L'Ile des Dieux Sauvages
#1
Deuxième AVH de Voyageur Solitaire disponible sur Xhoromag.
Répondre
#2
Je viens de commencer l'AVH. (j'en suis au paragraphe 344).

Le passage avec le varan est assez bien rendu, je dois dire Wink
Bon, on retrouve facilement tes inspirations : je sens pas mal les Dieux de Bal-Saggoth et les Clous Rouges dans certains paragraphes. Et Sancha ressemble un peu à ces héroïnes howardiennes qui se jettent aux pieds velus de Conan. Tant mieux ! J'adore Howard. (Suleïman, que j'ai entr'aperçu par hasard, vient-il de Suleyman que l'on retrouve dans l'Ombre du Vautour - personnage réel, cette fois ?) Par contre, Sadastor vient des espaces intersidéraux clark ashton smithien, je crois Tongue C'est une excellente nouvelle, d'ailleurs ^^
Répondre
#3
J'aime bien cette AVH rappelant de bons souvenirs. Mais je l'ai terminée sur une fin alternative pas vraiment héroïque. Je vais la refaire et surtout tenter de rencontrer cette Sancha Big Grin
Répondre
#4
juste pour dire que…
• je ne l'ai pas finie, feedback pour plus tard. Je pense qu'il y a des trucs à corriger.
• je suis d'accord avec les objections faites dans Avancement des Projets 2012 contre la reprise du système VDT (je n'aime pas les VDT mais c'est un autre problème), cependant je pense qu'on pourrait arranger le truc.
Tel quel il n'y a pas de différence entre un coup réussi porté à la gorge, aux flancs ou aux jambes, pourtant si nous attaquons yildiz à la gorge le texte nous dit que c'est pour en finir vite…
Je suggère donc de recalculer pour que les coups à la gorge et aux jambes soient plus difficiles que ceux aux flancs, mais qu'en retour
- les coups à la gorge fassent plus de dommages ( bonus de 3 ? doublés ? )
- les coups aux jambes diminuent l'attaque ou la parade de l'adversaire
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#5
La différence entre les types d'attaques vient de l'adversaire... C'est lui qui réagit différemment, avec une parade plus ou moins élevée suivant l'attaque qu'on lui porte. C'est donc la réaction de l'adversaire, à travers son niveau de parade, qui différencie les types d'attaque et pas les blessures infligées.
Par exemple, un adversaire va parer facilement une attaque à la gorge avec 8 de parade et va se retrouver surpris par une attaque aux jambes et sa parade sera alors de 6.
Mais ton idée est interessante : on pourrait effectivement imaginer la même parade pour tous type d'attaque, mais en cas de réussite, des blessures plus ou moins sévères suivant le type d'attaque choisi. On peut même mêler les deux systèmes, mais là, ça devient vraiment complexe à mettre en place !
Pour les différentes fins, il y en a plusieurs effectivement, de celle où l'on sauve simplement sa vie à celle où l'on s'en sort avec une poignée d'hommes vivants et un trésor.
Il y en a une également trés profitable matériellement, mais pas vraiment morale...
En tous cas, merci pour ces premières impressions !
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#6
M'étant aussi attaqué à une déclinaison autour de l'ile du Roi Lézard (là il s'agit plus d'une suite), j'ai eu forcément envie de lire cette AVH pour voir ce que VS avait pu imaginer. Il faut dire que j'avais 12 ou 13 ans quand j'ai lu pour la première fois l'original et que je voue à ce bouquin (des plus classiques au demeurant) une nostalgie tout à fait particulière.

En vrac mes remarques :

- C’est peut être pas grand-chose, mais soigner la mise en page, justifier le texte, voir trouver une police de caractère pour personnaliser un peu le tout et éventuellement transformer le fichier en pdf, favorisent le confort de lecture et surtout met en relief l’important travail réalisé (en effet l’AVH comporte 346 paragraphes tout de même).

- Quelques fautes de temps que je n’ai pas relevé, et quelques répétitions peuvent ponctuellement entacher un style efficace, souvent poétique avec de très jolies descriptions.

- Je ne suis pas convaincu par le système de combat rajouté un peu au dernier moment si j’ai bien compris. Il n’apporte pas assez de variations dans son déroulement, ni de dynamisme suffisant pour justifier le remplacement du bon vieux système DF (avec un peu d'adaptation si nécessaire).

