Flower Power
#16
J'avais déjà lu FP dans sa première version. J'ai donc passé une partie de mon après-midi à lire et jouer la version 2.
Ceux qui me connaissent savent que je ne joue quasiment jamais les ldvelh, et donc que c'est une sorte d'exploit. ^_^

J'ai donc joué et...gagné du premier coup ! Cool

Avec 5 gemmes en plus ! (Mais aucun élement et un seul ingrédient de la liste de la sorcière : la bave de Jani...heu Reina LOL )

J'avais choisi, pour info, une héroine à 7/7/3/3 (héroine gentille et pure Clown.

Pour le feedback général, j'ai passé un très bon moment avec cette avh, et les sous-quêtes que j'ai pas du tout vu passer me font penser que je rejouerai sans doute, histoire d'explorer un peu les différents chemins.

Premièrement, l'AVH est complètement non-linéaire, et emprunte en ce sens la structure de Faery. C'est un bon point, on a l'impression d'une grande liberté et de chemins possibles pour arriver au bout.

Ensuite, un autre point fort est l'abondance de PNJ sympas, même si on a l'impression de passer un peu vite sur chacun d'eux et de ce fait, aucun n'est réellement marquant.

Il y a enfin abondance de petits jeux et enigmes servants à gagner des gemmes : là aussi j'ai bien aimé.

Niveau style, c'est bien sans être transcendant : les paragraphes sont assez courts et vont à l'essentiel. Il est dommage que la vie intérieure de Flora soit souvent négligée à ce point au profit de commentaires sarcastiques du narrateur.
D'autant plus dommage que même dans cette version 2, il n'est quasiment jamais question de la destruction du village une fois l'intro passée... Drôlement stoïques nos deux fillettes.

Ah, Yuri aussi est négligée, mais c'est normal paraît-il. ^^

Ce qui m'a le plus gêné, c'est le côté un peu "bricolé" du scénar'. Déjà, ça commence par "cette aventure se déroule dans le monde de Nawouak , un monde où tout est possible". Ah là c'est sûr, plus besoin de s'encombrer de vraisemblance...
Du coup, ça justifie que l'on ne peut jamais retourner en arrière, sauf quand ça arrange l'auteur (à la fin).
Ênsuite, cette histoire de défi lançé par le chevalier noir est un peu absurde ("Z'avez intérêt à revenir ici dans 15 jours avec des pouvoirs floraux ou je rase ce village et d'autres encore ! "^_^).

Pour moi, FP aurait peut être gagné à ne pas s'encombrer de cette ouverture dramatique et de la scène un peu illogique qui va avec ( le Chevalier qui arrive et massacre sans raison apparente ni farouche opposition tout un village ) et à ne rester qu'un jeu auquel les deux gamines sont invitées par hasard.

Enfin, j'imagine que des réponses cohérentes seront proposées dans le deuxième volet.

Je finis avec deux erreurs :

_Au 94, on a le choix d'aller au 294, qui semble appartenir à une autre clairière...

_Au 96, une faute d'orthographe assez laide.


Répondre
#17
Aventure géniale et rafraichissante... J'ai adoré ! Surpris

Comme HdV, l'intro "Excuse" est effectivement décalée par rapport au reste et semble un peu "mécanique". Confus Le guerrier destructeur qui donne une excuse pour revenir, je n'y crois pas franchement. Qu'il laisse des survivants pour créer une mémoire de ses faits est logique, mais qu'il donne un rendez-vous aux gamines pour se faire poutrer après, c'est moins cohérent. Une raison plus légère aurait été appéciable, mais cela mettrait en péril la suite de la série, je pense... Rolleyes

Bref la meilleure aventure de l'année pour moi... Enfin, avant d'avoir lu CHO Mrgreen (désolée Redface )
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#18
Tiens, j'ai peut-être (enfin) trouvé un moyen d'éviter la rupture du début. La structure actuelle de l'aventure est la suivante :
-Massacre du village par le chevalier
-Forêt
-Récupération des pouvoirs et entraînement
-Tome 2

