Mini-Yaz 2019 Transduction (Vador59)
#16
Je commence ma lecture de cette A.V.H., mais j’ai un souci au paragraphe 30 :

Show ContentParagraphe 30:
Répondre
#17
(25/06/2019, 14:41)Jehan a écrit :
Je commence ma lecture de cette A.V.H., mais j’ai un souci au paragraphe 30 :


Show ContentParagraphe 30:

Show ContentSpoiler:
Répondre
#18
L'originalité est vraiment la qualité première de cette AVH, que ce soit au niveau du thème ou de celui de la mécanique de jeu. Le début de lecture est un peu difficile avec pas mal de concepts étranges à assimiler, mais on s'y fait assez rapidement et on navigue ensuite avec aisance entre les différents lieux de la cité sous-marine des Natifs. Le style est plutôt bon, mais je pense qu'il serait nécessaire d'effectuer 1 ou 2 relectures supplémentaires pour éliminer les quelques défauts qui peuvent subsister ça et là (voir mon relevé, il en reste probablement quelques autres). Certaines trouvailles sont vraiment amusantes et originales (comme par exemple le tyrannocampe, excellent). J'ai réussi l'aventure à ma 3ème tentative et j'ai à priori atteint la meilleure fin. Mes deux premiers essais m'avaient donné une idée assez claire du parcours qu'il fallait faire pour gagner et atteindre le 34. Je me demande si cette fin n'est pas un peu plus facile à obtenir que les autres? Si c'est réellement la meilleure, peut-être faudrait-il la rendre un peu plus difficile d'accès?

Je retiendrai l'histoire comme le point fort de cette AVH. Celle-ci m'a rappelé "Le défi de l'au-delà", écrit par 5 grandes plumes de l'époque "Pulp", dont Merritt, Lovecraft et Howard. Il y a aussi "Dans l'abîme du temps" de Lovecraft qui reprend cette idée de transfert d'esprit. J'aime beaucoup cette époque décomplexée de la SF fun et colorée, j'étais donc ici dans mon élément!

La mécanique de jeu est sympa aussi, avec ce système de lieux où les péripéties changent à chaque visite. ça m'a rappelé "Le donjon secret de Merlin" du 1er mini-yaz - ça ne nous rajeunit pas. Je suis d'accord avec Skarn pour dire qu'un plan pourrait rendre la navigation encore plus agréable. Les épreuves m'ont paru un peu accessoires, d'autant plus qu'en perdre une provoque une baisse de Volonté qui rend les épreuves futures inexorablement plus difficiles, d'autant plus que je n'ai pas vu qu'il était possible de récupérer de la Volonté. Il me semble qu'à ta place j'aurais gardé la Volonté mais pas les épreuves, en la faisant simplement diminuer de 1 ou 2 points à chaque fois que le héros rencontre une situation difficile. Ou alors j'aurais gardé les épreuves (type seuil à obtenir en lançant un dé) mais pas la volonté.

C'est un détail mais je me demande si il est bien judicieux de ne pas indiquer le no des paragraphes auxquels se rendre, en particulier lorsqu'on tombe à 0 en volonté (est-ce que ça peut vraiment arriver?), ou lorsqu'on trouve un code, ou lorsqu'on atteint les 12 cycles. En effet le lecteur se trouve obligé d'interrompre sa lecture, de noter le paragraphe où il est, et de remonter jusqu'à l'intro pour cliquer sur le lien concerné. Il aurait été plus simple à mon avis de donner au lecteur le no du paragraphe auquel il doit se rendre, de façon à pouvoir y aller directement.

Sinon, l'AVH est l'une des moins linéaires que j'ai lue depuis les débuts du mini-yaz, ce qui est un tour de force lié à sa structure très particulière. Elle se refait donc avec plaisir. La difficulté m'est apparue également très bien dosée (trois ou quatre tentatives pour réussir je trouve que c'est parfait).

Quelques potentielles corrections à apporter:
Show ContentSpoiler:

Mon parcours gagnant:
Show ContentSpoiler:

Une aventure très sympa et très originale destinée aux aventuriers chevronnés qui veulent sortir des sentiers battus!
Répondre
#19
Merci Kraken pour ce feed complet!

Citation :Le début de lecture est un peu difficile avec pas mal de concepts étranges à assimiler, mais on s'y fait assez rapidement et on navigue ensuite avec aisance entre les différents lieux de la cité sous-marine des Natifs.

