Colloques « Jeu de rôle », Université Paris 13
#16
OK, envoyé par MP.

A+
--
Vous êtes mort.
Répondre
#17
Les vidéos des conférences sont dispo ici :
https://www.youtube.com/playlist?list=PL...mGNZfLpFws

Un certain nombre d'interventions (dont la mienne) ont été perdues suite à un changement de personnel, c'est des choses qui arrivent. Une vidéo numérique est bien plus facile à monte qu'une bande, mais aussi bien plus facile à supprimer…
--
Vous êtes mort.
Répondre
#18
Deuxième conférence sur le jeu de rôle sur table

« Jeu de rôle : engagements et résistances »

16-18 juin 2017, Université de Paris XIII

« Jeu de rôle : engagements et résistances »

Les communications pourront aborder les problématiques suivantes (liste non exhaustive) dans lesquelles les notions d’engagement et de résistances se déclinent sous diverses formes :
  • À quoi sommes-nous engagés lors d’une partie de jeu de rôle ? Quelles sont les formes de résistances de la part des joueurs ? Quelles ont été les évolutions depuis 1974 ? […]
  • Comment le jeu de rôle arrive-t-il à nous engager dans des expériences mentales parfois bien différentes de notre quotidien ? […]
  • Existe-il des jeux de rôle engagés qui véhiculent des idéologies politiques, des critiques sociales, des réflexions sur le monde, l’humain, l’histoire, les sociétés, la guerre, etc. ? Si oui, pourquoi, dans quels buts, pour quels publics et pour quels résultats ? Comment cet engagement se traduit-il en termes de game design, de récit, de support (livre, illustrations, etc.) et de stratégie de diffusion et de distribution ? Quelles ont été les grandes évolutions de ce point de vue ? Existe-t-il des résistances à des thématiques particulières en jeu de rôle (historique, science-fiction, etc.) ? Si oui, quelles en seraient les raisons ?
  • Quelles sont les formes d’engagement dans les jeux de rôle dédiés à l’initiation et les jeux de rôle éducatifs ? Quelles sont les contraintes particulières à ces jeux (notamment lorsqu’ils s’adressent à un large public ou à un public d’enfants ou d’adolescents) ? Quelles formes prennent la pédagogie et la vulgarisation scientifique/historique dans les jeux de rôle ?
  • Comment un jeu de rôle, un scénario, une campagne parviennent-ils à amener un groupe de personnages à s’engager dans l’histoire et à faire prévaloir l’intérêt du groupe sur l’individu ? […]
  • Comment un système de jeu de rôle engage-t-il les joueurs à suivre un certain comportement (alignement, expérience, récompenses, punitions, vide fertile, etc.) ? Comment permet-il au meneur de gérer l’adversité, l’initiative d’une action ou d’un combat ? Quelles ont été les évolutions des systèmes sur ces aspects depuis 1974 ?
  • De nombreux jeux de rôle mettent en avant des figures classiques engagées dans une lutte personnelle ou collective telles le résistant, le justicier, le journaliste, le paria, etc., ou des personnages engagés par un groupe ou une organisation (mercenaires). Comment s’expliquent de tels invariants ? Comment les personnages donnent-ils un sens à leur « existence » par leurs choix et leurs actes (engagement au sens de l’existentialisme) ? […]
  • Quelles sont les formes d’engagement au sein de la communauté rôliste ou auprès du large public : édition, associations, fédérations, médias spécialisés (mook, journal, podcast, blog, etc.), Licence Creative Commons, choix de la gratuité, etc.

Comité scientifique : Danièle André, Vincent Berry, Olivier Caïra, Pierre Cuvelier, Sébastien Célerin, Coralie David, Willy Favre, Julien Heylbroeck, Jérôme Larré, John Grümph, Isabelle Périer, Alban Quadrat, Olivier Servais, Frédéric Sintes, Vinciane Zabban.

Comité d’organisation : Danièle André, Vincent Berry, Alban Quadrat.

http://www.tartofrez.com/conference-jdr-...-a-textes/
--
Vous êtes mort.
Répondre
#19
Merci pour l'info, je vais y aller !
Répondre
#20
À ce propos, j'ai soumis une proposition de communication : « Les livres-jeux, un engagement à créativité limitée ? »

Je voudrai d'ailleurs faire appel à vos contributions*. La structure globale du papier est déjà fixée (j'ai envoyé un résumé de 2 p. au comité d'organisation) mais vous pouvez me permettre d'affiner mon argumentation.

Dans un premier temps, lorsque vous lisez le titre « Les livres-jeux, un engagement à créativité limitée ? », que cela vous-évoque-t-il ?

* Notez qu'au cas où je serai sélectionné, je ne toucherai pas d'argent (les confs ne sont pas payées, même pas le billet de train, seul le repas au RU est offert) et je créditerai les personnes ayant contribué (sous leurs vrais noms ou leurs pseudos, au choix) lors de la conf.
--
Vous êtes mort.
Répondre
#21
Je ne suis pas sûr de bien saisir la signification d'"engagement".
Répondre
#22
Ca sonne péjoratif à cause du terme "limité".
Et comme Lucius, qu'entend tu par "engagement" ???
Répondre
#23
Les termes « créativité limitée » me semblent connotés négativement à première vue. La toute première impression qui me vient est que le sujet est une critique (négative) des livres-jeux. Ce n’est qu’une impression, pas une réflexion ; c’est ce que mon cerveau associe automatiquement aux mots du sujet lorsque je le lis pour la première fois.

