Runebound (3e édition)
#1
Après avoir acquis l'extension Liens indissolubles je me suis lancé dans une partie test en solo de Runebound (partie toujours en cours) avec les cartes de l'extension (sympa pour varier les combats notamment), en jouant le premier des 2 scénarios de la boîte de base, et en incarnant 1 personnage de la boîte de base.

Voici donc le début des aventures hardies de Laurel  Rolleyes

La rumeur enflait chaque jour dans tout le royaume de Terrinoth. Le retour du Haut Seigneur Dragon Margath était proche, il reviendrait bientôt semer la mort et la désolation!


Laurel de Boisanglant, qui séjournait alors à Bourg Chaland, village situé au carrefour des routes menant aux grandes cités de Aubelande, Rivegarde et Tamalir, décida qu'il était temps d'en avoir le cœur net. Elle n'attendit pas la tombée du jour pour se rendre dans la plaine toute proche où elle établit son campement. De quoi prendre un peu d'avance sur sa route vers les Montagnes du Désespoir, qui d'après la légende était le lieu ou jadis était tombé Margath...

Premier jour

Les sens aiguisés de Laurel la réveillèrent peu avant l'aube, tandis qu'une silhouette s'approchait lentement de son bivouac. L'ayant prise surprise et sommée de déclarer ses intentions, l'Elfe fut quelque peu décontenancée lorsqu'elle découvrit que sa visiteuse était une toute jeune fille qui se mit aussitôt à fondre en larme. A travers les sanglots, Laurel finit par comprendre que la pauvre petite venait de se découvrir des pouvoirs magiques, mais qu'elle était incapable de les maîtriser et avait décidé de s'enfuir de chez elle. Pourtant, elle ne pouvait plus supporter la solitude, ce qui l'avait poussée à s'approcher du camp. Laurel, pourtant farouche chasseresse et guerrière, fut émue par le récit de la jeune fille et décida de lui venir en aide. Faisant appel à toutes ses connaissances elfiques en matière d'arcanes qui lui restaient de son enfance, elle finit par réussir à apprendre à l'apprentie magicienne à canaliser ses pouvoirs. Ce fut là une longue affaire, mais la gratitude dans les yeux de la jeune fille n'avait pas de prix. Lorsque qu'elles se séparèrent, Laurel prit la direction des Marécages de la Lune Rougeoyante, situés au bord des collines de Fuméebleue, elles-mêmes au pied des Montagnes du Désespoir.

Loin dans le nord, les exactions des membres du culte de l'Effroyable, pour qui le feu des dragons devait purifier les impies, commençaient. Mais rien qui ne devait troubler la marche de Laurel.

Deuxième jour

Alors qu'elle arpentait le marais, elle tomba sur une poignée de paysans en train de racler la tourbe. Ils lui apprirent qu'ils obéissaient au seigneur de Tombeciel, et que le maître d'armes de la forteresse recherchait de l'aide pour terrasser un monstre qui sévissait dans la région. Laurel s'enquit de la direction à prendre: ce n'était qu'un petit détour sur son chemin, aussi elle décida de partir sans plus attendre. Elle atteignit Tombeciel alors que la nuit tombait, justement, ce qui lui parut un heureux présage. Lorsqu'elle annonça sa qualité d'aventurière, on lui offrit le gîte et le couvert, et elle s'entretint avec le maître d'armes qui lui confia que la traque commencerait le lendemain.

Troisième jour

Laurel se leva avant l'aube et partit, de concert avec le maître d'armes, sur la piste de l'Homme-Bête qui était la cause de tant de ravages dans les environs. La créature fut vite acculée au combat mais s'avéra un redoutable adversaire. Au cours de l'affrontement Laurel reçut de sérieuses blessures et nul doute que sans l'aide de son compagnon d'armes du moment, l'affaire aurait pu mal tourner. L'Elfe comprenait mieux pourquoi il n'avait pas voulu affronter seul la créature sauvage! En récompense de cette victoire elle reçu de l'or, et décida de s'octroyer un repos bien mérité pour le restant de la journée dans la forteresse. Le guérisseur local fut si compétent qu'elle put prendre congé de ses hôtes avant le soir, et se rendre dans les Montagnes du Désespoir.

