[64] Le Maître des Tempêtes
#16
(27/04/2013, 16:37)linflas a écrit : Le genre steampunk est très répandu par contre : J. Verne, H.G. Wells pour les plus connus, dans une moindre mesure A. Conan Doyle.

Les romans du XIXe ne sont en général pas comptés dans le steampunk : ils extrapolent la technologie de leur époque. On utilise ce terme en plutôt pour les auteurs à partir du milieu du XXe, là où la machine à vapeur est un réel choix. L'excellent Steamboy d'Otomo, oui, mais aussi Le Château dans le ciel de Miyasaki, dans une certain mesure Brazil de Terry Gilliam.

J'ai un doute pour le classement de Wild Wild West de Barry Sonnenfeld, puisqu'il se place au XIXe, et pour La Ligue des gentlemen extraordinaires pour un peu les mêmes raisons.
--
Vous êtes mort.
Répondre
#17
C'est vrai que Jules et ses contemporains sont plutôt ceux qui ont inspiré le genre.
Répondre
#18
(28/04/2013, 21:02)Marcheur des Cieux a écrit : Quelqu'un a encore le PDF de Stormslayer svp ? en MP...

S'il existe un PDF, je suis preneur également.
La critique de Kinornew m'a bien fait envie.
Répondre
#19
je vous MP l'url pour le pdf
Répondre
#20
Grâce à la solidarité de la communauté, j'ai pu lire à mon tour cet excellent DF de Green. Hormis La Malédiction de la Momie, cet auteur est vraiment extra à lire. C'est exactement ce que j'aime : plein de trouvailles ingénieuses dans la construction pour débloquer des passages cachés et faire vivre de bonnes aventures, quand bien même l'intrigue reste classique.
Cet auteur m'influence tellement que j'ai trouvé dans ce livre des idées que j'avais eues pour les miens. Je commence à me Greeniser dangereusement.

J'ai tout aimé, les quatre lieux à visiter plus que le final, d'ailleurs.

Allez, s'il faut trouver un défaut, c'est le paragraphe final, trop léger, et surtout redite de celui du Sépulcre des Ombres.

(27/04/2013, 16:37)linflas a écrit : Je ne sais pas s'il y a un nom pour le "steampunk-fantasy" ? En tout cas, on le rencontre dans certains Final Fantasy je crois.

J'ai déjà vu le nom "steam fantasy", au sujet de la BD "Les Arcanes de Midi-Minuit", je crois (ambiance victorienne mais avec créatures du bestiaire heroic fantasy).
Répondre
#21
Que voilà un bon DF!

Cela fait toujours plaisir de se replonger dans les livres dont vous êtes le héros avec un bon, voire très bon, DF.

Je l'avais déjà fait une première fois lorsque j'avais acheté le bouquin, et si j'avais bien aimé, je n'en avais pas gardé un souvenir impérissable. Du coup, j'ai vraiment bien fait de retourner sur le Maitre des Tempêtes qui est, au final, une excellente surprise.

Bon, d'abord, passons l'histoire où il s'agit juste de tuer le grand méchant sorcier qui veut dominer le monde, d'autant plus que ledit sorcier est affublé d'un nom qui le décrédibilise: Balthazar Pics... heu Sturm! Ta da da da!
Bon, au moins, lui ne soulève pas une armée de monstres en tout genre pour arriver à ses fins. Non, lui, son dada, ce sont les éléments. Donc petite originalité par rapport aux autres KTS.

Pour ce qui est de la jouabilité, déjà, à l'instar du Dragon de la Nuit, on est assez libre dans notre champ d'action, à savoir que nous pouvons visiter les différents lieux dans l'ordre que nous souhaitons. Ensuite, chaque lieu renferme sont lieux de combats et de rencontres. Pour les combats, les adversaires dépassent rarement les 9 d'habileté, ce qui est rare chez Green. Le choc après la Malédiction de la Momie et le Pirate de l'Au-delà. Pour autant, est-ce qu'un personnage débutant avec un 7 en hablieté pour s'en sortir? Et bien oui et non, car s'il peut être aidé par certains objets trouvables durant l'aventure, en revanche, les multiples tests entrainant des pertes de points d'endurance pourront lui être fatals s'il vient à lui en manquer durant les, ma foi, nombreux combats.

Autre point positif dans la jouabilité, il me semble qu'il n'est même pas nécessaire de trouver tous les élémentaux pour contrer ceux du terrible Balthazar, néanmoins les combats qui en découleront seront des plus ardus, et pour les habiletés au-dessous de 10 les chances de victoire seront très minces. Par contre, si je ne dis pas de bêtise, un certain allié sera toutefois obligatoire pour espérer obtenir la victoire finale.

Pour ce qui est des rencontres ou des scènes intéressantes, le début est pas mal. Après un court moment où notre héros narre ses exploits (au moins notre protagoniste a un semblant de background, ce qui est toujours appréciable), la tempête fait rage et ce, dès le début du bouquin, ça donne le ton. Par la suite, nous sommes à amener un cousin de Gengis Khan, des vers géants attaquant un convoi,  le sauvetage d'un pégase, etc. On peut même avoir l'occasion d'affronter le Yéti, rien que ça. Même le combat final a une dimension épique avec les combats des élémentaux. Mais la meilleure partie pour moi reste le passage sous l'eau à la recherche de l'élémental qui y réside, lorsque nous devons combattre un équipage pirates revenus à la vie sous forme de squelette, ainsi que la créature des abysses, mi-pieuve, mi-crabe. Ambiance garantie!

A contrario, il y a plusieurs passages chiants, je pense surtout au volcan et à la mine, et si cette dernière est assez courte, le passage dans le volcan est assez long et pas vraiment passionnant.
Autre bémol: les illsutrations. D'un côté, elles rendent bien et donnent du cachet à l'ambiance, mais je ne les trouve pas toutes très réussies, voire même inégales. Surtout quand on a l'habitude de Martin McKenna.

Au final, un très bon DF qui vous fera passer un bon moment, avec sa liberté d'action, sa bonne jouabilité et ses quelques rencontres sympas.

Note 16/20.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)