Les femmes dans les ldvelh
#16
(11/08/2009, 16:35)Glutinus a écrit : (par contre je songe à la magicienne Zagoula de la Forteresse du Cauchemar... mais qui finalement n'est qu'à la solde du horrible Xakaze).

Ah ca je vais voir puisque je viens d'acheter le livre! Big Grin
Répondre
#17
Mince, j'ai spoilé...
Ben tu verras, beaucoup de gens l'ont détesté, moi je l'ai bien aimé...
J'arrête le off-topic.
Mais la magicienne est délicieuse Smile

(11/08/2009, 18:06)tholdur a écrit : Tu veux dire la princesse Senyakase, de la cité de Zagoula...

Tu as parfaitement raison, j'ai eu un gros doute mais je n'ai pas pris le temps de vérifier.
Je crois qu'elle est effectivement manipulée... mais de mémoire pour que tous les guerriers du Sud aient envahi la ville, c'est qu'il y a finalement eu connivence... elle s'est laissée absorbée par le côté obscur !
En un sens, je préfère cependant qu'elle meurt : elle l'a bien mérité ! N'oublions pas qu'elle a ensorcelé à son tour le Magrave (par la danse ...des sept voiles ?) et ordonné la mise à mort du héros !
Il ne faut pas attendre d'être heureux pour sourire... il faut sourire pour être heureux.
Répondre
#18
Senyakase est le chef des guerriers du Sud qui ont envahi Neubourg.
Je vois mal Xakase assez "fort" pour l'obliger mentalement à venir d'aussi loin que Zagoula pour le délivrer. Je crois plutôt que c'est elle qui a décidé de l'invasion de son propre chef. Son caractère est bien trempé, elle n'a rien d'un pantin (c'est même la princesse de Zagoula si je ne m'abuse).

Ceci étant, je suis enclin à penser que si Xakase parvenait à se libérer avec une Senyakase encore en vie, il prendrait effectivement le contrôle sur l'esprit de cette dernière.

Mais bon il n'en reste pas moins que je trouve le personnage de Senyakase comme étant sans doute le plus interessant pour ce qui concerne les personnages féminins (dans les LDVELH que je connais en tout cas). Fauconna, pourtant "souvent" citée ne m'avait vraiment pas marqué d'ailleurs...au contraire de Cassandra (dommage qu'elle soit maquée avec Tyutchev^^)
- Ne vous avais-je pas promis un confort incroyable, un moelleux incomparable?
- Si, et vraiment vous n'avez pas menti chère Senyakase... on est si bien installé...
- Tous nos produits sont créés sur-mesure. VolponeSofà, artigiani della qualità!
Répondre
#19
A propos de Cassandra, il est intéressant de voir dans le Peuple Maudit que Tyutchev ne semble pas être spécialement fidèle à la guerrière car il copine dur avec une de nos jeunes et jolies connaissances.
Peut-être que Cassandra est aussi "libre" dans ce cas. Mais c'est toujours un peu risqué d'essayer...
Répondre
#20
Vous oublier un personnage tres charismatique : Katarina Heydrick. C'est un personnage tres marquant du vampire du chateau noire (moins dans la revanche)
Répondre
#21
En effet.
Ca va finir en sondage tout ça *sifflote*
Répondre
#22
C'est pas un personnage féminin marquant mais je viens de tomber aujourd'hui sur un passage très sympathique dans Péreim le Chevalier.
Notre héros, pétri de codes de l'honneur, de dignité et tout et tout, se paye une cuite mémorable avec les bûcherons de Kandaroth, avec chants paillards, danse de la jeune serveuse et dizaines de bières à l'appui. Au petit matin, M. SAGOT fait dans le très suggestif en indiquant qu'on ne se souvient de rien, que nous nous réveillons dans "un grand lit tout défait" et que la jeune serveuse nous apporte le petit déj' en clignant de l'oeil et en nous conseillant de reprendre des forces après "cette nuit de fête".
J'ai bien aimé Big Grin
Répondre
#23
(10/08/2009, 22:25)Ikar a écrit :
(10/08/2009, 21:03)JFM a écrit : En ajoutant Thaisia de la Cour du Roi Minos.
L'histoire d'amour avec elle est finalement la plus poussée des LDVELH (je ne parle pas des AVH où on peut trouver des amourettes qui vont plus loin...).

Dans un volume de la saga du prêtre Jean on peut libérer une esclave sur un marché et passer la nuit avec elle.

Avec Thaisia, on ne fait pas que coucher. Le lien va plus loin (suivant les choix que l'on fait), c'est pour cela que je trouve l'histoire d'amour plus poussée.


En grandes méchantes, il y a aussi Morgane, la sorcière boss des Sceaux de la Destruction. Il y a aussi une méchante majeure dans Les Esclaves de l'Eternité.