Quatrième jour

Alors qu'elle gravissait péniblement les pentes rocailleuses, elle tomba dans l'embuscade d'un Chat Sélénite. Laurel se maudissait de n'avoir rien vu venir, et surtout craignait de ne pas être de taille face à cet adversaire surnaturel. Contenant avec frénésie les assauts de la créature mystique, elle décida de fuir et dut employer toute son agilité pour semer le félin. Elle redescendit à travers les Collines Sanglantes, puis établit son campement bien en contrebas dans les plaines Brumeuses, espérant ne plus faire de mauvaise rencontre. Laurel était quelque peu désemparée car elle n'avait aucune idée vers où guider ses pas le lendemain.

Cinquième jour

Laurel rencontra un vaste rassemblement de paysans venus fêter les moissons. Voilà une bonne occasion d'oublier pour un moment les échos de la venue de Margath! pensait-elle. Mais les gens du pays ne semblaient pas faire preuve d'autant d'enthousiasme que ce à quoi elle s'attendait. L'un d'eux finit par lui confier que le village voisin de Valbrasil venait de tomber sous l'emprise du culte de l'Effroyable. Voilà qui expliquait cette relative tiédeur, un tel événement avait en effet de quoi jeter une ombre dans tous les cœurs. Laurel se jura d'aller sur place en quête de renseignements, mais décida de passer auparavant un peu de temps auprès des paysans. Elle leur parla de ses exploits guerriers pour faire reconnaître sa qualité, mais il faut croire que les autochtones étaient blasés car ils ne lui accordèrent pas l'attention qu'elle espérait.

Sixième jour

Laurel entra de bon matin à Valbrasil. L'endroit était sinistre, les marques du cultes étant visibles tant chez les habitants que sur les bâtiments. Bien décidée à en apprendre plus sur les dragons et Margath, elle prit pourtant le risque de subir le cruel rite d'initiation du culte de l'Effroyable. Le rituel la meurtrit dans sa chair mais elle serra les dents et réussit à en apprendre un peu plus sur les événements à venir. Puis elle soigna ses blessures avant de quitter au plus vite Valbrasil car elle ne comptait pas passer la nuit dans ce village désormais maudit. Elle trouva dans la partie sud des Collines Brumeuses un terrain convenable pour établir son campement.

Septième jour

Laurel apprit d'un fermier qui revenait affolé d'un marché à Tamalir que d'étranges lueurs venaient d'apparaître dans les Marais de l'Aile Noire, qui bordent la capitale à l'ouest. Laurel se dit qu'elle tenait peut-être là une piste nouvelle dans sa recherche sur les dragons, mais qu'elle était encore trop loin de Tamalir pour s'y rendre directement. De plus, son corps se ressentait encore de son intronisation la veille au culte de l'Effroyable, et elle ne put parcourir que peu de chemin ce jour-là. Tout se passait comme si un aimant la retenait à Valbrasil, et elle fût contrainte malgré elle d'y passer la nuit - une nuit agitée et emplie de cauchemars.

Huitième jour

En ces temps sombres, les barons du Conseil de Treize ont décidé d'offrir une prime aux aventuriers méritants. Une estafette est tout spécialement venue frapper à la porte de la chambre de l'auberge miteuse où séjournait Laurel pour lui apporter de l'or. Le Conseil a décidément des yeux et des oreilles partout!

Galvanisée par cette marque de reconnaissance Laurel fit une incursion jusqu'à Roncebois, où elle apprit par un chasseur que les Dents de Mennara, au nord-est de Bourg Chaland, seraient un ancien tombeau de dragons. Laurel s'est enfin décidée, elle ira aux Dents plutôt qu'aux Marais, la piste semble meilleure et surtout se trouve bien plus près! Demain elle se rendra à Aubelande avant de partir en direction des pics majestueux.