Imaginons qu'il n'y est pas de massacre au début. Flora et Yuri entrent juste dans la forêt à la suite de Soher qui va tenter l'épreuve. Elles le perdent de vue, et font ça pour leur compte (après tout, le début de la forêt n'a rien de bien effrayant). Elles réussissent et sortent de la forêt (Soher s'étant fait éliminé vite fait, on le retrouve honteux et discret au village). Quelques semaines passent (je trouverais bien une astuce pour expliquer qu'elles ne se servent pas de leurs pouvoirs. En fait, on a qu'à dire que la Reine ne leur a rien expliqué et qu'elles ignorent même qu'elles les possédent). Donc bref, le chevalier noir débarque alors, il zigouille tout le monde, elles tentent de s'interposer, leurs pouvoirs s'éveillent mais mal maîtrisés sont innefficaces. Le chevalier les épargne et leur laisse un délai d'une semaine pour s'améliorer. Elles retournent dans la forêt et FP2 commence. Soit la structure suivante.
-Petit village idyllique machin tout ça
-Forêt
-Récupération des pouvoirs
-Massacre
-Entraînement
-FP2

Cela ne devrait pas être dur à mettre en place (je n'ai virtuellement qu'à changer l'intro et la conclusion de FP1), ni causer des problèmes au lecteur (qui n'aura qu'à relire ces deux choses, et non toute l'oeuvre). De plus, cela permettrait d'éviter la rupture interne à FP1, pour la placer entre les deux avh. Oui, je verrais ce que je peux faire à ce sujet, mais après les Yaz bien sûr.
Répondre
#19
Sad 
salut à tous !

Bon Skarn... j'ai voulu jouer à FP mais il y a comme un problème : quand on rencontre les tritons au milieu du lac le paragraphe 247 mêne au 325... mais le 325 ne corresponds pas du tout !
Et il n'y a pas que le 247 qui soit malade... un autre paragraphe du lac m^ne aussi au 325 avec le même probleme... heeeeeeeeeelp !

Comment je fais pour continuer moi ? Smile
Lutin Jaune. (Ni Tristus Ni Rigolus, mais pas un "Bleu" pour autant !)
Répondre
#20
Bon, il semblerait qu'il y ait un problème avec la version html. Lutin Jaune, et tous les autres, en cas de non-correspondance des paragraphes, jetez un oeil sur le pdf de FP. Normalement, dans celui-là le 325 est bon, ainsi que le 294. Vous pourrez ensuite repartir d'un bon pied dans la version html.
Répondre
#21
Hop, ma dernière victime en date ! Un petit feedback et les spoilers qui vont avec.

Respectons les traditions et commençons avec un aperçu de mes trois parcours. Premier essai, comment dire... Je suis passé à côté de tout. J'ai mal répondu à la première énigme du hibou (mon raisonnement partait pourtant bien...), je me suis fait traité de laideron par les nymphes à cause d'un foutu 1 sur mon jet de dés (le seul score qui me faisait perdre, j'avais 5 en charisme...), je n'ai trouvé aucun ingrédient pour la sorcière (si, du venin et une goutte de sang, juste avant que je meurs), j'ai raté l'énigme des élements (j'étais pourtant persuadé, et je le suis encore, que "rien" est la meilleure réponse à donner), la licorne m'a insulté en raison d'un total de pureté d'un malheureux point en-dessous de 6, Freddy a dû me faire crédit puisque je ne possédais RIEN, je me suis fait égorgé le poignet (oui, je sais, chut) par un chevalier ahuri (le premier truc intéressant qui m'arrivait...) et j'ai piqué une flûte de Pan pour me venger - flûte qui ne m'a servi à rien du tout, au passage -, j'ai tapé la converse avec des sirènes et des ornithorynques, et je suis finalement mort noyé en approchant un dragon d'eau d'un peu trop près, sans avoir récupérer une seule gemme...