Au sujet de Cassandra ou Katarina, je suis dans la même extase que les précédents posteurs. Love

Sinon, merci à Stormbringer de m'avoir rappelé l'elfe du Repaire des Morts-Vivants, effectivement très agréable.
Répondre
#24
Pour info, le sujet avait déjà été abordé il y a quelques temps : http://rdv1.dnsalias.net/forum/showthread.php?tid=795
Répondre
#25
Mais dans l'Épée de Légende, le prêtre est une femme, non ?
En tout cas, c'est la cas sur la couverture du 1.

Si tel est le cas, c'est le perso qui a les capacités les plus diversifiés: à la fois combattante capable, archère, et tout un tas de talents paramagiques: Soins, Lévitation, Exorcisme et 2-3 autres trucs, en plus une érudition à toute épreuve sur l'histoire et les objets magiques ( traditionnellement on aurait plutôt vu ça au mago qui est le gros sacrifié dans cette série… enfin je trouve )
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#26
(15/05/2010, 21:01)ashimbabbar a écrit : Mais dans l'Épée de Légende, le prêtre est une femme, non ?
En tout cas, c'est la cas sur la couverture du 1.

C'est ce que j'avais pensé aussi à une époque, mais il me semble en fait que cette couverture est spécifique à la VF.
"L'épée de légende", comme beaucoup de séries, laisse en fait le joueur libre d'imaginer de quel sexe est son personnage... en anglais. En français, comme les adjectifs sont accordés, c'est plus dur de s'imaginer incarner une femme.

Morris a écrit trois brefs romans à partir de "L'Epée de Légende" et les deux personnages principaux (masculins) correspondent clairement au voleur et au prêtre, qui sont du reste les personnages les plus intéressants et les plus efficaces de la série.

(Et tu as bien raison en ce qui concerne le magicien. C'est de loin le personnage le moins puissant pendant les quatre premiers livres, ses pouvoirs hors-combat sont d'un intérêt très discutable et on ne le laisse même pas afficher une quelconque érudition.)
Répondre
#27
Ah d'accord.

Pour rester dans l'Épée de Légende, il y a Circé qui est une méchante assez réussie ( quand elle transforme le magicien en limace et qu'elle l'écrase avec un petit sourire satisfait… " j'ai tenu parole: mon sortilège n'était pas mortel…" mais bon, comme tu dis Outremer, c'est pas vraiment une perte ce mec-là )

Sinon, dans le 4° Prêtre Jean: Les Mystères de Babylone, il y a une sorcière extrêmement dangereuse, hagarde et à moitié folle, assez spectaculaire… quand elle prend le contrôle de ton esprit et qu'elle te force à te couper les deux mains… ET plus original Nana-Dirat… une poule de haute classe qui dirige son petit salon… et le héros peut abandonner sa quête de l'immortalité et du bonheur pour rester avec elle ( devenir son jules quoi ).
Ces curés je te jure.
Aussi dans le Sindbad Darke de l'Île de Crital est un personnage assez fascinant.
" Ashimbabbar m'a donné une dague et une épée et m'a dit
: Transperces-en ton corps; elles furent forgées pour toi."
Poème d'Enheduanna
Répondre
#28
Ma femme favorite n'est pas dans un ldvelh mais dans une avh : l'héroïne du Retour au Marais aux Scorpions. Love
Je ne peux que m'incliner devant les auteurs qui lui ont donné vie. Yep
Répondre
#29
Il faut se rapeller que nos chers LDVH sont fortement inspirés de l'héroïc-fantasy, monde plutôt machiste où la femme est souvent décorative plus qu'autre chose... On a droit à la prude et douce donzelle à sauver ou à la fille de joie coquine à la taverne. Sans oublier que 80% des auteurs sont des hommes... N'oublions pas aussi le cinéma, avec péplums et autres films en costumes, où le héros sauve toujours une jeune femme physiquement intelligente... Rolleyes
Les LDVH n'ont pas échappé à la règle. Certes, aujourd'hui les choses ont changé et de farouches guerrières arpentent fièrement le monde, l'épée au côté, libres et indépendantes. Mais les LDVH ont été écrits en majorité dans les années 80, où la parité hommes-femmes était une chose aussi introuvable que la pierre philosophale...
Par contre, incarner une femme (comme dans Caïtness l'élémentaliste) ne me dérange absoluement pas. Mais il faut qu'elle soit belle. Si je peux être une femme, je veux être un canon. Mrgreen
Anywhere out of the world
Répondre
#30
(25/05/2010, 20:24)Voyageur Solitaire a écrit : Mais les LDVH ont été écrits en majorité dans les années 80, où la parité hommes-femmes était une chose aussi introuvable que la pierre philosophale...

Il y avait tout de même des héroïnes (y compris des héroïnes guerrières) dans les livres de fantasy publiés dans les années 80. Dans la discussion précédente sur ce sujet, j'avais mentionné les romans Donjons & Dragons écrits à cette époque : ils visaient sans doute un public qui n'était pas bien différent de celui des LDVH et cela ne les empêchait pas de compter un certain nombre de femmes parmi leurs personnages principaux.
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)