Par-delà la Vallée de l'Ultime Répit
#1
Première partie de la cinquième AVH d'Oorgan disponible sur Xhoromag.
Répondre
#2
Une AVH ma foi sympathique. Pas exceptionnelle, mais je sais que ça viendra un jour, c'est en bonne voie!

On sent un gros effort sur le texte, pour rendre une atmosphère de mythes et de légendes, d'un glorieux passé qu'on a la chance de vivre en "direct". Les sources d'inspiration sont encore trop présentes, comme le côté Tolkien effectivement, autant par l'histoire (façon premier et deuxième âge de la Terre du Milieu) que les situations (le cor c'est tout à fait Boromir par exemple!). Mais finalement ce n'est pas plus mal pour moi dans le cadre précis de cette AVH: j'ai un poster de La Communauté de l'Anneau où on voit le fameux Argonath, et pendant toute la partie "pirogue" j'ai eu l'impression d'avancer en direction de cet endroit, car il y a un côté majestueux restitué par le grandiose des paysages.
Après les "peu me chaut", j'en ai vraiment eu une indigestion à force. En plus il y en a même un qui est conjugué au futur, c'est atroce lol^^
Sinon il y a toujours des termes contemporains, comme le mot "génocide" dans le texte d'introduction, que j'avais déjà signalé. Pour une histoire qui date de siècles lointains (et même d'un autre monde), c'est un peu dommage de mettre un vocable qui n'existe que depuis très peu de temps dans la langue française.

J'aurai aimé une feuille d'aventure. Je me sens toujours orphelin s'il n'y en a pas. Même si je ne l'utilise pas en tant que telle, j'aime bien la recopier sur une feuille de brouillon plutôt que de noter les stats en vrac sur cette même feuille de brouillon.
J'aurai aussi aimé une carte. Pour le coup, tu devrais vraiment pomper sur Tolkien, et si comme moi tu n'es pas doué pour le dessin tu trouveras sans doute des forumeurs qui seront ravis d'en dessiner une.
Pourquoi ne pas proposer un lexique n fin d'AVH, ça pourrait être sympa aussi?
La structure est assez classique, avec malheureusement des tests qui sont des "gros mâts": je réussis=je continue, j'échoue=je meurs. Je pense qu'il serait mieux de mettre des pénalités que des morts, car il n'est pas si évident de réussir les tests, qui de plus ne sont pas évitables.
Quelques fautes d'orthographe demeurent, mais le texte se lit bien, en tout cas je n'ai pas été gêné, signe que dans l'ensemble 'il y en a "peu" et/ou qu'elles ne sont pas de "grosses fautes".

Si je devais donner des pistes de progrès, maintenant que l'orthographe est en bonne voie, ce serait surtout sur la structure. Si tu proposes des tests dont l'échec implique la mort, il faut que le lecteur ait une bonne chance de survie, ou qu'il ait des bonus pour réduire la probabilité d'échec. Il faudrait aussi qu'il ait la possibilité d'éviter le test si les chances de mort sont élevées. Tu peux aussi, pour certains de ces tests, supprimer la mort et mettre à la place des handicaps pour la suite. Par exemple on chavire et on perd nos provisions au lieu de se noyer. Rien de pénible dans l'immédiat, mais pour la nuit qui s'annonce une perte d'endurance est à prévoir. Et tu peux laisser la chance de rattraper le coup, par exemple en proposant au personnage sans provision un test de chasse pour le soir, qui lui permette d'avoir quand même la possibilité de s'en sortir un peu mieux. Pour l'AVH, l'idée du malus au test pour manque de sommeil est très bonne, car réaliste. Mais c'est dommage que la conséquence soit la mort.
Sinon une petite coquille: au début des règles tu parles d'endurance, et par la suite de vigueur.
Je vois que le titre du topic donné par oiseau finit par "repos". Je n'ai plus l'AVH sous les yeux, mais il me semble que c'est "répit"?