Alors si tu me parles de concepts étranges difficiles à assimiler, c'est que j'ai atteint un objectif: faire de ce monde un tout vraiment étranger aux conceptions terrestres. Evidemment, l'exercice est totalement artificiel et par nature impossible à atteindre parce qu'il ne serait du coup absolument pas assimilable par l'esprit humain. J'ai néanmoins essayé d'instiller différents concepts (aussi bien dans l'écologie, l'économie, la structure sociale, la biologie, l'écriture et la religion). Je suis content donc si tu as pu te sentir un peu perdu sur WASP-86a!

Citation :Le style est plutôt bon, mais je pense qu'il serait nécessaire d'effectuer 1 ou 2 relectures supplémentaires pour éliminer les quelques défauts qui peuvent subsister ça et là (voir mon relevé, il en reste probablement quelques autres).

Complètement d'accord; j'ai terminé cette AVH totalement à la bourre (king of the OLBR!), soumis à 23h59 le 15 juin... Je n'ai rien relu, donc je te remercie pour les coquilles que tu as repérées et que je vais essayer de corriger au plus vite (faut arrêter les gars, j'ai modifié le fichier après le message de Jehan! Je vais arriver bientôt à ma version 1.25!!!)

Citation :J'ai réussi l'aventure à ma 3ème tentative et j'ai à priori atteint la meilleure fin. Mes deux premiers essais m'avaient donné une idée assez claire du parcours qu'il fallait faire pour gagner et atteindre le 34. Je me demande si cette fin n'est pas un peu plus facile à obtenir que les autres? Si c'est réellement la meilleure, peut-être faudrait-il la rendre un peu plus difficile d'accès?

Je n'avais pas vraiment le sentiment que c'était la fin la plus facile... Il y en a quatre autres à découvrir, avec des choix... disons discutables... enfin des choix moralement voire ethiquement discutables. A vous de voir si vous souhaitez les découvrir...

Citation :Je retiendrai l'histoire comme le point fort de cette AVH. Celle-ci m'a rappelé "Le défi de l'au-delà", écrit par 5 grandes plumes de l'époque "Pulp", dont Merritt, Lovecraft et Howard. Il y a aussi "Dans l'abîme du temps" de Lovecraft qui reprend cette idée de transfert d'esprit. J'aime beaucoup cette époque décomplexée de la SF fun et colorée, j'étais donc ici dans mon élément!

J'avoue, je ne connais pas du tout (mais vu les auteurs que tu cites, c'est très flatteur)... j'ai un peu écumé la toile pour voir de quoi tu parlais, je vais essayer de remédier à mes lacunes asap Wink J'avoue du coup être un peu déçu de ne pas avoir été le premier à creuser ce concept de transfert d'esprit... En fait, non, c'est un concept qui a même été travaillé dans Star Trek (la série classique)(je ne me souviens plus de quel épisode, mais c'est sûr, Roddenberry y avait pensé aussi)(on le retrouve aussi dans Babylon5, Epsilon3 étant doué d'une conscience informatique capable de "parler" au delà du vide...)
"abduction" est le terme anglais pour désigner un enlèvement par des ET... je ne trouvais pas le terme très joli. Je suis tombé par hasard sur transduction qui décrit "un processus par lequel une cellule convertit un type de signal ou de stimuli en un autre.". J'ai donc décidé d'adapter le processus d'enlèvement pour qu'il ressemble à une transduction sur une autre échelle (oui, je sais, j'ai fumé un gros pétard...)

Citation :La mécanique de jeu est sympa aussi, avec ce système de lieux où les péripéties changent à chaque visite. ça m'a rappelé "Le donjon secret de Merlin" du 1er mini-yaz - ça ne nous rajeunit pas.

En plein dans le mille! Sachant que ce système est lui-même dérivé de celui que l'on trouve dans le LDVELH Le Prisonnier. Je l'ai expurgé de son principale défaut dans le bouquin, à savoir le copier-coller systématique qui le rend transparent dès qu'on a parcouru une dizaine de paragraphes. J'appelle ça pompeusement un "chronoplanagraphe" (je vous avais dit que j'avais fumé???): un plan dont les péripéties varient au cours du temps. J'anticipe en vous disant qu'une partie des CCCVII Fabii reprend ce concept que j'aime bien. Comme tu le dis, cela rend l'AVH très peu linéaire, on dispose d'une très grande liberté d'action avec des possibilités de relecture non négligeables.

Je note bien tes réserves sur le système des épreuves. Néanmoins, elle me paraissait correspondre à une partie de l'intrigue, la baisse de Volonté de l'intrus entrainant parallèlement une hausse de celle de son hôte. Quand la Volonté atteint 0, l'hôte reprend la maîtrise totale du corps avec toutes les conséquences néfastes que cela entraine...