Neuvième jour

Laurel, dont la bourse avait plus que doublé de volume, dénicha au marché d'Aubelande une belle Lance de Chasse. Il lui en coûta toutes ses économies, mais après sa mésaventure dans les Montagnes du Désespoir elle avait compris qu'il lui fallait s'équiper de pied en cap pour espérer affronter à armes égales les créatures sauvage de Terrinoth. Même si elle aurait aimer profiter un peu plus des services de la cité, elle la quitta sans perdre de temps et marcha toute la journée pour arriver jusqu'au sud du Lac de Kurnan. Elle était satisfaite du trajet accompli. Si demain elle parvenait à parcourir la même distance, elle serait alors en vue des Dents de Mennara et pourrait établir son campement au pied des pics.

Dixième jour

Un dragon! Un redoutable dragon! Laurel n'a rien pu faire pour échapper à la menace venue du ciel! Il fallait combattre ou périr! Le Glasd'effroi ne devait faire qu'une bouchée de l'Elfe, même fraîchement équipée de sa Lance de Chasse. Et pourtant, virevoltant avec l'énergie du désespoir, Laurel parvint à lutter pied à pied avec ce redoutable adversaire, dont certaines attaques manquaient leur cible d'un cheveu. Après un combat épique la lance de Laurel perça les flancs du Glasd'effroi qui tomba sans vie sur le sol. Un véritable exploit! Mais le dragon avait si profondément entaillé le corps de Laurel qu'elle ne savoura pas sa victoire, tenant à peine debout. Elle ne put que jeter ses dernières forces dans une marche harassante pour regagner Bourg Chaland, où elle entra dans sa demeure s'écrouler sur son lit. Les blessures infligées par la créature draconique étaient sans commune mesure avec celles qu'elle avait subies lors de son intronisation au culte de l'Effroyable. Survivrait-elle jusqu'au lendemain?
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#2
Ce suspens Rolleyes . Fallait pas écrire partie en cours, ça spoile un peu la survie probable de Laurel.

Sinon le rituel, c'est un passage obligé du scénario ? C'est généralement le genre de truc que j'évite systématiquement dans les avh/jdr.
Répondre
#3
Il lui reste 1 point de vie sur 8. Mais guérison totale au tour suivant car Laurel est dans une ville. Donc effectivement aucun suspense, c'est juste pour dramatiser le récit. J'aurai très bien pu continuer à la faire cavaler partout sans soin, mais cela n'aurai pas été très RP.
Pour ce qui est du rituel c'est une quête spécifique au scénario, qui rapporte 1 arcane (les arcanes sont utilisées pour réduire les dégâts dans le combat final contre Margath). C'est donc tout à fait évitable mais malgré tout conseillé. On peut se prendre des dégâts (pour le coup ce fut 2pv pour Laurel) avant de récupérer l'arcane. Si j'ai opté pour cette quête c'est surtout parce que Laurel était à proximité et qu'il faut optimiser les déplacements.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#4
Pour le dragon je précise aussi que Laurel pouvait tenter de fuir. Parfois ce n'est pas le cas mais là si. Si j'ai décidé de jouer le combat malgré tout c'est parce que la victoire rapportait 1 arcane (ou 3 or). Mais j'ai eu pas mal de chance avec les jetons, c'est un des plus redoutables ennemis du scenario. Et puis c'était encore l'acte 1, pour l'acte 2 les ennemis deviennent plus puissants avec un jeton de combat supplémentaire, et là c'était mission impossible, Laurel n'était pas assez équipée.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#5
Je ne sais plus si ce jeu est encore édité, je l'ai cherché dans les boutiques de jeu du Havre, et ils disaient qu'il ne se trouvait plus.