- L’AVH m’a paru très courte avec un dénouement assez brutal alors que l’on commence à s’imaginer vivre moult péripéties avec nos compagnons d’infortune. Le combat final arrive très vite après une confrontation de masse et ne donne pas assez de relief au « méchant de l’histoire » dont on aurait aimé connaitre les motivations profondes ou au moins avoir eu le temps d’apprendre à détester…

- J’ai bien aimé les différentes fins possibles, pas toujours morales mais cohérentes. C'est bien vu de les rendre toutes envisageables plutôt que de glorifier uniquement les actes héroïques.

- Aventure à mon sens old’s school ce qui n’est pas une critique. On retrouve par exemple l’indémodable "vous avez le choix entre le chemin court mais difficile et le chemin long plus tranquille », c’est très plaisant à lire et fidèle au genre.

- J’ai retrouvé des similitudes avec ce que j’avais commencé à écrire à l’époque et que (honte sur moi) je n’ai jamais terminé : retour sur l’ile colonisée par une bande armée de pirates/guerriers implacables, combats de groupe, la communauté à aider…

- L’ambiance ile tropicale apporte toujours son parfum d’exotisme et reste propice à l’aventure. Petite précision inutile (du fait de mon métier de géologue) : il n’est guère probable de trouver du granite sur une ile volcanique (encore en activité d’ailleurs) au milieu de l’océan ! Du coup ça m’a fait penser à l’ile mystérieuse de Jules Vernes (qui lui exploite cette incohérence). Il serait plus logique de trouver des basaltes et dérivés mais bon c’est pour l’anecdote (on me souffle dans l'oreillette que tout le monde s'en fout !!).

- Finalement les références à l’ile de feu du regretté Roi Lézard ne sont pas fondamentales. Cette AVH aurait pu se dérouler sur n’importe quelle ile tropicale. Je n’ai pas trouvé le fil conducteur que se soit dans la géographie des lieux ou dans l’histoire (à part bien sur la présence des pygmées chasseurs de têtes, la colonie pénitentiaire etc…) qui rattacherait le tout immanquablement au premier opus. Je pense que c'est du essentiellement à l'ambiance à la Conan, comme le soulignait Oorgan, qui transparait ici beaucoup plus que que celle originale.

J'avais particulièrement aimé Retour à Griseguilde et suis un peu moins enchanté ici. On me trouvera exigeant avec VS mais j’avais été vraiment conquis par sa plume dans la première aventure, et me rend compte que réaliser la suite d’un LDVELH comme celui-ci est assez casse-gueule.

En tout cas, il fait partie des rares auteurs qui ont su trouvé un style vraiment adapté à la littérature interactive en général. Ça reste très dynamique, efficace avec un effort particulier dans les descriptions et une prose vraiment agréable (avec d'excellents passages). On voyage, le dépaysement s’opère et j’ai terminé l’aventure en une soirée.

J’attends ta prochaine AVH avec impatience.
Répondre
#7
Eh bien avant tout, merci pour ton feedback ! Pour te répondre (pas forcément dans l'ordre) :
- C'est vrai, l'aventure n'est pas longue. En fait, certains avaient trouvé des temps morts dans "Retour à Griseguilde" et l'absence de moments "forts". Du coup, j'ai voulu faire ici un "concentré", sans répit, ce qui correspond dans mon esprit à l'aspect sauvage et violent recherché.
- Pour les combats, j'ai essayé ce système pour changer, c'était assez expérimental et finalement casse-gueule, il faut le reconnaître. Et c'était techniquement trés chiant à mettre en place surtout...
- Il est clair que je mise beaucoup sur l'immersion. Pour moi, l'aventure doit donner envie et surtout l'impression d'y être. "Retour à Griseguilde" avait une grande partie urbaine, ici, on est dans une nature sauvage et primitive et l'ensemble reste païen et assez flamboyant. J'essaie de trouver les mots justes pour décrire suffisament, sans surcharger, avec pas mal de dialogues qui donnent vie et dynamisme au récit, je trouve. J'aime qu'on puisse se "promener" dans mon monde. Le fait d'avoir plusieurs fins possibles fait partie de mon style également, j'aime bien ce côté "ouvert", plus ou moins en fonction des choix du héros (par exemple avec Sancha à la fin, lors de l'éruption du volcan ou lors de la découverte du trésor dans les ruines).
- Pour Sadastor, mince ! Je pensais l'avoir suffisament "noirci", lui avoir donné suffisament d'épaisseur... Défaut récurrent après le fade Klaneth de "Retour à Griseguilde". A revoir donc.
- Merci pour l'info sur le granite, bon à savoir.
- Promis, je vais faire des efforts sur la présentation et mise en page.
- Pour la prochaine, "Jusqu'au bord des cieux", on reviendra à la structure de "Retour à Griseguilde", avec une aventure essentiellement urbaine, des PNJ charismatiques et beaucoup de choix.