Citation :C'est un détail mais je me demande si il est bien judicieux de ne pas indiquer le no des paragraphes auxquels se rendre, en particulier lorsqu'on tombe à 0 en volonté (est-ce que ça peut vraiment arriver?), ou lorsqu'on trouve un code, ou lorsqu'on atteint les 12 cycles.

C'est indispensable pour manipuler les différents codes, puisque plusieurs fins sont possibles y compris en utilisant un 3ème code différent tout en ayant les deux premiers identiques...

Citation :Une aventure très sympa et très originale destinée aux aventuriers chevronnés qui veulent sortir des sentiers battus!

Merci pour ces louanges! Je suis heureux si tu as pu passer un moment sympathique avec Transduction. Ôte-moi juste d'un doute: "chevronnés" ne suppose pas que cette AVH soit imperméable à certains lecteurs?? N'hésite pas, si tu le souhaites, à refaire une ou deux parties pour découvrir les autres fins, je n'ai pas l'impression que beaucoup de monde soit arrivé à ces PFA un peu spéciaux...
Répondre
#20
(25/06/2019, 21:47)vador59 a écrit :
Citation :C'est un détail mais je me demande si il est bien judicieux de ne pas indiquer le no des paragraphes auxquels se rendre, en particulier lorsqu'on tombe à 0 en volonté (est-ce que ça peut vraiment arriver?), ou lorsqu'on trouve un code, ou lorsqu'on atteint les 12 cycles.

C'est indispensable pour manipuler les différents codes, puisque plusieurs fins sont possibles y compris en utilisant un 3ème code différent tout en ayant les deux premiers identiques...

Je voulais dire, est-ce que ça ne serait pas possible d'indiquer au lecteur qu'il doit se rendre au 24 dès qu'il trouve un code, ou au 50 quand il atteint les 12 cycles ou qu'il est à court de Volonté? Ceci simplement afin d'éviter d'avoir à retourner dans l'intro pour chercher les liens cliquables. Je ne vois pas en quoi ça gênerait l'usage des codes? Enfin c'est un mini détail!

(25/06/2019, 21:47)vador59 a écrit :
Citation :Une aventure très sympa et très originale destinée aux aventuriers chevronnés qui veulent sortir des sentiers battus!

Merci pour ces louanges! Je suis heureux si tu as pu passer un moment sympathique avec Transduction. Ôte-moi juste d'un doute: "chevronnés" ne suppose pas que cette AVH soit imperméable à certains lecteurs?? N'hésite pas, si tu le souhaites, à refaire une ou deux parties pour découvrir les autres fins, je n'ai pas l'impression que beaucoup de monde soit arrivé à ces PFA un peu spéciaux...

Non, chevronné est probablement un terme mal choisi. Je pensais plutôt aux lecteurs qui ont lu beaucoup d'AVH et qui auraient envie de découvrir quelque chose de différent et de novateur par rapport à ce dont ils ont l'habitude. Mais un lecteur novice en AVH pourrait prendre beaucoup de plaisir avec "Transduction": les règles de déplacement sont originales mais très accessibles; après, c'est sûr qu'il faut aimer la SF... Wink
Répondre
#21
Ah oui, j'avais mal compris du coup... Tu as raison, ça pourrait être plus simple. Je retiens aussi cette modification!

Encore un grand merci pour ton retour Wink
Répondre
#22
Les premiers paragraphes de cette aventure ne m’ont, je dois dire, pas vraiment emballé. La faute à un style que j’ai trouvé artificiellement sophistiqué, et donc confus, voire lourd par moments — comme les réflexions du docteur au sujet de son assistante, même si pour le coup c’est une question de goût personnel. Pourtant, j’ai beaucoup aimé le choix du narrateur. C’est original et bien vu, étant donné le thème et l’histoire. Mais je n’ai jamais vraiment réussi à m’imprégner du récit, à cause de cette distance induite par le style. Le temps choisi pour la narration m’a aussi paru un peu bizarre, le décalage avec les passages du point de vue du joueur cassant, j’ai trouvé, l’immersion (avec quelques fautes repérées çà et là…). J’ai donc un peu survolé l’histoire, et ai eu du mal à me plonger (non, je ne ferai pas cette blague) dans l’univers.