Deuxième essai, y avait du mieux. J'ai cette fois répondu avec succès aux trois énigmes du hibou. Je me suis fait plumer par un renard (en même temps, comment pouvais-je refuser une partie de poker ?). Au grand désespoir de Yury, j'ai assisté à un combat d'animaux, j'aurais même parié si j'avais eu quelque chose pour ça. J'ai combattu moi-même et remporté mon combat, malgré une faible vitalité (4). Je me suis frotté aux fées et j'ai perdu le premier duel (vitalité trop faible), ainsi que le second (j'avais 6 en pureté mais cette *$?#! de partie de poker et ce @£%§! de combat me l'ont descendue en dessous de 5, la limite pour gagner...). Par bonheur, grâce à la troisième énigme du hibou, j'ai évité de passer le restant de mes jours avec cette agaçante peuplade. J'ai découvert une stèle de pierre qui ne m'a servi à rien (ben oui, j'avais pas la flûte de Pan, trop c... trop pur). J'ai discuté avec des fantômes et avec des grenouilles (me suis dégueulassé sans trouver la gemme), j'en ai adopté une orange (de grenouille), j'ai dompté un étalon, gagné une course, une gemme et une dent de requin, j'ai joué aux cartes (résultat nul), et je suis finalement mort de la même façon qu'au premier, ma grenouille sulfurique (non, pas sulfureuse...) n'ayant pas eu plus d'utilité que mon ami chevalier... Dans mon malheur, j'avais quand même la satisfaction d'avoir trouvé trois gemmes (le hibou, le raton-laveur, les centaures).

Troisième essai, cette fois je suis allé au bout, mais j'ai failli crever avant (il me restait 1 point d'endurance). J'ai eu la bonne idée de vouloir combattre un ours, aussi... Je me suis encore fait traiter de laideron (s*l*p*s), j'ai arbitré un conflit entre une dryade et un champignon, j'ai répondu correctement à l'énigme des éléments (mais je maintiens que ma première réponse était meilleure) et récupéré le collier élémentaire, qui ne m'a servi à rien par la suite, snif. J'ai rencontré une deuxième sorcière, puis un aigle mangeur de poulpes, puis une fille bizarre dans une rivière. J'ai revu mon ami l'étalon (je connaissais son nom, ça a été plus facile) et regagné la course, obtenant enfin une première gemme... Que j'ai perdue aussitôt après en jouant aux cartes... J'ai trouvé le conseil et perdu la course sur le fil. J'ai eu la maigre consolation de recevoir une gemme pour prix de ma popularité, j'ai rencontré le patron sans aucun élément noté sur ma feuille d'aventure, et je suis finalement arrivé dans le temple avec ma malheureuse et unique gemme. Game over.

J'aurais pu vous épargner ces descriptions détaillées (et encore, ça aurait pu être pire, moi quand je me lance...), mais elles montrent combien je me suis amusé dans cette aventure. Et pourtant, j'avais la poisse ! Je ne sais pas combien de jets de dés j'ai raté d'un seul point, ni combien de fois j'ai pris le chemin où le ou les objets récupérés auparavant ne servaient pas...

J'ai tendance à considérer qu'il est plus facile d'écrire une histoire humoristique plutôt qu'un truc "sérieux", mais il n'empêche que Skarn s'en tire à merveille. Son style est savoureux. Rien que l'intro, avec la description de l'aventurier invincible qu'on a tous incarné dans les DF... La mort de celui-ci un paragraphe plus loin est très "humour noir", mais hilarante. L'univers porte bien son nom : "Nawouak"... Les nombreux personnages rencontrés sont l'occasion de nombreux dialogues parsemés de traits d'humour, ne serait-ce que par la façon dont les personnages s'expriment, bien loin des manières chevaleresques et grandiloquentes classiques. Le contraste est vraiment drôle.

Les personnages, donc, leur nombre et leur diversité sont ahurissants, je me demande s'il existe une race auquelle l'auteur n'a pas pensé. Ca rend la forêt d'autant plus vivante, intéressante et même passionnante à parcourir et à découvrir. En fait, malgré l'humour, l'univers est très riche et crédible. Déjanté, mais cohérent. Un peu façon Discworld (pour les échos que j'en ai eu) ou Naheulbeuk, pour ceux qui connaissent (c'est à dire tout le monde, j'imagine), un truc qui ne se prend pas au sérieux en apparence mais beaucoup plus profond qu'on ne le croît en réalité.

Une seule critique sur le style, à savoir le fait que les nombres soient souvent écrits en numéral (2 au lieu de deux, par exemple). Ce n'est pas gênant et même normal pour désigner un score quelconque, ça l'est plus quand c'est sans rapport avec l'endurance ou un jet de dés.