Merci pour ta lecture et tes impressions !
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#8
Je viens d'achever ma première tentative, en échouant au para 171 (qui est l'un des PFA les plus originaux que j'ai jamais lus !). J'ai plusieurs remarques, globalement positives :
* l'écriture est très réussie (à part quelques coquilles récurrentes comme l'orthographe de "innatendu") : tu prends le temps de soigner les descriptions (la jungle luxuriante, etc.), l'ambiance et la psychologie des personnages (le para 171 suffirait à le prouver !), y compris du héros, ce qui donne une cohérence et une profondeur très appréciables. Il y a un vrai plaisir de lecture et d'immersion dans ton univers, où rien n'est incohérent ou gratuit, comme c'est souvent le cas dans les DF. Je trouve juste que les anciens détenus sont trop froids avec nous : nous sommes quand même leur ancien libérateur ! Ils ne nous posent aucune question, nous livrent assez peu d'informations, n'ont même pas construit de monument ou composé d'ode en mémoire du combat épique livré jadis contre les hommes-lézards ! Juste une bande de pauvres types assoiffés d'or...
* Cette qualité d'écriture a une contre-partie : on ne se sent pas du tout dans un DF. En outre, ta gestion des évènements accentue ce décalage. Le début de l'AVH suffirait à le prouver : jamais Ian Livingstone n'aurait traité l'épisode du varan comme tu l'as fait ! Tout aurait été résolu dans un paragraphe unique, avec combat contre "varan géant H=10 : E=12". Je préfère de très loin ta manière de faire mais elle nous éloigne beaucoup de l'esprit du premier "Ile du roi lézard"
* Il y a quelques choix trop forcés : par exemple, dans le cercle mégalitihique, je n'avais pas envie de tuer le gorille. En fait, vue la subtilité avec laquelle tu avais traité le varan, je pensais que le gorille n'était que menaçant mais n'allait pas attaquer ! Par ailleurs, dans le para 115, il est regrettable que tu ne donnes pas l'occasion de simplement repartir car il est trop évident (on ne me la fait plus...) que voler une pépite va déclencher une punition ! Quitte à ce qu'on ne reparte pas sans combattre parce qu'un de nos hommes se jette par cupidité sur le tas de pépites...
* Contrairement aux autres, j'aime bien le système de combat VDT, qui donne de la variété aux jets de dés et oblige à prendre des décisions. Il est dommage que tu ne l'exploites pas pleinement en faisant varier les dommages en fonction de la tactique qu'on emploie (combat contre le guerrier de l'oracle où on inflige 1D de dommages quelle que soit la zone qu'on cible).
Répondre
#9
Merci AlvEric pour tes commentaires !
- Je répondrai à tes deux premières remarques en une seule réponse. S'il s'agit de la "suite" d'un DF, je revendique de l'avoir écrit "à ma sauce". Comme l'a bien noté Gwalchmei, l'aventure aurait pu se dérouler sur n'importe quelle île. Même chose pour "Retour à Griseguilde" qui reprend le monde d'Orbus, mais en version VS... D'où ce décalage, pleinement assumé. Effectivement, Ian Livingstone ne se serait pas emmerdé avec le varan, c'est clair. Pour l'accueil des anciens détenus, ne pas oublier que beaucoup de nos compagnons sont venus après rejoindre la petite communauté (je ne le précise peut-être pas assez dans le texte). Ainsi Sancha qui a rejoint l'île plus tard et qui nous connaît de nom, mais c'est tout.
