Mini-Yaz 2020 L'Autre et moi (Skarn): feedbacks
#31
(01/07/2020, 14:20)Fitz a écrit : Par contre j'ai voulu attaquer Interlude et ça apprend que c'est situé entre le 3 et le 4. Gné ?

En terme de chronologie, il est après le 3, mais en terme de narration, il est après le 1.

Non, je ne sais pas faire simple.
Répondre
#32
Donc tu as déjà planifié sur le long terme. Combien d'épisodes pour cette première saison?
Répondre
#33
5 (Humain/Démon/Ange/Final en deux parties) + Les interludes (juste 1, celui que tu as commencé à lire, pour le moment).

Chances que je respecte scrupuleusement ce planning dans la pratique : 0,0000001%.
Répondre
#34
J'ai moins aimé cet interlude que l'épisode 1. Ce labyrinthe mental est complexe. Cumulé avec l'accessibilité peu évidente de cette série en raison de ses dialogues équivoques à l'humour parfois au 3ème degré, cela donne une histoire plus confuse, où j'ai eu trop de mal à adopter une réelle stratégie afin de m'échapper du piège de l'oeil.
J'ai fait deux tentatives en vain, avant de lire la conclusion pour le plaisir.

Mais j'en profite pour corriger mon avis sur le premier épisode, qui a l'avantage de proposer des scènes plus visuelles, plus physiques et un décor connu (notre monde). Cette prise à la réalité permet de franchir plus aisément la barrière formée par ces dialogues nébuleux et d'en savourer enfin le sel quand on comprend le contexte. Cette guéguerre permanente entre anges et démons est joliment narrée et détaillée. J'ai aussi beaucoup aimé la quête de la plume dans le navire des glaces, la séquence était très évocatrice.
Répondre
#35
(20/05/2020, 16:43)Skarn a écrit : Version corrigée en ligne. Le changement principal est une difficulté nettement revue à la hausse. Peut-être un peu trop, à voir.

Je suis repassé rapidement sur l'épisode 1 en faisant les mêmes choix que la première fois... mais ce n'est désormais plus un itinéraire qui fonctionne.


Show ContentSpoiler:
Répondre
#36
J'ai bien aimé le premier épisode, réussi à ma deuxième tentative. L'absence de narration entre les dialogues rend l'histoire un peu difficile à décrypter, il est nécessaire de bien se concentrer pour éclaircir les zones d'ombres et faire parler les indices, mais ça ne m'a pas paru insurmontable - et puis on est habitué depuis fille de! Les missions successives sont variées et amusantes, bien décrites dans le sens où les éléments descriptifs qui parsèment (chichement) les dialogues sont suffisants pour se faire une idée relativement nette de ce qui est en train de se passer. J'ai cependant trouvé que la dernière séquence était un peu moins réussie: je ne suis pas complétement parvenu à comprendre qui était notre adversaire et j'ai eu de la peine à visualiser spatialement et temporellement le combat qui nous opposait à elle.

Je ne suis pas vraiment convaincu par l'utilisation des symboles pour remplacer les descriptions des choix. ça fonctionne assez bien dans le premier épisode, mais dans l'interlude ça devient rapidement un vrai casse-tête (enfin pour moi). Enfin je suppose que c'était un mécanisme nécessaire pour pousser le concept "dialogue only" jusqu'au bout, alors OK.

A propos du concept, justement: je trouve qu'il s'adapte assez bien à l'interlude (enfin de ce que j'en ai lu jusqu'ici, je ne suis pas encore parvenu à la fin) puisqu'il s'agit d'une aventure purement mentale; il paraît donc logique de se passer de descriptions. En revanche je suis persuadé que j'aurais encore plus aimé l'épisode 1 s'il avait été raconté de manière plus conventionnelle. Je ne peux qu'applaudir l'exploit d'être parvenu à raconter cette histoire passionnante d'une telle manière, mais j'ai du mal à comprendre l'intérêt profond d'une telle démarche. Pour moi cela revient à parcourir un cent mètre en attachant l'une à l'autre ses chaussures par les lacets: bravo pour avoir réussi à terminer la course sans tomber, c'était original et amusant, mais ça aurait pu être tellement plus efficace si cela avait été fait d'une manière plus conventionnelle...
Répondre
#37
Six tentatives ! C'est ce qu'il m'a fallu pour réussir l'interlude.

Les deux premières fois, j'ai exploré pas mal d'options mais sans grande efficacité.

À partir de ma troisième tentative, j'ai décidé d'être plus méthodique et j'ai noté dans un fichier tous les paragraphes par lesquels je passais (avec une brève description du contenu). C'était moins pour déterminer le bon chemin que pour éviter de repasser à plusieurs reprises par le même paragraphe. L'aventure est en effet très peu dirigiste et il y a de multiples façons d'arriver à tel ou tel passage, mais il y a du coup un risque, si on n'est pas attentif, de revenir inutilement à un paragraphe déjà lu, ce qui coûte des points de temps (et on n'a vraiment pas le loisir de gaspiller des points de temps).

