Mini-Yaz 2018 Fanfare (Skarn)
#16
Merci pour ces retours.

Kraken a écrit :Incarner une association de quartier, voila qui est du jamais vu!

Le secret pour paraître original, c'est de savoir piquer des idées dans des œuvres méconnues. Dans le cas présent, celle-ci vient de Yozakura Quartet et son groupe de yōkai qui effectue des tâches diverses pour le compte de la municipalité.

Kraken a écrit :Sinon, il y a aussi un dullahan dans Castlevania

L'aspect sans tête est effectivement trouvable, via des connaissances en folklore ou simplement une recherche Google. Que je me base sur une variante très particulière, à caractère psychopompe, en revanche, c'est clairement un abus de ma part de ne pas le préciser dans le texte.

Salla a écrit :même si des éléments plutôt précis nous sont donnés sur son fonctionnement (les charmes protecteurs et les relais par exemple)

J'ai failli sabrer ce passage parce que je le trouvais beaucoup trop long. Heureusement, je ne l'ai pas fait en définitive.
Répondre
#17
Le recul de la date de vote aura au moins eu ça de bon que j'aurai parcouru "Fanfare" de manière plus approfondie que je ne l'aurais fait sinon. Et ça aurait été dommage !
Parce que c'est vrai que la première lecture s'était avérée un peu aride.
Disons-le tout de suite, il n'y a pas de mauvaise AVH de Skarn je pense. Il y a toujours au moins un style impeccable et des idées originales mises en application avec dextérité. Ici on incarne un groupe un peu mystérieux dans ce qui ressemble au départ à un jeu de placement d'ouvriers. Forcément ça m'a rappelé l'expérience du Manuel de la Ligue Communale (qui lui-même était postérieur à Y de Skarn) avec ses défauts potentiels.
On démarre sans avoir les tenants et les aboutissants de nos missions et les caractéristiques des personnages sont pour le moins obscures. Alors on part au petit bonheur jusqu'à arriver à une fin intrigante, qui ramène à la question: mais pourquoi on fait ça ? Au passage, on a effleuré le principe des arbres-monde, original et poétique.
Si on s'obstine, ce qui ne sera peut-être pas le cas de tout le monde, on découvrira disséminés des passages qui sont des petits bijoux avec des dialogues marquants et un univers véritablement attachant. Du coup, ça donne envie d'aller au bout et au final on regrettera surtout que ça soit si court, que l'univers ne soit pas plus développé.
Ca m'a fait penser à la série de Comics Top Ten d'Alan Moore et Gene Ha, merveilleuse et déjantée (pas la plus connue d'Alan Moore). Au final j'attends l'éditeur entreprenant qui nous proposera enfin une anthologie de Skarn, ne serait-ce que pour inciter celui-ci à polir toutes ces AVH qu'il nous a proposées ces dernières années !
Répondre
#18
Après tout ce temps je me rends compte aujourd'hui que je n'ai encore jamais fait de retour sur une AVH de Skarn...
Pourtant j'ai aimé chacune de ses oeuvres que j'ai lues. Un poignard dans le dos et Incarnation avaient d'ailleurs reçu des points de ma part au dernier mini-Yaz.
Fille de, La pierre doit être sculptée, Ultima Dea m'ont beaucoup marqué... et je suis heureux d'en avoir encore à découvrir !

J'en ai cité parfois, j'ai dit combien je trouvais fascinantes et stimulantes toutes les idées mises en avant, sans même parler des interventions sur le forum ou des articles qui je pense m'ont beaucoup appris. Un immense merci !

Voilà, cela fait un peu message liminaire gentil avant massacre (ce ne sera pas le cas ^^) mais je voulais vraiment que cela soit dit.

Fanfare commence de manière assez étrange, par une introduction à la fois très originale et excitante (les multiples personnages mystérieux, le mélange entre quotidien et monde imaginaire totalement assumé) et très frustrante (le manque d'information, les références pas toujours maîtrisées par le lect moi : dullahan ?? slime ??? et puis même harpie, ça m'évoque tellement d'interprétations différentes de la même créature que j'ai du mal à l'associer à une femme de bonne famille sans un peu d'aide de la part de l'auteur).
Et la répartition à faire est difficile : j'étais dans le flou le plus total.

Au paragraphe 1, même mélange entre plaisir et agacement : je suis ravi de démarrer rapidement l'aventure mais on me demande de faire des choix, et mes maigres connaissances en botanique me paraissent bien insuffisantes (et en plus il faut affecter ces créatures qui me sont en partie inconnues).
J'ai bien eu quelques idées, mais pour l'anecdote elles se sont systématiquement traduites par des catastrophes ^^

La lecture (15) puis le patrimoine (30) : même incrédulité (et même inspiration calamiteuse quand j'ai cru faire des choix raisonnés). Je savais que j'avais perdu depuis longtemps, et je suis allé jusqu'au bout sans être très surpris du dénouement, un peu désorienté tout de même par l'épilogue au 13.

J'ai recommencé. Et j'avoue que rapidement je me suis retrouvé à lire les paragraphes correspondant à chaque épisode (cueillette, lecture, réparations) à la suite. Tout simplement parce que j'adorais ce que je lisais : les rencontres en forêt, le dragon de poésie... et jusqu'au bout j'ai enchaîné les paragraphes proposés pour voir les variations.
Du coup j'ai passé un très bon moment : j'ai retrouvé l'imagination, le style implacable, la belle étrangeté des personnages et des situations, l'intelligence de chaque morceau.

