu le prends, le seul, le vrai , le bon : direct dans la face.
Les personnages secondaires de l'avh sont tous importants et on a droit à une galerie de gueules  façon Sin city.
Les équipiers ? Top avec leurs réactions/destinées selon les paragraphes lus.

L'utilisation des codes, même si je suis posé la question durant les premiers mètres, j'ai vite compris que tu voulais (et tu as réussi ) exploiter au max les 50 §.
Le jeu est plaisant, ça se lit (trop) vite et je ne saurais dire quelle section j'ai préférée !
La poursuite en scooter est énorme, la tirade du paragraphe 24, c'est juste un exercice artistique délicat et, ma foi, maîtrisé. Le type d’exercice qu'on devrait faire faire aux élèves de 4e...
Si une phrase m'a marquée :
Kiki son hamster s'était fait renverser par une voiture et avait mort.
Toute la poésie du héros et de son auteur est pour moi, évoquée ici.

Bref mon pote, je ne vais pas m'éterniser, car c'est la fêtes de mères et on va passer un dimanche loin de l'écran du pc, mais sérieux ton avh c'est une bouffée d'air frais et de relâchement en cette période.
Ah si une dernière chose, chapeau bas pour ton courage d'employer des mots qui sont presque devenus tabous comme pute, beurette, homosexuel.

C'est un putain d'esprit Rock avec une grosse paire de couilles, non loin du 444.
Bravo mec, j'adore Smile
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#23
Vous ai-je déjà dit à quel point j'avais détesté Une journée à l'hosto ? Hum, il me semblait bien.

Eh bien, cette aventure de Pat Magnum me donne une banane coupable.

C'est la dérision sans le mépris, les jeux de sale gosse sans souffre-douleur, la jouissance partagée dans l'irrévérence déguisée en je-m'en-foutisme (en plus de la compilation fidèle jusqu'à l'absurde de clichés cinématographiques de la grande époque de Bruce Willis, on ne compte plus le nombre d'offenses à la rigueur des LDVELH), sans oublier ni le style d'écriture qui fait mouche tous azimuts ni le plaisir ludique. J'adhère.
Your life and your mission end here.
Répondre
#24
J'ai lu dominicalement Pat Magnum contre la drogue. Google Images m'apprend que le nom est celui d'un personnage de BD polissonnes * mais le ton de l'AVH est plus porté par la testostérone. Une sorte de Pascal Brutal devenu policier.

L'écriture est foisonnante et inventive, avec une parodie de la tirade des nez des Cyrano, une réplique digne d'un Escape Book (« Le J est mon nombre fétiche » **), et des jeux avec la forme du livre-jeu : choix qui renvoient à eux-mêmes, enfilades rendant impossible la bonne action du premier coup (il faut apparemment sacrifier un certain nombre de démineurs avant de trouver le bon fil d'une bombe qui ne cesse de ré-exploser).

En enfant des années 80 et adolescent des années 90, j'ai bien sûr apprécié la parodie des films policiers et d'action. On ne croise pas le Commandant Donut (forcément black et excédé par son subordonné) ni la scène des bagnoles de flics arrivant par dizaines pour se télescoper les unes les autres, mais tout le reste y est...


Une lecture amusante !

____________
NOTES
* la BD d'origine semble déjà parodiques, vus les titres : Hold-up au 7ème ciel, La Savante qui sait tout (avec en couverture la savante qui nous montre l'étendue de son savoir et de son derrière)...
** Je n'exclus pas de réutiliser la réplique sans payer le moindre droit. Zéro. Nada. Niente. Pas un frifrelin à Fifre.

Répondre
#25
Message repris de la Taverne : la forme pour ma part prend le pas sur le fond ce qui m'a fait sortir de l'histoire au milieu.

Si je me suis pris au jeu du super flic plus grave que le flic de Beverly Hills j'ai peu accroché aux passages argotiques et juge que l'histoire sur la fin s'étire en longueur - tirade de Pat, le Crotale qui a la peau plus que dure - tout en relevant de très bons passages d'action drôles qui m'ont arraché plusieurs fois le sourire dont celui du bon fil de bombe à couper. L'auteur s'ingénie à exploiter avec talent tous les coins et recoins d'une itération en 50 paragraphes évitant de peu l'exercice de style grâce à une traque remuante qui néanmoins use un poil trop du filon de rebondissements excessifs. Je tiens à souligner que la littérature délirante de San Antonio excepté les premiers romans que j'avais beaucoup aimé jeune me laisse froid donc le charme de Pat Magnum n'a opéré qu'à moitié sur moi Confus.
Répondre
#26
- On a ici une aventure politiquement incorrect assumé et joyeusement pleine de dérision.
- Mon petit plus est le fait qu'il n'y ait qu'une fin, le tout boucle à chaque fois au 1 ou par un twist du tonnerre.
- Sur la fin, je sens de la rallonge inutile pour faire les 50 paragraphes.
- En bref, j'ai adoré.
Répondre
#27
Une aventure très distrayante, avec beaucoup de verve et une parodie hilarante des stéréotypes en vigueur dans le genre.

Le principal point faible de l'AVH, c'est que la liberté de choix y est en fin de compte superficielle. J'ai pris beaucoup de plaisir à la lire, mais je trouve que l'œuvre est en-dessous de "Une journée à l'hosto", qui offrait des choix aux conséquences plus réelles.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)