Si je prends un peu plus le temps de la réflexion, je suis contraint d’admettre que je ne suis pas sûr d’en saisir le sens. Est-ce une interrogation sur l’aspect dirigiste des livres-jeux, inhérent à leur principe même ?
Répondre
#24
+1 avec Jehan, le titre est rédhibitoire, ce n'est une bonne publicité pour notre commerce lol
D'ailleurs, nous donner juste le titre est un peu cavalier, tu pourrais nous donner un résumé du contenu et aussi nous informer sur le but de ta démarche ? Tu veux aider la littérature interactive ou l'enterrer définitivement ? lol
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#25
Le titre est volontairement provocateur, et vous aurez remarqué la présence d'un point d'interrogation. Oui ce n'est pas une bonne approche commerciale mais ça tombe bien, ça s'adresse à un colloque universitaire.

Jehan, tu es sur la bonne voie : il s'agit d'un colloque sur les jeux de rôle, pratique dans laquelle les joueurs ont potentiellement (ça dépend de la manière de jouer) leur mot à dire sur l'histoire, il y a même des jeux sans meneur de jeu (MJ), donc pour lesquels les joueurs décident de tout (univers, orientations de la fiction etc.). Sur ce point, les livres-jeux sont à l'opposé total du point de vue des joueurs. Sauf que… C'est le lecteur-joueur qui remplit l'ellipse « rendez-vous au… »

Il y a d'autres points d'entrée dans ma proposition de communication, mais je en veux pas trop en dire maintenant car je préfère ne pas orienter vos propositions.

Lucius : différentes acceptions du terme « engagement » sont évoquées dans le descriptif du colloque ci-dessus. Toutes, et même d'autres, sont pertinentes.
--
Vous êtes mort.
Répondre
#26
Quelque chose du style: « Les livres-jeux, un engagement au potentiel créatif sous exploité ? » reporterait la "faute" non pas sur le format, mais sur ceux qui s'en servent (mal?).

Je crois que ton titre part de l'idée que l'opinion générale est orientée vers le "oui". Mais qu'ensuite le texte aborde plutôt des arguments dans le sens du "non". C'est un peu comme un livre dont le titre serait: "La France, un pays sur le déclin?" En majorité le lecteur imagine tout de suite "oui" dans sa tête, mais l'auteur malicieux va démontrer qu'en fait c'est "non"!

Peut-être un truc du genre: « Les livres-jeux, un engagement à créativité limitée ou un véritable potentiel encore sous exploité? » mettrait mieux en relief le fait que l'idée de la limite supposée du format n'est pas forcément la seule explication valable, celle que conçoit la majorité, et qu'elle va de pair avec une autre explication, à savoir que ce sont en fait les personnes qui n'ont pas encore exploité tout son potentiel.
La question ouvrirait donc directement vers deux voies possibles, obligeant la majorité à se dire: "Ah oui c'est vrai, peut-être qu'on n'a pas forcément exploité le maximum que peut offrir ce format..." Et comme ce nouveau doute s'est installé dans son esprit, il va vouloir chercher la réponse dans la suite du discours...

Sinon, avec "Les livres-jeux, un engagement à créativité limitée ?", il risque de passer son chemin en se disant: "Bah pas la peine d'écouter le discours car je sais déjà par avance que la réponse est oui"...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#27
(26/04/2017, 12:54)tholdur a écrit : Sinon, avec "Les livres-jeux, un engagement à créativité limitée ?", il risque de passer son chemin en se disant: "Bah pas la peine d'écouter le discours car je sais déjà par avance que la réponse est oui"...

C'est un peu ce que je ferais si je "sens" que cela risque d'être juste un discours à charge.
Répondre
#28
Je connais les membres du comité et les gens du comité me connaissent. Ils ont par ailleurs un descriptif de deux pages, donc ne vous en faites pas pour ça.

De toute façon, le texte a déjà été envoyé, ce que vous écrivez à propos du titre n'a donc aucune influence sur le résultat (qui tombera d'ici quelques jours).

En revanche, si vous voulez bien vous exprimer sur les notions d'engagement et de créativité, cela pourra être inclus éventuellement dans ma présentation.

Je vais préciser un peu mes attentes : quels sont les éléments qui favorisent votre entrée dans un LDVELH ?

Le terme « entrée » est à prendre au sens large : immersion (s'y croire), être captivé par le jeu (avoir envie de continuer, de recommencer) ?..
--
Vous êtes mort.
Répondre
#29
La qualité de l'orthographe, de la typographie et du style sont trois éléments qui favorisent beaucoup mon entrée dans un LDVELH, ou tout autre type de texte, avant même que ne se pose la question de l'histoire.
Répondre
#30
Plusieurs l'on déjà dit, la notion d'engagement n'est pas claire du tout...
Est-ce que tu veux qu'on s'exprime sur ce qu'on entend par la notion d'engagement, ou sur l'engagement tel que tu le conçoit (et dans ce cas la moindre des choses serait de préciser ta pensée)?

Engagement peut être compris au sens de commencement (engage le jeu que je le gagne), au sens d"investissement personnel (le "pas" ou "effort" que fait le lecteur en direction de l'auteur ou réciproquement), au sens de ralliement (je m'engage à vous servir loyalement et fidèlement), au sens financier (engager de l'argent, investir dans le livre-jeu). Il y en a peut-être d'autres je n'ai pas consulté le dico... On n'est pas là pour faire une dissertation Rolleyes

Une fois qu'on aura déblayé le terrain pour l'engagement, on pourra peut-être parler créativité...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)