Le système de jeu et les règles sont simples, mais là encore, je pense que c'est plus facile que pour une histoire plus classique, qui se voudra toujours plus réaliste. Néanmoins, les règles sont très efficaces et exploitées comme il le faut. Je vous conseille d'éviter l'équilibre parfait du genre 5-5-5-5 (ce que j'ai fait lors de ma première tentative) pour vos caractéristiques, car souvent la limite pour l'emporter est de 6... Vicieux mais bien pensé, ça force justement à se donner des points forts et des points faibles. Le système de clairières est simple et bon. En traçant une carte (je vous le conseille), on progresse au fur et à mesure et on prend énormément de plaisir à explorer les lieux non encore visités. Le fait qu'on puisse récupérer des gemmes souvent et n'importe où est très bien, puisqu'on y gagne une liberté de mouvements des plus appréciables. Les énigmes sont extrêmement amusantes à résoudre, même si pas toujours faciles. Un bémol là-dessus : l'énigme des crapauds est trop confuse. On ne doit pas prendre les diagonales en compte, mais si on ne le fait pas il nous reste un bon paquet de cases disponibles. Il est dit que le guide regarde le roi, mais il est en diagonale, ça veut dire que la case dans son dos est la case en bas à gauche ? Bref, je pense sans mauvaise foi (j'admets humblement quand je ne suis pas capable de résoudre une énigme) que ce point est à revoir.

Que dire d'autre ? Je crois que j'ai fait le tour. Si, un truc qui m'a paru bizarre, c'est le fait qu'on ne parle plus du tout du chevalier noir du début, à la fin de l'aventure, en cas de défaite. J'ignore ce qui se passe, cela dit, en cas de victoire puisque je n'ai pas encore réussi à rassembler quatre gemmes. J'ai franchement hâte de me remettre en quête !

Jehan.
Répondre
#22
Toungue 
Bouh... bein finalement je suis arrivé à la fin mais j'ai été obligé de revenir en arrière plusieurs fois (oui je sais c'est mal mais moi je triche toujours Big Grin). La difficulté est un peu trop élevée pour moi !

J'ai finalement renoncé à passer par le lac (c'est fou le nombre d'objets ou de "mots" qu'il faut avoir pour passer !).

Nombreux sont le objets et les "mots" que je n'ai pas trouvé... va faloir que je m'y remette plus sérieusement Smile

Malgré la difficulté, j'ai apprécié le carractère moins aléatoire  par rapport à Faery (le coup de l'ivresse c'était vraiment impossible à gèrer) et surtout l'absence de combats.
On a presque l'impression de profiter d'une ballade dans les bois pour la peine. Mais à tout seigneur tout honneur, Faery était quand même le premier sur ce marché ! Wink

Ah oui ! sinon il faut vraiment faire quelque chose pour l'intrigue... le coup du méchant chevalier qui menace des petites filles ça passe vraiment pas. Faudrait trouver une raison toute autre pour impliquer les enfants dans une lutte entre les forces de la nature et celles des ténêbres. Plus classique, certe, mais plus crédible également.

PS : sérieusement POURQUOI ce cavalier est il SEUL ???? méchant je veux bien mais pourquoi SEUL ? est-ce un demi-dieu ? ou un démon ? Moi je le vois plutôt diriger une horde !
Lutin Jaune. (Ni Tristus Ni Rigolus, mais pas un "Bleu" pour autant !)
Répondre
#23
Oh, j'avais oublié, j'ai repéré une petite faute au paragraphe 43 : "retord". L'orthographe exacte est "retors".

Jehan.
Répondre
#24
Lutin jaune a écrit :Malgré la difficulté, j'ai apprécié le carractère moins aléatoire par rapport à Faery (le coup de l'ivresse c'était vraiment impossible à gèrer)

De quel point de vue ?