- Pour le gorille, partant du fait qu'il est le gardien du tertre, il est normal qu'il attaque celui/celle qui y pénètre (à mon sens).
- Oui, c'est vrai pour le coup de la pépite, j'aurais pu rajouter la possibilité de repartir, bien vu !
- Alors, pour ce fameux système de combat... Les attaques ne se différencient pas par les dommages qu'elles infligent, mais par la parade de l'adversaire qui réagit différemment suivant le type d'attaque choisi (avec une parade plus ou moins élevée). Effectivement, toi et Gwalchmei avez soulevé l'option de prévoir des dommages plus élevés suivant le type d'attaque. J'avoue ne pas y avoir pensé, pourquoi pas ? Comme je le disais plus haut, pourquoi ne pas mêler les deux, même si ça reste costaud à mettre en place. Ce système de combat était de toutes façons expérimental, j'ai voulu essayer pour changer un peu et parcequ'il me paraissait assez réaliste, avec attaque-parade-riposte. Son gros défaut est que, si on n'achève pas son adversaire rapidement, ça devient répétitif et barbant.
Encore merci pour ta lecture !
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#10
Pour mon deuxième essai (enfin c'est plutôt le véritable premier), j'ai réussi à venir a bout de mes deux adversaires plus facilement. Avec les règles "adaptées" pour l'histoire des égalités, cela a facilité les choses quand même. J'ai fini l'aventure de manière très rapide et très riche!
Pour continuer l'aventure j'ai voulu tester l'autre possibilité qui me restait, et compris que j'avais en fait opté pour le meilleur choix!
Ce que je n'ai pas compris, c'est pourquoi personne dans l'île n'a essayé de la quitter pour contacter le "souverain légitime" contre qui les mercenaires luttaient. Il aurait peut-être décidé de monter une expédition, les habitants de l'île en contrepartie s'engageant à lui fournir une partie des richesses de l'île? Au pire il trahit et devient un tyran, mais rien de pire que ce que vivent les habitants actuellement.
D'ailleurs c'est ce que mon personnage va faire maintenant, cette mission "diplomatique", car il n'a pas oublié ceux qui sont encore prisonniers...
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#11
On peut supposer que Sadastor et ses hommes viennent de trés loin (il est précisé qu'ils sont arrivés par bateau... Ce qui est normal pour une île d'ailleurs...) et que personne sur l'île n'a l'adresse de celui qu'ils combattaient...
Si tu as fini l'aventure de manière trés rapide et trés riche, je devine par où tu es passé... C'est pas gentil pour les pauvres prisonniers... NoGreen Mrgreen
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#12
Bon après quelques tentatives supplémentaires j'ai terminé avec une bonne fin. Il faut dire qu'après avoir tiré 12 en adresse et en charisme, et instruit de mes parcours précédents, je n'ai pas eu grand mérite. J'ai donc terminé avec une fille qui a du chien, car nommée Sancha!