J'ai trouvé la bonne piste à ma 4ème tentative, qui s'est achevée lorsque je me suis mangé l'avant-dernier PFA (je n'avais pas le bon code et plus assez de temps pour compenser). À ma 5ème tentative, je suis glorieusement parvenu jusqu'à la toute dernière possibilité de perdre.


Le système est le même que dans le premier épisode. Il est toujours très bon et approprié à une AVH très littéraire. Je ne vois pas comment il serait possible d'avoir un système de jeu relativement élaboré (avec des codes, des conditions et des points) qui soit davantage sobre et limpide.

Le système du dialogue marche toujours très bien. Il est évidemment plus approprié dans une aventure intérieure, mais peut-être moins original : on a moins besoin de "compléter le tableau" que dans le premier épisode, où il se passait des tas de choses dont la représentation était en bonne partie laissée à notre imagination. Le passage où l'héroïne a deux interlocuteurs à la fois peut être légèrement source de confusion (il y a une réplique que j'ai attribuée à la mauvaise personne la première fois que je l'ai lue, ce qui gênait un peu la compréhension), mais rien de critique.

Le contenu est très sympathique et original. Quelle que soit l'option qu'on choisisse, on va découvrir quelque chose d'intéressant sur le passé de l'héroïne, sa psychologie, des créatures surnaturelles ou autre chose encore. Et c'est que c'est vicieux, car on n'a vraiment pas de temps à perdre avec des options sympas mais inutiles. Lors de ma dernière tentative, j'ai suivi un parcours qui me semble totalement optimisé et il ne me restait à la fin que 3 points de temps (sur 13).


C'est peut-être une pure coïncidence, mais l'œil qui menace de nous détruire dans cette aventure m'a beaucoup fait penser au poème "La conscience" de Victor Hugo, qui s'achève par ce vers : "L'œil était dans la tombe et regardait Caïn."
Répondre
#38
Merci pour ces retours.

Il se pourrait que j'ai, comme qui dirait, complètement craqué sur la difficulté de L'œil. À corriger en post-Yaz', notamment en rendant le bon chemin trouvable autrement qu'en testant toutes les combinaisons, parce que c'est jamais très fun.

Kraken a écrit :mais dans l'interlude ça devient rapidement un vrai casse-tête (enfin pour moi).

A minima, j'ai objectivement pas mal cafouillé sur la représentation du temps. Y'a notamment une ligne de sabliers rayés qui n'en finit pas juste pour dire « si votre total de Temps est de 7 ou plus ». Faudra que je me replanche là-dessus.

Kraken a écrit :A propos du concept, justement: [...] c'était original et amusant, mais ça aurait pu être tellement plus efficace si cela avait été fait d'une manière plus conventionnelle...

Je sais pas trop. L'histoire est relativement classique en réalité quand on a toutes les pièces du puzzle. J'avais aussi en tête quelques idées qui exploitaient cette forme du dialogue constant. Bon, là, elles vont sans doute devoir attendre que j'ai réussi à raffiner suffisamment les épisodes actuels pour que tout soit bien compréhensible, parce que rajouter une couche de tordu au tordu n'est probablement pas un bon plan.

J'avoue que c'est aussi une façon pour moi, peut-être un peu extrême, de m'entraîner à la rédaction de dialogues.

Outremer a écrit :C'est peut-être une pure coïncidence, mais l'œil qui menace de nous détruire dans cette aventure m'a beaucoup fait penser au poème "La conscience" de Victor Hugo, qui s'achève par ce vers : "L'œil était dans la tombe et regardait Caïn."

C'était effectivement l'inspiration initiale, même si ça a pas mal dérivé ensuite, en partie parce que le rôle de l’œil lui-même s'est pas mal amoindri en cours de route.
Répondre
#39
Pour ce qui est de la représentation du temps, peut-être que des symboles de type =, > ou < accompagnés d'un chiffre pourraient être utilisés d'une manière plus avantageuse que les symboles barrés. C'est un peu dommage de devoir se référer au pavé des explications du début en cours de lecture parce qu'on a pas compris la signification d'une condition, alors que dans l'idéal il faudrait que ce soit instinctif. Enfin il n'y a peut-être que moi que cela gène, je suis un peu obsédé par la simplicité et l'accessibilité des règles.

Et je confirme que "L'oeil" est vraiment trop difficile!

Pour revenir à "l'étoile du matin", c'est vrai que le déroulement de l'AVH est assez habituel avec cette succession de missions (par ailleurs très réussies) - une structure qui rappelle un peu celle de ta BD-jeu. En revanche le background est vraiment très intriguant et original, bien qu'il soit en effet construit sur les bases plutôt classiques de la théogonie chrétienne. Je pense qu'il aurait gagné à être plus développé, mais je suppose que c'est impossible sans descriptions. Par exemple, à quoi ressemble physiquement l'héroïne de l'histoire? A-t-elle encore une apparence humaine? Sauf erreur de ma part, aucun élément dans l'AVH ne permet de répondre à cette question. Je pense que c'est super de laisser des "blancs" à remplir par l'imagination du lecteur, mais à mon avis c'est très difficile d'arriver à se faire une représentation mentale de quelque chose si on ne dispose pas d'au moins une amorce de description.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)