Et pourtant, passée cette première impression un peu rebutante, au final, j’ai passé un bon moment. L’univers extra-terrestre est intrigant et j’ai quand même pris plaisir à l’explorer, même si j’avais l’impression de passer un peu à côté. Je me suis pris au jeu en essayant de me concentrer sur les lieux qui me paraissaient les plus intéressants à visiter afin de trouver les codes, quitte à explorer deux fois de suite le même, et j’ai eu la satisfaction de voir mes choix récompensés, puisque j’ai obtenu les bons à ma première tentative. Peut-être ai-je eu de la chance, car les premiers jets de dés m’ont tous été favorables. Toutefois, quelques échecs m’ayant fait perdre du temps sur la fin mais ne m’ayant pas empêché de l’emporter, je suis tenté d’en conclure que la difficulté est bien dosée de ce côté-là, au sens où un coup de dé malchanceux ne fout pas tout en l’air. Toutefois, je m’interroge sur l’utilité du hasard. Je ne trouve pas que cela apporte grand-chose, tout compte fait.

Je trouve qu’il manque une description un peu plus globale de la cité, qui nous permettrait de mieux visualiser notre environnement, car en fonction des chemins que l’on prend, on peut se voir proposer de visiter des lieux dont on n’a jusque là pas entendu parler. Une carte aurait peut-être été la bienvenue, pourquoi pas même en jeu (je ne sais pas, comme un plan tracé quelque part et sur lequel le lecteur tomberait dès son entrée dans ce nouveau monde, histoire de faciliter son immersion).

Tout ça manque un peu de clarté, donc, et c’est dommage, car l’univers a du potentiel et mérite qu’on s’y attarde.

J’avais quatre codes lorsque j’ai obtenu le premier de la liste, soit deux possibilités de fin. N’ayant pas réussi à m’imprégner complètement de l’histoire — il faut dire que, je le confesse, je sature un peu des histoires à la morale écologique manichéenne, tout blanc d’un côté, tout noir de l’autre — , j’ai choisi un peu au hasard, et ai obtenu la fin 50 pourcents. J’ai ensuite jeté un œil à l’autre fin, et constaté qu’il s’agissait de la meilleure (score de 100 pourcents). Aurais-je pu deviner quel était le meilleur choix en me basant sur ce que j’avais appris pendant mon parcours ? Sans doute, mais il aurait fallu que le récit me tende un peu plus la main pour m’aider à assimiler son riche univers plutôt que de le survoler en en appréciant la beauté et la poésie d’un peu loin.
Répondre
#23
Citation :Les premiers paragraphes de cette aventure ne m’ont, je dois dire, pas vraiment emballé. La faute à un style que j’ai trouvé artificiellement sophistiqué, et donc confus, voire lourd par moments — comme les réflexions du docteur au sujet de son assistante, même si pour le coup c’est une question de goût personnel

Et pourtant, c'est la partie que j'avais le plus travaillé afin de poser le cadre... Comme quoi! Je ne sais trop quoi te répondre pour le coup!

Citation :Pourtant, j’ai beaucoup aimé le choix du narrateur. C’est original et bien vu, étant donné le thème et l’histoire. Mais je n’ai jamais vraiment réussi à m’imprégner du récit, à cause de cette distance induite par le style. Le temps choisi pour la narration m’a aussi paru un peu bizarre, le décalage avec les passages du point de vue du joueur cassant, j’ai trouvé, l’immersion (avec quelques fautes repérées çà et là…).

C'est vrai que c'est un pari que j'ai tenté. J'avais bien conscience que, selon les goûts de chacun, ça passe ou ça casse. L'utilisation du nous (pour le narrateur-planète) et du il (l'intrus) peuvent introduire une distance et conduire le lecteur à moins s'identifier au personnage. Mais d'après moi, cela permet de bien traduire le caractère étranger de l'intrus dans le monde qu'il découvre. Et l'utilisation du passé simple induit aussi de la distance de la part de la planète pour des faits qui sont mineurs pour elle.

Citation :Et pourtant, passée cette première impression un peu rebutante, au final, j’ai passé un bon moment. L’univers extra-terrestre est intrigant et j’ai quand même pris plaisir à l’explorer, même si j’avais l’impression de passer un peu à côté. Je me suis pris au jeu en essayant de me concentrer sur les lieux qui me paraissaient les plus intéressants à visiter afin de trouver les codes, quitte à explorer deux fois de suite le même, et j’ai eu la satisfaction de voir mes choix récompensés, puisque j’ai obtenu les bons à ma première tentative.

Ah! Content que cela t'ait plu! J'ai en effet fait en sorte que l'exploration soit la plus libre possible et éviter un sentiment de linéarité, surtout sur une histoire courte.

Citation :Je trouve qu’il manque une description un peu plus globale de la cité, qui nous permettrait de mieux visualiser notre environnement, car en fonction des chemins que l’on prend, on peut se voir proposer de visiter des lieux dont on n’a jusque là pas entendu parler. Une carte aurait peut-être été la bienvenue, pourquoi pas même en jeu (je ne sais pas, comme un plan tracé quelque part et sur lequel le lecteur tomberait dès son entrée dans ce nouveau monde, histoire de faciliter son immersion).

