Fleurir en hiver (Outremer)
#1
Fleur d'Ombre.
Répondre
#2
Félicitations !

Il y a l'une des quatre fins dont je ne suis à vrai dire pas du tout satisfait (d'un point de vue stylistique) et que je réécrirai dès que le concours sera fini, mais ce n'est heureusement pas celle sur laquelle tu es tombé.
Répondre
#3
La fleur a basculé du Côté Obscur?
Répondre
#4
Hop ! La version avec liens cliquables est en ligne. Ca devrait rendre la navigation un tantinet plus aisée !

J'en ai profité pour justifier le texte et corriger 2-3 erreurs anecdotiques, essentiellement dûs à des copier-collers.
Répondre
#5
Bien joué Outremer!
Répondre
#6
... Sérieux Outremer, on ne planque pas les meilleures fins comme cela. C'est complètement contre-intuitif :
Show ContentSpoiler:
Ou alors je ne suis pas encore assez fourbe. Même si j'avais effectivement pensé à Fleur Unique dès que j'ai découvert les pouvoirs de l'objet, et que j'avais atteint le 437 sans le chercher particulièrement.

Il se fait tard et mon rythme de sommeil est bizarre, donc le feed proprement dit attendra demain, d'autant que j'ai des choses à dire.
Répondre
#7
Le mot chinois pour "crise" est le mélange de l'idéogramme qui signifie "danger" et de celui qui signifie "opportunité". Tongue 


(Enfin, c'est ce que j'ai entendu dire. Je ne prévois pas d'apprendre le mandarin juste pour vérifier.)
Répondre
#8
@Outremer : tu pourrais mettre au moins une petite présentation de l'histoire sur litteraction, parce que "(FFVI - Victory Fanfare)", ça la fout mal lol
Merci Smile
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#9
Bon, l'heure est venue de donner mon avis. Cela risque d'être assez long, car il s'agit quand même d'un sacré mastodonte.

Dans Fleurir en hiver, nous incarnons une servante dans un équivalent légèrement fantastique de la Cité Interdite. La ville-palais est en effervescence avec l'arrivée de trois prétendants à la main de la fille de l'Empereur, et probablement très bientôt Impératrice elle-même, et l'héroïne a décidé à profiter de l'occasion pour s'enrichir en jouant les voleuses et les espionnes, dans le but de changer de condition sociale.

Soyons clairs : l'aventure est, à dessein, amorale, nous encourageant à jouer les agents doubles, triples, quadruples, à voler, à mentir... Cela n'ira pas jusqu'à l'assassinat (même si certaines dénonciations s'en rapprochent), mais ce serait dans le thème. Quinze Yeux est prête à tout pour avoir son argent, et cela se voit.

Ensuite, bien évidemment, jouer sur trop de tableaux à la fois risque d'avoir des conséquences fâcheuses. J'ai trouvé l'aventure bien équilibrée de ce côté là, le texte nous expliquant très vite qu'il ne faut pas faire l'andouille (le 37), et nous le rappelant régulièrement. L'aventure se classe certes en avh difficile, mais c'est plutôt de la bonne difficulté, et on s'en veut de notre témérité ou de notre manque de jugement plutôt que d'en vouloir au texte*, avant de recommencer avec plaisir pour mieux tirer parti de la situation la prochaine fois.

Enfin, un petit bémol sur les relectures quand même. L'aventure comporte des sections assez linéaires et/ou des moments où le lecteur va assez rapidement toujours faire la même chose, car une certaine série de choix est strictement supérieure aux autres. Pour ce dernier cas, je pense surtout aux « quêtes secondaires », des petites (ou moins petites) saynètes où il est possible de glaner un peu d'argent, mais qui n'affectent pas la trame principale de l'intrigue.

Elles sont assez faciles à repérer, la faute en partie aux mécanismes transparents (traduction : on ne note aucun mot de passe), et une fois résolues avec brio, elles ne présentent guère d'intérêt à la relecture les fois suivantes. Elles ajoutent certes à l'ambiance, en montrant un peu plus la vie ordinaire du palais, mais pas tant que cela à l'histoire, et il aurait peut-être fallu trouver un moyen de les rendre facultatives.