Je n'ai jamais été très sûr que le système de l'Ivresse marchait bien, mais on ne m'a pas fait des masses d'observation à ce sujet.
Répondre
#25
L'énigme des crapauds, ah oui j'ai oublié de préciser que les déplacement en L fonctionnent. Il faudra que j'explicite cette énigme (un brin tordu en elle-même). Oiseau recevra très certainement un version 2.2 une fois le Yaz passé et FP2 bien avancé.
Prenons l'exemple du crapaud en B2. Il dit que la gemme n'est pas à deux cases à la ronde autour de lui. Les cases interdites sont donc B1, A2, B3, B4, C2, D2 mais également A1, A3, C1 et C3, car pour les atteindre, il faut deux pas à un crapaud (pour aller an A1 par exemple, il doit d'abord passer par A2 ou B1). Assez peu clair dans la formulation interne au texte, je l'admets.
Ah, et le crapaud qui regarde le roi regarde en fait vers le haut.
Merci pour la faute que tu as relevé, je pense malheureusement qu'elle n'est pas la seule à avoir survécu.

Outremer, pour l'ivresse, je pense que Lutin Jaune a eu du mal à tenir le compte des paragraphes traversés, sachant qu'il en faut 5 pour perdre un point de ce score. Personnellement ça ne m'a pas gêné, mais tout comme dans les Loup Solitaire avec la discipline de la guérison, il arrive que l'on oublie de compter pendant plusieurs paragraphes.
Répondre
#26
Skarn a écrit :Outremer, pour l'ivresse, je pense que Lutin Jaune a eu du mal à tenir le compte des paragraphes traversés, sachant qu'il en faut 5 pour perdre un point de ce score. Personnellement ça ne m'a pas gêné, mais tout comme dans les Loup Solitaire avec la discipline de la guérison, il arrive que l'on oublie de compter pendant plusieurs paragraphes.

C'est vrai que c'est un système un peu empoisonnant (même dans LS, où c'était relativement simple, j'oubliais la moitié du temps). J'aurais peut-être simplement dû choisir certains paragraphes (marqués par une astérisque) où le héros perdrait un point d'Ivresse.
Répondre
#27
Outremer a écrit :
Skarn a écrit :Outremer, pour l'ivresse, je pense que Lutin Jaune a eu du mal à tenir le compte des paragraphes traversés, sachant qu'il en faut 5 pour perdre un point de ce score. Personnellement ça ne m'a pas gêné, mais tout comme dans les Loup Solitaire avec la discipline de la guérison, il arrive que l'on oublie de compter pendant plusieurs paragraphes.

C'est vrai que c'est un système un peu empoisonnant (même dans LS, où c'était relativement simple, j'oubliais la moitié du temps). J'aurais peut-être simplement dû choisir certains paragraphes (marqués par une astérisque) où le héros perdrait un point d'Ivresse.

Même pas... le principal problème c'était (si je me souviens bien) qu'en cas d'ivresse le personnage est souvent incapable de s'orienter dans la forêt et débouche sur un paragraphe *TIRE AU HASARD*.
Le système est certainement fait en considérant que une ivresse importante est un fait rare. Bein dans mon cas pas du tout, j'ai toujours multiplié les expériences qui faisaient augmenter mon taux d'ivresse encore et encore... pris dans un cycle infernal, choix de paragraphe aléatoire donc pas le bon objet au bon moment donc ivresse en hausse donc choix de paragraphe aléatoire, etc, ... etc...maintenant je sais ce que "delirium tremens" signifie !  LOL

Ceci dit le coup de l'ivresse représente vraiment un cas de manipulation féérique flagrant qui ajoute vraiment à l'ambiance. Le seul problème, c'est qu'à mon sens il est quasiment impossible de gagner... :/
Lutin Jaune. (Ni Tristus Ni Rigolus, mais pas un "Bleu" pour autant !)
Répondre
#28
Je crois me rappeler que Skarn aime bien de temps en temps décrire la façon dont il est mort à une lecture.

