Pirates à la dérive, périls à la douzaine et prêtresse dans le doute
#11
Les dialogues et les présentations des acteurs principaux m'ont fait beaucoup sourire
C'est très enrichissant (et drôle) de voir comment les personnages sont perçus, et tout cela m'a l'air d'être rondement mené par Sallazar !

Pour ce qui est du Nain, voici mon opinion, elle vaut ce qu'elle vaut (et la tienne, Outremer, vaut autant) : lors d'une campagne à Solomon Kane (sous système Savage World) j'ai tenté un challenge, le fait de jouer un vieillard, richissime comte, historien émérite, trop vieux pour monter à cheval et sans aucune compétence martiale. Or, du combat, à Solomon Kane, il y en a ! Et de l'action aussi. Me suis-je senti inutile ? Jamais ! A la première scène de combat (une intrusions de bandits dans une chambre d'hotel) je renversais le thé, fatalement servi brûlant, sur l'assaillant... la douleur qui s'en suivit l'a mis KO pour le reste du combat. Ensuite, mes connaissance en histoire permettaient d'en savoir plus sur nos ennemis et leurs cultes. Puis j'ai développé la magie en cours de jeu, mais c'est une autre histoire.

Je pense que si j'avais La Cuve entre les mains, je le jouerais un peu de cette manière. A balancer des chopes de bières en grès grosses comme des tonneaux, voire à faire rouler les fûts sur l'adversaire... Cela dit, j'aurais dû préciser qu'il pouvait y avoir des tonneaux à bord, mais bon... si je dois penser à tout, on n'en finit plus. Et si j'étais MJ, je donnerai peut être des bonus en fonction de l'originalité, ou bien j'insisterai sur une cassure dans le combat, l'ennemi se voit priver de Force d'attaque au prochain assaut, ou bien subit un lourd malus, parce qu'il doit éviter le tonneau, etc. En gros, je considérerais La Cuve comme un tacticien opportuniste redoutable, et non comme un combattant frontal. Je le vois bien décrocher une voile, et par un jeu de corde tout à fait opportun envoyer une partie mobile du mat dans le pif d'un Serpent géant, ou carrément la voile pour lui obstruer la vue, etc.

Et puis il y a la contrainte de la répartition des points entres les carac, si on veut diversifier les personnages au niveau des carac, sans les compétences, on tourne vite en rond.
Rendez-vous au 14.
Découvrez ma plume poétique sur le blog de Jules Cybèle.
Répondre


Messages dans ce sujet
RE: Pirates à la dérive, périls à la douzaine et prêtresse dans le doute - par Paragraphe 14 - 27/09/2013, 23:25



Utilisateur(s) parcourant ce sujet : 2 visiteur(s)