Voilà mes remarques, un peu un vrac, mais bon si je ne devais retenir qu'une chose de cette AVH c'est l'effort apporté à la construction de ta part d'un univers "complet" (la légende, les peuples, leur histoire et leurs héros) comme l'a fait Tolkien en son temps avec sa Terre du Milieu. Chapeau pour tout ça!
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#3
Merci pour ce premier feedback, Tholdur ! Wink

C'est vrai - je l'avoue -, il y a des trucs recopiés de Tolkien. Cependant, je crois qu'il y a un certain nombre de copies "inconscientes". Je m'explique avec la génèsede l'AVH.
J'ai eu l'idée deux ou trois avant les vacances de la Toussaint. Le samedi, je pris le train pour aller chez mes grands-parents. En chemin, j'ai lu "De Tuor et de sa Venue à Gondolin", un récit de Tolkien contenu dans le premier livre des Contes et Légendes Inachevées. Ce qui m'a surtout marqué dans cette quarantaine de pages, c'était le style archaïque - que l'on devait retrouver dans l'intro, voire dans l'AVH. (Ce doit sembler un peu étrange, par moment, il est vrai ^_^) (A propos, c'est Vador qui m'a conseillé "Génocide". Du coup, je l'ai laissé, bien qu'il tranche un peu avec le reste). Toutefois, il ne faut, à mon avis, pas s'arrêter là. En effet, à un passage de sa quête, Tuor marche dans sdes gorges merveilleuses - le couloir arc en ciel - et utilise également un navire. Le temps me l'a fait oublié, mais le fait est là.
Et il y a également l'onomastique : Tuor fils de Huor/Luor, Thingol du Simarillion/Tingold, Baraduin/Brahuin de mon AVH... Une bonne partie est inconsciente, je m'en porte garant !
Et l'Inconnu a de faux airs de TOm Bomdabil. Mais je ne m'en rendu compte qu'une semaine après l'avoir pensé.

Bref, tout ça pour dire que c'est assez inconscient ^_^

Pour ce qui est de la structure, je suis assez d'accord, maintenant. C'est un mât, qu'on dit ? Dans ma nouvelle AVH, je suis en train d'essayer de faire en sorte qu'ils ne soient mortels, ou tout au moins possible à éviter. Donc, n'aie crainte Wink Et j'essaye aussi de faire en sorte que les actions réalisées influent réellement dans l'aventure. On verra ce que cela donnera.

Pour la carte, j'ai songé à en mettre une. Mais mes talents de dessin s'arrêtant à... En fait, ils n'ont même pas commencé ^_^ Aussi me contenté-je de ce que je vois dans ma tête et donné-je simplement une description de l'univers - une partie seulement.
Pour le lexique, j'ai également songé à en mettre un, mais je ne savais pas trop où... Aussi ai-je abandonné cette idée.
Une feuille d'aventure ? Pourquoi pas... Il faudrait que je parvinsse à en créer une qui soit potable...

Oui, Oiseau a commis une erreur : c'est Répit et non Repos. Mais bon, peu nous chaut ^^ Ce n'est certes point grave.
Répondre
#4
Dis, Oorgan, tu fais exprès pour parler comme ça ? Ou tu taquines Tholdur ? ^_^

(Si c'est Répit et non Repos, je vais devoir changer ça sur Xho aussi. J'avais en tête "ultime repos" au sens de la mort.)
Répondre
#5
Oui, je taquine Tholdur ^^ Enfin, je ne fais pas toujours exprès :S Mais mes subjonctifs imparfaits et mes usages du verbes chaloir n'avait point autre but que de marrir gentiment le maistre Tholdur de Fang.

Oui, c'est bien Répit - je pensais en fait à la Vallée où les Harmonuiliens s'arrêtent une dernière et où Luor entame son voyage. C'est leur dernier Répit, leur dernière pause - Luor réussit, ou ils crèvent tous Tongue. Et toutes les AVH qui se dérouleront après seraient invalides ^^
(Au fait, le projet que j'ai annoncé sur le avancement des projets - Dans les Montagnes de Sifflemort - n'a aucun rapport autre que le cadre avec PVUR. J'attends de réunir plus d'idées avant d'entamer la rédaction de la deuxième partie d'icelle ^_^)
Répondre
#6
Le lexique, tu le mets à la fin (au début c'est toujours pénible de se farcir du vocabulaire).
La feuille d'aventure ce n'est pas compliqué, tu mets des cases pour les caractérisiques, des cases pour les objets, ce n'est vraiment pas la mer à boire.
La carte tu la délègues à quelqu'un d'autre qui sait dessiner (donc pas à moi!)

Un truc que j'avais oublié et qui m'a fait sourire, c'est la journée qui dure 35 heures^^

Il faut rendre à César ce qui appartient à César: le Baron de Fang se nomme Sukumvit. Le baron Tholdur est lui margrave de Neubourg.

