Valunazia
#31
A Ethelred :

Une fille sur le forum! Et une fille qui lit toutes les AVH, ecris des feedbacks pour chacune, des feedbacks complets et interessants qui plus est, et qui vote pour le YAZ?? Mais c´est de l´or en barres. Tongue
On a bien Caithness mais, si elle ecrit des AVH, elle ne les lit pas. C´est super interessant d´avoir un point de vue feminin. Si tu regrettes que ca manque d'heroines, va donc faire un tour du coté des AVH des annees precedentes, entre autres celles de Skarn et Outremer (meme s´il y en a plein d´autres). Enfin... aprés avoir lu les autres Gloire Posthume comme promis, lol

Ah, cette fin d´aventure... Donc ton probleme a toi n´était pas tant Samara mais la conclusion avec Harnicus? Peut etre en effet qu´ici, le fait de ne pas avoir lu les deux tomes precedents peut jouer. Si tu les lis, tu verras que chaque tome obeit au meme schema : intro avec Harnicus, conclusion avec Harnicus. Une sorte de fil rouge, guere important scenaristiquememt, il est vrai.
Concernant le gameplay, Valunazia est prevue pour etre jouee en one shot sans probleme. Mais j avoue ne pas avoir eu les memes scrupules au niveau du recit, du scenario. J ai ecrit sciemmemt Valunazia sans faire de resume, de rappel appuye a ce qui s´etait passé dans les episodes precedents, en pensant que les 3/4 des lecteurs auraient lu les tomes d´avant. Ce n´etait sans doute pas judicieux.

Apparemment j´ai aussi sous estime la difficulte des combats.

Concernant le chapitre de l'alcool, on trouve son inspiration ou l´on peut! Wink
Les autres n´ont pas vu comment j´ai fait decliner en douce la bouteille de gin de VIC lors d´une partie de Nosferatu...
Mais comme tu dis, la morale est sauve finalement. Boire ou continuer de lire, il faut choisir.

Que tu te sois attachee aux personnages est un peu le nirvana des compliments pour moi. La dimension emotionnelle, dans tous les recits qui soient, est ce qui me marque le plus souvent.
Et que tu aies, en tant que fille, apprecie le personnage d´Hedeline me rejouit profondement. Comme pour Valunazia, je n´avais aucune certitude a son sujet, que des doutes. D´un cote je craignais de tomber dans le piege de la romance cousue de fil blanc si elle et Joan se rapprochaient physiquement l´un de l´autre. A contrario je craignais d´etre taxe de misogyne en appuyant sur son physique ou son cote empote sans que Joan ne soit attire par elle (au contraire d´une certaine personne dans le tome 1). J´avais peur de me casser la figure en tentant d´evoluer entre ces deux aspects.

Merci beaucoup Ethelred pour ce feedback. Comme tu as l´air de sincerement aimer ca, n´hesite pas a te tourner vers les anciennes AVH et a les critiquer egalement car, je me repete, le point de vue feminin est tres interessant. On voit que tu n´abordes pas forcement les memes aspects de l´AVH dans tes retours.

Et a quand une AVH de ta part?

(desole pour les accents manquants, j ecris sur un clavier QWERTY ce matin, c est un peu la galere)

A Skarn :

Tu es le premier je crois a donner un ressenti detaille de la serie dans son ensemble. Je suis content si tu as trouve une coherence a la fois au niveau du jeu et de l´histoire. Je n´avais pas moi meme percu ce pic culminant d´heroisme aux 3/4 du premier tome avec ensuite une courbe inexorable descendante correspondant a la fatalite sur les epaules de Joan. Ce n´etait pas consciemmemt voulu au depart.

Ta comparaison avec l´Odysse d´Altheos me flatte. Il n´empeche que pour l´avoir relu assez recemment, il y a de beaux passages poetiques dans ce LDVELH tels que le dernier paragraphe, les Enfers avec Ariane... J´ai l´impression de decrire de facon assez directe la douleur morale, de ne pas menager le lecteur. J´aurais bien aime parfois aussi proposer une narration plus imagee, plus ambigue, plus poetique de ces passages eprouvants. Ce qu'on trouve par exemple cette annee dans La Chute.

Merci de rappeler les quelques autres passages a caractere divin, meme si ca ne me sauve pas la mise em effet! J´avais deja regrette a posteriori que la discussion avec le changelin soit trop difficile a trouver. Surtout que j´aime bien ce passage! Un peu comme la recuperation de la Flamme Eternelle et de la Cle de Cuivre dans GP1 ou l´ouverture de la cassette en bois de rose dans GP, j´ai le chic pour placer quelque chose d'´ïmportant dans un paragraphe peu accessible sans le vouloir. Heureusement qu´il y a un acharne comme toi pour a chaque fois debusquer ces passages secrets!

Dans le detail, le grimoire etait juste histoire de peser dans le sac, un objet souvenir d´Ayffeline. Je n'ai pas envisage qu´on pourrait s´en servir.
La Flamme Eternelle a en fait un nom trompeur car elle ne produit que de la lumiere, pas de feu comme la Sphere de Kalte. Dommage si je ne l'ai pas decrite comme telle dans GP1.

Oui la perte de la main est un de ces noeuds impossibles a eviter comme la mort d´Ana ou le massacre de nos compagnons dans GP2. Mais ici la justification est effectivement plus dure a avaler. J´avais reflechi a plein de possibilites differentes pour placer cet evenement dramatique. J´avais trouve que cette histoire de piege magique a grande echelle et institutionnalise collait bien (ah ah ) a l´ambiance d´Ayffeline et de ses sorcieres dirigeantes. Mais je concois que le joueur se sente lese par ce soudain etranglement au niveau des possibilites d'action.