Honnêtement, j'ai fini par me faire une sauvegarde au 261 (avec +2 sous, et les codes Gris, Vapeur, Hirondelle, Tige, Mésange, Pluie**) pour ne pas me retaper le couloir de l'introduction à chaque fois, et par me faire des notes du type « scène avec machin, sautez directement au XXX avec YY pièces en plus », mais ça restait encore un peu fastidieux.

Toutefois, en parlant d'ambiance, elle est excellente. Je n'ai volontairement pas lu l'aide (c'est un peu comme de lire un manuel, si le produit est bien fait, on ne devrait pas en avoir besoin), et j'ai pris grand plaisir à découvrir les petits éléments de l'univers au fur et à mesure, sans me sentir perdu***. En particulier, la multitude des innombrables serviteurs, leur incessant travail, leur absence totale de perspective d'avenir, tout cela est très bien rendu.

L'aventure propose une grande liberté d'action, il est possible d'obtenir certaines informations ou certains avantages de multiple façons, et il ne me semble pas qu'il y ait aucun code réellement obligatoire (enfin, sauf Amère/Pluie) pour atteindre la fin standard (le pognon), même s'il va nécessairement falloir en accumuler un certain nombre pour augmenter notre pactole.

Mais parlons un peu des fins. Outremer disait un peu plus haut qu'il n'était pas content d'une de celles-ci, et je pense qu'il parlait de cette conclusion monétaire, qui est effectivement assez frustrante : courte, floue, ne mettant aucunement en valeur ce que l'héroïne a pu accomplir pour l'atteindre, ni ce qu'elle a éventuellement acquis ou appris en bonus au passage (Vapeur notamment). Je ne demande pas un épilogue modulaire à la Long Live the Queen... Mais si en fait.

Quant aux trois autres fins... Nous entrons dans la zone spoiler.

La première, celle que j'ai eue en premier, est relativement satisfaisante :
Show ContentSpoiler:

C'est cool, il y a un bon ratio risque/récompense, et c'est relativement lié au but donné de l'aventure, vu que cette voie est entremêlée à celle de l'argent.

Les deux autres par contre... Comment dire... Vous vous souvenez de Au Coeur d'un Cercle de Sable et d'Eau ?
Show ContentSpoiler:

Et bien là, c'est un peu pareil :
Show ContentSpoiler:

Autant dire que là, le ratio risque/récompense, il est un peu déséquilibré, et qu'on se demande bien pourquoi on s'est embêté durant toute l'aventure à chercher à comprendre ce qui se passe.

Certes, ce n'est pas totalement capillotracté, mais un certain dégradé selon ce que l'on a ou non réellement accompli serait quand même un peu moins frustrant. Peut-être un système de score, peut-être un système d'épilogue modulaire, mais au moins quelque chose qui récompense, ne serait-ce que psychologiquement, les efforts du lecteur.

Bon, mais en-dehors de ces quelques détails (répétitions lors des relectures, certaines fins déroutantes), vous aurez compris que je ne me serais pas acharné à finir l'aventure dans ses moindres détails, et à rédiger un aussi long message, si elle ne valait pas le coup d'être lue.

Même si, comme d'habitude, elle souffre d'avoir été complétée à la dernière minute et sans relectures et tests qui auraient aisément permis de lisser ses derniers défauts. Certaines choses changent. D'autres ne changent jamais.

Remarques en vrac :
  • Le premier lien du 502 devrait renvoyer au 504, pas au 490.
  • Je ne pense pas qu'il soit possible d'atteindre le 291 avec le code Pétale.
  • Certains codes alternatifs (comme Pierre qui aurait supposément le même effet qu'Acier) ne semblent juste pas exister.
  • J'ai pas tout compris au 385, mais c'est probablement normal.
  • Au 480, on sent comme une pointe de craquage.
  • Show ContentSpoiler:
  • Show ContentSpoiler:

*Sauf pour le coup du dahlia, où on est un peu obligé de tomber une fois dedans quand même.
**Alors oui, techniquement, ce n'est pas parfaitement optimal, puisqu'il est possible d'obtenir Mésange plus loin, il vaudrait mieux avoir +10 sous et pas ce mot de passe... Mais honnêtement, il n'y a pas besoin de pousser aussi loin le vice.
***Sauf le fait que la sœur de la princesse est sa jumelle, ce qui n'est explicitement dit que très tard. Certes, on apprend très vite qu'elle a une sœur du même âge, mais sans préciser qu'elles ont exactement le même anniversaire. J'ai ainsi longtemps pensé que c'était simplement la fille d'une autre épouse, les nobles chinois étant polygames.
Répondre
#10
(02/01/2016, 11:53)Skarn a écrit : Honnêtement, j'ai fini par me faire une sauvegarde

Tu as eu tout à fait raison. Je n'ai pas eu le temps de le dire parce que tu m'as pris de vitesse, mais je recommande en effet d'utiliser au moins un point de sauvegarde après l'arrivée des princes. Tout ce qui précède fait un peu figure d'introduction. Une fois qu'on a découvert les quelques choses importantes qu'on peut y faire, il serait sans doute un peu lourd de rejouer à chaque fois cette partie où beaucoup des choix ont peu d'impact.

Citation :Mais parlons un peu des fins. Outremer disait un peu plus haut qu'il n'était pas content d'une de celles-ci, et je pense qu'il parlait de cette conclusion monétaire, qui est effectivement assez frustrante

En fait, non. J'aime bien les fins courtes et ouvertes, qui évoquent plus le sentiment d'aller vers l'avenir que d'apporter un point final à l'histoire. C'est ce que j'avais déjà fait pour Labyrinthe, par exemple. J'étofferai sans doute un peu cette fin-ci (il est vrai qu'elle est trop brève), mais je ne prévois pas de la transformer.

Les quatre fins sont ce que j'ai écrit en dernier, alors qu'il était 22h passées. Ca ne me semblait pas problématique, parce que j'avais une idée claire de ce qu'elles devaient être. Mais, dans un cas, je me suis trouvé abruptement incapable de tourner la narration d'une façon qui me convienne. J'ai fini par écrire cette fin de façon presque automatique, mais je la trouve désormais très mauvaise et je prévois de la réécrire entièrement d'ici quelques jours.

Show ContentSpoiler:


Citation :En fait, elles sont même inaccessibles si vous avez été trop bons.

Ah, mais ce qui est bon dans cette aventure, c'est ce qui nous est profitable ! Tongue

Il est vrai que, pour ces deux fins, la difficulté se trouve surtout concentrée dans la dernière partie de l'aventure, où il y a un certain nombre de PFA. Mais je pensais qu'obtenir les codes nécessaires pour les atteindre présentait tout de même une difficulté suffisante.

Citation :Autant dire que là, le ratio risque/récompense, il est un peu déséquilibré, et qu'on se demande bien pourquoi on s'est embêté durant toute l'aventure à chercher à comprendre ce qui se passe.

Je comprends que ça paraît un peu contre-intuitif. Mais il me semble assez vrai que bien réagir à une crise soit souvent plus profitable (bien que plus dangereux) que simplement d'empêcher cette crise d'avoir lieu.

Tous nos efforts pour accumuler de l'argent au cours de l'aventure ne servent de toute façon qu'à atteindre la fin "normale". Je voyais les trois autres comme des sortes de bonus, qu'il serait substantiellement moins probable d'atteindre.


Citation :Le premier lien du 502 devrait renvoyer au 504, pas au 490. Je ne pense pas qu'il soit possible d'atteindre le 291 avec le code Pétale.

Tu as raison dans les deux cas. Bon, heureusement, ça n'a pas d'autre conséquence qu'un étrange doublon.

Citation :Certains codes alternatifs (comme XXXXXXXXXXXXXXXXXXX) ne semblent juste pas exister.

Il me semble que je t'avais dit que je prévoyais d'insérer des faux codes ? Comme tu l'observes, la transparence des mécanismes est un problème dans une aventure comme celle-ci. Afin de les rendre légèrement plus opaques, j'ai inséré quelques codes qui n'ont aucun effet et quelques références à des codes qui n'existent pas.

Citation :
Show ContentSpoiler:

Show ContentSpoiler:

Je réalise qu'il est surprenant que ça ne joue un plus grand rôle, mais l'importance des évènements dans l'AVH ne dépend que de l'impact qu'ils ont ou peuvent avoir sur l'héroïne elle-même.