Des aventures dans une boite, jouable en solo, ça doit être le pied !
Répondre
#6
Le jeu de base, qui propose le mode compétitif uniquement, n'est pas récent mais l'extension, qui permet de jouer solo/coop, vient tout juste de paraître. J'ai acheté la boîte de base il y a une semaine seulement, je suppose donc qu'il y a eu une réédition conjointement à la sortie de l'extension et qu'elle est à nouveau disponible.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#7
Suite du récit, d'après mes prises de notes en cours de partie:

Onzième jour

Laurel fit mander de bon matin le meilleur guérisseur de Bourg Chaland. Lorsqu'il apprit que les blessures de l'Elfe étaient causées par un dragon, il lui indiqua qu'un ancien chasseur de dragons, qui se fait appeler le Maître, dispensait son savoir aux Pics, loin dans le nord. De plus il lui donna les adresses de ses meilleurs confrères guérisseurs dans toutes les cités de Terrinoth. Bien décidée à arrêter la menace de Margath, Laurel partit dans la journée en direction des Dents de Mennara. Elle tenta de dénicher un indice quelconque, mais sans succès. L'obscurité s'avançant, elle établit son campement pour la nuit, avant de reprendre son exploration dès l'aube.

Douzième jour

Laurel arpenta les pics sans rien découvrir de toute la matinée. Mais sa persévérance finit par payer. Elle découvrit des tombes de dragons sur lesquelles des inscriptions renseignaient sur la manière de les combattre. Voilà qui lui serait fort utile pour parer les assauts de Margath!

Treizième jour

Alors que le soleil venait tout juste de se lever, Laurel fut prise à partie par un brigand orque et, après avoir reçu un rude coup d'estoc, décida qu'il était plus prudent de rompre l'affrontement. L'orque étant bien plus massif qu'elle, Laurel n'eut aucune peine à le distancer. Le soir, elle était de retour dans les plaines jouxtant Bourg Chaland, là même où elle avait aidé la jeune apprentie magicienne.

Quatorzième jour

Laurel n'eut pas le temps de profiter du repos octroyé par une bonne nuit de sommeil. Un jeune dragon semblant venu de nulle part la pourchassa depuis les airs tout le matin. Laurel, encore marquée par sa rencontre avec le Glasd'Effroi, ne tenait nullement à l'affronter. Elle finit par se dissimuler dans d'épais buissons, tandis que le dragon disparaissait au loin. Mais la menace était de plus en plus précise, et une grande crainte s'emparait de l'Elfe. Soudain prise de nostalgie, elle se rappela sa tante qui habitait Everton, village du nord de Terrinoth, et elle décida d'aller lui rendre visite, espérant qu'il ne s'agirait pas là d'une visite d'adieux définitifs.

Quinzième jour

Laurel fit son entrée à Tamalir, la capitale cosmopolite de Terrinoth. D'ordinaire l'endroit grouillait de marchands, la ville abritant de nombreuses guildes, mais il y avait peu d'animation dans les rues et même sur la Grande Place du Marché. La venue des dragons était sujet de grande crainte pour tous, malgré les dernières mesures prises par le Conseil pour enrayer la menace. De toute manière, la bourse de Laurel était vide et les prix étaient élevés. Elle chercha un guide qui voudrait bien la conduire dans les Marais de l'Aile Noire, mais même les plus braves lui jetaient des regards d'effroi. Alors elle dût se résoudre à les explorer seule. Pataugeant dans des sentiers entourés de vase puante, Laurel se mit en quête des lueurs mystérieuses, mais ne découvrit rien de toute la journée. La lune s'étant levée, elle se hissa sur les branches basses d'un arbre rabougri pour y passer la nuit.

Seizième jour

Transie de froid par l'humidité ambiante, Laurel se réchauffa autant qu'elle le put par la marche. Elle clopina plusieurs heures avant qu'elle ne tombe sur les vestiges d'une cité oubliée, dissimulée au cœur même des Marais. Cette découverte raffermit considérablement sa confiance en elle. La prochaine créature qui oserait l'affronter verrait qu'il n'est pas bon de s'attaquer à Laurel de Boisanglant!