Et "Icelle" je n'aime pas non plus^^. Si tu en veux d'autres, en voici deux: onques (ou oncques) et cestui. Je ne crois pas que tu t'en sois encore servi, pourtant ils sont très anciens!

Après si ces mots "passent" sans problème dans une AVH ancienne ou dans l'univers HF en général, il n'en demeure pas moins qu'il sont incongrus dans un texte d'aujourd'hui. Je crois que tu devrais éviter de les employer de manière courante, car à trop le faire tu risques par la suite de les ressortir de manière tout à fait naturelle, que ce soit dans une rédaction, une copie du bac ou de concours, et cela risque d'être à ce moment-là préjudiciable.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#7
Je me suis occuper de la fiche. Elle à était faite en cinq minute, donc excuser si c'est moche, hein, mais je suis pas graphiste ni cartographe.Lool

Show ContentSpoiler:
[Image: 99416.jpg]
Un livre dont vous êtes le héros écrit.
Le F.O.U, Front Orthographique Uni :
http://lefou.forumsactifs.net/forum.htm
Répondre
#8
Bah quoi ? Travailler un jour pour sept, c'est cool, non ?
Je n'ai pas utilisé oncques, car je pensais que c'était hors d'usage ; par contre, je ne connaissais pas cestui.Merci !C'est plus joli.
Je verrai pour lexique Wink Pour la carte,je demanderai peut-être à quelqu'un ou je ferai tout seu. Pour maprochaineavh,jesuis en train d'insérer une chronologie de la guerre Wink
Merci pour la F.A., Undred ! Je suis en train de travailler dessus, cependant...
Répondre
#9
Sans conteste, on note l’étendue des progrès que tu as réalisé et que tu réalises encore ! On sent la passion qui t’anime, ton amour des mots, de la littérature.

Attention toutefois, si je peux me permettre à ne pas tomber dans la perpétuelle démonstration.

Tout du moins pour le genre dont nous sommes ici les partisans. Dans ton AVH, cette volonté de lyrisme à tout crin, la logorrhée sémantique noient l’action et le personnage de l’histoire, déclassés au rang de prétexte à un florilège de descriptions poétiques, d’allégories à foison (je ne compte plus le nombre de descriptions du soleil par exemple en ‘moult’ images symboliques… ^^). Le tout est renforcé par une très grande linéarité.

En fait, ce n’est pas bien important. En tout cas ce n’est pas l’essentiel. Expérimente comme il te plaira, mais essaie peut-être d’employer un style qui ne soit pas un frein à l’histoire et donc à notre immersion en tant que lecteur/joueur.

Je me pose d'ailleurs souvent la question (rien qu’en relisant ma dernière AVH) de savoir si je suis vraiment apte à écrire ce type de littérature interactive….

A la lecture de ta prose, on sent ici un souffle héroïque qui submerge trop vite notre implication dans l’histoire (je ne sais pas si je suis très clair). En fait, ça pourrait être tout aussi bien un texte classique : un début de roman ou une nouvelle par exemple. Le côté ludique ne transparait pas clairement.

Il ne manque pas grand-chose pour que ça soit vraiment très bon. Ça fait vraiment plaisir de voir un aussi jeune auteur (si en fait ce n’est pas un vieux briscard de 40 balais qui se cache derrière ce pseudo ^^) avec autant d’envie et de talent. Ne t’arrête pas là dans tous les cas ! Continue ta route !!

A++

Répondre
#10
[quote='Gwalchmei' pid='35574' dateline='1332836605']
Sans conteste, on note l’étendue des progrès que tu as réalisé et que tu réalises encore ! On sent la passion qui t’anime, ton amour des mots, de la littérature.


[quote]Tout du moins pour le genre dont nous sommes ici les partisans. Dans ton AVH, cette volonté de lyrisme à tout crin, la logorrhée sémantique noient l’action et le personnage de l’histoire, déclassés au rang de prétexte à un florilège de descriptions poétiques, d’allégories à foison (je ne compte plus le nombre de descriptions du soleil par exemple en ‘moult’ images symboliques… ^^). [/quote]

C'est vrai que je me suis fait pas mal plaisir en écrivant ces paragraphes 8). C'est après l'époque où j'ai découvert Lovecraft et Tolkien, donc cela transparaît...