Non, aucun indice sur la resolution du combat final. Juste une prime pour celui qui aura trouve le glaive de bronze (pas forcement evident a trouver et place sur le chemin le plus complique).

Merci a toi pour ce feedback!

EDIT : En repensant à ce que tu dis sur une impression de "raccourci" faute de temps, au tout départ, j'avais pensé dans la voie "sauvage" du sud (en opposition à celle passant par Joëlinn) à faire passer Hédeline et Joan dans des galeries de collines débouchant sur le repaire du dragon-gemme soumis par Valunazia. On aurait pu alors négocier-ruser avec lui pour se le mettre dans la poche et qu'il nous fasse franchir le Détroit des Quatre Vents (l'épisode de l'auberge et du bras tranché étaient initialement prévus dans le Zalten). Finalement j'y ai renoncé car ça me semblait trop long et ce côté héroïc-fantasy prononcé un peu trop en décalage avec la fantasy plus intimiste de la série. D'où je me suis rabattu sur un duel contre Dorfaë et la récupération de son janyba pour gagner Ossaëndurie.
Répondre
#32
Je reposte la couverture ici à la demande de Fitz.

[Image: valuna10.jpg]
Répondre
#33
Bon, dans la famille des retours en retard parce qu'on a pas eu le temps de les faire avant le Yaz, c'est le tour de Valunazia !

Tout d'abord, je tiens à dire que je n'ai pas lu les précédents volumes. Je suis donc tout neuf, tout ignorant, sans préjugé et sans connaissance (et je me suis spoilé des évènements majeurs qui arrivent dans ces volumes, c'est malin). J'ai donc abordé cette histoire comme une page blanche.
Conséquence amusante : alors que, d'après les retours que j'ai pu lire, certains ont vu un contraste par rapport à un héros viril, musclé, bravache et compagnie, pour moi Joan restera éternellement, dans mon esprit marqué par la première impression, l'archétype du bizut victimisé. Le pauvre.

Il y a des AVH qui disposent d'innombrables éléments divers, certains positifs, certains négatifs. Des aspects les rendent intéressantes, des aspects les coulent, et on a souvent besoin d'une liste longue comme le bras et de pages interminables pour les décrires (surtout quand, comme moi, on a des tendance à en raconter des tonnes).

Valunazia, en ce qui me concerne, échappe à la règle. C'est une AVH terriblement intéressante (même moi j'ai été dans l'obligation de lui coller les 4 points maximum), mais dont au final l'attrait et les qualités peuvent se résumer en une ligne :

C'est magistralement bien écrit.

Cette AVH commence, grandit et meurt à travers sa qualité d'écriture. Elle véhicule des émotions, elle entraîne le long d'un périple dans un pays étrange, elle nous fait accompagner d'un personnage féminin mémorable (et qui réussit le difficile équilibre d'être une compagne de route chérie sans être un attrait romantique, chapeau bas), elle fait vivre les pires indignités à son héros, et tout cela est animé, empli par une plume à l'excellence consommé. On comprend mieux pourquoi Fitz se ramène toujours des médailles à la maison quand il participe, la qualité de la prose est simplement à couper le souffle.
Ce qui pose problème pour les retours, parce que je vois mal ce que je pourrais raconter d'autre qui ne soit pas juste des flagorneries tournant toujours autour du même point.

J'ai particulièrement aimé le passage de la taverne, et le personnage d'Hédeline, des moments croqués avec justesse et donnent l'impression d'y être.

Étrangement, les deux reproches (l'un très mineur et très personnel, le second plus important) que je ferais sont tous les deux basés autour de Valunazia. Ou pas étrangement, considérant la place centrale qu'elle occupe dans l'histoire :

Pour le premier...

Show ContentSpoiler:

Et pour le second, plus sérieux :

Show ContentSpoiler:

En revanche, contrairement à beaucoup, je n'ai pas été du tout surpris par l'apparition finale de qui-vous-savez. C'est peut-être le fait que je n'ai pas touché aux autres AVH encore, mais je l'ai trouvé au contraire très logique. Mais peut-être pour une raison complètement différente de celle qui était voulue Big Grin

Show ContentSpoiler:
La violence n'est pas la bonne réponse !
La violence est la question. La bonne réponse est "oui".
Répondre
#34
Merci Linflas, je ne pouvais rêver mieux. Yep

Akka : Merci pour ce feed et ces compliments. C'est vraiment motivant de voir que plusieurs se sont bien immergés dans cet univers.

Concernant la relation Valunazia - Joan, je comprends. Comme déjà dit, moi-même n'avait aucune certitude, trouvait cette méchante "insaisissable". Donc ce flou peut sauter aux yeux comme cela l'a fait pour toi.
Seule justification concernant l'aspect "prompte à le dézinguer", c'est que Joan n'était pas prévu dans ses plans.

A la fin du 2ème tome, elle le rencontre sans y avoir été préparée et son attirance pour lui, ses projets les concernant tous deux lui viennent très rapidement, pendant la traversée jusque en Ayffeline. Un peu comme un caprice mais mû par la certitude qu'elle passerait à côté de quelque chose de vraiment grand si elle le laissait échapper.
Mais comme c'est une envie assez récente, son caractère reprend vite le dessus.
Répondre
#35
Grâce aux bons soins de Linflas, qui a ajouté pour l'occasion quelques petites illustrations intérieures, Valunazia est maintenant dispo en livre dur sur lulu à cette adresse :

http://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWo...nazia&type=
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)