J'aurais vraiment aimé que l'aventure soit construite différemment. Il me semble qu'à un moment sur le forum tu avais parlé de faire sur 200 paragraphes au lieu de 50 : est-ce que tu pensais à cette AVH ?
En laissant plus de place à la construction des personnages, puis en permettant au lecteur de vivre plus d'aventures surprenantes, et peut-être en donnant plus de clés pour comprendre la toile de fond, l'aventure aurait été très réussie.

Voilà, ce n'est pas ma préférée, mais on retrouve beaucoup des qualités déjà rencontrées dans d'autres oeuvres.
J'attends donc la prochaine avec une réelle curiosité !
Répondre
#19
J'avouerais que j'ai été un peu décontenancé par cette AVH. Skarn fait partie de mes auteurs préférés, ayant une qualité de plume et une capacité à faire des personnages profonds qui n'appartiennent qu'à lui. J'ai donc été assez surpris de voir une AVH qui, bien qu'ayant sa "patte" de manière impossible à rater, manquait cependant de ses points forts habituels.

L'aspect "jeu" et le contexte sont originaux et intéressants : un monde de fantastique contemporain dans un monde parallèle quelconque, où les êtres mythologiques semblent cotoyer les humains au milieu de grandes tensions, et où l'on doit visiblement éviter que des accidents se produisent en distribuant ses ressources aux bons endroits et aux bons moments.
Comme d'autres, je ferais la remarque que les informations font cruellement défaut, que ce soit sur certaines créatures (entre Camilla qui "est là", ce qui fait un peu court pour savoir ce qu'elle peut faire, la supposée "Cheschire", qui ne m'évoquait qu'un chat cinglé chez Alice, ou la Dullahan, que j'ai heureusement pu situer grace à Durarara) ou sur la partie 3 (là, pour autant que j'ai pu en juger, c'est juste du hasard complet pour trouver les bons choix). Ce n'est pas très grave pour une mini-AVH, mais on a un peu l'impression d'être largué quand même.
Pour tout dire, l'ensemble de l'AVH m'a paru "succinte", comme s'il en manquait une bonne moitié qui avait été avalée quelque-part. L'écriture reste bonne, mais étonnament courte et directe, les évènements déboulent très vite et repartent tout aussi rapidement, et on arrive à la fin sans vraiment avoir d'investissement personnel dans sa conclusion et donc sans vraiment se sentir concerné. Le monde n'est même pas esquissé, on a juste le strict minimum d'informations. On dirait presque qu'il s'agit de l'épisode d'introduction d'une série, où l'auteur a voulu esquiver l'écueil de l'interminable exposition pour peindre le monde par petite touche au cours du temps, mais en oubliant qu'il s'agirait du seul épisode.

Au final, sans aller jusqu'à dire que l'AVH soit mauvaise ni même médiocre, elle m'a quand même laissé sur ma faim.
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#20
gynogege a écrit :Ca m'a fait penser à la série de Comics Top Ten d'Alan Moore et Gene Ha, merveilleuse et déjantée (pas la plus connue d'Alan Moore).

J'ai lu Top Ten, mais quelques semaines après avoir écrit cette avh. Univers passionnant, fil rouge scénaristique sordide et bizarrement classique (par comparaison avec Powers notamment).

MerlinPinPin a écrit :Il me semble qu'à un moment sur le forum tu avais parlé de faire sur 200 paragraphes au lieu de 50 : est-ce que tu pensais à cette AVH ?

C'était probablement Toile que j'avais à l'esprit à l'époque (y'a un truc à faire avec les masques), mais cette remarque s'applique très bien à cette aventure aussi.

Akka a écrit :On dirait presque qu'il s'agit de l'épisode d'introduction d'une série, où l'auteur a voulu esquiver l'écueil de l'interminable exposition pour peindre le monde par petite touche au cours du temps, mais en oubliant qu'il s'agirait du seul épisode.

Cette description de l'avh est tellement parfaite que j'ai envie de la mettre telle quelle sur Litteraction.


À défaut de descriptions plus détaillées des personnages, qui viendront peut-être un jour dans une v2, voilà quelques images, dans l'espoir d'ôter une partie de la frustration du « mais c'est quoi ce machin ? » à peu de frais (pour moi) :

Les plagiats qui n'ont pas eu la place de développer une personnalité originale : Katrina et Tekeli

Le personnage sous influence qui a évolué de lui-même pour devenir autre chose alors que c'est pas forcément sur lui que j'aurais parié : Rashomon, via l'intégration d'éléments de l'Oni Rouge et de la mairesse à écharpe.

Les trucs un peu originaux, mais nullement expliqués, donc incompréhensibles :

Camilla -> Croisement improbable entre le Roi en Jaune (enfin, l'Étranger pour être exact, qui pourrait être le Roi en Jaune, ou pas, qui lui-même pourrait être Hastur, ou pas), et ma changeuse de forme préférée
Carole -> Nekomimi + Chat du Cheshire + Streaming-chan

EDIT : Ok, les images sont au format nain, sans que je comprenne pourquoi. Je corrigerai ça demain (y'a toujours un demain).
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)