[quote]En fait, ce n’est pas bien important. En tout cas ce n’est pas l’essentiel. Expérimente comme il te plaira, mais essaie peut-être d’employer un style qui ne soit pas un frein à l’histoire et donc à notre immersion en tant que lecteur/joueur.[/quote]

Là, je suis en train d'essayer un style plus bref. Je me permets toujours quelques métaphores, mais c'est quand même plus conçis Wink

[quote]Je me pose d'ailleurs souvent la question (rien qu’en relisant ma dernière AVH) de savoir si je suis vraiment apte à écrire ce type de littérature interactive….[/quote]

Les Chroniques de la Geste, c'est toi, je crois. Donc tu es tout à fait apte, je pense ^_^

[quote]A la lecture de ta prose, on sent ici un souffle héroïque qui submerge trop vite notre implication dans l’histoire (je ne sais pas si je suis très clair). En fait, ça pourrait être tout aussi bien un texte classique : un début de roman ou une nouvelle par exemple. Le côté ludique ne transparait pas clairement.[/quote]

Mince... Je savais que c'était (très) linéaire, mais je ne pensais que le style lui-même empêcherait le côté ludique. Bon. A méditer Wink

[quote]Il ne manque pas grand-chose pour que ça soit vraiment très bon. Ça fait vraiment plaisir de voir un aussi jeune auteur (si en fait ce n’est pas un vieux briscard de 40 balais qui se cache derrière ce pseudo ^^) avec autant d’envie et de talent. Ne t’arrête pas là dans tous les cas ! Continue ta route !!

A++


[/quote]