Citation :L'héroïne est totalement aromantique, ce qui est assez surprenant venant d'Outremer. Moi qui ai tenté de la mettre dans le lit de XXXXX tout du long...

C'est parce qu'elles se rencontrent au paragraphe 69, c'est ça ? Tongue 

A vrai dire, il me semblait qu'insérer des éléments romantiques alourdirait une histoire qui était déjà bien remplie.

Cela dit, c'est amusant que tu dises ça. Alors que je relisais hier divers passages de l'histoire, je me suis demandé (ce qui ne m'était strictement jamais venu à l'esprit pendant la rédaction) si je n'avais pas inventé une héroïne qui était lesbienne sans s'en rendre compte.

Enfin bon, les personnages fictifs aussi ont droit d'avoir une vie privée !
Citation :Sauf pour le coup du dahlia, où on est un peu obligé de tomber une fois dedans quand même.

Beaucoup des PFA ne peuvent frapper l'héroïne que si elle prend certains risques. Je me suis dit que ce ne serait pas une mauvaise chose d'en avoir un qui puisse menacer tous les joueurs.

Citation :Sauf le fait que la sœur de la princesse est sa jumelle, ce qui n'est explicitement dit que très tard.

Je pensais que les lecteurs jetteraient au moins un coup d'oeil aux 10 première lignes des notes ! Tongue

Ca n'a pas une importance énorme, cela dit, d'autant qu'elles ne sont pas des jumelles identiques.


Merci beaucoup pour tes commentaires !
Répondre
#11
(02/01/2016, 15:18)Outremer a écrit :
(02/01/2016, 11:53)Skarn a écrit : Honnêtement, j'ai fini par me faire une sauvegarde

Tu as eu tout à fait raison. Je n'ai pas eu le temps de le dire parce que tu m'as pris de vitesse, mais je recommande en effet d'utiliser au moins un point de sauvegarde après l'arrivée des princes. Tout ce qui précède fait un peu figure d'introduction. Une fois qu'on a découvert les quelques choses importantes qu'on peut y faire, il serait sans doute un peu lourd de rejouer à chaque fois cette partie où beaucoup des choix ont peu d'impact.

Sur le coup, cote jouabilite, y'aurait-il pas fallu shunter toute cette partie afin d'arriver directement a la partie ''jeu'' proprement dite ? mefiant
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#12
Je ne pense pas non.
Une intro interactive c'est bien aussi.

Si tu fais commencer le jeu et les premiers choix de paragraphes après l'arrivée des princes, tu te taperais 10 pages d' intro ce serait pénible. 

Si tu "shuintes" l'intro complètement et que tu commences directement in media res, tu perds énormément de l'atmosphère et des décors qu' Outremer essaie de nous dresser et ce serait hyper dommage. 

Donc tel que c'est, avec une intro de 2 pages, suivie d'une intro interactive de 8 pages où tu peux déjà prendre un PFA ou quelques indices très secondaires, ça me paraît très bien. 

Après on peut discuter de si certains passages de cette intro auraient mérité d'être plus courts ou plus interactifs mais c'est un autre de débat (que celui de se demander si elle doit exister ou pas).

Ta question est de toute façon biaisée. Car ici l'intro C'EST déjà le "jeu proprement dit".

ÉDIT : Je précise que quand je dis 2 pages et 10 pages, c'est de tête et à la louche. J'ai pas repris le PDF sur mon pour vérifier. 
C'est peut-être 3 et 8, ou 2 et 15... J'en sais rien c'était un ordre d'idée.
Mr. Shadow

"Ce n'est pas un dragon martien...
-Alors il vient d'où ?
-Les dragons les plus grands et puissants naissent sur Terre... Mais ils viennent hiberner ici, sur Mars. Et tous les un-certain-nombre de milliers d'années, ils redescendent sur Terre."
Répondre
#13
Sur le principe, je suis plutôt d'accord avec Caïthness. Les introductions jouables, c'est un peu comme les tutoriels obligatoires : la première fois, ce n'est pas un problème, mais cela devient vite lassant quand on enchaîne les parties.