Justifier le texte serait effectivement une bonne idée, ainsi que d'enlever la double numérotation. On dirait un peu un sculpteur qui aurait achevé sa statue et décidé d'exposer son oeuvre sans prendre le temps d'enlever les scories restées au pied. Il manque donc juste le coup de balai nécessaire pour assurer une présentation qui ne soit pas gâchée par la poussière restante du travail. J'aurai aussi aimé une feuille d'aventure.

Le système de combat ne m'a pas emballé, c'est pourquoi à toutes mes dernières tentatives au début j'évitais systématiquement de longer la plage, d'autant plus que le passage du varan est bien meilleur question tension et suspens. Il y a aussi un passage, si on n'a pas de charisme assez élevé, où on doit combattre notre adversaire et le toucher trois fois consécutivement (ou lui). La encore j'ai pas mal "tourné en rond" dans ce combat, même à un moment quand mon adversaire m'avait touché deux fois j'espérai presque qu'il gagne au tour suivant... et non, il ratait, je devais poursuivre le combat^^

- Certains références/inspirations sont peut-être trop visibles et facilement identifiables. Ce fameux combat dont je parlais plus haut, ainsi que la manière de l'amener, m'a tout de suite fait penser à celui des sombres cohortes (contre Vine). Mais bon tu n'as peut-être pas lu ce livre? La référence aux trois piliers de Skyrim aussi, surtout avec le nom du "voleur". Le passage des égouts fait écho à celui de la Pierre de la Sagesse (LS). Du coup j'ai été un peu sorti de l'histoire à ces moments-là. Des passages m'ont trop fait penser au DF original, j'attendais quelque chose de plus différent. Par exemple au lieu de récupérer un couteau rouillé juste avant le roi lézard, on récupère la bague, la situation est trop proche. Connaissant ton imagination fertile, et d'ailleurs plein d'autres passages de l'AVH le prouvent, ce passage presque plagiat m'a paru bizarre, en contraste avec le reste qui est très original. C'est peut-être un hommage au DF, mais j'aurai préféré un objet par exemple, comme le casque de Sog qu'on retrouverait cassé. Quelque chose qui fasse le lien mais sans l'impression de revivre une scène "revisitée". Idem pour la première libération et le chef des mercenaires avec les cadavres autour, on aurait dit la même celle que celle avec un des chefs hommes lézards (illustré dans le DF l'empire des hommes lézards).

Pour le combat "collectif", je me suis retrouvé avec 100 hommes, or tu dis qu'on peut en avoir entre 70 et 80 au maximum. C'est peut-être moi qui ai fait une erreur, mais je ne crois pas en avoir perdu en route et j'en ai gagné 30 puis 20. Un lien est erroné, il y a 4 chiffres pour le renvoi. Il y a aussi un passage où on ne dit pas ce qu'il se passe en cas de résultat de dé égal à la caractéristique Je n'ai pas noté où exactement dans les deux cas, et je m'en excuse...

Peut-être que le titre m'a induit en erreur, je m'attendais à quelque chose du genre sacrifices humains, et le passage de la plage au début, suffisamment marquant, me laissait penser que j'alllais tomber sur des tas de trucs sadiques de la part des maîtres de l'île (j'en ai peut-être manqué?). Mais finalement non, j'ai juste croisé des esclavagistes "normaux", certes cruels, mais sans religion et foi aveugle puisque ce sont des mercenaires. Quid des "Dieux Sauvages"?

Pour chipoter, il y a un anachronisme une fois qu'on refait l'aventure. Dans un cas Suleiman est enterré, et si on ne viens pas le libérer, si on choisi l'autre chemin, on est en droit de penser qu'il y passe. Or si on ne le libère pas, c'est comme s'il n'était plus enterré puisqu'on le rencontre. Certes la première fois qu'on joue on ne le sait pas, et je comprends bien que c'est plus simple pour faire rejoindre les récits, mais avec plusieurs lectures on se rend compte de la "ficelle" et c'est çà qui est un peu dommage. Fin du mode chipotage^^
EDITION pour le mode chipotage: Certains paragraphes sont séparés alors qu'aucun autre choix n'y conduit, et que tu pourrais donc les laisser groupés, même si je comprends la façon de procéder pour faire monter le suspens.

On retrouve globalement des péripéties nombreuses intéressantes, et une liberté d'action qui rapelle Défis sanglants sur l'océan. Il me reste sans doute encore pas mal de passages inconnus, alors que j'ai fait pas mal de tentatives. J'ai récupéré un marteau qui ne m'a jamais servi, mais je sais qu'il doit servir à un moment que je n'ai pas découvert! Les tests ne sont pas fatals, et c'est aussi une bonne chose. On peut rattraper le coup, par exemple pour convaincre les villageois, si on n'a pas été héroïque, il reste toujours le charisme pour nous sauver la mise. Si Oorgan tu lis ce feed, c'est une illustration parfaite de ce que je disais pour PVUR.
Le style est toujours très bon, surtout les descriptions des paysages très immersifs.

Une bonne AVH donc (comme d'hab!), moins surprenante que je le pensais toutefois. Pas pour les événements qui sont très variés et intéressants, mais pour la structure générale qui rejoint un peu celle de RaG. Disons que pour tes deux AVH (mais aussi les histoires dont on écrit la suite) il y a toujours une ou deux demoiselle(s) attrayante(s), des compagnons charismatiques, (même s'ils sont très différents les uns des autres) et un méchant qu'il faut tuer à la fin. Il y a aussi la tendance à défavoriser la lâcheté (le bon sens?) en faveur de l'héroïsme (la témérité?): je pense ici à la couverture de la fuite des Pygmées. C'est tout de même plus sombre que Rag: j'ai bien apprécié ma première fin lors de ma première tentative. Niark niark!