Ah zut, j'ai été démasqué ! ^^ Moi qui pensais avoir trouvé un bon prétexte pour écrire des AVH de mer... ^^ Merci !
Répondre
#11
Mais au final tu es d'jeun ou une (moyenne) vieille branche comme nous tous ?!! Wink
lorsque chantent les cigales, sois sûr d'avoir des glaçons au congel... Proverbe provençal amateur de pastaga
Répondre
#12
J'ai bien 14 ans ^^. (Pas 41...)
Je suis né en 1997.
Répondre
#13
L'aventure est conçue sur un schéma typique des LDVELH : un long voyage dans une nature hostile avec des choix de route différents qui nous font vivre des péripéties diverses, entre les rencontres débouchant sur des combats, des pièges naturels se résolvant par un test de
caractéristiques ou pire, par des PFA. Mais au-delà de ce classicisme, cette AVH se caractérise par son style très littéraire, son background recherché et la mission du héros, finalement assez inédite.
L'idée d'incarner quelqu'un chargé par sa tribu d'accomplir une expédition solitaire pour découvrir de nouvelles terres habitables m'a au début laissé dubitatif. Mais finalement, cet objectif n'est pas perdu de vue et apparaît de plus en plus crédible tant la nature que nous traversons s'avère hostile, entre les canyons arides, les forêts trop denses et la chaîne de montagne à l'horizon. Entendre le cor d'un des autres explorateurs rappelle également l'urgence de réussir cette mission. Ce n'était pas évident avec un tel postulat de départ mais cette mission est devenue réaliste.
Le background par contre est assez indigeste. Entre l'accumulation de noms propres complexes, le résumé historique d'un continent à la civilisation humaine assez floue et l'impression que l'on n'est qu'un grain de poussière sans importance parmi ces récits de hauts faits, l'introduction m'a presque ennuyé. On sent bien que tu fais preuve d'imagination et de recherches pour créer ton univers d'Oriniythia mais il aurait mieux valu apporter les informations de manière graduelle, quitte à ne livrer au départ que les renseignements nécessaires au héros pour comprendre son contexte immédiat. De même, au cours de l'aventure, il est régulièrement fait état de clins d'oeil à ce que deviendra à l'avenir ce continent sauvage. Personnellement, ça a créé une distance par rapport à ce que l'on vivait. C'est original mais ça ne m'a pas convaincu.
Ce qui m'a enfin frappé est évidemment l'écriture. Oorgan nous avait prévenus dans un post précédent et l'aventure est rédigée d'une manière presque archaïque qui convient bien à cette fresque médiévale fantastique teintée de mélancolie et d'un certain fatalisme. L'effort fourni est énorme et appréciable entre les termes d'un français vieilli, le vocabulaire inusité ou des tournures de phrase d'antan. Globalement, l'expérience est plutôt réussie car cela apporte un caractère inédit et presque inoubliable à cette aventure qui serait sinon très conventionnelle. Après, ce n'est pas un exercice facile. Pas mal d'erreurs, de fautes ou de maladresses ternissent l'effet donné. Surtout concernant le choix des mots archaïques (oncques, icelui, maints...) ou des formes de phrase à rebours ("car plainte jamais ne franchit vos lèvres"). Bien placés, utilisés dans les moments opportuns, ce
vocabulaire peut s'avérer très immersif et apporte une réelle plus-value à ton style qui se savoure alors comme une friandise. Mais à d'autres moments, ils deviennent artificiels, lourdingues et gratuits. L'équilibre est très difficile à trouver et, à moins d'avoir un ou plusieurs courageux relecteurs pour dénicher les nombreuses maladresses, ce n'est qu'avec l'expérience et le temps que tu sauras bien panacher ces expressions.
D'autre part, on a droit à de nombreuses descriptions fleuries, détaillées ou poétiques du cadre naturel, de la beauté de la sylve, du ciel céruléen ou de l'astre flamboyant. Sincèrement, certains passages m'ont presque ému, tout au moins plongé avec réussite dans la scène que je voyais comme si je m'y trouvais. Mais d'autres fois ils m'ont ennuyé car je voulais un peu d'action et ne pas m'éterniser pour la Xième fois sur un lever de lune dans le ciel assombri... Là encore tout est une
question de dosage. Quand le héros se trouve sous tension (exemple : quand il doit faire face aux rapides, à un tourbillon, à une chute de pierres ou une créature hostile), il n'a pas le temps de contempler de la même manière le paysage et le style devrait s'en ressentir avec des paragraphes plus courts, des phrases plus brèves, le choix d'un vocabulaire plus direct.
Par ailleurs, le rythme de l'aventure est plutôt calme et lent, presque contemplatif. Comme il s'agit d'un long voyage, cela rappelle un peu la Porte d'Ombre où l'on chemine longtemps sans faire beaucoup de rencontres dangereuses ou marquantes. Un peu plus d'action et moins de descriptions aurait été bienvenu à mon sens même si ça permet par contre d'avoir une aventure relativement longue pour si peu de paragraphes.
Enfin, l'aspect jeu est sympa. Les combats sont très simples, très aléatoires mais bien rythmés : pas prise de tête, assez rapides et faciles à équilibrer pour l'auteur, surtout si l'on considère que le
joueur va se mettre 9 en Habileté et 10 en Vitesse. La répartition initiale des 35 points est inutile car c'est évident que le mieux est de placer le maximum dans ces deux caractéristiques. Les quelques epas et le sommeil permettent de bien récupérer et les combats ne sont pas trop nombreux. Heureusement car ils sont souvent dangereux, voire mortels si l'on n'a pas de chance, ça augmente le réalisme de l'aventure. Mais l'aventure reste globalement facile. Je ne suis mort qu'une fois, dans
le champ de simili-lotus noirs. Une fin frustrante car dépendant d'un choix directionnel alors qu'il me semblait avoir pourtant bien suivi les indications du message afin de trouver la cabane de l'Inconnu.
Cette AVH confirme que tu ne cesses de progresser dans l'écriture. Ton potentiel est assez incroyable. Si je peux me permettre, ne brûle cependant pas les étapes en voulant trop bien faire en proposant trop de descriptions et un langage en permanence archi-soutenu car c'est au détriment du rythme et du jeu. Relis aussi bien tout ce que tu as rédigé avant de le proposer à la lecture car il y a encore beaucoup de fautes de frappe ou d'étourderie.
Répondre
#14
Wéé un feed de messire Fitz le doré !

[quote='Fitz' pid='35740' dateline='1333747942']
L'aventure est conçue sur un schéma typique des LDVELH : un long voyage dans une nature hostile avec des choix de route différents qui nous font vivre des péripéties diverses, entre les rencontres débouchant sur des combats, des pièges naturels se résolvant par un test de caractéristiques ou pire, par des PFA. Mais au-delà de ce classicisme, cette AVH se caractérise par son style très littéraire, son background recherché et la mission du héros, finalement assez inédite.[quote]

C'est vrai que je n'étais pas très inspiré, de ce côté-là... J'essaye maintenant cependant de me détacher des territoires dont on peut faire la carte en jouant. Mais ici, je ne pouvais guère mettre d'auberge et autres ^^