Alors voilà, j'ai terminé mon premier essai transformé en fée et condamnée au jardinage. J'ai vraiment gazé sur ce coup là Cool
Répondre
#29
La Reine des Fleurs me rappelle trois LVH très connus : la Forêt de la Malédiction par le cadre de l'aventure, le Labyrinthe de la Mort par l'objectif (trouver suffisemment de gemmes avant d'atteindre la fin) et le Marais aux Scorpions par la construction sous forme de clairières à visiter. Je rassure l'auteur : l'analogie avec ces bouquins de Livingstone s'arrête strictement là.
Je n'étais pas très chaud en lisant l'introduction à me mettre dans la peau d'une gentille gamine qui allait découvrir un monde enchanteur. J'avoue avoir craint une aventure pleine de bons sentiments servant uniquement de prétexte à Skarn pour prendre constamment à contre-pied tous les poncifs des LVH. Heureusement, il ne s'agit pas de celà.
Bien qu'il n'y ait pas de combats au sens habituel et que les caractéristiques principales soient "gentillesse" ou "pureté", on se retrouve plongé dans un défi parsemé d'énigmes, de personnages hauts en couleur (certains franchement hostiles), de passages stressants et parfois mortels ; tout celà avec un challenge relevé qui demande à mettre notre perspicacité et notre persévérance à contribution.
Le gros point fort est pour moi la jouabilité. Aucun temps mort dans cette aventure, chaque pas nous ammène à prendre d'importantes décisions, à évaluer les risques et les gains probables, et tout celà avec une certaine liberté. Si le parcours est dans un sens plutôt linéaire avec des passages obligés avant d'atteindre la clairière finale, plusieurs chemins sont possibles et chacun d'eux à leur façon représente une manière différente de terminer l'aventure avec succès. Tout le contraire d'un One-true-path en fait.
Même si nos caractéristiques ne varient pas ou très peu, leur évaluation au départ est importante car, selon que l'on ait ou non attribué beaucoup de points à l'une d'elles ou une autre, l'aventure se révèlera assez différente.
Nous pouvons accumuler un bon paquet d'objets qui ont chacun leur utilité.
Enfin, même le moindre de nos actes peut avoir une incidence sur les événements futurs car ils sont passés au crible par les "évaluateurs" de l'épreuve.
Les limites de cette excellente AVH viennent de son scénario : les déambulations dans des clairières successives afin d'amasser objets et renseignements ne permettent pas de s'immerger dans une intrigue prenante ni d'approfondir les personnages de l'histoire. Mais là encore, l'exercice est bien négocié car, contrairement à certaines Livingstoneries, les habitants de la forêt ne sont pas "placés" au hasard. Ils interragissent, se critiquent mutuellement, ont des motivations bien identifiables... Bref, ce microcosme sylvestre est d'une cohérence très appréciable.
A titre personnel, j'ai effectué bien des tentatives avant d'atteindre le (très long) paragraphe final et ai ainsi pu tracer une belle carte de la forêt. Rejouer l'aventure est à chaque fois plaisant car il y a de nombreux lieux à découvrir et les challenges des cinq éléments ou des ingrédients à trouver sont intéressants.
Par contre, j'ai noté une plus grande linéarité dans la première partie de la forêt que dans la seconde (à partir de la licorne). J'aurai préféré l'inverse pour éviter un certain "défilement automatique" des 15 premiers paragraphes lors de chaque relecture.
En somme, une aventure très soignée et bien pensée, avec une très belle durée de vie en raison des mini-challenges proposés et de la longueur conséquente des paragraphes. Pour l'anecdote, j'ai bien aimé le passage où les nymphes refusent que nous allions nous baigner avec elles car elles ne veulent pas des laiderons, tout comme la licorne qui refuse les personnes impures. Alors que Yuri, elle, elle est parfaite. Quelle pimbêche!
Répondre
#30
Je vois ce que tu veux dire à propos de la linéarité de la première partie de l'aventure Fitz. En plus de la séparation entre les deux parties de la forêt (le fossé), on a deux passages obligatoires (la sorcière et... une clairière vide). Et il faut bien admettre que cela casse l'idée de liberté. Ce problème devrait pouvoir se résoudre assez simplement dans la version 3 de FP (que je ferai un jour) en supprimant la clairière qui sert à rien, et en rendant la sorcière optionnelle (tout comme la quête des élémentaires en fait). Oui, cela devrait pouvoir se faire. Quelques changements très mineurs au plan redonneront un aspect plus labyrinthique et homogène à la forêt (on voit encore trop la séparation entre les deux vagues d'écriture)
Et bien sûr, faire une intro correcte. Très important ça.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)