Cette idée de carte est un peu récurrente dans les différents feeds: il faudra que j'essaie de forcer un peu mes talents de dessineux pour vous pondre ça. Il est vrai que les descriptions globales de la cité de corail sont plutôt succintes, mais l'intrus a-t-il vraiment le temps de s'attarder sur ces détails alors que le temps lui est compté??? Mrgreen

Citation :Aurais-je pu deviner quel était le meilleur choix en me basant sur ce que j’avais appris pendant mon parcours ? Sans doute, mais il aurait fallu que le récit me tende un peu plus la main pour m’aider à assimiler son riche univers plutôt que de le survoler en en appréciant la beauté et la poésie d’un peu loin.

Comme je l'ai déjà dit, j'ai achevé cette AVH un peu charrette... En plus, en 50§, difficile d'exploiter à fond tout le potentiel d'un univers. J'ai donc effectivement fait le choix de le dévoiler par petites touches. Peut-être essaierai-je de revoir tout cela un peu plus tard en exploitant un peu plus le background... ou en l'intégrant dans ma série Chasseur de Primes!!

Merci pour ton feed Jehan! Je suis heureux que, malgré les imperfections que tu soulignes, tu as pu tout de même prendre du plaisir avec cette AVH et c'est bien l'essentiel! Encore merci Wink
Répondre
#24
Au paragraphe 12, alors que je me proposais d'assister à la récolte, je pense qu'il y a une erreur de renvoi qui m'expédie à le ruche... dommage d'interrompre une lecture aussi envoûtante !
Répondre
#25
Tu as utilisé le mauvais fichier; c'est le deuxième (version 1.4) disponible sur Littéraction qu'il faut utiliser Wink
Répondre
#26
ok , parce que moi je pensais que 2 c'était après 1.4 Wink
Répondre
#27
Non en fait j'avais un premier fichier de Transduction que je complétais au fur et à mesure avec des copier-coller d'un fichier .txt... puis le fichier .txt ET le fichier word se sont corrompus (joies de l'informatique!). Du coup, dans l'urgence du dernier jour, j'ai essayé (et réussi !) à tout récupérer sur une autre fichier que j'ai tout simplement intitulé Transduction2.

Voilà, tu sais tout des affres de mon écriture Mrgreen
Répondre
#28
Je n'ai pour l'instant pas réussi à m'extraire de la coule mais je tenais déjà à faire un premier retour impressionné sur le style. Il s'agit de mon point de vue de l'AVH la mieux écrite que j'aie lue à ce jour. Ca reste extrêmement subjectif, mais non seulement je trouve ça agréable, prenant et poétique, mais je trouve qu'il y a une adaptation de la forme au fond qui fait la différence entre un texte bien écrit et un texte remarquable. C'est très simple, l'impression d'évoluer dans un environnement liquide se retrouve dans la fluidité de l'écriture, les flux et reflux créés par les anaphores (la répétition de certaines expressions en début de phrase) donnent l'impression d'être léché par des vagues successives. J'adore également l'univers déployé, les termes utilisés pour le décrire, et la manière dont on y évolue. Il ne me reste plus qu'à décrypter tout ça pour m'en sortir (mais a-t-on vraiment envie d'en sortir ?)
Répondre
#29
Tu vas me faire rougir Gynogege... la mieux écrite des AVHs que tu as lues, carrément? (allez, fais-moi plaisir, dis-moi que tu as dévoré tous les Fitz et Outremer Mrgreen )

Bah écoute, je suis très heureux que tu apprécies le style; après Chasseur de Primes pour lequel on m'a reproché des lourdeurs, c'est sympa d'avoir ce genre de retour. Il faut vraiment croire que je dois écrire à la bourre pour être au top...

Maintenant, il ne te reste plus qu'à trouver les codes et les bonnes combinaisons!
Répondre
#30
J’arrete ma lecture pour l’instant car j’ai l’impression De rater quelque chose.
J’ai appris le langage universel et note le code bizarre. Dans l’intro, il faut se rendre à un lien si on trouve un code. Mais ce lien redirige au 20 qui n’a aucun sens avec mon contexte. C’est quand même normal? Je dois continuer à partir du 20?

J’ai donc ignoré ce lien et plus tard, rencontré une énièmes série de symboles. Je pense que mon fameux code doit me permette de décrypter ces symboles mais comment?
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 3 visiteur(s)