[quote]L'idée d'incarner quelqu'un chargé par sa tribu d'accomplir une expédition solitaire pour découvrir de nouvelles terres habitables m'a au début laissé dubitatif. Mais finalement, cet objectif n'est pas perdu de vue et apparaît de plus en plus crédible tant la nature que nous traversons s'avère hostile, entre les canyons arides, les forêts trop denses et la chaîne de montagne à l'horizon. Entendre le cor d'un des autres explorateurs rappelle également l'urgence de réussir cette mission. Ce n'était pas évident avec un tel postulat de départ mais cette mission est devenue réaliste.[/quote]

Bon, c'est déjà ça ^^ Je ne pensais pas par contre que cela pouvait paraître peu crédible. Mais ça l'est devenu, tant mieux Smile

[quote]Le background par contre est assez indigeste. Entre l'accumulation de noms propres complexes, le résumé historique d'un continent à la civilisation humaine assez floue et l'impression que l'on n'est qu'un grain de poussière sans importance parmi ces récits de hauts faits, l'introduction m'a presque ennuyé.[/quote]

Aïe ! C'est fâcheux. Cependant, le héros est bien - du moins au début de l'aventure - un grain de poussière parmi les autres. Qui plus est, l'Oloïd est - dans mon esprit - le continent des hauts-faits et des épopées sanglantes (regarde le Port des Brumes, par exemple : y a rien d'héroïque. Le héros est vil), donc cela augmente certainement cette impression. Hum.

[quote] On sent bien que tu fais preuve d'imagination et de recherches pour créer ton univers d'Oriniythia mais il aurait mieux valu apporter les informations de manière graduelle, quitte à ne livrer au départ que les renseignements nécessaires au héros pour comprendre son contexte immédiat. De même, au cours de l'aventure, il est régulièrement fait état de clins d'oeil à ce que deviendra à l'avenir ce continent sauvage. Personnellement, ça a créé une distance par rapport à ce que l'on vivait. C'est original mais ça ne m'a pas convaincu.[/quote]

Je prends note Smile Je pensais que cela augmenterait un peu l'impression d'un univers construit.

[quote]Ce qui m'a enfin frappé est évidemment l'écriture. Oorgan nous avait prévenus dans un post précédent et l'aventure est rédigée d'une manière presque archaïque qui convient bien à cette fresque médiévale fantastique teintée de mélancolie et d'un certain fatalisme. L'effort fourni est énorme et appréciable entre les termes d'un français vieilli, le vocabulaire inusité ou des tournures de phrase d'antan. Globalement, l'expérience est plutôt réussie car cela apporte un caractère inédit et presque inoubliable à cette aventure qui serait sinon très conventionnelle. Après, ce n'est pas un exercice facile. Pas mal d'erreurs, de fautes ou de maladresses ternissent l'effet donné. Surtout concernant le choix des mots archaïques (oncques, icelui, maints...) ou des formes de phrase à rebours ("car plainte jamais ne franchit vos lèvres"). Bien placés, utilisés dans les moments opportuns, ce
vocabulaire peut s'avérer très immersif et apporte une réelle plus-value à ton style qui se savoure alors comme une friandise. Mais à d'autres moments, ils deviennent artificiels, lourdingues et gratuits. L'équilibre est très difficile à trouver et, à moins d'avoir un ou plusieurs courageux relecteurs pour dénicher les nombreuses maladresses, ce n'est qu'avec l'expérience et le temps que tu sauras bien panacher ces expressions.[/quote]

Bon, pas de surprise compte tenu des feeds précédents. Après j'aimais bien l'aspect un "ésotérique" du truc. Faut que j'arrête le cercle lovecraftien ^^

[quote]D'autre part, on a droit à de nombreuses descriptions fleuries, détaillées ou poétiques du cadre naturel, de la beauté de la sylve, du ciel céruléen ou de l'astre flamboyant.[/quote]

C'est vrai qu'elles reviennent assez souvent, ces images-là...