Ensuite, dans une aventure de ce type, c'est assez compliqué à éviter. Il y a tout de même une certaine atmosphère à mettre en place, et un bon petit déluge d'informations à assimiler.

Je suppose qu'il aurait été possible d'enrichir et d'allonger la partie préparatoire (avant l'arrivée des princes), en y incorporant plus d'effets à long terme (je caricature un peu, mais par exemple en obtenant des faveurs auprès de nos collègues pour qu'elles nous couvrent durant nos absences de la partie principale), de façon à éviter l'enchaînement direct entre la présentation peu interactive de la cité et l'installation peu interactive des princes.

Ensuite, cela aurait probablement demandé une ou deux centaines de paragraphes de plus, et il aurait toujours fallu traverser une section plus « molle » avant d'arriver au cœur du sujet. Couvrir sa chef pour qu'elle nous donne du lest, incident évoqué mais non joué, c'est sympa mais quand même moins rigolo que de jongler avec la politique et les rancunes personnelles pour s'enrichir.
Répondre
#14
Suite aux commentaires de Skarn, j'ai décidé de réécrire la fin "normale", qui se trouve au 216. J'ai conservé le ton général, qui me convenait tout à fait, mais j'ai augmenté la taille du paragraphe. La version d'origine était tout simplement trop brève pour être une conclusion satisfaisante à une aventure assez longue comme celle-ci.

Je vais attendre que le concours soit passé pour modifier l'AVH qui est sur Littéraction, mais en attendant, si vous avez terminé l'aventure en atteignant le 216 et que vous trouvez cette conclusion un peu trop lapidaire, vous pouvez en trouver la future version ci-joint.


Pièces jointes
.doc   216.doc (Taille : 13 Ko / Téléchargements : 9)
Répondre
#15
Alors là, j’ai reçu une vraie claque après avoir lu cette avh. Cela dit, j’aurais dû m’y attendre après un très bon « Vers le crépuscule » d’Outremer.
L’histoire est vraiment prenante, les péripéties étant variées et nombreuses. Certes le démarrage est un peu poussif mais je suppose que c’est voulu pour bien avoir en tête l’univers et les personnages. Seul bémol sur le contenu de l’histoire : Il existe certains paragraphes où on visite certes d’autres lieux mais où on  fait encore et encore le ménage. Au bout d’un moment, ca devient un peu lassant.
J’ai fini l’aventure en terminant  Fleur d’ombre après quelques tentatives. Voici mon épopée :
Show ContentSpoiler:


Bref, il n’y a pas photo, c’est une aventure très plaisante.
En plus c’est simple à jouer avec des mots clés sans dés et ca colle de ce fait parfaitement avec l’histoire.

Là où j’ai un reproche à faire, c’est sur la jouabilité. Certes il existe plusieurs fins mais j’avoue les avoir lu les une après les autres car il existe de nombreux passages obligés où l’on se voit contraints de relire les mêmes paragraphes plusieurs fois. Là aussi ca devient lassant. L’aventure étant cadrée et linéaire, les choix nous sont plutôt imposés et peu libres. De ce fait, les relectures sont moins intéressantes. Mais à lire une fois ou deux, c’est super.
Les personnages sont charismatiques et je me suis bien représenté « mâchoire de louve »la matrone dirigiste et autoritaire, « sucrée salée » la gaffeuse irrécupérable ainsi que dent de requin. Aussi amusant que cela peut paraitre, on ressent la princesse hautaine et que cela nous incite pour autant à rester loyale.

Là où j’ai plus de mal, c’est avec l’héroïne. Certes, c’est un peu madame tout le monde dans le milieu des servantes. C’est d’ailleurs bien décrit lorsqu’il est fait mention d’un personnage quelconque. Pourtant, c’est elle qui a le plus de renommée étant donnée quelle colporte le plus de ragots. Egalement, si son but est amoral, on remarque qu’elle ne peut s’empêcher d’être globalement loyale même si on ne veut pas. Un personnage difficile à cerner au final.
Mais ca reste des défauts minimes en comparaison avec l’immersion et l’histoire.
Sinon pour la fin, je préfère celle qui est donnée en fichier joint plutôt que celle dans l'avh.
 
Un très bon cru comme conclusion
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)