[Loup*Ardent] La Horde des Démons
#1
Le premier tome de la série Loup Ardent se démarque d'abord par sa narration. Contrairement aux autres LDVELH, ce n'est pas VOUS qui êtes le héros de l'histoire mais le dénommé Loup Ardent, comme dans un roman classique. C'est d'ailleurs l'objectif de l'auteur que de proposer ici un livre-jeu tenant bien plus du livre que du jeu. Chaque paragraphe est exceptionnellement long, le style est soigné (plus que dans les autres séries de Brennan), la psychologie du héros est détaillée et les choix à effectuer par le lecteur sont peu nombreux, d'où une aventure fortement linéaire.
On pourrait même croire que Brennan a fait exprès de proposer des règles injouables pour dissuader le lecteur de les utiliser tant elles sont inutilement complexes. : 7 caractéristiques comme dans les jeux de rôle mais allant de 8 à 96 points, des points de vie s'exprimant par centaines d'unités, des systèmes difficiles à gérer en plein combat tels que la fatigue qui empêche de combattre pendant 2 assauts tous les X assauts... La calculatrice est quasiment indispensable. Comme j'aime l'aspect ludique des LDVELH, j'ai quand même joué la plupart des combats, même si le système est très défaillant, voir incohérent (gestion des points de pouvoir, récupération des points de vie, obligation d'avoir un minimum de 72 en chance au départ...).
L'histoire est simple et prenante. Le héros est un Conan le Barbare bis, à l'aspect frustre et aux réactions primaires. A la suite d'une succession d'évènements périlleux, il va apprendre la nature de son étonnant destin et sa réelle identité et se voir confié une mission vitale pour l'espèce humaine. A la fin du livre, il doit affronter un terrible adversaire pour sauver une jeune fille. Du classique donc, mais bien écrit et bien amené.
L'humour british de l'auteur est ici encore présent mais de façon très soupoudrée comparativement à Quête du Graal. L'accent est plus mis sur l'aventure, le ton est plus adulte, moins délirant, avec même un peu d'érotisme par ci par là.
La Horde des Démons aurait pu faire partie des meilleurs LDELH si ce n'était pas Brennan qui avait créé les règles. Dommage également que l'aventure soit plutôt courte malgré la longueur des paragraphes... surtout pour celui qui ne jouera pas les combats.
Répondre
#2
Oui, on ne le dira jamais assez : la qualité des règles de L*A sont inversement (et exponentiellement) à la qualité de l'écriture.
J'avais aussi aimé le "chapitrage", ça économise aussi la survie du livre, car les paragraphes ne sont mélangés que dans chaque chapitre. Ceci accentue le coté linéaire et le coté "roman".
Il y a trop (de mal Big Grin) à dire sur les règles du jeu et leur gestion dans la création du LDVELH
Dans les volumes suivants, les PFA vont encore plus dégouté le coté ludique de l'oeuvre.
En lisant les 2 derniers, j'ai vraiment eu l'impression que Brennan avit écrit un roman, puis l'avait saucissonné en rajoutant des cul de sac mortel à chaque embranchement. Et le peu de fois où les chemins se retrouve, les incohérences déboulent (voir le post de Jehan sujet général sur L*A).

PS : en cherchant le post j'ai vu que j'avais déjà écrit la même chose dans l'autre thread Gne . V'là qu'je radotte comme un vieille, moi NoGreen
— Je suis la nouvelle impératrice ! Et toi tu vas mourir.
Lempi Chukwumoguey
Répondre
#3
Pour moi, La Horde des Démons est le meilleur opus de la série, et de très loin. Le style de Brennan y est vraiment superbe, peut-être le meilleur vu dans un ldvelh. Le scénario n'est guère original mais a le mérité d'être captivant et donne une aventure épique. Les PNJ rencontrés sont attachants tandis que les rebondissements sont nombreux. A lire au moins une fois, je pense.
En revanche, La Hordes des Démons ne vaut que par son aspect littéraire: le côté "jeu" est totalement occulté par le pire système de combat vu dans un ldvelh. Plus généralement, on sent que Brennan ne s'est pas occupé des règles, comme c'était le cas dans la quête du graal, mais dans une moindre mesure.
Debout, debout cavaliers de Théoden!
Les lances seront secouées, les boucliers voleront en éclat,
Une journée de l'épée, une journée rouge avant que le soleil ne se lève !
Au galop ! au galop ! courez ! Courez à la ruine et à la fin du monde !
Répondre




Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 1 visiteur(s)