[quote] Sincèrement, certains passages m'ont presque ému, tout au moins plongé avec réussite dans la scène que je voyais comme si je m'y trouvais.[/quote]

Je rougis d'orgueil et de vanité ! Redface

[quote]Mais d'autres fois ils m'ont ennuyé car je voulais un peu d'action et ne pas m'éterniser pour la Xième fois sur un lever de lune dans le ciel assombri... Là encore tout est une
question de dosage. Quand le héros se trouve sous tension (exemple : quand il doit faire face aux rapides, à un tourbillon, à une chute de pierres ou une créature hostile), il n'a pas le temps de contempler de la même manière le paysage et le style devrait s'en ressentir avec des paragraphes plus courts, des phrases plus brèves, le choix d'un vocabulaire plus direct.[/quote]

Merci pour les conseils ! Apparemment, j'ai anticipé, puisque dans mon AVH en gestation, j'ai abandonné en partie le style archaïque/diarrhée verbale pour un style plus conventionnel dans les combats. Cependant, je me fais toujours plaisir sur certains paragraphes, avec force métaphores ^^

[quote]Par ailleurs, le rythme de l'aventure est plutôt calme et lent, presque contemplatif. Comme il s'agit d'un long voyage, cela rappelle un peu la Porte d'Ombre où l'on chemine longtemps sans faire beaucoup de rencontres dangereuses ou marquantes. Un peu plus d'action et moins de descriptions aurait été bienvenu à mon sens même si ça permet par contre d'avoir une aventure relativement longue pour si peu de paragraphes.[/quote]

C'est vrai - très Tolkiennien, voire Dunsanien, je crois. Peut-être parce que j'avais "De Tuor et de sa venue à Gondolin" et la Fille du Roi des Elfes (de Lord Dunsany, une influenece de Lovecraft).

[quote]Enfin, l'aspect jeu est sympa. Les combats sont très simples, très aléatoires mais bien rythmés : pas prise de tête, assez rapides et faciles à équilibrer pour l'auteur, surtout si l'on considère que le
joueur va se mettre 9 en Habileté et 10 en Vitesse. La répartition initiale des 35 points est inutile car c'est évident que le mieux est de placer le maximum dans ces deux caractéristiques. Les quelques epas et le sommeil permettent de bien récupérer et les combats ne sont pas trop nombreux. Heureusement car ils sont souvent dangereux, voire mortels si l'on n'a pas de chance, ça augmente le réalisme de l'aventure.[/quote]

Ah ! Apparemment, je me suis simplifié Smile (Je m'applaudis) Sérieusement, je me suis souvent demandé s'ils n'étaient pas trop durs... Peut-être devrais-je augmenter la difficulté ?

[quote]Mais l'aventure reste globalement facile. Je ne suis mort qu'une fois, dans
le champ de simili-lotus noirs. [/quote]

Théoriquement, vous devriez en chier pour la suite Twisted

[quote]Une fin frustrante car dépendant d'un choix directionnel alors qu'il me semblait avoir pourtant bien suivi les indications du message afin de trouver la cabane de l'Inconnu.[/quote]

Comment ça d'un choix directionnel ? Tous les chemins convergent vers la cabane, il me semble ! Ou alors je me suis trompé ?

[quote]Cette AVH confirme que tu ne cesses de progresser dans l'écriture. Ton potentiel est assez incroyable.[/quote]

Merci ! Big GrinBig Grin

[quote] Si je peux me permettre,[/quote]

Tu le peux lol
[quote] ne brûle cependant pas les étapes en voulant trop bien faire en proposant trop de descriptions et un langage en permanence archi-soutenu car c'est au détriment du rythme et du jeu. Relis aussi bien tout ce que tu as rédigé avant de le proposer à la lecture car il y a encore beaucoup de fautes de frappe ou d'étourderie.

[/quote]

Noté ! Je vais faire mieux la prochaine fois (avec tous ces conseils, je vois mal comment il pourrait en être autrement... ) Merci d'avoir lu mon AVH !Wink

PS : as-tu repéré la mini-référence à Lovecraft ?
Répondre
#15
(07/04/2012, 15:15)oorgan a écrit : PS : as-tu repéré la mini-référence à Lovecraft ?

Je suis loin d'avoir lu tout Lovecraft même si j'adore son univers. Donc non je n'ai pas vu mais je veux bien que tu me précises ton clin d'oeil.

Pour la difficulté des combats, non ça va, je ne pense pas que tu doives l'augmenter. Si tu veux rendre la suite plus ardue, augmente plutôt le nombre de PFA. Si on manque de bol aux dés, on peut facilement mourir avec ton système de règles de combat.

Pour le choix directionnel, je veux dire que ça m'a agacé de mourir dans le champs de simili-lotus noirs juste parce que je m'étais trompé de chemin entre deux choix et que je n'avais pas d'indice au paragraphe précédent.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)