Dix-septième jour

Un flot de voyageurs sortait de Tamalir. Intriguée, Laurel apprit qu'ils fuyaient Margath, car on affirmait que celui-ci venait de réapparaître dans les Montagnes du Désespoir, et qu'il avait aussitôt rasé Tombeciel! A ces mots, Laurel se souvint du bon accueil qui lui avait été fait, des jours auparavant, dans la forteresse. Qu'un tel bastion ait pu tomber sous les griffes de Margath en disait long sur la puissance de ce dernier! Son cœur se serra à la pensée du maître d'armes qui l'avait accompagné, et du guérisseur qui avait pansé ses blessures, car tous deux étaient certainement morts à cette heure. La menace était encore loin dans le sud, mais Laurel devait se hâter. Elle apprit également qu'une collectionneuse d'artefacts anciens se trouvait aux abords de Boisvert. Mais Laurel doutait de pouvoir se rendre si loin dans le sud sans croiser au préalable la route de Margath. Elle arriva finalement aux pieds du Pic de l'Exil, où elle croisa un Nain dont la conversation sur l'existence d'un forgerune ne fut évidemment que perte de temps. Peste soit de la mauvaise volonté des Nains!

Dix-huitième jour

Laurel était si irritée de son entrevue de la veille avec un représentant de la race honnie qu'elle décida désormais qu'elle n'utiliserait pas que sa tempérance dans les discussions. Guerrière Elfe, avait de solides muscles qui ne demandaient qu'à impressionner ses auditeurs, et elle s'en servirait! Elle décida de se rendre d'abord à Everton avant de rendre visite au chasseur de dragons qui avait élu domicile au Pic. Le soir venu elle arriva dans la petite cité mais il était trop tard pour toquer à la porte de sa tante.

Dix-neuvième jour

Laurel passa sa journée à Everton. Elle ne put découvrir sa tante qui avait sans doute déménagé, ou même fui elle aussi sous la menace venue du sud. Toutefois, elle retrouva d'anciens comparses d'une période peu reluisante de sa vie d'aventurière, qui pratiquaient la contrebande, ce qui lui permit de glaner un pécule non négligeable. Il faut dire aussi qu'un vent de panique avait soufflé sur tous les marchés suite à la venue de Margath, et qu'il était devenu plus simple de faire certaines "affaires".

Vingtième jour

Laurel se rendit au Pic de l'Exil, où elle rencontra le Maître. Elle mit à profit la journée pour apprendre de nouvelles techniques de frappe plus puissantes. Elle proposa au chasseur de dragons qu'il l'accompagne dans son combat contre Margath, mais celui-ci était trop âgé pour supporter un aussi long voyage, ou ne ferait que la ralentir inutilement. L'Elfe savait désormais qu'elle devrait affronter seule le Seigneur Dragon, et malgré toute l'expérience qu'elle avait récemment acquise, cela continuait de l'inquiéter grandement. Le soir, elle établit son campement dans la Forêt de l’Étoile Déchue, et ce signe finit de la plonger dans de sombres pressentiments. Demain, il lui faudrait reprendre la direction du Sud pour aller à la rencontre de son destin, qu'il soit funeste ou glorieux.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#8
On a un peu l'impression que tu as piétiné sur cette session. Et le dragon, il a continué à ravager d'autres villes que Tombeciel ?
Répondre
#9
Je ferai un commentaire "technique" sur la partie, après la version récit. Déjà je peux dire que tout se termine le 28e jour. Il faut que je prenne le temps de me replonger dans mes notes. Margath apparaît à Tombeciel et reste sur place dans un premier temps. Sans doute pour laisser le temps aux héros qui sont à l'autre bout du plateau (un peu comme Laurel ici) de se rapprocher. Mais il va bientôt BOUGER...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)