Pour conclure, c'est une AVH avec un côté très pittoresque, exotique et dépaysant. Avec une histoire à la trame relativement classique mais efficace car proposant des péripéties intéressantes ainsi que des fins alternatives.
L'essai du système de combat ne me semble pas concluant en l'état. Comme il l'a été suggéré, des différences dans les coups portés en fontion de l'arme mais aussi de la partie du corps visée serait sans doute une piste d'amélioration intéressante.
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#13
Je suis en train de la faire en ayant pris le 2, et je crois qu'il y a un problème : après avoir sauvé les prisonniers, ils m'ont expliqué l'arrivée Sadastor et consorts. Après cela, nous prîmes la route du camp d'insurgés. A ce moment, tu écris "Prenant les devants, Suleïman".
Or donc nous rencontrons Suleïman ailleurs, en prenant l'autre chemin. T'es-tu trompé de nom ? Ou cette "divergence interne" est-elle normale ?
Ah oui, quand je suis arrivé à ce § (le 158), je n'avais pas lu une seule fois le nom de Suleïman...
Répondre
#14
@ OORGAN : Il se peut que je me sois emmêlé les pinceaux à un moment. Pourtant, je viens de vérifier : Suleïman est bien cité avant d'arriver au 158... A partir du moment où l'on passe par la plage, que l'on sauve les trois hommes ou un seul, son nom apparaît normalement... Tiens-moi au courant.

@ Tholdur : merci pour ce feedback détaillé !
De manière générale :
Je ferai un gros effort côté présentation à l'avenir et je mettrai une feuille d'aventure. Je pense aussi proposer à une personne extérieure de relire mon texte avant de le proposer, un regard extérieur peut être bénéfique.
Pour les références, c'est vrai, je pioche parfois ici et là dans d'autres oeuvres et ça peut se ressentir à certains moments, Gulka est effectivement inspiré de Vine des "Sombres cohortes" (par contre, je pensais pas du tout à "La pierre de la sagesse" pour le passage par les égoûts...). J'avais peur de faire trop proche de "L'île du roi-lézard" en mettant trop de références. Difficile de trouver l'équilibre.
C'est vrai qu'avec un tel titre, on peut s'attendre à un truc du genre "Calypto", assez gore, avec sacrifices, prêtres emplumés et pyramides... En fait, le titre, dans mon idée, fait référence à la différence entre les mercenaires et leurs prisonniers. Les mercenaires sont décrits comme des hommes forts, puissament musclés, avec un maître imposant paré de plumes et d'or, dominant un groupe de pauvres villageois faméliques et opprimés. C'est dans cette optique, esthétique, que je situe le titre : par rapport à ces pauvres villageois, ces puissants guerriers font office de "dieux sauvages" (oui, je sais, c'est un peu tiré par les cheveux).
Mon but principal était de faire quelque chose de sauvage et violent, plus sombre et sanglant, sans temps morts, de m'éloigner du côté "promenade bucolique" de "Retour à Griseguilde" que certains m'avaient reproché. D'où une histoire plus courte, au rythme plus rapide et intense.
C'est vrai, on y retrouve les classiques du style VS : ambiance immersive, univers cohérent, PNJ charismatiques, une touche de féminité (quoique là, on peut complètement passer à côté et faire l'aventure sans connaître Sancha), plusieurs fins possibles, pas mal de choix et un schéma assez classique, fidèle au genre. Peut-être devrais-je essayer d'innover un peu ? Mais je ne suis pas certain d'y trouver le même plaisir et la même aisance d'écriture. A voir...
Pour le système de combat, on en a déjà bien débattu, j'ai voulu essayer autre chose. Bon, c'est pas top, bien qu'il soit possible de l'améliorer. Pour "Jusqu'au bord des cieux", je ne me suis pas encore décidé et vos avis sont les bienvenus.
Effectivement, le marteau est (trés) utile à un certain passage que tu n'as pas fait semble-t-il.
Pour le nombre d'hommes, il semble y avoir une boulette de ma part, d'où l'obligation pour moi d'insister sur la relecture (qui m'apparaît toujours malheureusement comme une corvée et sur laquelle je passe trop vite).

Merci pour ta lecture et ton retour !
Anywhere out of the world
http://les-terres-de-vs.forumgratuit.org/
Répondre
#15
Ah oui, effectivement, je me suis trompé : Suleïman apparaît bien. J'ai dû lire trop vite...
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)